Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 aurore

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: aurore   Mar 18 Déc 2018, 20:53

@ free:
L'histoire de Tiridate(s) (qui serait bien roi et mage, pour le coup, mais au sens premier du mot "mage" = prêtre zoroastrien) ressemble un peu moins au récit de Matthieu que ne le laisse entendre Gounelle; cf. ici Pline, Histoire naturelle XXX,vi; et là Suétone, Vie des Douze Césars, Néron xiii. Les nombreux parallélismes avec l'histoire de Moïse (voir la suite de l'article) pour l'ensemble de la Nativité selon Matthieu sont plus convaincants (mais l'un n'empêche pas l'autre !).

@ lct:
La séquence Noël-Epiphanie s'est imposée comme solution liturgique et narrative au problème d'incohérence qui résultait de la réunion des récits indépendants et strictement incompatibles de Matthieu et de Luc dans le même canon. Il n'y avait pas d'autre choix que de fusionner les deux histoires en une seule, en les "tricotant" (ou "montant") scène par scène (ou plan par plan): en faisant venir, par exemple, les bergers de Luc avant les mages de Matthieu. La chose a si bien réussi qu'il devient très difficile de lire un des deux textes pour ce qu'il dit vraiment sans suppléer mentalement l'autre (on commence à Bethléem OU à Nazareth, l'annonciation est à Marie OU à Joseph, il y a ou non recensement, crèche OU maison, bergers OU mages, fuite en Egypte OU non, retour OU déménagement à Nazareth, etc.).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: aurore   Mer 19 Déc 2018, 12:10

L'ange du Seigneur survint devant eux, et la gloire du Seigneur se mit à briller tout autour d'eux. Ils furent saisis d'une grande crainte." Luc 2,9

Ce texte décrit (déjà et peut-être) la victoire de la lumière sur l'obscurité, en effet les bergers veillant auprès de leurs bêtes dans les champs, pour la nuit la plus longue de l'année, sont informés les premiers, par les anges dans le ciel, de la venue du Sauveur, à cette occasion le texte précise que "la gloire du Seigneur se mit à briller tout autour d'eux". On imagine sans peine la clarté que l'auteur a voulu dépeindre dans cette obscurité épaisse. Le phénomène a dû s'amplifier quand "se joignit à l'ange une multitude de l'armée céleste, qui louait Dieu et disait :
Gloire à Dieu dans les lieux très hauts,  et, sur la terre, paix parmi les humains en qui il prend plaisir !"


"La transcendance qui fait irruption dans la matérialité quotidienne : Le sacré, c'est le sentiment mystérieux d'une transcendance éclatant dans l'ordre naturel du monde, dans le quotidien." ... Jean Bazaine, Notes sur la peinture d'aujourd'hui, p. 66.



 



Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: aurore   Mer 19 Déc 2018, 13:26

Je ne jurerais pas que le récit de Luc présuppose le solstice d'hiver, dont l'importance augmente d'ailleurs à mesure qu'on se déplace vers le nord (dans l'hémisphère Nord); mais comme il fait visiblement partie des derniers développements d'un ensemble Luc-Actes orienté vers Rome (où le rapprochement aura effectivement lieu au IVe siècle), ce n'est pas non plus impossible. (A contrario, les bergers donneraient plutôt à la scène un caractère estival, mais là encore tout dépend de la latitude et de l'altitude du lecteur.)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 71
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: aurore   Mer 19 Déc 2018, 22:12

Free a écrit:
Ce texte décrit (déjà et peut-être) la victoire de la lumière sur l'obscurité, en effet les bergers veillant auprès de leurs bêtes dans les champs, pour la nuit la plus longue de l'année, sont informés les premiers, par les anges dans le ciel, de la venue du Sauveur, à cette occasion le texte précise que "la gloire du Seigneur se mit à briller tout autour d'eux".


Peut-être l'auteur a-t-il présent à l'esprit la puissance de Rome occupant cette partie du monde, faisant tomber des ténèbres sur la population et le système religieux.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: aurore   Mer 19 Déc 2018, 23:12

Et pourtant l'ensemble Luc-Actes est pro-romain jusqu'à l'obséquiosité ! Ici même le recensement de Quirinius (6 après J.-C. ! Cf. Actes 5,37) paraît providentiel, et les protagonistes s'y soumettent de bonne grâce (malgré l'anachronisme historique et le contresens géopolitique)...

Le "monde" (ou la "terre habitée", oikoumènè, 2,1; cf. 4,5; 21,26; Actes 11,28; 17,6.31; 19,27; 24,5) se confond avec l'empire romain; il n'y a guère que l'Apocalypse, très anti-romaine au contraire, pour penser au-delà (du côté de l'empire parthe concurrent, à l'est: les rois du soleil levant, et probablement le premier cavalier au cheval blanc et à l'arc, cf. la "flèche du Parthe"); et éventuellement le "Scythe" de Colossiens 3,11.

Plus largement, il est certain que tous les symboles du christianisme sont affectés par son extension au-delà de sa zone géographique de référence initiale (l'empire romain essentiellement): ils y gagnent parfois vers le nord (ainsi Noël chez les Germains et au-delà, où le solstice est plus sensible), mais ils y perdent vers le sud, jusqu'à se renverser complètement dans l'hémisphère Sud (Noël au solstice d'été, Pâques en automne)...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: aurore   Jeu 20 Déc 2018, 15:27

Je serais absent du forum pendant les fêtes :


Joyeux Noël à toutes et à tous



 


 


Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: aurore   Jeu 20 Déc 2018, 16:52

Joyeux Noël !

(Texte et traduction: 1, 2, 3, 4, 5, 6: le commentaire "intérieur" ou "communautaire" des solistes ou du chœur alternant avec les lectures bibliques -- récitatifs -- gagne à être lu au fil de l'écoute. L'épisode des mages, dont nous avons beaucoup parlé ces jours-ci, commence à la partie 5 = 1h41' -- pour l'Epiphanie -- et culmine avec le choral Ich steh an deiner Krippen hier, "je me tiens ici devant ta crèche", 6/6 = 2h17'45".)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: aurore   Ven 28 Déc 2018, 14:46

Citation :
Joyeux Noël !
(Texte et traduction: 1, 2, 3, 4, 5, 6: le commentaire "intérieur" ou "communautaire" des solistes ou du chœur alternant avec les lectures bibliques -- récitatifs -- gagne à être lu au fil de l'écoute. L'épisode des mages, dont nous avons beaucoup parlé ces jours-ci, commence à la partie 5 = 1h41' -- pour l'Epiphanie -- et culmine avec le choral Ich steh an deiner Krippen hier, "je me tiens ici devant ta crèche", 6/6 = 2h17'45".)


Merci pour cette découverte ... Emouvant,  sublimement beau et grandiose !!!


L'Épiphanie est une fête chrétienne qui célèbre le Messie venu et incarné dans le monde et qui reçoit la visite et l'hommage des rois mages. Elle a lieu le 6 janvier1. Depuis 1971, dans les pays où l'Épiphanie n'est pas un jour férié, elle peut se fêter le deuxième dimanche après Noël, c'est-à-dire le premier dimanche qui suit le 1er janvier.2 En France, c'est le cas depuis 1802, règle qui a été instaurée par un décret du cardinal Caprara3, légat du pape Pie VII.
La fête s'appelle aussi « Théophanie », qui signifie également la « manifestation de Dieu ».
Diverses coutumes sont observées à cette occasion. En France, depuis le Moyen Âge, une « galette des rois » ou un « gâteau des rois », pâtisseries contenant une fève, sont partagées ce jour-là ; celui qui trouve la fève dans sa part est surnommé « roi ».

À l'origine, une fête de la Lumière

À l'origine, l'Épiphanie fait partie du cycle de Noël et tire son fond et son sens des célébrations païennes de la Lumière. En effet, Noël, avant d'être un jour, est d'abord un cycle qui atteint son apogée au jour marquant le solstice d'hiver, le 22 décembre. Cette nuit du solstice — la plus longue de l'année — annonce le rallongement des jours et — par extension — la renaissance de la Lumière censée être à l'origine de toutes choses. Puis la célébration se prolonge après le 25 décembre durant un nombre de jours hautement symbolique : 12 jours et 12 nuits.
 Le nombre 12 représentant entre autres la Totalité (12 mois, 12 heures, 12 dieux olympiens, 12 tribus d'Israël, 12 apôtres, etc.)
 Le cycle prend fin le 6 janvier. C'est à ce moment que les jours commencent à s'allonger de façon sensible, que la promesse de la nuit solsticiale est tenue, et c'est cette date que choisit le Père de l'Église Épiphane de Salamine, dans son Panarion, comme date de naissance de Jésus, afin de réfuter une date concurrente proposée par la secte gnostique des Alogoi8. On célèbre alors l'Épiphanie, la manifestation de la Lumière. Par sa forme ronde et sa couleur dorée, la galette symbolise le soleil. Il est à noter également que c'est ce jour (en tout cas son équivalent, car le calendrier alors en vigueur — le calendrier julien — diffère du nôtre) qu'avait lieu sous la Rome antique la fête des 12 Dieux épiphanes (autrement dit les 12 Olympiens).


Une fête chrétienne

Jusqu'à la fin du IVe siècle, l'Épiphanie est la grande et unique fête chrétienne « de la manifestation du Christ dans le monde » (manifestation exprimée, d'abord, par la venue des mages puis par différents épisodes : la Nativité, la voix du Père et la présence d'une colombe lors du baptême sur le Jourdain, le miracle de Cana, etc.). Des pères de l'Église comme Jean Chrysostome ont fixé des traditions pour commémorer le même jour trois événements lors de la fête de la théophanie : l'adoration des mages, le baptême dans le Jourdain situé trente ans plus tard et les noces de Cana trente-et-un ans plus tard. Dès le Moyen Âge, la liturgie chrétienne a rassemblé ces trois événements11 mais la piété et l'art chrétiens ont privilégié l'adoration des mages.
Depuis l'introduction d'une fête de la Nativité (Noël) le 25 décembre, la liturgie actuelle de l'Épiphanie met l'accent sur des sens spécifiques selon les confessions et les cultures12.
Depuis le XIXe siècle on l'appelle aussi le « jour des rois » en référence directe à la venue et à l'adoration des rois mages.
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89piphanie


Dernière édition par free le Ven 28 Déc 2018, 17:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: aurore   Ven 28 Déc 2018, 16:32

Ravi que tu aies écouté et apprécié (Bach) ! Je l'avais certainement déjà évoqué les années précédentes (de même que les "Passions", de Matthieu ou de Jean, de l'autre côté du "cycle").

L'"épiphanie" (epiphaneia, non au sens de la fête ni de l'épisode des mages mais de "manifestation" ou d'"apparition", substantif et nom commun) fait partie du vocabulaire tardif du NT (2 Thessaloniciens 2,8; 1 Timothée 6,14; 2 Timothée 1,10; 4,1.8; Tite 2,13). C'est un terme "eschatologique", quasi-synonyme de "révélation-dévoilement" (apokalupsis = apocalypse) mais sans l'image du "voile", et équivalent de "parousie" = "avènement". Le rapport à Cana tient à l'usage du verbe apparenté phaneroô en Jean 2,11 (il manifesta sa gloire); également apparentés à ce langage "photologique", de manifestation de et par la lumière (phôs), nos mots de phénomène (ou d'épiphénomène), mais aussi de fantôme et de fantasme (apparitions). (Cf. p. ex. Colossiens 3,3s).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: aurore   

Revenir en haut Aller en bas
 
aurore
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» probléme avec couleur aurore
» Notre-Dame Porte de l'Aurore
» [EN IMAGE] Aurore australe
» Aurore polaire
» Anniversaires chez Aurore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: