Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La preuve (!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5130
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: La preuve (!)   Lun 19 Jan 2015, 00:20

[Aujourd'hui ce sera un chapitre, le premier de la Première épître (dite) de Pierre, que je cite -- une fois n'est pas coutume -- selon la NBS:]

Pierre, apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont été choisis et qui vivent en étrangers dans la dispersion — dans le Pont, en Galatie, en Cappadoce, en Asie et en Bithynie — tels qu'ils ont été désignés d'avance par Dieu, le Père, dans la consécration de l'Esprit, pour l'obéissance et l'aspersion du sang de Jésus-Christ : Que la grâce et la paix vous soient multipliées !
Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ qui, selon sa grande compassion, nous a fait naître de nouveau, par la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts, pour une espérance vivante, pour un héritage impérissable, sans souillure, inaltérable, qui vous est réservé dans les cieux, à vous qui êtes gardés par la puissance de Dieu, au moyen de la foi, pour un salut prêt à être révélé dans les derniers temps.
Ainsi vous êtes transportés d'allégresse, quoique vous soyez maintenant, pour un peu de temps, puisqu'il le faut, attristés par diverses épreuves, afin que la qualité éprouvée de votre foi — bien plus précieuse que l'or périssable, quoique éprouvé par le feu — se trouve être un sujet de louange, de gloire et d'honneur à la révélation de Jésus-Christ.
Vous ne l'avez pas vu, mais vous l'aimez. Maintenant même vous ne le voyez pas, mais vous mettez votre foi en lui et vous êtes transportés d'une joie indicible et glorieuse, tandis que vous obtenez le salut comme aboutissement de votre foi.
Ce salut, les prophètes qui ont parlé de la grâce qui vous était destinée en ont fait l'objet de leurs recherches et de leurs investigations. Ils se sont appliqués à découvrir quelle époque et quelles circonstances désignait l'Esprit du Christ qui était en eux, Esprit qui, d'avance, attestait les souffrances du Christ et la gloire qui s'ensuivrait.
Il leur fut révélé que ce n'était pas pour eux-mêmes, mais pour vous, qu'ils étaient ministres de ces choses, qui maintenant vous ont été annoncées par l'entremise de ceux qui vous ont communiqué la bonne nouvelle, avec l'Esprit saint envoyé du ciel ; c'est en ces mêmes choses que les anges désirent plonger leurs regards.
Aussi mobilisez vos facultés mentales, soyez sobres, mettez toute votre espérance dans la grâce apportée par la révélation de Jésus-Christ. Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux désirs que vous aviez auparavant, dans votre ignorance ; mais, de même que celui qui vous a appelés est saint, vous aussi devenez saints dans toute votre conduite, puisqu'il est écrit : Vous serez saints, car, moi, je suis saint. Et si vous invoquez comme Père celui qui, impartialement, juge chacun selon ses œuvres, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre exil.
Vous savez en effet que ce n'est pas par des choses périssables — argent ou or — que vous avez été rédimés de votre conduite futile, celle que vous teniez de vos pères, mais par le sang précieux du Christ, comme par celui d'un agneau sans défaut et sans tache.
Il a été désigné d'avance, avant la fondation du monde,
et il s'est manifesté à la fin des temps,
à cause de vous
qui, par lui, mettez votre foi en Dieu,
celui qui l'a réveillé d'entre les morts et lui a donné la gloire
— de sorte que votre foi et votre espérance sont en Dieu.
Comme vous vous êtes purifiés, par l'obéissance à la vérité, en vue d'une affection fraternelle sans hypocrisie, aimez-vous les uns les autres avec ferveur, d'un cœur pur. Vous êtes en effet nés de nouveau, non pas d'une semence périssable, mais d'une semence impérissable, par la parole vivante et permanente de Dieu ; car
tout être qui vit est comme l'herbe,
toute sa gloire comme la fleur de l'herbe ;
l'herbe se dessèche et la fleur tombe,
mais la parole du Seigneur demeure pour toujours. Cette parole, c'est la bonne nouvelle qui vous a été annoncée.


Ce qui m'avait frappé il y a fort longtemps dans ce texte -- je me suis abstenu de le faire ressortir graphiquement ci-dessus pour éviter qu'on le (re-)lise en diagonale -- c'est une certaine préséance du "Christ" par rapport à "Dieu", dans ce qu'il est convenu du moins d'appeler en philosophie classique "l'ordre de la connaissance" (ordo cognoscendi), supposé contraire à "l'ordre de l'être" (ordo essendi). En termes plus simples et plus banals, c'est par le "Christ" seul qu'on connaît "Dieu": il est l'unique fondement (l'image de la pierre angulaire suivra) de toute "connaissance de Dieu". L'idée n'est certes pas nouvelle, elle domine notamment les textes "johanniques" qui semblent avoir indirectement influencé la Première de Pierre via l'épître aux Ephésiens. Mais elle trouve ici une expression discrètement originale.

Le "Christ" dont il est question n'est pas limité au personnage ("terrestre", sinon "historique") de Jésus : c'est déjà son Esprit qui inspire les Prophètes (de l'AT), il est désigné dès avant la fondation du monde (= Ephésiens), sa "résurrection" lui survit et sa "révélation" (apocalypse) est encore à venir. Les destinataires de l'épître, du reste, ne l'ont jamais vu, mais l'aiment, et c'est ainsi, par lui, qu'ils croient en Dieu. Même les "anges" sont situés à l'extérieur de ce cercle de la révélation (de "Dieu" en "Christ" aux "élus") et n'en bénéficient qu'au second rang (idée également dérivée de l'épître aux Ephésiens).

Ce qui m'a d'abord impressionné dans ce type de pensée (vers la fin de ma période TdJ), c'est naturellement l'importance absolue accordée au Christ, sans commune mesure avec le rôle secondaire, subalterne, accessoire, instrumental où le confinait la dogmatique jéhoviste; et l'insistance sur une relation immédiate à ce Christ, sans médiation institutionnelle ou doctrinale. Un peu plus tard, c'est par contraste à une certaine apologétique chrétienne (en particulier face à l'athéisme) qu'elle m'est apparue particulièrement pertinente: à quoi bon, en effet, s'évertuer à concocter des "preuves" générales (rationnelles, philosophiques, scientifiques, historiques) et généralement foireuses d'une "existence de Dieu" par rapport à laquelle la foi en Jésus-Christ apparaîtrait comme une croyance supplémentaire et à ce titre encore discutable, à démontrer à son tour par d'autres médiations (notamment de "l'inerrance" et de "l'inspiration" de la Bible chrétienne) qui devraient elles-mêmes être "démontrées", quand l'amour du Christ se donne d'emblée comme l'unique raison, pour un chrétien, de croire en "Dieu" ?
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3878
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La preuve (!)   Mar 20 Jan 2015, 13:08

Citation :
Le "Christ" dont il est question n'est pas limité au personnage ("terrestre", sinon "historique") de Jésus : c'est déjà son Esprit qui inspire les Prophètes (de l'AT), il est désigné dès avant la fondation du monde (= Ephésiens), sa "résurrection" lui survit et sa "révélation" (apocalypse) est encore à venir. Les destinataires de l'épître, du reste, ne l'ont jamais vu, mais l'aiment, et c'est ainsi, par lui, qu'ils croient en Dieu. Même les "anges" sont situés à l'extérieur de ce cercle de la révélation (de "Dieu" en "Christ" aux "élus") et n'en bénéficient qu'au second rang (idée également dérivée de l'épître aux Ephésiens).

Ce qui m'a d'abord impressionné dans ce type de pensée (vers la fin de ma période TdJ), c'est naturellement l'importance absolue accordée au Christ, sans commune mesure avec le rôle secondaire, subalterne, accessoire, instrumental où le confinait la dogmatique jéhoviste; et l'insistance sur une relation immédiate à ce Christ, sans médiation institutionnelle ou doctrinale.

Merci Narkissos  d'avoir porté à notre connaissance ce très interessant texte.

Pour l'auteur, ce "Christ" est-il (ou était-il), une sorte de Logos de Dieu ?

L'amour que ces croyants éprouve pour ce "Christ" qu'ils n'ont jamais vu, est un amour mystique.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5130
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La preuve (!)   Mar 20 Jan 2015, 14:11

free a écrit:
Pour l'auteur, ce "Christ" est-il (ou était-il), une sorte de Logos de Dieu ?

J'insistais sur la discrétion (on pourrait dire aussi l'humilité ou la la modestie) de l'épître de Pierre par rapport à des modèles théologiquement plus marquants et plus remarqués (le prologue de Jean, les hymnes ou développements solennels de Colossiens-Ephésiens, l'introduction de l'épître aux Hébreux, pour en rester à la christologie du logos). A sa façon (plus discrète, donc) l'épître de Pierre me semble en effet dire à peu près la même chose, mais chez elle ça n'a pas l'air d'une proclamation liturgique ni d'une définition dogmatique: ce qui est dit à la fin de la parole (logos) vivante et permanente de Dieu (v. 23ss) correspond bien à tout ce qui a été dit du Christ, mais cela n'est que suggéré, légèrement, comme en retrait, sans donner l'impression de "faire de la théologie".

Citation :
L'amour que ces croyants éprouve pour ce "Christ" qu'ils n'ont jamais vu, est un amour mystique.

On peut certainement le qualifier ainsi, mais il est à noter (discrétion, modestie toujours) que "Pierre" ne le fait pas. C'est de l'amour, tout bêtement, affectivement. Et c'est en fin de compte (tel est le point que je voulais montrer, pour qui ne l'aurait encore pas vu) la seule raison qu'il donne d'être "croyant-en-Dieu", selon le v. 21.

(Sur cette question de discrétion-modestie, cf. http://oudenologia.over-blog.com/article-article-sans-titre-120957627.html )
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La preuve (!)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La preuve (!)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du méthane dans l'atmosphère marsienne. Preuve d'une vie biologique ?
» Horloge et son Horloger , la preuve mathématique de Dieu
» Que savez-vous de l'épreuve de français 2011?
» Une nouvelle preuve de l'accélération de l'expansion de l'Univers grâce à Hubble
» La Preuve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: