Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Vœux d'obéissance et de pauvreté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
free



Nombre de messages : 3759
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 12:07

**** TRADUCTION EN FRANCAIS DEPUIS L’ORIGINAL ANGLAIS ****


BA 1er janvier 2002


A TOUS LES SERVITEURS A PLEIN TEMPS DES ETATS UNIS


         Réf : Vœux d'obéissance et de pauvreté 



Chers frères et sœurs:


     Sous les bons soins et la direction de “l’esclave fidèle et avisé“ (Mat 24: 45-47), ceux qui servent dans un service spécial à plein temps ont toujours mené une vie entièrement dévouée aux intérêts du Royaume. Votre désir d’agir ainsi nous rappelle l'exemple des Naziréens d'autrefois qui se sont séparés des inquiétudes de la vie de tous les jours et de toutes celles de la nation juive vouée, et qui en faisant un vœu, s’engageaient dans un service spécial pour Jéhovah. Gen 49:26 note en bas de page; Nombre 6:1-8 ; Études perspicaces des Écritures, tome 2 pp 477-8.

     Comparativement, les serviteurs travaillant spécialement à plein temps sont connus dans le monde entier, par leur frères et même par ceux qui ne servent pas Jéhovah, pour vivre une vie entièrement consacrée à soutenir et à être les fers de lance d’un travail de la plus haute importance concernant la proclamation du  Royaume, tout en se souciant des besoins de leur congrégation. Ceci contraste avec la plupart de nos frères et sœurs qui ont la nécessité d’équilibrer les intérêts du Royaume avec un travail profane effectué sous une forme ou sous une autre. Bien que le travail de ceux qui ont servi à plein temps ait commencé à la fin des années 1800, depuis quelque temps déjà, ceux qui servent de cette manière sont connus comme étant des membres de l'Ordre Spécial des Serviteurs à Plein Temps.



(“L 'Ordre“)

     Vous avez déjà signé un “vœu de pauvreté“ qui se trouve dans le fichier de la filiale. Cependant, comme vous le savez, notre ordre religieux a récemment été créé comme une entité juridique distincte aux États-Unis. Le nom de cette association est l'Ordre Religieux des Témoins de Jéhovah, et le nom qui sera utilisé pour cet Ordre est l’Ordre des Serviteurs Spéciaux à Plein temps des Témoins de Jéhovah. En raison de la formation de cette nouvelle entité juridique et pour plusieurs autres raisons, le Collège Central a demandé que toutes les personnes actuellement dans cet Ordre, devaient se procurer et signer un nouveau vœu révisé d'obéissance et de pauvreté. (“Vœu“). Ci-joint deux exemplaires du “Vœu“ révisé. Vous devriez considérer dans la prière chaque partie du “Vœu“. Si vous êtes d'accord avec les termes de ce “Vœu“, alors vous devez signer et dater les deux copies et retourner l’une à la filiale pour le 31 janvier 2002. Vous garderez l'autre exemplaire signé dans votre dossier.

     Pourquoi convient-il que tous membres de l'Ordre prennent et signent ce Vœu ? Cela démontrera la volonté de la part de tous les membres de l'Ordre à servir sous la direction du Collège Central des Témoins de Jéhovah par un accord selon lequel ils souhaitent consacrer à plein temps un travail destiné à l’avancement des intérêts du Royaume. (Esaïe 6:Cool Ce document prouvera la pleine compréhension de chaque membre de l'Ordre pour l’offrande qu’il fait de toute sa coopération, ce qui en plus aidera les organismes gouvernementaux à mieux comprendre l’abnégation de ceux qui servent dans un service spécial à plein temps plutôt que de leur donner des motivations pécuniaires. Lire sous le couvert de la prière et signer le Vœu ci-joint montrera que les membres de l'Ordre s’engagent à vivre simplement une vie non matérialiste au service à Jéhovah et de nos frères. Une fois que tous les membres de l'Ordre auront signé le Vœu cela permettra d'éviter des malentendus et des confusions qui pourraient se produire si certains signaient le Vœu et d'autres pas.


     Tous les membres de l’Ordre dans le monde entier : membres de la famille du Béthel, missionnaires, pionniers spéciaux, surveillants itinérants et leurs épouses, surveillants de salle d’assemblée et leurs épouses, serviteurs internationaux, ainsi que les surveillants de construction de salles du royaume, seront soumis aux dispositions énoncées dans le Vœu. Bien que le Vœu ci-joint contienne quelques modifications par rapport au document que vous avez déjà signé, le Collège Central n'a pas fait de changement dans l’organisation de votre travail, n’y n'a imposé une modification dans le style de vie de ceux qui travaillent dans un service spécial à plein temps. Cependant, certaines expressions dans le Vœu révisé peuvent être nouvelles pour certains d'entre vous et doivent donc être expliquées.

   Un ordre religieux est un dispositif mis en place pour accomplir une religion commune, plutôt que d’être motivé par le profit. Souvent les membres d’un Ordre acceptent de travailler en vue de son couronnement, avec des mesures d’isolement.

Dans le cas de l’Ordre des Serviteurs Spéciaux à Plein temps des Témoins de Jéhovah, les conditions d'adhésion incluent la volonté d’être entièrement disposé à consacrer toute son énergie à l’avancement des intérêts du Royaume, en suivant les principes énoncés dans la Parole de Dieu, la Bible, ainsi que les directives du Collège Central des Témoins de Jéhovah. Tous vivront dans un projet religieux, dans l'unité, et adhéreront à des règles communes.  


     Qu’implique servir conformément à ce vœu ? Cela signifie que ceux qui servent dans un service à plein temps ont officiellement conclu un accord dans lequel ils s'engagent à consacrer tout leur temps et leurs efforts à l'avancement d'un objectif religieux. Cela signifie également qu'ils font cela sans attente d'être payé, comme ils pourraient l’être dans un système profane. Les membres peuvent accepter cet accord parce que l'Ordre veille à ce que les besoins essentiels de chacun des membres soient pris en charge. Bien que le terme “pauvreté“ soit utilisé dans le Vœu, cela ne signifie pas que le Collège Central vous demande de renoncer à la possession des biens que vous avez actuellement ou que vous pourriez acquérir dans le futur. Au contraire, cette expression signifie que vous acceptez de renoncer à la perspective d'être payé pour vos efforts pendant que vous servez dans l'Ordre et que vous acceptez également de ne pas chercher un emploi rémunéré pendant votre service dans l'Ordre. Comme tous ceux d'entre vous qui ont déjà consacré de nombreuses années dans un service spécial à plein temps peuvent le confirmer, cet arrangement est le même que celui qui a existé pendant de nombreuses années et sous lequel les serviteurs spéciaux à plein temps servaient, avant même l'époque  où ce dispositif ait été formellement approuvé par la signature du Vœu.

    Concernant le point six du Vœu, les sources de revenus autres que ceux relatifs à votre travail comme : les intérêts de comptes bancaires ou d'obligations, les dividendes d’actions, les loyers touchés de propriétés détenues par le membre, et les autres revenus sans rapport avec un travail personnel ne sont pas concernés par ce Vœu. Ce point ne s'applique pas aux dons, héritages, ou à d'autres avantages non sollicités, qu’un membre de l'Ordre pourrait recevoir occasionnellement. Ceux qui d'entre vous perçoivent un revenu provenant de leurs biens ne sont pas tenus de remettre ces sommes à l'Ordre, mais vous devez être conscients que cela doit certainement être assujetti à l'impôt.


     En résumé, la lecture sous le couvert de la prière et la signature du Vœu ne signifie pas que vous ne pouvez pas avoir une propriété ou que vous devez faire don de tous vos biens matériels à l'Ordre. Au contraire, elle confirme que vous avez accepté de servir Jéhovah, en tant que serviteur spécial à plein temps, et que vous servez en coopération avec les autres membres de l'Ordre, sans attendre de gain financier, et que vous êtes déterminé à vous abstenir de toute activité rémunérée pendant tout votre service spécial à plein temps.



      Nous avons été heureux de vous soumettre cette disposition selon les instructions du Collège Central et nous sommes confiants que cette lettre répondra à toutes les questions que vous pourriez vous poser. Toutefois, n'hésitez pas à écrire à la filiale si vous avez des questions qui subsistent.


     Soyez pleinement assuré de notre chaleureux amour chrétien et nos meilleurs vœux dans votre service. 



Vos frères



Ordre religieux des Témoins de Jéhovah

Pour le comité de filiale U.S.





Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 15:08

Tu as trouvé ça où ?

Ça serait surtout intéressant d'avoir le texte dudit "vœu" dans ses moutures successives et ses traductions officielles (impliquant l'adaptation aux différentes législations nationales). J'en avais entendu parler sur d'autres forums, mais je crois bien ne l'avoir jamais vu.

-- Evidemment, il y a une certaine ironie à trouver son salut juridique (et notamment fiscal) dans l'imitation du vocabulaire et des structures catholiques ("congrégations" ou "ordres" religieux, "voeux de pauvreté et d'obéissance", "excommunication" pour les francophones, etc.) après les avoir tant critiqués... Ayant relevé de l'"ordre" en question pendant une dizaine d'années bien avant qu'il n'existe formellement, je me souviens que nous trouvions déjà bizarre de souscrire des polices d'assurances (privées) en qualité d'"ecclésiastiques", comme cela nous avait été recommandé (c'était encore avant le juteux montage des assureurs TdJ, genre SARIM en France si mes souvenirs sont bons).

Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 15:14

C'est mon esprit mal intentionné, ou bien "l'obéissance" serait LA vraie nouveauté de ce "voeu" (le seul voeu déjà formulé par les membres de l'ordre qui soit évoqué étant --sauf erreur-- celui de pauvreté) tout en étant précisément celle qui n'est qu'évoquée rapidement, sans le moindre détail ?

( Je ne commente pas "l'alinéa" sur les "dons occasionnels", qui explique sans doute comment le collège- centralien G. Jackson a pu être filmé avec ce qui semble de toute évidence être le dernier gadget Apple à la mode au poignet, à 700$ au moins le joujou --certains pensent qu'il s'agit du modèle en or à 10 000, ce qui, à moi, me parait toutefois difficile à juger sur la vidéo en question.)

( Je ne dis rien non plus sur "l'exigence" par une hiérarchie de modification d'un voeu DÉJÀ formulé par les fidèles, qui en dit long sur le respect du "sacré" par ces braves gens...)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 15:25

VANVDA a écrit:
"l'obéissance" serait LA vraie nouveauté de ce "voeu"

C'est aussi ce que j'ai cru comprendre, si ce n'est que la "nouveauté" daterait de 2002 (j'ignore à quand remonte le "voeu de pauvreté" originel).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3759
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 15:59

Citation :
Tu as trouvé ça où ?

C'est un groupe de personnes (fiables) qui suit l'actualité des TdJ qui m'a transmis cette traduction, sans l'original.

Ce courrier contenait une pièce jointe :


VŒUX D’OBEISSANCE ET DE PAUVRETE

À


L’ORDRE DES SERVITEURS SPECIAUX A PLEIN TEMPS DES TEMOINS DE JEHOVAH 


Comme ministre ordonné, entièrement consacré à Jéhovah Dieu, j'exprime le désir solennel d'être reconnu comme un membre de l'Ordre mondial des serviteurs à plein temps des Témoins de Jéhovah (“L’ordre“). Je fais le serment de ce qui suit:



1) De vivre simplement, un mode de vie non matérialiste tel qu’il a traditionnellement existé pour les membres de l'Ordre, temps que je serai membre de l'Ordre ;


2) Dans l'esprit des paroles inspirées du prophète Esaïe (Esaïe 6:Cool et des termes prophétiques du psalmiste (Psaumes 110:3) d’offrir bénévolement mes services pour accomplir tout ce qui me sera assigné pour promouvoir les intérêts du royaume, partout où je serai je suis affecté par l'Ordre ;


3) D’être soumis aux mesures théocratiques exigées des membres de l'Ordre (Hébreux 13:17) ;


4) De consacrer à plein temps mes meilleures capacités dans l’accomplissement de ma mission;


5) De s'abstenir d'emploi profane sans l'autorisation de l'Ordre ;


6) De remettre à l’organisation locale de l’Ordre tous les revenus provenant de travaux ou d’activités personnelles qui seraient au-delà nécessaires au recouvrement de mes frais de subsistance, à moins que j’en sois libéré par l’Ordre ;


7) D’accepter comme dispositions réservées aux membres de l'Ordre (les repas, l'hébergement, les remboursements de frais ou autres) telles qu’elles sont en vigueur dans le pays où je sers, et quel que soit le niveau de mes responsabilités ou de la valeur de mes services ;




8)De se contenter et d’être satisfait du soutien modeste que je recevrai de l'Ordre aussi longtemps que j’aurai le privilège de servir dans l'Ordre et de ne pas m'attendre à aucune autre rémunération lorsque je déciderais de quitter l’Ordre, ou que l’Ordre décide que je ne suis plus qualifié pour y servir. (Matthieu 6:30-33; 1Timothée 6:6-8; Hébreux 13 :5) ;



9) De se conformer aux principes énoncés dans la Parole inspirée de Dieu, La Bible, dans les publications des Témoins de Jéhovah et dans les principes dispensé par l'Ordre, ainsi que suivre les directives du Collège Central des Témoins de Jéhovah et enfin ;



10) D’accepter volontiers toute décision prise par l'Ordre au sujet de mon statut.


membre.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 16:39

Merci ! (Il apparaît clairement à la lecture que ce n'est pas une traduction officielle, mais je préfère le souligner avant que ça ne soit copié-collé ailleurs.)

Ce sujet me rappelle incidemment une vieille lecture du théologien catholique "dissident" Eugen Drewermann (dans son livre traduit en français sous le titre de Fonctionnaires de Dieu, je crois), qui opposait l'interdiction évangélique des serments au principe même de l'"ordination" sacerdotale ou des "vœux" monastiques... l'idée m'avait plu, mais elle va très loin (comme beaucoup d'idées du Sermon sur la montagne, d'ailleurs): c'est la possibilité même d'engager l'avenir dans une parole présente qui est mise en question (donc aussi bien le "mariage" dans sa version "religieuse", le "baptême" dans sa version TdJ, à la limite tout contrat et tout engagement).

(A la décharge de la Watch, il faut néanmoins relever que ce vœu-là est provisoire, puisqu'il prévoit sa propre rupture sur simple décision future de l'intéressé.)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3759
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 18:13

Citation :
5) De s'abstenir d'emploi profane sans l'autorisation de l'Ordre ;

6) De remettre à l’organisation locale de l’Ordre tous les revenus provenant de travaux ou d’activités personnelles qui seraient au-delà nécessaires au recouvrement de mes frais de subsistance, à moins que j’en sois libéré par l’Ordre ;
 
10) D’accepter volontiers toute décision prise par l'Ordre au sujet de mon statut.

Ca fait peur pale pale

C'est une adhésion totale qui est exigée. Suspect

Il faut arriver signer un tel document.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 18:41

L'article 6 me paraît surtout incompréhensible en l'état (il faudrait voir l'original).
Je présume en tout cas que "l'Ordre" ne concerne que ceux qui reçoivent un traitement (en espèces et/ou en nature) de la Watch (Béthels, chantiers, pionniers spéciaux ou surveillants itinérants) et non les "pionniers permanents" (anciennement "ordinaires") qui sont financièrement autonomes (c'est du moins ce que j'ai cru comprendre de la lettre).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 19:58

Oui, ça me semble être simplement une espèce de gloubi-boulga qui tente vaguement d'habiller une bête procédure juridico-administrative des oripeaux du sacré, un machin dont on me sait pas si on lit les clauses d'une espèce de contrat de travail ou les formules d'un "quasi-sacrement".
Ce n'est sans doute pas si surprenant que ça, dans le fond et dans la forme, très dans le style ouatche-towère : "Réfléchissez-y profondément dans la prière, et puis pour finir signez-le tous ! " (et je caricature à peine).

Au passage, j'avoue que le point 6 m'interroge un peu : je vois mal quels genres de "revenus" pourrait toucher un membre de l'ordre, et qui seraient susceptibles d'être concernés (c.à.d. ne faisant pas partie des cas évoqués dans le courrier, exclus de l'obligation d'en faire don ).

(Oh, désolé ! Je n'avais pas vu le dernier message de Narkissos quand j'ai posté.)


Dernière édition par VANVDA le Lun 01 Fév 2016, 20:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 20:07

free a écrit:
Citation :
5) De s'abstenir d'emploi profane sans l'autorisation de l'Ordre ;

6) De remettre à l’organisation locale de l’Ordre tous les revenus provenant de travaux ou d’activités personnelles qui seraient au-delà nécessaires au recouvrement de mes frais de subsistance, à moins que j’en sois libéré par l’Ordre ;
 
10) D’accepter volontiers toute décision prise par l'Ordre au sujet de mon statut.

Ca fait peur pale pale

C'est une adhésion totale qui est exigée. Suspect

Il faut arriver signer un tel document.

Ce serait le cas d'à peu près tous les serments. Je ne connais pas les procédures concernées, mais je ne serais pas très surpris qu'un moine s'engage plus ou moins dans la même mesure. Ne serait la (grosse) réserve que je formulais ci-dessus (on ne sait plus trop si on a affaire à une église ou à une multinationale, si l'on fait un voeu ou si l'on signe un CDI), les "clauses" en elles-mêmes ne me semblent pas délirantes pour quelqu'un qui intègre un ordre religieux.
C'est bien pourquoi je trouve très intéressante la remarque de cet auteur que nous rapporte Narkissos.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 22:19

Au vu de l'original qui m'a été confidentiellement communiqué (à peine mieux écrit que la traduction artisanale), il semble bien qu'il faille comprendre l'art. 6 comme dépendant de l'exception stipulée à l'art. 5: en général pas de travail profane, mais si à titre exceptionnel on est autorisé à en exercer un, alors on ne conserve de son revenu que le strict nécessaire -- le vrai problème logique, c'est qu'en principe l'Ordre est censé fournir ledit nécessaire (voir la suite !) et qu'on ne devrait donc pas avoir besoin de bosser en plus (mais évidemment il y a toujours des cas particuliers).

"De mon temps" beaucoup de "pionniers spéciaux" avaient une activité supplémentaire, parce que sauf arrangement local particulier il était quasiment impossible de se loger et de se nourrir (même très mal) avec la "solde" -- si mes souvenirs sont bons, environ 500 FF dans la seconde moitié des années 70, ce qui était vraiment très peu; elle était passée à près de 2000 FF vers 1985, mais c'était encore très insuffisant par rapport aux loyers des grandes villes (à Paris, notamment dans les congrégations portugaises, le "filon" idéal c'était la loge de concierge...).


Dernière édition par Narkissos le Lun 01 Fév 2016, 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Lun 01 Fév 2016, 22:45

Enfin, outre l'aveu implicite que l'allocation est effectivement insuffisante pour vivre "décemment" (c.à.d. selon les normes en vigueur dans notre société), ça ne rime en outre pas à grand chose d'exonérer de "l'obligation de dons" TOUS les revenus "capitalistiques" du membre SAUF ceux de son éventuel travail. Je sais bien qu'on est chez les étazuniens, et que que Marx n'y a pas bonne presse (sauf à se prénommer Groucho ou Harpo), mais quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mar 02 Fév 2016, 00:37

[Quoique... Chico négociant avec Groucho le contrat de son pote ténor dans A Night at the Opera:
"Est-ce qu'il peut s'en sortir avec ça ?
-- Bien sûr, à condition de ne pas chanter trop souvent !"
https://vimeo.com/88253296 à partir de 14'30'', mais on ne se lasse pas de tout revoir.]

J'imagine que la "logique" (au moins superficielle), c'est que les revenus du capital n'empiètent pas sur le temps consacré par le "vœu"... un peu plus profondément bien sûr, pas question de mettre en question la gestion par la Watch de son propre (?) capital...

On dira ce qu'on voudra, mais en matière de pompe à fric la Watch n'était quand même pas le pire -- je mets ça à l'imparfait, parce qu'avec les montages immobiliers elle est peut-être en train de se rattraper (le coup du prêt qu'on se fait rembourser, même sans intérêt réel, en s'assurant la propriété du bien, il fallait y penser !). Je me souviens de ma grande surprise quand j'ai découvert, juste après ma sortie, des organisations évangéliques où les gens (des jeunes issus de familles aisées, surtout américaines) payaient pour bosser ! Mon sang limousin (cette belle région où l'on parle de porte-monnaie en peau de hérisson) n'a fait qu'un tour...

Un peu plus sérieusement, la disparité était effectivement choquante entre la situation des "pionniers spéciaux" qui devaient se démerder dans le "monde" avec une allocation dérisoire et celle des Béthélites, missionnaires ou "itinérants" qui touchaient certes un peu moins en espèces, mais pour eux c'était de "l'argent de poche" car ils n'avaient aucune dépense nécessaire...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mar 02 Fév 2016, 01:20

"Le pire" : sans doute pas, en effet. Mais on quand même affaire à une société d'éditions qui a réussi à persuader ses membres pendant des décennies qu'il était de leur devoir religieux que d'acheter 2 fois par mois, et en plusieurs exemplaires (ce qui voulait dire : par millions, au final) ses petits magazines et livres écrits, édités, traduits, imprimés et distribués par des bénévoles. On est tout à fait dans la logique de la "vente directe par réseau", à ceci près que les vendeurs ne faisaient pas de bénéfice en distribuant au client final. Le TdJ lambda était tout de même plus ou moins "obligé" d'être un client fidèle "automatique" de la Watch.
Je ne connais pas un industriel au monde auquel tu proposerais de telles conditions, de produire son produit à bas coût avec l'assurance totale de l'écouler par millions d'exemplaires, qui n'y verrait pas un merveilleux business. Alors non, les sommes récoltées par tête de pipe n'étaient pas exorbitantes (là aussi, on a vu pire), mais elles étaient parfaitement régulières, "programmées" et quasiment "inévitables" pour qui voulaient rester dans le groupe (et tout ça, souvent sans que le brave TdJ-de-base ait bien conscience du "modèle économique parfait" dans lequel il était embarqué : une de nos grandes gloires, c'était d'annoncer aux gens que, chez nous, il n'y avait pas de quête ! Quand on pense que les responsables ont décidé de mettre fin à ça pour ne pas payer d'impôt, une fois que le fisc américain a mis son nez là-dedans, et que tu vois comment ils sont depuis condamnés à courir désespérément après le fric, on se dit qu'ils auraient peut-être eu intérêt à accepter d'être taxés.)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mar 02 Fév 2016, 01:48

C'est juste: je vois les choses à partir de mon expérience qui était celle du "permanent", le type qui a bossé dix ans pour rien mais n'a quasiment jamais donné un centime à la Watch (curieusement c'était peut-être plus "indolore", comme on dit des retenues à la source): les publications on les payait "tarif pionnier", et on gagnait (un petit peu) à les revendre, même en partie. L'expérience d'un "proclamateur" qui a dû prélever sur son budget familial pour acheter les publications et contribuer à l'échelon local, national et international est sans doute tout autre...
[En réfléchissant après coup sur cette différence de "ressenti", comme on dit maintenant, je me suis dit ceci: le temps du bénévolat, même s'il n'est pas toujours exaltant, c'est ta vie et tu la vis, tu y es présent, actif, occupé, intéressé, tu n'as pas -- au moins sur le moment -- le sentiment de "perdre" quoi que ce soit; d'autant que tu es entouré de gens qui sont dans le même cas (au Béthel surtout, mais aussi "entre pionniers"), que tu n'as jamais affaire à un "patron" qui tirerait un bénéfice personnel du "système", et que les autres, même s'ils mènent une vie plus confortable, te renvoient bon gré mal gré une image flatteuse de la tienne. La dépense monétaire, en revanche, c'est de la pure perte de virtualité -- de l'argent dont tu ne feras pas autre chose -- et cette négativité peine à être compensée par des raisons abstraites (la bonne cause).]

Cela dit, même ce "dream racket" a fini par perdre sa rentabilité -- le fisc y est sûrement pour quelque chose, mais la mutation numérique aussi. Si la Watch diminue sa production papier (en incitant ses "clients" à imprimer eux-mêmes leurs textes ou à les lire sur tablette, cf. la vidéo de notre inénarrable "scrutateur"), c'est que "ça eut payé", comme disait Fernand, mais ça ne paye plus.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1600
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mar 02 Fév 2016, 13:14

Ah le tarif pionnier, cela fait remonter des souvenirs. A l'époque (1976-1978) nous avons été pionniers spéciaux. Ici en Suisse il n'était pas facile de vivre avec la subvention, 350 francs suisses par personne, même si nous étions invités chaque jour de la semaine à partager un repas avec une famille différente. Il a fallut prendre sur les économies et lorsque le pécule était dépensé, nous avons continué en tant que pionnier auxiliaire. J'ai trouvé un travail à temps partiel...

Les livres et le périodiques nous étaient laissés à moitié prix mais cela ne représentait pas un grand apport. Heureusement les frères et sœurs étaient généreux et nous avions souvent droit à une enveloppe.

Lorsque j'ai lu ce papier sur le vœux de pauvreté cela m'a interpeller, en effet l'église catholique utilise le même genre de langage et voilà que les vieilles barbes de Brooklyn ont produit un document s'y approchant. De plus en créant un ordre de serviteurs... il me semble qu'il y a de fait création d'un clergé que ne dit pas son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mar 02 Fév 2016, 15:30

Ça ramène à la question du double langage (la ci-devant "stratégie théocratique"): à mon sens ceux qui signent un texte comme celui-ci, de même que ceux qui l'ont écrit, sont parfaitement conscients (c'est d'ailleurs tout à fait clair dans le courrier) de parler ad extra, de tenir un discours et d'accomplir un acte formels et officiels à usage externe, qui s'adressent essentiellement aux "autorités" (notamment fiscales); en principe, cela ne change rien (c'est assez répété) à la compréhension interne (réflexive ou collective) qu'ils ont de leur statut ou de leur activité. Ce genre de duplicité est tellement coutumière chez les TdJ ("les transfusions sanguines ou le refus du service militaire sont des affaires de conscience; non, les Témoins de Jéhovah ne croient pas qu'ils seront les seuls à être sauvés, ils n'ont pas de clergé ni de dogme, pas d'autre autorité que la Bible", etc.) que ça en devient une seconde nature.

Mais (les acteurs le savent bien) ce qu'on dit ou fait même "pour de faux" nous affecte toujours d'une manière ou d'une autre. Outre qu'il devient objectivement difficile de se démarquer et de se moquer de la "chrétienté" (et surtout de l'Eglise catholique) tout en s'évertuant à lui ressembler et à causer comme elle, parler de "pauvreté" et d'"obéissance" comme d'idéaux religieux ne sera sans doute pas sans effet, quoique les effets soient difficilement prévisibles. Cela peut renforcer des tendances existantes (au "déclassement" socio-économique, à la soumission aveugle à l'organisation) mais aussi susciter ici et là des prises de conscience (m... je suis en train de faire exactement ce que j'ai passé ma vie à tourner en dérision).

En tout cas ça promet des relectures croustillantes, p. ex. TdG 15.1.74 p. 63-64:
Citation :
Les vœux dont parlent les Écritures ne doivent pas non plus être comparés aux prétendus “vœux monastiques” qu’il fallait prononcer au cours des siècles passés pour être admis dans certains ordres religieux. Ces vœux de “chasteté, pauvreté et obéissance” assujettissaient ceux qui les prononçaient à ces ordres religieux et permettaient à ceux-ci de les dominer.

Rv 22.11.72, "J'étais religieuse", sous-titre "Quelque chose qui cloche":
Citation :
Un jour, écœurée, je dis à la supérieure générale : “Ce que je ne comprends pas dans notre vœu de pauvreté, c’est qu’il nous permet toujours de recevoir, et le plus possible. Mais il ne nous permet pas de donner, même une épingle !” Jésus a pourtant dit qu’il y a plus de bonheur à donner.
Elle eut l’honnêteté de reconnaître que j’avais raison. Plus tard, à un supérieur général de Scheut, je déclarai : “À mon avis, le vœu de pauvreté est le plus grand péché contre la pauvreté. Ce qu’il faudrait, c’est abolir les vœux.” Il ne m’approuva pas, prétextant qu’on ne pourrait jamais abolir les vœux.
Cependant, depuis lors, les vœux ont été remplacés par de simples engagements. Sans aucun doute, quelque chose clochait dans ce système qui renfermait tant de contradictions ! Aussi ne cessais-je de répéter que bientôt il n’y aurait plus de couvents. En vérité, j’étais de plus en plus convaincue qu’il s’agissait là d’institutions diaboliques, surtout à cause de tous les abus que je voyais. En ce qui concerne le confort notamment, on faisait de plus en plus de dépenses considérables et injustifiées. Mes yeux finirent donc par s’ouvrir. La vie au couvent devint tout simplement impossible.

N.B.: c'est en 1990 (TdG 1.12 p. 24) qu'on commence à trouver un emploi positif du "vœu de pauvreté" dans les publications, à propos du Béthel.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3759
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mar 02 Fév 2016, 16:19

Citation :
En tout cas ça promet des relectures croustillantes, p. ex. TdG 15.1.74 p. 63-64:

Citation :Les vœux dont parlent les Écritures ne doivent pas non plus être comparés aux prétendus “vœux monastiques” qu’il fallait prononcer au cours des siècles passés pour être admis dans certains ordres religieux. Ces vœux de “chasteté, pauvreté et obéissance” assujettissaient ceux qui les prononçaient à ces ordres religieux et permettaient à ceux-ci de les dominer.

La WT aujourd'hui ne relie plus des notions d'assujetissement et de domination aux vœux de pauvreté et obéissance.

Il faut opposer le niveau de vie des dirigeants de la WT à ces fameux vœux de pauvreté et obéissance.


L'ex-membre du Collège Central Raymond Franz expliqua que "les membres du Conseil d'Administration peuv[ai]ent régulièrement prendre leurs vacances dans des lieux où la plupart des personnes ne peuvent qu'aller en rêve. En 1978, ma femme et moi sommes montés à bord d'avions au moins cinquante fois dans l'année." Il montra aussi qu'à l'inverse des Béthélites qui recevaient une simple allocation de quatorze dollars qui couvraient à peine les dépenses de transport pour aller aux réunions, les membres du Conseil d'administration voyageaient partout dans le monde et possédaient des "voitures « Oldsmobile » achetées par la Société et qui étaient entretenues et nettoyées par des travailleurs comme eux. (Crise de conscience)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mar 02 Fév 2016, 20:26

Citation :
L'ex-membre du Collège Central Raymond Franz expliqua que "les membres du Conseil d'Administration peuv[ai]ent régulièrement prendre leurs vacances dans des lieux où la plupart des personnes ne peuvent qu'aller en rêve. En 1978, ma femme et moi sommes montés à bord d'avions au moins cinquante fois dans l'année." Il montra aussi qu'à l'inverse des Béthélites qui recevaient une simple allocation de quatorze dollars qui couvraient à peine les dépenses de transport pour aller aux réunions, les membres du Conseil d'administration voyageaient partout dans le monde et possédaient des "voitures « Oldsmobile » achetées par la Société et qui étaient entretenues et nettoyées par des travailleurs comme eux. (Crise de conscience)

Mmmoui... Au Béthel de France, au début des années 1980, on ironisait aussi sur les DS de fonction (tout est relatif !) réservées aux membres du Comité de filiale ou aux "anciens du Béthel", les chambres un peu plus spacieuses des plus âgés, et autres petits privilèges du même ordre... mais franchement ça me paraît assez dérisoire. Pour raisonner comme VANVDA précédemment, je n'imagine pas beaucoup de cadres sup qui se contenteraient d'avantages en nature, même autrement considérables, sans un minimum de sécurité (sinon d'enrichissement) à titre personnel. Pour Raymond Franz et sa femme, la descente d'avion a été rude... Le cas de Rutherford était très différent parce qu'il était effectivement le patron, mais pour tous les autres, les avantages avaient pour corollaire une précarité réelle. Sans doute l'idée de la précarité n'effleure-t-elle pas ceux qui font "carrière" avant que sa réalité s'impose (comme cela arrive à pas mal de gens ces temps-ci).

Il est vrai que le caractère relativement luxueux des Béthels tels que je les ai connus (je revois en pensée les marbres d'Incarville) ne cadre pas très bien avec l'image de la "pauvreté", bien que du point de vue de "l'organisation" ce soit rarement une mauvaise affaire. Peut-être le look changera-t-il (ou a-t-il déjà changé) aussi.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1600
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mar 02 Fév 2016, 21:51

Ce peut-être une richesse de "fonction" comme celle des cadres du parti communiste en ex URSS. Ils bénéficiaient d'avantages tant qu'ils occupaient des postes supérieurs ou d'une certaine valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mar 02 Fév 2016, 22:38

Oui, ou aussi bien le haut-clergé catholique jusqu'à la curie romaine... ça peut être, toutes proportions gardées, "la grande vie" (question cadre de vie, au moins) tant que tu y es, mais dès que tu déchois tu es à la merci de "l'organisation" qui, formellement, ne te doit rien. Raymond Franz, à soixante balais, on ne lui a vraiment pas fait de cadeau...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3759
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mer 03 Fév 2016, 13:42

L'obéissance à un ordre religieux est toujours mis en rapport avec la soumission à volonté de Dieu, l'obéissance à des humains riment avec obéissance à Dieu, c'est une façon de faire passer la pilule.

Chacun donnera une définition particulière au terme "obéissance" :



Citation :
Pour l'Église, l'obéissance, du latin ob audire, signifie « se soumettre librement à la parole écoutée »
 
: c'est une ouverture à l'écoute. C'est l'attitude de celui qui veut aller au-delà de ce qu'il connait. Le Père Dominique Sterckx indique : « Obéir, c'est d'abord écouter avec un préjugé favorable pour l'autre, dans une attitude de bienveillance pour l'accueillir lui-même avant d'accueillir ce qu'il demande ou propose. Accueillir celui qui ne pense pas comme moi et dont le comportement m'agace peut-être. C'est ensuite chercher à comprendre, à voir le positif de ce qui m'est dit au lieu de commencer par rechigner, en me polarisant sur ce qui ne me plaît pas ou ne me semble pas juste. »
 
https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C5%93u_d%27ob%C3%A9issance


Je note que pour la WT, ce voeux correspond à un serment d'allegeance :

"De se conformer aux principes énoncés dans la Parole inspirée de Dieu, La Bible, dans les publications des Témoins de Jéhovah et dans les principes dispensé par l'Ordre, ainsi que suivre les directives du Collège Central des Témoins de Jéhovah et enfin"
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Mer 03 Fév 2016, 14:39

Il est bien difficile de percevoir la prescription de l'obéissance (peut-être plus encore que celle de la pauvreté) par une autorité autrement que comme une arnaque. Grossière, d'ailleurs, car tout  manipulateur (qui ne l'est pas ?) sait bien qu'on parvient plus aisément à ses fins par le discours contraire (la contrebande du double bind): je ne vous demande pas de m'obéir ni de me croire, je n'ai pas de conseil à vous donner, vous êtes libres, soyez vous-mêmes, faites comme vous le sentez, ne vous croyez pas obligé, vérifiez tout, suivez votre conscience -- tout en indiquant plus ou moins subtilement sa préférence.
(Bien sûr, qui dit double bind dit jeu à trois bandes et davantage: comme dirait l'inspecteur Clouseau, "c'est tellement évident que ça ne peut pas être un piège".)

Dans le cas présent, le caractère direct de la prescription est au moins doublement décadré et compliqué:
- par une longue tradition de critique et de dérision des "voeux monastiques";
- par la formalité de l'acte mis en scène pour un public "extérieur" (voir supra).
Au bout du compte, c'est plutôt amusant pour un TdJ de s'habiller en moine. En remarque-t-il plus, ou moins, la correspondance réelle entre ce "jeu" exceptionnel et ce qui lui est effectivement et sérieusement prescrit à titre ordinaire (!) ?

Tout ça n'empêche pas cependant qu'il puisse y avoir une authentique compréhension religieuse (voire "mystique", ou "philosophique" en un certain sens) de l'obéissance comme de la pauvreté, qui déjoue toute manipulation (je relisais il y a peu L'enracinement, de Simone Weil, qui m'a rappelé sur ce point -- p. 15ss -- une réplique du Loup des steppes de Hermann Hesse: "Obéir, c'est comme boire et manger: rien ne vaut ça quand on en manque depuis longtemps"). Mais elle est quasiment inaudible à la modernité occidentale (quoiqu'elle lui revienne ces temps-ci, mais de manière conflictuelle, avec le thème de la soumission notoirement associé à l'islam), et peut-être particulièrement aux TdJ et ex-TdJ avec qui on en a trop joué dans tous les sens.

---
Même si cela ne nous "parle" pas beaucoup, il est indéniable que la notion d'obéissance (hup-akouô etc.) occupe une place très importante dans le NT, surtout si l'on en rapproche celles de "patience" ou de "persévérance" (hupo-menô, hupo-monè, à la lettre "demeurer dessous" ou "sou[s-]tenir", avec le même préfixe hupo, "sous") et de "non-résistance" (notamment dans le Sermon sur la montagne). Tout cela étant à entendre dans le cadre de la "philosophie populaire" de l'époque dominée par le stoïcisme, où le consentement à la nécessité (anagkè), à tout "ce qui ne dépend pas de moi" (ta ouk eph'eme), est en quelque sorte le versant négatif, mais... nécessaire, de l'obéissance positive au Verbe-raison (logos) qui ordonne providentiellement l'univers. Cette philosophie-là est aussi (de manière encore plus "radicale" sans doute) au cœur de la pensée de Simone Weil.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Ven 05 Fév 2016, 18:10

Je reviens avec un peu de retard à la discussion.
Narkissos a écrit:
C'est juste: je vois les choses à partir de mon expérience qui était celle du "permanent", le type qui a bossé dix ans pour rien mais n'a quasiment jamais donné un centime à la Watch (curieusement c'était peut-être plus "indolore", comme on dit des retenues à la source): les publications on les payait "tarif pionnier", et on gagnait (un petit peu) à les revendre, même en partie. L'expérience d'un "proclamateur" qui a dû prélever sur son budget familial pour acheter les publications et contribuer à l'échelon local, national et international est sans doute tout autre...
[En réfléchissant après coup sur cette différence de "ressenti", comme on dit maintenant, je me suis dit ceci: le temps du bénévolat, même s'il n'est pas toujours exaltant, c'est ta vie et tu la vis, tu y es présent, actif, occupé, intéressé, tu n'as pas -- au moins sur le moment -- le sentiment de "perdre" quoi que ce soit; d'autant que tu es entouré de gens qui sont dans le même cas (au Béthel surtout, mais aussi "entre pionniers"), que tu n'as jamais affaire à un "patron" qui tirerait un bénéfice personnel du "système", et que les autres, même s'ils mènent une vie plus confortable, te renvoient bon gré mal gré une image flatteuse de la tienne. La dépense monétaire, en revanche, c'est de la pure perte de virtualité -- de l'argent dont tu ne feras pas autre chose -- et cette négativité peine à être compensée par des raisons abstraites (la bonne cause).]

Je ne suis pas sûr. Je ne me souviens pas bien d'avoir éprouvé un sentiment radicalement différent de celui que tu évoques au sujet du bénévolat. Il y a aussi une vraie "noblesse" dans le don "matériel", "concret", et une vraie satisfaction à le faire.

(J'avais évoqué ce fameux "tarif pionnier" dans mon précédent message, mais faute de savoir vraiment de quoi je parlais, j'ai préféré effacé le paragraphe en question quand j'ai posté. Je me disais que pour que ce tarif spécial soit vraiment "profitable" –Hum! On se comprend...– au pionnier, il fallait encore que ce dernier écoule son stock. Sans doute en avait-il un peu plus l'occasion que les "autres", car pour ce qui concernait ces derniers, c'était loin d'être toujours le cas. Dans ma famille, qui a fini par compter 5 proclamateurs actifs, notre stock d'invendus grossissait sans cesse, et on a été contraint plusieurs fois de le détruire... Ce qui du seul point de vue financier n'avait aucune conséquence pour la WT parce qu'elle l'avait vendu, elle, son stock. Et quand celui-ci commençait à lui poser problème : allez hop ! "Offre du mois : n'importe quel livre de 192 pages édité avant telle date"...)

Mais pour en revenir à la question de l'achat des publications, je pense que le tour de force de la Watch, c'est que le TdJ-de-base n'a sans doute jamais vraiment réalisé à quel point la Watch "récupérait" l'argent de ses fidèles avec ce système: je ne crois pas qu'il ait jamais eu l'impression "formelle" (contrairement aux appels aux dons, concrets et appuyés, que l'organisation formule désormais très explicitement et régulièrement) qu'il s'agissait là d'une forme de "dons" auxquels il ne pouvait échapper. En outre, les publications étaient censées être revendues par le fidèle qui les achetait, et donc l'opération devait en théorie être "transparente" pour lui : si ça lui coûtait concrètement de l'argent, c'est parce que lui n'avait pas su atteindre ses objectifs !
Et tout ça était enfin noyé dans un "tout" où se mêlait "devoir sacré", "prédication" et "salut" pour les futurs lecteurs, tout était là pour ne pas penser le système dans  sa dimension bassement financière.

Je ne crois pas qu'il soit souvent venu à l'esprit d'un TdJ qu'il était de facto un "client" de la Watch –et encore moins qu'il en était par là même "roi"– et qu'il l'enrichissait ainsi : au contraire il était un vrai veinard qu'on lui fournisse aussi généreusement de telles "perles", pour reprendre le nouveau langage théocratique. (Dans le rapport Watch/fidèles –comme dans plus ou moins tout rapport entre "institution" et "membre", en juste un peu plus caricatural sans doute– ce sont toujours les seconds qui doivent tout à la première ; jamais on ne réalise, depuis l'intérieur, que l'inverse est encore plus vrai.)

Et c'était bien là toute la force du système, je trouve, que d'avoir réussi à "masquer" ainsi cette "contribution obligatoire" au fidèle, qui lui n'avait jamais le sentiment que de faire un "achat" (il obtenait "quelque chose" de concret, de palpable, de quantifiable, en échange de son argent), qu'il pensait sans doute faire librement, et qui (redisons-le) restait en outre plutôt "raisonnable" du point de vue du prix (et qu'il pouvait "compenser" partiellement en revendant).

Si je pense que ce système "financier" a été assez peu pensé par les TdJ, c'est que je ne me rappelle pas en avoir lu de critique vraiment construite par des "ex", même pas chez ceux qui sont prêts à reprocher à la Watch à peu près tout et n'importe quoi (peut-être aussi parce que ledit système commence à dater un peu, désormais).

Narkissos a écrit:
Cela dit, même ce "dream racket" a fini par perdre sa rentabilité -- le fisc y est sûrement pour quelque chose, mais la mutation numérique aussi. Si la Watch diminue sa production papier (en incitant ses "clients" à imprimer eux-mêmes leurs textes ou à les lire sur tablette, cf. la vidéo de notre inénarrable "scrutateur"), c'est que "ça eut payé", comme disait Fernand, mais ça ne paye plus.

Là, franchement, j'ai un doute.
Je crois vraiment que c'est le passage à la gratuité (dû aux actions juridiques de l'Oncle Sam, en 1990) qui a été catastrophique pour la WT, même si ce fut une "catastrophe lente" : les premiers temps, tout le monde avait à cœur de "compenser" à leur "juste prix" les publications qu'ils prenaient à la Salle du Royaume, mais l'habitude et la lassitude (la "démobilisation" post-1995, suite à la première redéfinition de "la génération qui ne passera pas", est survenue cinq ans après...) ont fini par se payer au prix fort pour la Watch. Les livres (en tant qu'objet, veuillé-je dire) étaient auparavant de bonne qualité (reliures solides, et de gros progrès avaient été faits quant à la qualité du papier et de l'impression), et assez vite à partir de cette époque là, on est passé à des qualités bien plus médiocres, bien avant qu'Internet ne soit dans tous les foyers.
Si la Watch continuait aujourd'hui de vendre aux fidèles sa littérature, je ne crois pas que la révolution numérique y aurait changé grand chose ("le livre" en général étant d'ailleurs un média qui y résiste d'ailleurs plutôt bien : le marché se porte bien, on continue d'imprimer de plus en plus d'ouvrages) : les fidèles continueraient de payer tout ça cash, et avec le sourire aux lèvres. Je pense, presque au contraire de toi, que la fête était déjà finie pour la Société, et que le numérique est venu au secours de la Watch qui n'en pouvait plus de ses capacités d'impressions qui ne faisaient plus rentrer d'argent.

( Bon, je vais essayer de lire un peu Simone Weil, moi, ce weekend Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   Ven 05 Fév 2016, 21:30

VANVDA a écrit:
Il y a aussi une vraie "noblesse" dans le don "matériel", "concret", et une vraie satisfaction à le faire.
Je n'en ai jamais douté ! Ce que je voulais dire, c'est que cette "satisfaction" du donateur est d'une nature un peu plus abstraite que celle que le bénévole trouve effectivement dans son activité, dès lors que concrètement il y prend goût. Dans ce sens je dirais volontiers que le don financier (s'agissant du don à une institution, non d'un cadeau dans le cadre d'une relation interpersonnelle qui a de tout autres enjeux affectifs) est plus "désintéressé", ou du moins que son "intérêt" éventuel est imaginaire ou réflexif (la bonne cause, l'oeuvre utile, des gens sont sauvés, Jéhovah est content, je suis généreux; en revanche et en pratique, j'ai seulement un peu plus de mal à finir le mois), alors que le bénévole a en plus de ça le plaisir qu'il trouve à faire ce qu'il fait le cas échéant: le temps qu'il "donne", il en "profite" aussi d'une certaine manière.
[J'ajoute que cette différence est à relativiser dans le cas des TdJ, puisque tous les donateurs sont aussi bénévoles dans leurs activités de "proclamateurs", d'"anciens" etc. Par contre, les bénévoles à (vrai) plein temps (pionniers spéciaux, itinérants, béthélites) ne sont presque jamais donateurs.]

Citation :
Je me disais que pour que ce tarif spécial soit vraiment "profitable" –Hum! On se comprend...– au pionnier, il fallait encore que ce dernier écoule son stock.
Plus exactement, au moins la part de son stock correspondant à la fraction "tarif pionnier / tarif de vente" (dont j'ai oublié la valeur). De fait, les pionniers avaient aussi des invendus, mais ceux-ci leur coûtaient proportionnellement moins.

A part ça, je suis tout à fait d'accord avec tes remarques, que je trouve très judicieuses.

Etant parti en 1986, je n'ai pas connu les événements des années 1990 et je n'en ai qu'une idée très vague. Mais je crois bien me souvenir que dès les années 1980 on avait cessé, en France, pour des raisons juridico-fiscales similaires, de "vendre" quoi que ce soit. Il me semble que ça s'est passé en plusieurs étapes: d'abord on "plaçait" des publications contre une "contribution volontaire de tant", puis pour une "offrande volontaire" tout en suggérant une somme (ce qui supposait qu'on devait donner la publication à celui qui voulait la prendre sans faire d'"offrande"), enfin sans indiquer aucune somme (avec pour effet que ceux qui donnaient quelque chose tendaient à donner davantage -- ce dont on n'abusait guère, malgré l'embarras de refuser de trop fortes sommes sans faire état d'un "prix" quelconque !). En revanche, il y avait toujours un prix fixe à la Salle du Royaume pour les "proclamateurs" et les "pionniers", ce qui a disparu plus tard si je te lis bien. Mais cette phase-là je ne l'ai pas du tout connue, et encore moins celle où les "proclamateurs" auraient cessé de (bien) jouer le jeu.

[P.S.: Dans les années 1970, époque de notre "conversion" familiale, ce qui frappait c'était le prix dérisoirement bas des publications -- sous toutes réserves, de l'ordre de 20 centimes de FF le périodique, ou de 1,50 FF le livre cartonné, à vue de nez 1/10 de ce qui se pratiquait alors sur le marché (ce n'était pas l'époque des journaux gratuits, ni du livre de poche bradé). C'était en soi un outil de propagande très efficace, l'étonnement réel des gens devant ces tarifs sans pareil fournissant une bonne occasion de leur expliquer que tout était produit et distribué bénévolement. L'idée que cela aurait pu constituer un commerce juteux -- même si elle était vraie globalement -- ne venait à l'esprit de personne -- non seulement des TdJ et des sympathisants, mais même des plus hostiles. Si ce système a cessé d'être rentable ou même viable, je pense que ça tient à plein de facteurs: fiscalité mais aussi coût des matières premières, automatisation et externalisation qui diminuent l'incidence du bénévolat sur le coût de production, nécessité économique et juridique d'indemniser davantage les bénévoles et de leur offrir un minimum de couverture sociale, évolution du marché vers une logique promotionnelle où le très bas coût et même la gratuité n'étonnent plus personne. Les tarifs que la Watch pouvait effectivement pratiquer auraient de toute façon cessé d'être distinctifs.]

(Au cas où tu lirais L'enracinement en ligne et non en livre Smile, je rappelle que le texte date de 1943 -- Simone Weil meurt au mois d'août de la même année -- et non de 1949, date de la première édition par Camus, comme il est indiqué sur la page dont j'ai donné le lien plus haut: ça a toute son importance, comme tu verras.)


Dernière édition par Narkissos le Sam 06 Fév 2016, 12:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vœux d'obéissance et de pauvreté   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vœux d'obéissance et de pauvreté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» St-Jean Chrysostome sur la beauté de l'esprit de pauvreté
» La lutte contre la pauvreté.....
» La pauvreté évangélique n'est pas une vertu pour tous
» Heureux ceux qui sont conscients de leur pauvreté spirituelle.
» Vertus de l'humilité et de la pauvreté de coeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: DU COTE DES :: TEMOINS-
Sauter vers: