Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 For the bad only

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5282
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: For the bad only   Dim 05 Juil 2015, 22:55

Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, qui cherche trouve, et à qui frappe on ouvrira. Si son fils lui demande du pain, quel est parmi vous celui qui lui donnera une pierre ? Ou bien, s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent ? Si donc vous, tout en étant mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui le lui demandent !

Je repensais ce matin à ce passage hyper-connu du "Sermon sur la montagne" (Matthieu 7,7ss) pour cette petite incidente, "tout en étant mauvais" (ou: "vous qui êtes mauvais / méchants", ponèroi ontes), qui ne passe généralement pas tout à fait inaperçue -- et il y a de quoi, quand on y pense.

Elle semble en effet prendre à contrepied une règle quasi universelle de la rhétorique, savante ou intuitive, codifiée par les Anciens sous l'article de la captatio benevolentiae, qui consiste à flatter plus ou moins subtilement son auditoire ou ses destinataires (p. ex. "très excellent Théophile") pour les mettre de son côté plutôt que de se les mettre à dos. A l'autre bout de la communication, il est extrêmement rare qu'on reçoive un discours ou un texte -- même celui-là ! -- sans se placer à son égard dans la position d'un récepteur digne (moralement, intellectuellement, spirituellement, etc.). Les lecteurs de la Bible chrétienne, surtout en groupe, peuvent répéter tant et plus "nous sommes (tous) pécheurs", ils s'estiment presque toujours "du bon côté", c'est-à-dire du côté des "bons" et des "justes", même quand ils se disent "justifiés par la foi" ou la "grâce". D'où une petite gêne, vite évacuée, à ce "vous qui êtes mauvais", pourtant indispensable au fonctionnement de l'argument a fortiori (qal wahomer en rhétorique rabbinique): vous n'êtes pas bons et il vous arrive (contrairement aux arbres, v. 17ss; 12,33ss !) de donner du bon, quand ce sont vos enfants qui vous le demandent, combien plus votre Père qui est dans les cieux...

Il faudrait bien sûr replacer cela dans l'économie complexe du "bon" et du "mauvais" particulière à l'Evangile selon Matthieu. On y relèverait, p. ex.:
Aimez vos ennemis... pour devenir fils de votre Père qui est dans les cieux, car il fait lever son soleil sur les mauvais et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes (5,45)
Notre Père qui es aux cieux... délivre-nous du mauvais (6,13)
Pourquoi m'interroges-tu sur le bon ? Un seul est bon (19,16)
Ces esclaves sortirent donc sur les chemins et rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvaient, mauvais et bons (22,10).
On se rappellera aussi, avec un lexique voisin, le privilège accordé aux "pécheurs" assimilés aux "malades" (9,10-13; 11,19) ou aux "brebis perdues" (18,10ss).

On n'est clairement pas ici dans un "au-delà" (ni dans un "en-deçà") du "bon" et du "mauvais"; mais tout se passe comme si, dans la référence absolue à un seul "bon" (et accessoirement à un seul "mauvais" = le diable), la distinction entre "bons" et "mauvais" s'estompait, ou du moins cessait d'être un critère opératoire (cf. aussi "ne jugez pas", 7,1; ne cherchez pas à séparer l'ivraie du bon grain, ce sont les anges qui, à la fin du monde, retireront les mauvais = les fils du mauvais du milieu des justes, 13,24ss; même chose avec le filet de pêche, v. 47ss). Et cela, il ne faudrait précisément pas se croire du côté des "bons" pour le voir d'un "bon œil" (cf. 6,22s; 20,15).

Dans la Bible -- dès le début de la Genèse, le serpent, la femme, l'homme, Caïn -- "Dieu" parle aussi aux "mauvais". Et ce qu'il leur dit, à eux, les "bons" ne sauraient l'entendre -- tout du moins l'entendre comme des "mauvais" l'entendent.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
 
For the bad only
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: