Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 old news

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narkissos



Nombre de messages : 4515
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: old news   Mar 28 Avr 2015, 13:17

Avez-vous compris tout cela ?
-- Ils lui disent: Oui.
Alors lui leur dit: Voilà pourquoi tout scribe instruit
(ou: devenu disciple) du règne (ou royaume) des cieux est semblable à un homme, un maître de maison, qui fait sortir de son trésor du neuf et du vieux (ou: du nouveau et de l'ancien).
(Evangile selon Matthieu, 13,51s).

Cette conclusion originale, chez "Matthieu", de la séquence des "paraboles" (sept en l'occurrence), est souvent lue comme une "signature" discrète de l'auteur (ou du moins d'un rédacteur) du livre, hommage à une corporation des scribes (cf. 8,19; 23,34; comparer avec Siracide 38) par ailleurs très malmenée dans le texte (de 2,4 à 27,41, et surtout dans le chapitre 23; mais bien sûr il s'agit de "leurs" scribes, 7,29). Pour être invérifiable, cette hypothèse n'est pas moins vraisemblable que la tradition qui attribue l'évangile à un Matthieu collecteur d'impôts, à la faveur d'une variante des listes apostoliques.

Ce logion supplémentaire rappelle aussitôt celui de 9,16s (qui vient de Marc 2,21s: pièce neuve et vieux vêtement, vin nouveau et vieilles outres; cf. Luc 5,36ss) auquel "Matthieu" ajoutait déjà discrètement sa petite conclusion à lui: ainsi les deux -- le nouveau et l'ancien -- se gardent.

Ces notations sont, bien sûr, "idéologiquement cohérentes" avec le parti-pris de fidélité à la Loi manifeste dans l'œuvre (5,17ss etc.). Plus profondément peut-être, elles donnent à penser -- notamment au rapport de l'écriture (ou de la trace) au temps (ou à la durée): le scribe (grammateus, l'homme de la lettre) est moins enclin qu'un autre à s'enthousiasmer devant la "nouveauté", l'"instantané", le "spontané" de l'"événement". Le "nouveau" ne lui fait pas oublier l'"ancien" -- ce que lui reproche peut-être la conclusion que Luc ajoute de son côté au logion commun (5,39: "personne, ayant bu du (vin) vieux, ne veut du nouveau, car il dit: le vieux est bon -- khrèstos").

Cf. http://etrechretien.discutforum.com/t302-ce-que-je-retiens-de-matthieu
http://etrechretien.discutforum.com/t353-la-nouveaute-chretienne
http://etrechretien.discutforum.com/t1037-aurore
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3569
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: old news   Mar 28 Avr 2015, 18:00

Citation :
Cette conclusion originale, chez "Matthieu", de la séquence des "paraboles" (sept en l'occurrence), est souvent lue comme une "signature" discrète de l'auteur (ou du moins d'un rédacteur) du livre, hommage à une corporation des scribes (cf. 8,19; 23,34; comparer avec Siracide 38) par ailleurs très malmenée dans le texte (de 2,4 à 27,41, et surtout dans le chapitre 23; mais bien sûr il s'agit de "leurs" scribes, 7,29). Pour être invérifiable, cette hypothèse n'est pas moins vraisemblable que la tradition qui attribue l'évangile à un Matthieu collecteur d'impôts, à la faveur d'une variante des listes apostoliques.

Le titre de "scribes" fait-il allusion à des scribes juifs ayant reçu une formation rabbinique et en plus une instruction concernant le royaume ou à des croyants chrétiens qui méritent cette appelation de scribes en raison de leur érudition et de leur connaissance du royaume (donc scribes spécifiquement chrétiens) ?

On retrouve ces scribes (spécifiquement chrétiens) en Mt 23,34 :

"C'est pourquoi, moi, je vous envoie des prophètes, des sages et des scribes. Vous tuerez et crucifierez les uns, vous fouetterez les autres dans vos synagogues et vous les persécuterez de ville en ville"

L'évangile de Matthieu ne veut pas que ces scribes soient parés des titres de "Rabbi", "père" ou "docteur".


Dernière édition par free le Mer 29 Avr 2015, 10:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4515
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: old news   Mar 28 Avr 2015, 18:33

La formulation de 13,52 suggère que le "scribe" l'est (scribe) avant d'être "devenu disciple du royaume des cieux". Cela dit, il ne faut pas tout à fait confondre "scribe" et "pharisien", car si la corporation des scribes occupe une place prépondérante dans l'école pharisienne et dans le judaïsme rabbinique qui en est le prolongement direct, avant la destruction du temple il y a des scribes dans toutes les "écoles" du judaïsme.

Quant à 23,34, rien ne dit qu'il se réfère à des scribes "spécifiquement chrétiens"; le v. suivant élargit le propos à l'ensemble des envoyés de Dieu persécutés depuis Abel jusqu'à Zacharie (c.-à-d. du premier au dernier meurtre de la "bible hébraïque" qui tous deux demandent vengeance, de Genèse 4 à 2 Chroniques 24 -- les Chroniques étant le dernier livre du "canon pharisien" -- malgré la confusion des "Zacharie", cf. Isaïe 8,2 LXX et Zacharie 1,1 d'où vient le patronyme "fils de Barachie"). Dans le parallèle de Luc (11,49s), la phrase se présente en outre comme une citation de "la Sagesse de Dieu" (c'est elle et non Jésus qui "envoie"), et les "sages et scribes" sont remplacés par des "apôtres" (ce qui peut s'entendre au sens général d'"envoyés").
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3569
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: old news   Mer 29 Avr 2015, 11:24

Citation :
La formulation de 13,52 suggère que le "scribe" l'est (scribe) avant d'être "devenu disciple du royaume des cieux". Cela dit, il ne faut pas tout à fait confondre "scribe" et "pharisien", car si la corporation des scribes occupe une place prépondérante dans l'école pharisienne et dans le judaïsme rabbinique qui en est le prolongement direct, avant la destruction du temple il y a des scribes dans toutes les "écoles" du judaïsme.

L'évangile de Matthieu respecte l'enseignement des scribes et des pharisiens :

"Les scribes et les pharisiens se sont assis dans la chaire de Moïse" (23,2)

Le Jésus de Matthieu ne s'oppose pas à la science scolaire et à l'érudtion. La formation des scribes est moyen pour eux de comprendre la nouveauté du message de Jésus. Cela suppose que l'Eglise devait posseder des hommes formés selons les méthodes rabbiniques.


Citation :
Ce logion supplémentaire rappelle aussitôt celui de 9,16s (qui vient de Marc 2,21s: pièce neuve et vieux vêtement, vin nouveau et vieilles outres; cf. Luc 5,36ss) auquel "Matthieu" ajoutait déjà discrètement sa petite conclusion à lui: ainsi les deux -- le nouveau et l'ancien -- se gardent.

J'aime bien l'idée que la nouveauté et le modernisme, n'annulent pas la tradition et le passé. Pour Matthieu la connaissance des écritures juives est une condition pour apprehender les mystères du royaume des cieux.

Nous ne travaillons pas à “revenir au passé”. […] Mais il ne nous suffit pas, non plus, qu’une chose ait rompu ses attaches profondes avec le passé pour qu’elle nous paraisse admirable. Nous n’arrivons ni avec un “christianisme nouveau” ni avec une “philosophie nouvelle”. […] Nous ne serons ni rétrogrades ni aventuriers. Ce sont là des manières d’opposer les choses nouvelles et les anciennes [nova et vetera], qui ne nous plaisent guère et qui semblent mettre en demeure de choisir les unes et les autres. Ce dilemme, nous le rejetons. (Charles Journet, "Définitions", Nova et Vetera, vol. 1, 1/1926, p. 6-7)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4515
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: old news   Mer 29 Avr 2015, 13:13

La position de "Matthieu" par rapport à la halakha (doctrine pratique, règle de vie) pharisienne peut paraître assez confuse ou contradictoire. Cela tient sans doute à la diversité de ses rédactions successives, mais aussi à son principe général de composition: d'un côté en effet il transmet, tout en les modifiant subtilement, peut-être trop subtilement (procédé et manière de scribe ?) pour qu'un lecteur distrait des quatre évangiles s'en aperçoive, la quasi-totalité des textes de Marc qui dépeignent un Jésus en conflit ouvert avec la halakha pharisienne, et même avec la Torah; de l'autre, dans ses apports propres, il suggère plutôt qu'il n'y a rien à retrancher à la halakha pharisienne, qu'il faut au contraire la dépasser par une pratique encore plus exigeante (5,17-20; 23,3s.23, à lire attentivement: il faut faire tout ce que les pharisiens disent de faire, mais davantage et mieux qu'eux ne le font).

Par ailleurs, on ne répétera sans doute jamais assez (à cause du poids de la caricature héritée en grande partie des évangiles) que les pharisiens occupent dans le judaïsme du Ier siècle une position plutôt 1°) novatrice et 2°) modérée*: ce ne sont pas des conservateurs intransigeants, et c'est précisément ce que leur reprochent leurs adversaires à partir de différents points de vue: les sadducéens qui ont la haute main sur le sacerdoce du temple s'en tiennent à une application stricte et littérale de la Torah (principalement rituelle), refusant de mettre sur le même plan aucun autre écrit (Prophètes = nebi'im, Ecrits = ketoubim) et a fortiori une "tradition orale" comme celle des pharisiens; les "sectaires" ("esséniens" ou autres) des textes de la mer Morte qui contestent la prêtrise de Jérusalem tiennent aussi pour leur ordre rituel particulier, qu'ils estiment plus ancien et plus authentique, même si cela se traduit à l'inverse chez eux (faute de temple) par une activité littéraire considérable; sur le plan politique et militaire, les "zélotes" jusqu'au-boutistes s'estimeront également trahis vers la fin de la Guerre juive par les pharisiens qui dans la ligne de ben Zakkai acceptent de composer avec Rome pour sauver un judaïsme "laïque" (sans temple et sans prêtrise). C'est dire que le rapport ancien / nouveau ne coïncide pas, dans la majeure partie du Ier siècle, avec une ligne de démarcation juif / chrétien, et qu'aux yeux de beaucoup de juifs les pharisiens peuvent apparaître aussi (voire plus) "novateurs" ou "traîtres" à leur manière que certains mouvements "proto-chrétiens". Ce qui est difficile à percevoir à partir de la situation "bipolaire" ultérieure, où la synagogue pharisienne va devoir assumer l'intégralité de l'identité juive (donc "l'ancien"), et l'Eglise chrétienne fédérer tant bien que mal de son côté ce qui s'y oppose pour des raisons très diverses (soit un "nouveau" extrêmement disparate).

*Dans le Talmud, le judaïsme rabbinique rejoue et réassume son parti-pris de modération, avec l'opposition intra-pharisienne entre Shammaï-le-sévère et Hillel-l'accommodant, en donnant systématiquement raison à toutes fins pratiques (halakha) à celui-ci contre celui-là -- c'est une voix divine, bath-qol, la "fille de la Voix", qui les départage une fois pour toutes, en disant que les paroles de l'un et de l'autre sont toutes paroles du Dieu vivant, mais que la halakha suit la voie de Hillel... (Cf. Talmud de Babylone, Erubin 13b; Talmud de Jérusalem, Sotah iii, 4.)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3569
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: old news   Mer 29 Avr 2015, 17:50

Citation :
Cela tient sans doute à la diversité de ses rédactions successives, mais aussi à son principe général de composition: d'un côté en effet il transmet, tout en les modifiant subtilement, peut-être trop subtilement (procédé et manière de scribe ?) pour qu'un lecteur distrait des quatre évangiles s'en aperçoive, la quasi-totalité des textes de Marc ...

Mt 21 41 et 43 élucide Mc 12,9 - 11 :

"Ils lui répondirent : Ces misérables, il les fera disparaître misérablement, et il louera la vigne à d'autres vignerons qui lui donneront les fruits en leur temps.
C'est pourquoi, je vous le dis, le règne de Dieu vous sera enlevé et sera donné à une nation qui en produira les fruits."

"Que fera donc le maître de la vigne ? Il viendra, il fera disparaître les vignerons et il donnera la vigne à d'autres. N'avez-vous pas lu cette Ecriture :

C'est la pierre que les constructeurs ont rejetée qui est devenue la principale, celle de l'angle ; cela est venu du Seigneur,  c'est une chose étonnante à nos yeux."


L'évangile de Matthieu apporte une explication absente chez Marc ... "C'est pourquoi, je vous le dis, le règne de Dieu vous sera enlevé et sera donné à une nation qui en produira les fruits"

Le rédacteur de l'évangile de Matthieu agit, selon Marguerat, comme un "scribe inspiré", capable de transmettre de nouvelles paroles et interprétations de la part de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4515
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: old news   Mer 29 Avr 2015, 18:05

Cf. http://etrechretien.discutforum.com/t775p15-pere-pardonne-leur-car-ils-ne-savent-ce-qu-ils-font-luc-2334#16850 (24.4)

Outre l'antijudaïsme paradoxal de Matthieu et bien que ça n'ait guère de rapport avec le présent sujet*, on peut aussi remarquer en 21,43 le thème, assez rare et tardif dans le NT (implicite dans les deutéro-pauliniennes = Colossiens-Ephésiens, explicite dans la Première de Pierre, 2,9s), du christianisme (ou de l'Eglise) comme (nouvelle) nation (au moins par "métaphore" du sens ancien et "ethnique" du mot, ethnos), ni juive ni "païenne" (le pluriel du même mot, ethnè, désignant par calque de l'hébreu goyim les "non-juifs" ou "païens"). La question de savoir si les chrétiens doivent ou non se considérer comme une nouvelle nation, voire comme une "tierce race" ou un "tiers genre" (tertium genus), va prendre une importance considérable aux IIe et IIIe siècles.

*Par-delà le côté "curiosité biblique", si j'ai cité Matthieu 13,51-52 dans cette rubrique à vocation plutôt "méditative", c'est surtout parce qu'il me semble de nature à nourrir une réflexion sur le rapport de chacun au temps et à l'histoire, à une "vie" comme passé plus ou moins marqué de changements, de ruptures ou d'arrachements, de pertes et d'abandons irrémédiables, de trahisons ou de désertions, de conversions et de déconversions, de souvenirs mauvais et bons, de traces, de cicatrices, de vestiges, de fantômes -- de morts en tout genre, masculin et féminin compris -- qui complique singulièrement son rapport à la "vie" comme "présent" et "avenir", tout en le rendant précisément possible comme rapport. Comment cela se "gère", comme on dit, ainsi que de la tierce position d'un "maître de maison" qui ne s'identifie ni tout à fait à l'ancien, ni tout à fait au nouveau de son "trésor", pour pouvoir jouer de l'un et/ou de l'autre au gré des circonstances; ou d'un "scribe" qui sans être tout à fait "auteur" ni "interprète" a partie liée avec un texte qu'il fréquente et travaille quotidiennement sans pouvoir jamais le réduire à la simplicité univoque ou même cohérente d'une "idée", d'une "synthèse" ou d'une "conclusion". Il y va de l'écriture et de ce qui lui ressemble.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: old news   

Revenir en haut Aller en bas
 
old news
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actualités OVNI sur News of tomorrow
» Quelques petites news
» SDA - ACTUALITES/NEWS
» Alyaexpress-news, le nouveau site d'actualité en Israel
» Faut-il bannir la rubrique étrangeté du site "News of tomorrow" ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: