Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1975, 40 ans déjà

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: 1975, 40 ans déjà   Mar 05 Mai 2015, 15:57

Parmi tous ceux et celles qui soit se sont refroidis dans leur pratique religieuse, soit ont quitté ou ont été exclus des Témoins de Jéhovah, beaucoup ont gardé en mémoire ce qui s'est passé en 1975

Quelques années auparavant cette date fatidique, les publications de la société Watchtower ont émis l'idée qu'il était fort possible que Dieu intervienne au milieu des années 1970 (cf La vie éternelle dans la liberté des fils de Dieu p.28 à 30 paragraphes 41 à 43; p. 35).

De nombreux Témoins se sont enflammés à la lecture des possibilité de fin du système de chose, pour ne pas dire plus. Certains voyaient ainsi 1975 comme la dernière année à vivre avant la bataille d'Armageddon voire l'instauration du paradis terrestre.

Je me rappelle, fraîchement baptisé (en octobre 1974), mon étonnement devant la prétention émise par certains pour convaincre des personnes, rencontrées au cours du porte à porte, que nous vivions les derniers jours puisque nous étions en 1975.

Voilà 40 ans ont passé et rien de ce qui a été prédit, annoncé n'est arrivé. Depuis une autre génération de Témoins est arrivée ignorant complètement l'année 1975 avec son cortège d'espoir qui a fini par engendré déception et rancœur.

Depuis j'a appris à être beaucoup plus prudent dans mes convictions et j'ai perdu une bonne partie de mes illusions, ce qui m'a permis de mieux regarder le monde autour de moi. Je fais partie de ceux que l'organisation qualifie de faibles, bien que je pense être plus fort en un sens.

Et vous, qu'avez-vous ressenti après cet échec des évènements annoncés comme devant marquer 1975?
En avez-vous seulement entendu parler?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4858
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mar 05 Mai 2015, 18:57

le chapelier toqué a écrit:
Et vous, qu'avez-vous ressenti après cet échec des évènements annoncés comme devant marquer 1975?

Ce qui m'a le plus étonné après, c'est que dans mon entourage immédiat la date elle-même (je veux dire la date précise, qui devait tomber quelque part en septembre ou octobre 1975 d'après les calculs de F.W. Franz) est passée sans que personne en parle. Ce n'est qu'un mois plus tard à peu près que j'ai entendu quelqu'un plaisanter en disant (quelque chose comme) "Il y a exactement 6000 ans, ça fait maintenant un mois qu'Adam est dans son jardin, et pour la première fois il aperçoit la queue d'un lion" (allusion à la période indéterminée censée séparer la création d'Adam de celle d'Eve et donc de la fin du "sixième jour"), et que je me suis dit: tiens, oui, au fait, c'est passé...

C'est assez logique au fond: puisque ce qui était annoncé n'était pas un événement unique et soudain pour un jour J mais une séquence d'événements assez longue ("paix et sécurité", destruction de "Babylone la Grande", attaque de "Gog de Magog" et "Har-Maguédon", si je n'oublie rien), l'ensemble est devenu progressivement fantasmatique et s'est évaporé tout seul à mesure que les mois passaient sans rien qui y corresponde, de telle sorte que plus personne ne pensait à la "date" proprement dite lorsque celle-ci est effectivement arrivée.

Il faut dire qu'autour de moi, les opinions sur le sujet avaient été auparavant très partagées. Nous nous étions "convertis" en 1972, dans une congrégation qui était très affirmative sur 1975 (je me souviens d'une discussion privée avec un "aîné", comme on disait alors, à qui j'avais demandé: "Et qu'est-ce que tu feras si ça n'arrive pas en 75 ?" et qui m'avait répondu: "Je ne me pose même pas la question ! Ça arrivera en 75 !"). Mon père de son côté y était fortement opposé (citant non sans à-propos le texte "c'est à une heure que vous ne pensez pas que le Fils de l'homme viendra"), mais son point de vue était minoritaire et plutôt mal vu. Dans l'intervalle nous avons formé une nouvelle congrégation qui était beaucoup plus modérée sur ce genre de question.

Cela dit, je n'ai jamais entendu directement parler (même dans la première congrégation) de défection associée à une déception sur l'année 1975: même l'"ancien" dont je parlais a continué comme si de rien n'était (quelques années plus tard j'ai retrouvé l'un de ses fils au Béthel); j'ai donc été surpris de constater a posteriori, dans les statistiques, que la défection avait en fait été massive à l'échelon mondial (mais probablement aussi progressive et discrète: personne ne voulait donner l'impression d'avoir "servi pour une date").

En ce qui me concerne, j'étais de toute façon dans une "dynamique" inverse: c'est courant 1975 (quand la date n'était déjà plus du tout crédible) que j'ai quitté le lycée pour devenir "pionnier". Et le "tournant" éditorial de la Watchtower qui s'est amorcé à ce moment-là (sous l'influence de Raymond Franz notamment, comme je l'ai compris par la suite), délaissant les questions "chronologiques" et "prophétiques" en général pour se recentrer sur des éléments plus "fondamentaux" du christianisme, me convenait tout à fait. C'est le virage d'après, en 1980, avec la réaffirmation des doctrines spécifiques du jéhovisme et la chasse aux "apostats", qui m'a mis la puce à l'oreille, et il a encore fallu au moins cinq ans (de Béthel) pour que j'en tire les conséquences...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mar 05 Mai 2015, 21:06

A propos des défections, tu as raison dans "ma" congrégation je n'ai pas remarqué à ce moment là de départ en masse. Certains ne venaient plus mais on mettait cela sur le compte de la pression exercée par "le monde". Bien sur en y réfléchissant après coup je pourrais compter un nombre remarquable de personnes que je connaissais bien et que je n'ai plus revu. Je me rappelle le cas d'apostasie qu'y m'a été rapporté sans autre précision. J'avais pensé que ces personnes étaient retournées à leur ancienne confession. Mais peut-être n'était-ce pas le cas.

C'est seulement aux environs de l'an 2000 que le tout de passe-passe avec la mise à l'écart de la date de 1975 m'a interpellé. 25 ans c'est presque le temps d'une génération, je ne suis pas suisse pour rien.....
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4858
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mar 05 Mai 2015, 22:43

le chapelier toqué a écrit:
C'est seulement aux environs de l'an 2000 que le tout de passe-passe avec la mise à l'écart de la date de 1975 m'a interpellé.

Que veux-tu dire par là ?
S'il y a eu une remise en question des calculs chronologiques aboutissant à 1975 comme fin des "6000 ans d'histoire humaine", je n'en ai jamais entendu parler...
Il est vrai que dans la mesure où la Watch n'affirme plus que ses "jours de création" sont de 7000 ans (sans avoir d'ailleurs, à ma connaissance, jamais officiellement révoqué cet enseignement), elle introduit une marge supplémentaire de jeu dans la mécanique (outre le décalage création d'Adam / début du 7e jour qui était déjà passablement extensible, puisque sauf erreur de ma part le premier élément "daté" de la vie d'Adam est à + 130 ans = naissance de Seth); mais ce calcul-là était tout à fait indépendant de celui de 1914 et de sa "génération" (c'est bien par la convergence apparente de deux calculs indépendants que l'ensemble pouvait paraître convaincant, dans les années 60-70: d'une part -607 + 2520 = 1914 + 60 [80 - 20] = 1974, d'autre part - 4026 + 6000 [7000 - 1000] = 1975...).

A la réflexion, si je n'ai pas "vu" de défection c'est peut-être parce que j'ai changé souvent de congrégation au gré de mes affectations -- quoique je sois resté jusqu'au bout en contact avec la première (ou plutôt la deuxième), celle où j'avais passé toute mon adolescence (tout un groupe est même venu me voir au Béthel alors que j'avais déjà donné ma démission, c'était assez surréaliste). Quant aux "apostats", je suis le premier que j'aie rencontré ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mer 06 Mai 2015, 10:50

Officiellement il n'y a pas eu d'annonce pour supprimer 1975 ou reconnaître cette prédiction comme ayant été une erreur. Cependant, on n'a plus jamais parlé de 1975, du moins dans les publications.

Ce sont plutôt les Témoins eux-mêmes qui en parlaient encore pendant quelques années après 1975. De la part de l'organisation il y a eu une mise à l'écart. On pouvait entendre parler de 1925, à propos des ces millions qui ne mourront pas avant de voir Armageddon, mais plus rien quant à 1975. Le fait que le nombre de baptisés ait atteint un nombre très impressionnant en 1974 peu avant 1975 est passé sous la table.

Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4858
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mer 06 Mai 2015, 17:19

On comprend qu'ils ne s'en vantent pas !
J'ai regardé sur jw.org (depuis 2000), et c'est vrai que la plupart des mentions de "1975" parlent de tout autre chose. Mais j'ai quand même trouvé ceci dans l'Annuaire 2012 (sur la Norvège):
Citation :
DES ATTENTES DÉÇUES
Le nombre des proclamateurs est en constante augmentation du milieu des années 1960 au milieu des années 1970. Mais les attentes concernant 1975 mettent à l’épreuve la foi de certains. Comme la grande tribulation ne débute pas cette année-là, quelques-uns quittent l’organisation de Jéhovah. Entre 1976 et 1980, le nombre des proclamateurs baisse légèrement. D’autres, déçus, ralentissent leur activité pendant un temps. Mais comment réagit la majorité des serviteurs de Jéhovah ?
“ Il y avait beaucoup d’attentes et d’effervescence à propos de 1975, reconnaît Hans Jakob Lilletvedt, mais ma foi ne reposait pas dessus. ”
“ Nous ne nous étions pas voués à Jéhovah avec une date précise à l’esprit, alors nous avons simplement continué sans rien changer ”, résument John et Edith Johansen, des Témoins de longue date.
Lea Sørensen tient le raisonnement suivant : “ Je vais servir Jéhovah éternellement. Alors, que la fin arrive en 1975 ou après, ça n’a pas d’importance. ”
On peut reprocher à la Watchtower de passer ici sous silence l'origine des "attentes" en question. Elle a quand même expressément reconnu dans la seconde moitié des années 70 sa responsabilité éditoriale en la matière, même si elle l'a fait trop peu et trop tard. D'un autre côté, on peut concevoir qu'une direction devenue "collégiale" précisément à la suite de ce fiasco imputable pour l'essentiel à un seul homme, Frederick W. Franz (et aussi à Nathan H. Knorr qui disposait d'un pouvoir absolu en théorie mais faisait une confiance aveugle au précédent), peine à assumer collectivement la faute; et qu'elle ne puisse pas non plus s'en disculper en chargeant le principal coupable, d'autant que celui-ci écrivait anonymement -- et, accessoirement, s'est trouvé propulsé au poste de président de 1977 à 1992, quoique avec moins de pouvoir personnel que son prédécesseur et lui-même en avaient eu auparavant.
Je suis d'ailleurs assez persuadé que sur ce coup-là Franz était à peu près aussi sincère que le TdJ de base: s'il n'avait pas vraiment cru à ses propres "découvertes", il n'aurait pas pris de tels risques à si brève échéance.
Enfin, il ne faut pas oublier que pour être "irresponsables" les discours tenus sur ce sujet n'étaient pas "dogmatiques": jusqu'en 1975, du sommet à la base de la hiérarchie les avis sur cette date étaient partagés, il y avait les "pour" et les "contre", ceux qui en rajoutaient et ceux qui bémolisaient (en termes de certitude ou d'incertitude). On pouvait douter ouvertement, publiquement, que la (semi-)prédiction s'accomplirait sans passer pour un "apostat": si ce n'était pas forcément "bien vu" par le groupe local, ça n'entraînait aucune conséquence "judiciaire". Or ça c'est une possibilité qui n'existe quasiment plus pour les TdJ depuis 1980. L'organisation (désormais collégiale) ne s'aventure plus guère sur des terrains aussi glissants, mais en revanche elle exige l'adhésion intégrale à son corps de doctrine, sans discussion et sous peine d'exclusion-excommunication systématique.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Jeu 07 Mai 2015, 13:23

narkissos a écrit:
On pouvait douter ouvertement, publiquement, que la (semi-)prédiction s'accomplirait sans passer pour un "apostat": si ce n'était pas forcément "bien vu" par le groupe local, ça n'entraînait aucune conséquence "judiciaire". Or ça c'est une possibilité qui n'existe quasiment plus pour les TdJ depuis 1980. L'organisation (désormais collégiale) ne s'aventure plus guère sur des terrains aussi glissants, mais en revanche elle exige l'adhésion intégrale à son corps de doctrine, sans discussion et sous peine d'exclusion-excommunication systématique.

Tu as raison à propos de la "contestation" possible de la date de 1975 sans que cela conduise à passer devant un comité judiciaire pardon comité de discipline religieuse. Cela m'avait échappé. Des anciens ne partageaient pas ce point de vue à propos d'une date précise voyant l'intervention divine et nous encourageaient à nous montrer prudents. à ce propos.

Pour ceux et celles qui n'ont pas connu cette époque il faut préciser que les congrégations bruissaient de discussions quant à cette possible proximité de la fin du système de chose (du monde). Lors des congrès les orateurs n'abordaient pas de front cette thématique mais ne manquaient pas d'insister sur l'approche de la fin, parfois en reprenant à leur compte la date de 1975. Entre les sessions les Témoins discutaient pour savoir quel mois verrait cette intervention tant attendue. Le livre La vie éternelle dans la liberté des fils de Dieu a été présenté lors des congrès de 1966 dans sa version originale en anglais puis en version française en 1969.
Depuis l'année 1966 une importance toute particulière avait été mise sur la fin proche, vraiment très proche puisque l'on pouvait avancer une date: 1975.

Un autre livre est sorti dans les années fin des années 1960 début 1970, les Témoins italiens l'avaient surnommé la bombe bleue à cause de la couleur de sa couverture; La Vérité qui conduit à la vie éternelle. Il contenait des déclarations d'hommes politiques dont une qui prétendait que l'humanité ne survivrait pas au-delà du milieu des années 1970 à cause de divers problèmes, famines, guerres etc...
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4858
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Jeu 07 Mai 2015, 14:09

Comment ne pas remarquer que cette évolution (qui a rendu la "liberté folle" d'un Frederick Franz des années 60 tout à fait impensable dans la Watchtower actuelle) est parfaitement conforme à celle d'un "monde" qui dans le même temps n'a cessé de se sécuriser par le même type de procédé, en soumettant toute "initiative" et "responsabilité" individuelles, de ses (prétendus) "dirigeants" surtout, à un réseau de contrôle collectif et structurel, programmatique et protocolaire, institutionnel et médiatique, professionnel et technicien, de plus en plus dense ? Moins "vertical", moins "autoritaire", moins "arbitraire" qu'à l'époque des "grands chefs" cinglés (Rutherford contemporain de Hitler, Mussolini ou Staline), mais d'autant plus contraignant à sa manière horizontale et sédimentée, molle et diffuse ?

L'ironie est que nous nous imaginons "individualistes" alors qu'aucun "individu", même très haut placé dans une hiérarchie quelconque, n'est en mesure de "décider" quoi que ce soit de "décisif".

Et pendant ce temps la "fin du monde" continue, de moins en moins lentement, de plus en plus sûrement.

Citation :
Un autre livre est sorti dans les années fin des années 1960 début 1970, les Témoins italiens l'avaient surnommé la bombe bleue à cause de la couleur de sa couverture; La Vérité qui conduit à la vie éternelle. Il contenait des déclarations d'hommes politiques dont une qui prétendait que l'humanité ne survivrait pas au-delà du milieu des années 1970 à cause de divers problèmes, famines, guerres etc...

Comment oublier Dean Acheson ? Et le comique de devoir répéter jusque dans les années 80 sa malheureuse phrase, dûment datée de 1960: "Je suis assez au courant de ce qui se passe pour vous assurer que dans quinze ans ce monde sera trop dangereux pour qu'on puisse y vivre" ?

(A force de commencer avec ce livre des "études bibliques" -- qui heureusement tournaient court dans l'immense majorité des cas -- je m'étais aperçu que j'en connaissais les premiers chapitres par cœur.)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Ven 08 Mai 2015, 09:58

Ton analyse est intéressante. Il ne m'était pas venu à l'esprit que même l'organisation des Témoins subissait de plein fouet l'influence du monde qu'elle combat pourtant avec la plus grande virulence.

Il est vrai que l'Eglise catholique a subi la même influence et malgré le combat de François actuellement, elle s'est resserré autour des hommes qui la tiennent en main ferme, la curie.

Ce que je retiens de "l'ambiance" de 1974 et 1975 me fait plus penser à un mouvement plus proche évangélique. Les notions d'apostasie, de comité judiciaire, de réprimande étaient beaucoup plus rarement mentionnées. On cherchait avant tout à "sauver" des personnes en étudiant avec elle. Il avait été émis l'idée de conduire une étude biblique pendant 6 mois afin de mener la personne au baptême. Il ne convenait pas de continuer d'étudier avec la personne pendant plus de temps puisque la fin était si proche.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4858
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Ven 08 Mai 2015, 13:03

Un "monde", c'est d'abord un "temps" (aiôn, "siècle", "âge", "époque"), et aucun des personnages qu'il réunit bon gré mal gré sur une même scène, quels que soient leurs antagonismes et même leurs différences générationnelles, n'échappe complètement à son "esprit" (esprit du temps, Zeitgeist). Vus d'un autre temps, des "contemporains" si ennemis ou ignorants qu'ils aient été les uns des autres ont toujours un "air de famille".

Les TdJ (ou les évangéliques) du début des années 1970, et surtout ceux qui étaient alors relativement jeunes, ressemblaient aussi bien par leur enthousiasme, leur naïveté, leur "idéalisme", leur goût de la rhétorique, aux idéologues politiques de la même époque et des mêmes générations. Par des chemins certes différents, tous ont connu par la suite un certain désenchantement et un certain repli, tandis qu'une "génération" plus pragmatique, plus calculatrice, plus formaliste, plus juridique, plus technicienne, prenait la relève. Et même celle-ci a un temps privilégié le risque (en matière économique puis financière, notamment, cf. l'"ultra-libéralisme") avant un nouveau tournant "sécuritaire". D'autres générations se lèveront sans doute qui vomiront la "sécurité", mais pour quelle "liberté" et avec quelle marge de manoeuvre ? Car au fil du (ou des) temps des structures se construisent qui fournissent au moins le décor, de plus en plus exigu et contraignant sauf catastrophe majeure, des scènes à venir...

Citation :
Il avait été émis l'idée de conduire une étude biblique pendant 6 mois afin de mener la personne au baptême. Il ne convenait pas de continuer d'étudier avec la personne pendant plus de temps puisque la fin était si proche.

Je me trompe peut-être mais je crois que cette consigne est venue un peu après 1975 -- je l'associe plutôt à des souvenirs de 77-78 environ, vu les lieux auxquels ils se rattachent: j'avais des "études bibliques" qui n'en finissaient pas et que j'ai dû, à contrecœur, menacer d'arrêter, ce qui a eu pour effet (je l'ai beaucoup regretté par la suite, mais je n'y pouvais plus rien) de précipiter quelques personnes (cinq ou six peut-être, mais rétrospectivement c'est toujours "trop" !) vers "l'organisation".
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Ven 08 Mai 2015, 19:43

C'est possible que cela soit après 1975, j'avais associé le phénomène des études rapides à 1974-1975.

Je me rappelle une sœur qui ne voulait pas conclure une étude si rapidement et qui a continué avec comme corolaire le baptême de la personne....

Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4858
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Sam 09 Mai 2015, 00:23

Le livre Vérité (comme on disait; tout un programme !) avait bien été conçu, dès le départ (1968), pour des "études bibliques" d'environ six mois, à raison d'un chapitre par semaine; et ça se passait souvent comme ça (ainsi en ce qui me concerne: "étude" commencée au début de l'été 72, baptisé en décembre de la même année). Mais parfois aussi ça allait bien plus lentement, soit parce que les gens n'y comprenaient rien, soit parce qu'ils discutaient beaucoup. La consigne qui est arrivée plus tard, si je me souviens bien, et que j'avais trouvée assez embarrassante, n'était pas tant de limiter l'"étude" à une durée précise que de ne pas la poursuivre au-delà du premier livre si la personne n'avait pas manifesté le désir de devenir TdJ, au moins en commençant à fréquenter les réunions (ce qu'elle était invitée à faire au cours du bouquin). Ce qui supposait qu'on lui pose directement la question dans le cas contraire, et je trouvais ça plutôt gênant: car l'"étude" était proposée au départ "sans engagement", et une fois qu'elle était devenue une habitude agréable, que des liens amicaux s'étaient tissés, c'était faire une pression certaine que de menacer de l'interrompre si précisément les gens ne souhaitaient rien d'autre qu'une "étude".
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Sam 09 Mai 2015, 12:41

Je me rappelle avoir commencé le fameux sans l'avoir jamais terminé, car j'étais un "étudiant" dissipé qui partait dans toutes les directions et qui suscitait des questions lorsqu'elle me venait à l'esprit. Heureusement la personne qui conduisait l'étude à mon épouse et à moi-même n'a pas appliqué la règle des 6 mois car je crois bien que cela aurait mis fin à mes relations avec les Témoins.

Nous sommes venus à la salle la 1ere fois pour le mémorial alors que nous avons commencé l'étude en novembre. Puis nous ne sommes pas retournés à la salle avant le début septembre.

C'était une période qui m'apparaissait plus agréable, moins stressée. Cependant, les Témoins manifestaient déjà cette idée d'être la seule religion acceptée par Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
SARAI-ESTELLE

avatar

Féminin Nombre de messages : 121
Age : 63
Date d'inscription : 15/02/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Lun 11 Mai 2015, 03:51

Bonsoir,

Ces années ont été pour nous des années très actives.
Nous étions un groupe de jeunes couples très jeunes couples de 18 à 25 ans mariés un peu rapidement car "mariés avant Harmaguédon " au cas ou 1975 serait la dernière du système !(on se rappelait si nous mourrions avant harmaguédon nous n'aurions pas la possibilité de nous marier "les ressuscités ne prennent ni femme ni mari " disaient les publications !!
Je me souviens de notre très grande "foi" en cette date !!
On prêchait beaucoup pour annoncer la fin !! Entre 1970 et 1975 la société nous mettait la pression nous disant que nous ne passerions pas Harmaguédon si on ne faisait pas le maximum voir pionnier dans ces années !!
Lors du congrès de 1968 où je me suis fait baptiser, 15 ans, nous avons eu des démonstrations de frères en prison, le frère déguisé en bagnard avec une tenue rayée, un numéro sur la poitrine, et une barbe de 8 jours seul sur l'estrade avec un halo de lumière sur lui, et il se remémorait les textes bibliques et les publications...
On nous disait qu'entre 1968 et 1975 seulement 7 ans nous séparait de la fin, et donc que la grande tribulation, les temps difficiles seraient avant donc à notre porte !!
Je peux vous dire que nous étions dans état étrange sachant que nous vivions vraiment les derniers jours !!
Quand 1975 est arrivé nous avions appris par les publications qu'Adam et Eve étaient restés dans le jardin d'Eden que peu de temps avant de concevoir le premier enfant...donc Adam était resté un certain seul, car en présence d'Eve la conception d'un premier enfant avait été très rapide.
On épiloguait des heures et des heures là dessus.


Je me rappelle dans les année 70/ 73 avoir placé jusqu'à 40 livres par mois du livre "vérité"
Et comme vous le dîtes cette citation :

[Comment oublier Dean Acheson ? Et le comique de devoir répéter jusque dans les années 80 sa malheureuse phrase, dûment datée de 1960: "Je suis assez au courant de ce qui se passe pour vous assurer que dans quinze ans ce monde sera trop dangereux pour qu'on puisse y vivre" ?[/b]

On se la répétait et on"prouvait "qu'Harmaguédon était proche!!

Après 1975 on a pas été spécialement déçu on disait cela va arriver... d'un jour à l'autre....
Par contre on s'est autorisé à avoir des enfants, chose qu'on nous "interdisait" plus ou moins avant... finalement on se disait cela nous laissait encore quelques année de plus pour se préparer !
Des discours très nombreux avaient été donnés au cours des assemblées ...
Un discours un peu virulent que je me souviens " Avoir des enfants au temps de la fin !"
Je n'ai pas connu de défection en nombre à cause de la prophétie non accomplie, c'est plus tôt une dizaine d'années après que l'on a vu des départs ou des blasés on prêchait moins aussi !!
citation :
S'il y a eu une remise en question des calculs chronologiques aboutissant à 1975 comme fin des "6000 ans d'histoire humaine", je n'en ai jamais entendu parler...

Il n'y en a jamais eu, j'ai écrit à la société la dessus..... SILENCE ! aucune réponse !
J'en ai parlé à un surveillant de circonscription ! double de ma lettre SILENCE !!
Citation de Nakissos:
(On peut reprocher à la Watchtower de passer ici sous silence l'origine des "attentes" en question.)

Je me souviens d'une Tour de Garde des années 1990 vers 1995.... qui disait :

1975 n'a pas vu l'intervention divine, comme certains auraient pû le croire !!
Certains ont vu leurs attentes déçues !!
Mon courrier reprenait cette phrase, en disant que le proclamateur lambda n'a pas inventé 1975 et donc c'est bien les "écrivains " du collège central qui nous a donné ces "nouvelles vérités " qui n'en étaient pas !!
Si on était septique on nous disait que nous étions des "hommes de peu de foi" !
Alors ceux qui y croyait en parlait tout le temps, les autres ne disait rien mais n'en pensait pas moins !!
Souvenirs de 40 ans .... déjà !! cela nous rajeunit pas !!
Saraî-Estelle
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4858
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Lun 11 Mai 2015, 22:56

Hello Saraï-Estelle,

A ma connaissance, ce qui ressemble le plus à un nostra culpa officiel -- mais qu'en termes pesés ces choses-là sont dites ! -- se trouve dans La Tour de Garde du 15 juin 1980 (je le croyais un peu antérieur, mais non !), p. 17:

Citation :
5 À notre époque, c’est le même désir ardent, louable en soi, qui a incité les chrétiens à essayer de déterminer la date à laquelle ils seront enfin libérés des souffrances et des difficultés qui accablent l’humanité. La parution du livre La vie éternelle dans la liberté des fils de Dieu, qui disait qu’il serait approprié que le règne millénaire du Christ coïncide avec le septième millénaire de l’existence de l’homme, suscita une très grande espérance à propos de l’année 1975. À l’époque, et plus tard, des déclarations insistèrent bien sur le fait que ce n’était là qu’une possibilité. Malheureusement, à côté de ces explications qui incitaient à la prudence, d’autres déclarations laissaient entendre que la réalisation de notre espérance cette année-là était non seulement possible, mais probable. Il est regrettable que ces dernières déclarations aient, selon toute apparence, fait oublier celles qui incitaient à la prudence et aient ainsi contribué à entretenir chez certains des espérances déjà nées dans leur esprit.
6 Montrant qu’il n’est pas sage de fixer ses regards sur une date en particulier, La Tour de Garde du 1er novembre 1976 disait: “Si quelqu’un a été déçu en ne suivant pas cette manière de penser, il devrait maintenant veiller particulièrement à redresser son point de vue, tout en reconnaissant que ce n’est pas la parole de Dieu qui a manqué son but ou qui l’a trompé et déçu, mais que son raisonnement était fondé sur de fausses conceptions.” En disant “quelqu’un”, La Tour de Garde entendait tous les Témoins de Jéhovah qui avaient ainsi été déçus, y compris ceux d’entre eux qui participèrent à la publication des renseignements qui contribuèrent à nourrir un espoir axé sur cette date.

Les italiques, il faut le souligner, sont du texte même de La Tour de Garde; il aura cependant fallu qu'elle s'y prenne à deux fois: en publiant d'abord, en 1976, un article qui avait tout l'air d'imputer la responsabilité de la déception aux TdJ de base, puis en offrant quatre ans plus tard une interprétation (pour le moins inattendue) de ce premier article, interprétation incluant expressément (mais anonymement) certains de ses propres rédacteurs parmi les déçus-trompés.

Une "repentance" donc, mais tardive, à demi-mot, et un peu gâchée par cette façon de s'auto-antidater, qui saupoudre la protestation de bonne foi d'une pincée de mauvaise foi (on regrette, oui, d'ailleurs on l'a déjà dit, enfin on ne l'a pas vraiment dit mais c'est ça qu'on voulait dire en ne le disant pas).

Sur le long débat en coulisses qui a abouti à ce texte, (re-)voir le chapitre 9 de Crise de conscience de R. Franz (p. 281ss de l'édition française); où l'auteur indique au passage avoir lui-même rédigé le texte en question, non comme il l'aurait voulu, mais de telle façon que celui-ci ait quelque chance d'être adopté par le Collège central.

Citation :
Après 1975 on a pas été spécialement déçu on disait cela va arriver... d'un jour à l'autre....
Par contre on s'est autorisé à avoir des enfants, chose qu'on nous "interdisait" plus ou moins avant...
Cette association d'idées me rappelle qu'une illustration très prisée des orateurs à l'époque, partiellement "biblique" et relativement efficace du point de vue rhétorique, était la suivante: quand un accouchement n'arrive pas à la date prévue, personne ne se dit "maintenant c'est trop tard, ça ne viendra plus !"
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mar 12 Mai 2015, 20:57

Ce qui explique l'amnésie ou le peu de souvenir qui restent de cette période, vient du fait que beaucoup d'acteurs ne sont plus présents pour témoigner. 40 années c'est une longue période.
Il y a eu les défections, mais pas seulement; d'autres se sont refroidis et se sont perdus loin des congrégations. Et puis certains sont décédés.

La nouvelle génération ne se rappelle pas parce qu'elle n'a pas lu l'article dont Narkissos cite un extrait. En effet qui va rechercher et lire une Tour de Garde de 1980?
Ceux qui sont encore présents ne veulent peut-être pas se rappeler ces évènements qui ont été pourtant marquants pour des millions de personnes, baptisées ou en voie de l'être. Il n'est jamais encourageant de mentionner des épisodes mettant en lumière un échec.

De nos jours l'organisation ne prend plus un tel risque, d'ailleurs le pourrait-elle encore? Elle ne compte plus à sa tête de personnage comme Fred Franz qui a fonctionné comme "le prophète interne" celui qui pouvait se permettre de faire de telles annonces sans risquer de se faire rappeler à l'ordre.

Parmi ceux et celles qui lisent les divers sujets de ce forum, certains ont connu cette époque, toute ou en partie, s'étirant de 1960 à 1980; je suis intéressé de savoir ce qu'ils/elles en pensent.
Revenir en haut Aller en bas
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mar 12 Mai 2015, 21:53

Toujours en coup de vent, les amis, à mon grand regret, j'ajoute ce petit passage infiniment moins alambiqué (et infiniment moins détaillé) qu'on trouve dans l'Annuaire de 1980, au milieu du compte-rendu marronier-cucul de l'assemblée de district de l'année précédente ("Une espérance vivante") :


Citation :
Nombreux sont les frères qui ont exprimé leur appréciation pour le discours en trois volets intitulé “Soyons des hommes de bon sens dans un monde en désarroi”. (...) Les frères ont également apprécié la franchise de ce discours dans lequel la Société a reconnu avoir une part de responsabilité dans la déception éprouvée par certains à propos de 1975.

( On ne sait pas ce qu'en ont pensé les sœurs. Very Happy "O tempora, o mores" pour faire le lien avec quelques idées émises en page précédente)

Sur l'extrait (devenu "célèbre") cité par Narkissos, je ne peux m'empêcher de remarquer le basculement de "paradigme" du collectif vers l'individuel, selon les besoins de l'instant (contrairement à l'extrait que je cite, qui en ce sens me parait être bien plus un nostra culpa, et pour tout dire le seul que je connaisse pour ce qui est de la littérature –il faudrait avoir entendu le discours dont ça rend compte).
Les articles sont anonymes pour donner l'impression qu'ils n'émanent pas "d'individus" mais de la Société (ou "l'Organisation", selon les éléments de langage actuels). Par contre, quand il faut assumer la responsabilité de l'échec, d'un seul coup on bascule dans la responsabilité "individuelle" : ce sont "certains" qui se sont plantés, des "individus", ceux qui ont rédigé. C'est en ce sens que je trouve que ce n'est pas VRAIMENT un nostra culpa, mais plutôt un genre de leur-culpa-à-eux (désolé, mes talents de latiniste ne me permettent guère de faire mieux).

(Et si j'étais mauvaise langue, j'ajouterais bien que je me demande quand et comment le lecteur est encouragé à faire la différence entre "la Société" et "certains de ceux qui publient les articles", sinon à attendre que ce soit la "Tour de Garde" elle-même qui lui dise quand il doit les différencier, après coup, en espérant que ladite différenciation émane bien de la TdG et pas d'un de ses rédacteurs qui est en train de se planter.... Mais heureusement, je ne suis pas mauvaise langue ! )
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4858
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mar 12 Mai 2015, 22:40

@ VANVDA: Tu fais bien de souligner (j'avais un petit regret de ne pas l'avoir fait) qu'il reste pas mal d'eorum culpa dans ce (quasi) nostra culpa !
Mais le dispositif diégétique de l'Annuaire que tu cites (et dont je ne me souvenais pas du tout) n'est pas non plus piqué des hannetons: "on" nous dit, tel un observateur neutre, que "les frères" (avec ou sans "sœurs") sont reconnaissants (on ne savait toujours pas traduire "appreciation", en 1980, au Béthel de France !) que "la Société" ait reconnu sa part de responsabilité. A la lettre, aucun de ces deux textes n'est un nostra culpa stricto sensu, chacun se réfère à un nostra culpa antérieur (soit dans la TdG de 1976, soit dans le discours de l'assemblée de district), qui n'aura donc jamais été écrit et publié comme tel, à la première personne du pluriel...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mar 12 Mai 2015, 23:58

En effet ! Ce qui m'a frappé en lisant ça, la première fois ( je n'ai évidemment retrouvé ce morceau de bravoure qu'après avoir pris mes distances), ce fut que cette seule occurence que j'ai trouvée où "la Société" et "responsabilité" apparaissaient ensemble dans la même phrase, servait à se FÉLICITER (via "les frères") de cette belle preuve d'honnêteté...
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4858
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mer 13 Mai 2015, 01:24

Même dans la plus stricte identité individuelle au sens de l'état-civil, il y a toujours quelque chose de faux, de faussé, qui cloche, qui ne tourne pas rond, qui ne revient pas (de l'objet au sujet) dans la soi-disant réflexivité de la voix pronominale. Quand je dis que je me confesse ou que je me repens, c'est toujours un peu un autre que je confesse ou repens (si j'ose dire), de sorte que ce qui rend la confession ou la repentance possible est aussi ce qui la rend impossible, et réciproquement... (Derrida a écrit de belles pages là-dessus.)

Mais cela devient franchement grotesque dès lors qu'il y va d'"identités collectives" ou de "personnes morales". Le discours de "la France" sur "Vichy" par exemple, qu'elle "renie" ou qu'elle "assume", est tout aussi ridicule et dérisoire que les acrobaties de la Watch sur sa (petite) histoire... Il y a de l'irréparable et les "responsables" ne sont jamais vraiment là pour en répondre...

Je me rappelle m'être un jour mis en fureur (excessive sans doute) contre mon père qui tenait un discours du genre "nous avons commis des erreurs" (sur des questions à la fois familiales et religieuses en l'occurrence): rien qu'en disant ça, tu te places dans la position de celui qui a raison maintenant, tout aussi sûrement que tu croyais avoir raison à l'époque; dans les deux cas et par une simple pirouette, toujours du bon côté et en situation de donner des leçons. Arrive un moment où la seule chose décente pour chacun serait de fermer sa gueule, mais, hélas...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mer 13 Mai 2015, 14:14

Rassurons-nous ( ?) avec l’idée que le temps où nous nous tairons tous arrivera immanquablement. En attendant crions, battons-nous, mettons-nous en colère, mentons-nous comme savent le faire mieux que quiconque les hommes indignés, soyons hypocrites, soyons manipulateurs (de nous-mêmes et des autres), vautrons-nous dans la mauvaise foi de la bonne conscience, dans l’inconscience de notre bonne foi. C’est ce que l’on à faire, quand on est un être humain encore vivant.

Sinon, faute de temps, je jette la suite en vrac, vous f'rez le tri  Very Happy :

Pour poursuivre (tout en bifurquant), je trouve tout de même que la formule usuelle de politesse, malgré tout ce qu’elle aura de formaliste et d’un peu gnangnan, qui consiste à demander pardon plutôt qu’à s’excuser, constitue une réponse possible (ou au moins envisageable –ne serait-ce qu’au sens le plus étymologique du terme) à l’aporie que tu soulignes (…s’il fallait y répondre) : ce faisant, on soumet à l’autre la possibilité de nous juger en tant qu’autre, on assume en quelque sorte le fait d'être soi-même un "autre". (Celui à qui il est alors pardonné ne sera peut-être guère plus le même "autre" que celui qui a causé le tort à pardonner. Certes, c’est notre humaine condition que d’être, minute après minute, des "bateaux-de-Thésée" renouvelés, identiques et différents. L’autre paradoxe du "bateau-de-Thésée", c’est que, quelles que soient les questions et les réponses qu’il suscite, malgré Leibniz, il n’en continue pas moins de naviguer !)

Il y a certes évidemment aussi une certaine hypocrisie à demander à l’autre pardon, puisqu’on récupère alors la morale chrétienne à son avantage : celui qui refuserait de pardonner endosserait le mauvais rôle. Il y a incontestablement une espèce de chantage moral. Mais ce faisant, on tend à retrouver tout de même le fameux schéma maussien : savoir donner/savoir recevoir/savoir rendre, triptyque censé rendre le monde humainement vivable (même si Derrida aurait montré sans peine qu’aucune de ces trois actions n’est jamais possibles).
Si la Watchtower demandait pardon, le "commerce" avec ses fidèles en serait tout autre (mais en bon "bateau-de Thésée", elle aussi, serait-ce encore la Watchtower?)

Pour ce qui est des "identités collectives", il me semble qu'elles sont ni plus ni moins réduites à être ce que sont tou(te)s les vérités-mensonges : une construction du langage, pour lesquelles toute prétention "ontologique" est vouée au ridicule. Elles n'en sont pas moins indispensables au "mode fini" qu'est l'être humain, je le crains...
(Ceci étant, le nouvel "élément de langage" téji que j'évoquais, qui veut substituer "l'Organisation" à "la Société" me semble aller vers le pire. "La Société" était certes une identité collective, mais elle avait le mérité d'être bien plus circonscrite : le TdJ lambda était soumis à "la Société" qui restait pour lui l'Autre, tandis que "l'Organisation" l'a absorbé. Dans les vérités-mensonges-constructions, il en est qui sont un peu plus mensongères que d'autres...)

(Et il est déjà l'heure de repartir!)
Revenir en haut Aller en bas
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mer 13 Mai 2015, 14:50

Voici un extrait des Nouvelles du Royaume no 16 la brochure: Le temps se fait-il court pour l'humanité? (éditées en 1973)


Des famines très étendues frappent des millions de gens
À cause de l’“explosion démographique” actuelle, le nombre de bouches à nourrir augmente chaque jour de 200 000, et chaque année, de 75 000 000.
“Il est désormais trop tard pour éviter des famines qui feront des millions de morts, peut-être avant 1975. (...) Déjà un demi-milliard d’hommes sont en train de mourir lentement de faim, et un milliard d’autres sont sous-alimentés.” — P. Ehrlich, biologiste.
Même là où la famine ne sévit pas, les prix en hausse continuelle augmentent sans cesse le budget alimentaire de chaque famille.
Revenir en haut Aller en bas
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mer 13 Mai 2015, 14:58

Un extrait du livre : La vie éternelle dans la liberté des fils de Dieu p.29 à 30.

41 Depuis l’époque d’Ussher, des études approfondies ont été effectuées sur la chronologie biblique. En ce vingtième siècle, on s’est livré à une étude indépendante, en se gardant de suivre aveuglément les calculs traditionnels des exégètes de la chrétienté. Or, cette chronologie indépendante, déjà publiée, situe la création de l’homme en 4026 av. notre ère. D’après cette chronologie biblique digne de foi, en 1975 six mille années se seront écoulées depuis la création de l’homme, et le septième millénaire de l’histoire humaine commencera en automne 1975.
42 Ainsi, les six mille premières années de l’existence humaine seront bientôt arrivées à leur terme, oui ! dans notre génération. Jéhovah Dieu est éternel. Le Psaume 90:1, 2 déclare à cet effet : “Seigneur [Jéhovah] ! tu as été pour nous un refuge, de génération en génération. Avant que les montagnes fussent nées, et que tu eusses créé la terre et le monde, d’éternité en éternité tu es Dieu.” En conséquence, du point de vue de Jéhovah Dieu, les six mille années d’existence de l’homme sont simplement comme six jours de vingt-quatre heures, car ce même psaume (versets 3, 4) poursuit en ces termes : “Tu fais rentrer les hommes dans la poussière, et tu dis : Fils de l’homme, retournez ! Car mille ans sont, à tes yeux, comme le jour d’hier, quand il n’est plus, et comme une veille de la nuit.” Dans quelques années donc, au cours de notre génération, nous arriverons à ce que Jéhovah Dieu pourrait considérer comme le septième jour de l’existence de l’homme.
43 Combien il serait opportun si Jéhovah Dieu faisait du septième millénaire qui va bientôt commencer un sabbat de repos et de remise, un grand sabbat jubilaire, où la liberté serait proclamée par toute la terre et parmi tous ses habitants ! Ce Jubilé viendrait fort à propos pour l’humanité. Il viendrait aussi au bon moment du point de vue de Dieu, car n’oublions pas que l’humanité doit encore traverser ce que le dernier livre de la sainte Bible appelle le règne de Jésus-Christ ou règne millénaire du Christ, où celui-ci doit gouverner la terre pendant mille ans. Pendant son séjour terrestre il y a dix-neuf siècles, Jésus-Christ déclara prophétiquement à son propre sujet : “Car Seigneur du sabbat, voilà ce qu’est le Fils de l’homme.” (Matthieu 12:9). Ce ne serait pas par hasard ou fortuitement, mais ce serait en accord avec le dessein bienveillant de Jéhovah Dieu, si le règne de Jésus-Christ, le “Seigneur du sabbat”, devait avoir lieu parallèlement au septième millénaire de l’existence humaine.
44 L’année jubilaire prévue dans l’ancienne Loi de Dieu était une “ombre des bonnes choses à venir”. La réalité ou substance qu’elle préfigurait doit encore venir sans faute, pour le bien de toute la création humaine gémissante. Le jour béni de son inauguration est maintenant très proche. Sous peu, dans notre génération, la trompette symbolique sonnera par la puissance divine, annonçant “la liberté dans le pays pour tous ses habitants”. (Lévitique 25:8-10.) Prévoyant la nécessité de ce Jubilé, Dieu le fit préfigurer dans sa Loi transmise jadis par le prophète Moïse. Puisque sa Loi figura par avance la venue de ce grand Jubilé universel, Dieu a posé un fondement légal complet en vue de sa réalisation pleine et glorieuse. Voilà donc toutes les raisons pour lesquelles la création humaine doit être libérée, non par des hommes, mais par le Dieu tout-puissant. Et le jour de cette libération si attendue est désormais très proche !
Revenir en haut Aller en bas
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mer 13 Mai 2015, 15:06

Tour du 15 août 1970 : Une moisson qui concerne tous les hommes.

5 Tout le monde aimerait bien savoir pendant combien de temps encore le présent système durera et quand Dieu accomplira sa volonté sur la terre comme elle est faite dans les cieux. Jésus répondit que “cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée par la terre habitée tout entière (...) et alors la fin viendra”. Selon le texte grec, il employa ici le mot télos ou “fin” pour marquer une différence avec ce qu’il entendait par suntéléïa ou “clôture” du présent système de choses, l’époque de la moisson dans laquelle nous vivons aujourd’hui (cf. Mat. 24:3, 6, Diaglott). On ne peut pas dire avec précision à quel point nous sommes près de la fin de l’actuel système de choses, car Jésus déclara, durant son ministère terrestre, que lui-même n’en connaissait ni le jour ni l’heure (Mat. 24:36). Toutefois, la chronologie biblique, indiquant qu’Adam a été créé en automne de l’an 4026 avant notre ère, fixe à 1975 la fin des 6 000 ans de l’histoire de l’homme, sans compter les 1 000 ans du règne de Christ à venir. Ainsi, quelle que soit la date de la fin du présent système, il est clair que le temps laissé est réduit, puisqu’il ne reste que six années environ avant la fin des 6 000 ans de l’histoire de l’homme (I Cor. 7:29). Cela confirme la signification des paroles de Jésus selon lesquelles la génération qui a vu le commencement de la Première Guerre mondiale en 1914 ne passerait point que la fin n’arrive. Il ne reste donc que très peu de temps aux hommes aimant la justice pour montrer à Dieu qu’ils désirent entrer dans son “arche” protectrice et vivre, afin de connaître les bénédictions du nouvel ordre de choses. — Mat. 24:34-42.
Revenir en haut Aller en bas
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   Mer 13 Mai 2015, 15:14

Comme la fin n'était pas venue en 1975 il convenait d'expliquer ce qui s'était passé...
Tour de Garde du 15 janvier 1976 p.35

AVEC la nouvelle année lunaire juive qui a commencé en septembre 1975, nous sommes arrivés à un moment très important de l’histoire de l’homme. Pourquoi ? Parce que d’après la chronologie biblique l’humanité existe sur la terre depuis 6 000 ans. En effet, s’il avait choisi de rester fidèle à la domination de Dieu, le premier homme Adam serait encore en vie et il aurait eu 6 000 ans en septembre dernier.
Faut-il en déduire que l’humanité est arrivée au terme des 6 000 premières années du grand “jour de repos” de Dieu, “jour” qu’il a ‘béni et rendu sacré’ et qui doit durer 7 000 ans ? Cela veut-il dire que le début du règne millénaire du Christ, qui doit correspondre aux derniers 1 000 ans de ce “jour de repos”, peut être fixé au mois de septembre 1975 ? — Gen. 1:27, 31 ; 2:2, 3 ; Rév. 20:1-6.
Non, pas du tout. Pourquoi ? Eh bien, le récit biblique montre que l’œuvre créatrice de Dieu durant le “jour” qui précéda immédiatement ce “jour de repos” de 7 000 ans ne s’est pas achevé avec la création d’Adam. Il indique qu’un certain temps s’est écoulé entre la création d’Adam et celle d’Ève, sa femme. Au cours de cette période, Dieu a demandé à Adam de donner un nom aux animaux. Combien de temps a-t-elle duré : plusieurs semaines, plusieurs mois ou plusieurs années ? Nous ne le savons pas. Nous ignorons donc à quel moment précis le grand “jour de repos” de Jéhovah a commencé et, par conséquent, à quel moment précis il prendra fin. Nous ne savons donc pas non plus quand commencera le règne millénaire du Christ. La Bible ne nous fournit aucun moyen de déterminer cette date. Il ne serait donc pas bien de se perdre en conjectures à ce sujet. — Gen. 2:18-25 ; Mat. 24:42, 44.
Cependant, la chronologie biblique nous permet de savoir que 6 000 ans d’histoire humaine ont pris fin en 1975. Très tôt au début du “jour de repos” de Dieu, Adam s’est rebellé contre la domination divine. Par conséquent, les 6 000 premières années de l’histoire humaine ont été, dans une très grande mesure, des années de domination humaine. Mais qu’ont accompli les hommes devenus indépendants au cours de ces six millénaires ? C’est ce que nous allons voir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1975, 40 ans déjà   

Revenir en haut Aller en bas
 
1975, 40 ans déjà
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» En 1975, le 12/09 L'Ovni et l'adjudant, brigade de Saint-Sauveur (Yonne)
» L’OVNI atterrit sous les yeux de deux gendarmes - Télégramme (05/05/1975)
» En 1975, le 30/08 Panique sur la route (Noé département 31)
» En 1975, le 26/07/ Deux témoignages de jardiniers (1955 et 1961).
» Cosmos 1999 ( 1975-1978 )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: DU COTE DES :: TEMOINS-
Sauter vers: