Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 être de/à Christ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4578
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: être de/à Christ   Dim 08 Mar 2015, 20:41

... chacun de vous dit: moi, je suis de Paul, moi d'Apollos, moi de Céphas, moi de Christ. Le Christ est(-il) divisé(./?) Est-ce Paul qui a été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ?
(...)
Que personne donc ne fasse des hommes sa fierté: car tout est à (= de) vous, Paul, Apollos ou Céphas, le monde, la vie ou la mort, le présent ou l'avenir; tout est à (= de) vous, mais vous à (= de) Christ, et Christ à (= de)  Dieu.

1 Corinthiens 1,12s; 3,21s.

Dans cette "inclusion" bien connue, qui encadre à peu près symétriquement une des toutes premières expressions de l'évangile paulinien -- la conclusion semblant répondre à (côté de) la question initiale au terme d'un long développement qui a généralement fait oublier celle-ci au lecteur -- on remarque  le déplacement apparent des positions: "Christ" est placé au début sur le même plan que les (autres) "chefs d'école" dont se réclameraient les destinataires, alors qu'une toute autre hiérarchie se dessine à la fin: Dieu / Christ / vous / Paul-Apollos-Céphas et tout le reste. La relation entre les différents "niveaux" étant dans les deux cas exprimée en grec par le même génitif: être de/à quelqu'un = lui "appartenir", d'une manière ou d'une autre.

L'intérêt "historique" au sens large se porte principalement sur le premier énoncé, énigmatique à souhait. De ce qui se présente à première vue comme un "état des lieux" des croyances corinthiennes, faut-il conclure à l'existence d'un "parti de Christ" distinct de celui de Paul, d'Apollos ou de Céphas ? Se référerait-il, ce "parti", à un "Christ" = "messie" humain, "historique", contemporain comme ses rivaux apparents, ou passé, ou à venir ? Ou (déjà) à un "Christ" spirituel comme celui par qui Paul se prétend aussitôt "envoyé" (1,17, apostellô, d'où "apôtre") ? Ou bien s'agit-il d'un inventaire artificiel, dressé à des fins rhétoriques et stratégiques, précisément pour mettre en valeur un "Christ" qui ne se situerait pas sur le même "plan" que les autres (Paul s'identifiant peut-être, tactiquement, à ce "parti de Christ" réel ou imaginaire pour y loger sa propre interprétation, quoique le mouvement du texte ne favorise guère cette hypothèse) ?

Le second énoncé, en revanche, ne relève plus de l'énigme, mais du mystère, qui renverse et réordonne les hiérarchies cosmiques et humaines (lire ce qu'il y a entre les deux passages précités): dans le Christ (qui n'est plus du tout "un homme", pas même un "grand homme", quoiqu'il soit bien "l'homme" dans un sens unique, archétypique et récapitulatif, cf. l'Adam céleste du chapitre 15), par une appartenance qui n'est pas celle d'un "parti" mais d'une participation (ou communion) "mystique", "tout est à vous", "vous" appartient, "vous" est assujetti et subordonné, y compris les prétendus "maîtres spirituels" (et, implicitement, tout "Christ" qui se situerait sur le même plan). A près de quinze siècles d'écart, la formule luthérienne de la "liberté chrétienne" semble tout proche (à ceci près que l'idée d'appartenance qui appelait sous l'empire romain la "métaphore" sociale de l'esclavage convoque plutôt au XVIe siècle celles du servage et plus encore du chevalier servant):
Ein Christenmensch ist ein freier Herr über alle Dinge und niemand untertan.
Ein Christenmensch ist ein dienstbarer Knecht aller Dinge und jedermann untertan.

"Le chrétien est un libre seigneur sur toutes choses et n'est soumis à personne.
Le chrétien est un servant obligé de toutes choses et soumis à chacun."
(Von der Freyheit eines Christenmenschen = De la liberté du chrétien, 1520).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3605
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: être de/à Christ   Mer 11 Mar 2015, 18:11

Citation :
Le second énoncé, en revanche, ne relève plus de l'énigme, mais du mystère, qui renverse et réordonne les hiérarchies cosmiques et humaines (lire ce qu'il y a entre les deux passages précités): dans le Christ (qui n'est plus du tout "un homme", pas même un "grand homme", quoiqu'il soit bien "l'homme" dans un sens unique, archétypique et récapitulatif, cf. l'Adam céleste du chapitre 15), par une appartenance qui n'est pas celle d'un "parti" mais d'une participation (ou communion) "mystique", "tout est à vous", "vous" appartient, "vous" est assujetti et subordonné, y compris les prétendus "maîtres spirituels" (et, implicitement, tout "Christ" qui se situerait sur le même plan).

Merci Narkissos d'avoir attiré notre attention sur ce texte "révolutionnaire" ...  tout vous appartient ... soit le monde, soit la vie, soit la mort, soit le présent, soit l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4578
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: être de/à Christ   Jeu 12 Mar 2015, 00:15

On trouvera maint écho de ce texte en relisant Romains 5--8, et notamment sa conclusion (8,38s): Car je suis persuadé que ni mort, ni vie, ni anges, ni principats, ni présent, ni avenir, ni puissances, ni hauteur, ni profondeur, ni aucune autre création ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu en Jésus-Christ, notre Seigneur.

Et, un peu plus loin, dans cet autre passage que j'aime bien (14,7ss): En effet, aucun de nous ne vit pour lui-même, et aucun ne meurt pour lui-même. Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Soit que nous vivions, soit que nous mourions, nous appartenons donc au Seigneur. Car si le Christ est mort et a repris vie, c'est pour être le Seigneur des morts et des vivants.

[Ce qui rejoint ma remarque sur l'autre fil, concernant "le corps du Christ": une nouvelle (mise en) scène (nouveau théâtre, nouveau décor, nouveau drame, nouvelle intrigue, nouveaux personnages, nouvelle distribution des rôles) pour (le même ?) "tout".]

["Révolutionnaire", oui: "tout, le monde, la vie, le présent, l'avenir est à vous", cela relève du "slogan"; mais paradoxal, parce que "la mort" aussi; et parce que par "la mort" la prise de possession et de pouvoir est liée à une dépossession et à une appartenance radicales, on pourrait dire une aliénation, aux antipodes de toute "indépendance": en un mot qui n'est pas de moi, une ex-ap-propriation.]
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3605
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: être de/à Christ   Mer 18 Mar 2015, 12:29

Citation :
On trouvera maint écho de ce texte en relisant Romains 5--8, et notamment sa conclusion (8,38s): Car je suis persuadé que ni mort, ni vie, ni anges, ni principats, ni présent, ni avenir, ni puissances, ni hauteur, ni profondeur, ni aucune autre création ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu en Jésus-Christ, notre Seigneur.

Particularité du texte, la mort n'est et n'a pas le dernier mot. La vie non plus. La vie te ma mort sont mises sur le même plan. cela renvoie à une relation avec Dieu qui dépasse la vie te la mort. Il n'y a pas de commencement ou de terme mais une transformation.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: être de/à Christ   

Revenir en haut Aller en bas
 
être de/à Christ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Christ est venu résoudre sur terre un problème de nature énergétique
» LE SUAIRE DU CHRIST
» le CHRIST est descendu aux enfers
» Neuvaine au Christ Roi !
» Antéchrist

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: