Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Questions des lecteurs

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6418
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Questions des lecteurs   Mar 20 Nov 2018, 12:26

La concordance des temps entre ciel et terre est une affaire délicate ! :)

Les conflits catholico-protestants ayant 500 ans d'âge au bas mot, on peut compter, dans ce genre d'affaire, sur des ressources inépuisables de mauvaise foi exégétique de part et d'autre.

Le "parfait", en l'occurrence, marque à l'évidence le caractère "durable", sinon "définitif" ou "irréversible", de la décision: ça sera/restera lié/délié; ce qui correspond assez bien aux usages des images de clés et de portes que tu as relevées, notamment dans l'Apocalypse.

Après, je ne sais pas si c'est plus "raisonnable" de prétendre connaître infailliblement les décisions du ciel que de les lui dicter, mais vu d'ici-bas ça me semble revenir à peu près au même...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4846
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Questions des lecteurs   Mar 04 Déc 2018, 15:19

FAUT-IL TOUJOURS DIRE « AMEN » ?

« Amen » est un mot qu’il faut prendre très au sérieux. Mais alors, que faire si quelqu’un qui prononce une prière se trompe dans ce qu’il dit ? Devons-nous nous retenir de dire « amen » ? Pas forcément. Jéhovah sait que nous ne trouvons pas toujours les bons mots, et il ne tient pas compte de ces erreurs. Par conséquent, ne soyons pas excessivement attachés aux détails. Concentrons-nous sur les idées que le frère essaie d’exprimer plutôt que sur les mots. Ainsi, nous pourrons sans doute nous sentir libres de dire « amen ».
Par contre, si nous sommes présents lors d’une prière prononcée par un non-Témoin, nous ne dirons pas « amen », ni à voix haute ni silencieusement. Dans quelle situation cela pourrait-il se produire ? Nous pourrions assister à un événement qui n’a rien de religieux, mais où on demande à quelqu’un de
prononcer une prière. Ou alors nous appartenons à une famille où, par exemple, le père n’est pas Témoin et décide de prier pour tout le monde. Comment réagir ? Nous pouvons rester silencieux et respectueux. Cependant, nous ne participerons pas à la prière en tenant la main des autres ou en disant « amen ». Nous choisirons peut-être de prier silencieusement pendant ce temps, mais nous ne dirons pas « amen » à voix haute. En effet, cela pourrait donner l’impression que nous nous sommes joints à leur prière. Si les autres se lèvent, c’est à nous de décider si nous nous lèverons aussi ou pas.
Le seul fait de se tenir debout ou de baisser la tête n’est pas un acte d’adoration. Chaque
chrétien décidera quoi faire dans un tel cas, et personne ne devrait lui reprocher sa décision.
Les situations dont nous venons de parler nous permettent de mieux comprendre encore toute l’importance du mot « amen » pour Jéhovah.
https://www.jw.org/fr/publications/revues/w201903/
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6418
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Questions des lecteurs   Mar 04 Déc 2018, 16:35

Cela donne en passant aux TdJ français un petit aperçu de la culture américaine, si différente de la leur où ils peuvent facilement se croire les seuls à prier, par exemple à un repas...

Aristote avait sagement exclu la prière (la demande, le voeu, le souhait en général, eukhè) du critère "logique" du "vrai" et du "faux".

En retour, cette question reste un assez bon critère du "sectarisme", et une occasion pour celui-ci de s'interroger. Il suffit de pousser la casuistique un peu plus loin: quid du "Notre Père" ? Il n'y aurait pas un mot, en principe, à objecter à la prière, hormis le statut de celui qui la prononce... Et si le TdJ était appelé à la prononcer lui-même, dans une assemblée de non-TdJ ? Il dirait volontiers "amen" à une prière à la Salle du Royaume, même en présence de non-Témoins; il prierait volontiers dans une "étude biblique" où il serait le seul TdJ; alors qu'est-ce qui bloque ?

Cela me rappelle deux anecdotes, que je n'avais jamais songé à rapprocher: celle, que j'ai déjà racontée, de ce catholique qui m'avait passablement embarrassé, au terme d'une discussion longue et sympathique, en me proposant de prier avec lui, et en ne me lâchant pas sans que je lui dise pourquoi je refusais; et, quelques années plus tard, de cette assemblée évangélique hispanophone qui ne disait jamais le Notre Père, par réflexe "anticatholique", et à qui j'ai fini par le faire dire, après l'avoir "commenté"...

Le "sectarisme" est rationnel, voire hyper-rationnel, il a toujours d'excellentes raisons de ne pas faire comme les autres et de s'en séparer. Il faut pousser ces raisons à leur limite pour voir apparaître derrière elles la "superstition", foncièrement irrationnelle, sans laquelle il n'aurait aucun pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4846
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Questions des lecteurs   Jeu 06 Déc 2018, 14:55

Quand la Puissance anglo-américaine est-​elle devenue la septième puissance mondiale annoncée par les prophéties bibliques ?
▪ Dans un rêve, le roi Neboukadnetsar a vu une immense image composée de divers métaux. Jéhovah a révélé à Daniel que ses différentes parties correspondaient à des puissances mondiales. L’image ne représentait pas toutes les puissances mondiales apparues au cours de l’Histoire, mais seulement cinq puissances ayant joué un rôle significatif dans l’histoire du peuple de Dieu à partir de l’époque du prophète. — Dan. 2:31-45.
La description que Daniel a donnée de l’image laisse entendre que la Puissance mondiale anglo-américaine devait provenir de Rome, et non la vaincre. Le prophète a vu que le fer des jambes s’étendait jusqu’aux pieds et aux orteils. (Dans les pieds et les orteils, le fer est mélangé à de l’argile*.) C’est ce détail qui indique que la Puissance mondiale anglo-américaine devait provenir des jambes en fer. L’Histoire corrobore cette description. La Grande-Bretagne, qui faisait jadis partie de l’Empire romain, a commencé à s’imposer vers la fin des années 1700. Plus tard, les États-Unis d’Amérique sont devenus une nation avec laquelle il fallait compter. Néanmoins, la septième puissance mondiale annoncée par les prophéties bibliques n’avait pas encore pris forme. En effet, la Grande-Bretagne et les États-Unis n’avaient pas encore agi de concert d’une manière flagrante. Leur collaboration est devenue plus étroite au cours de la Première Guerre mondiale.
À cette époque, “ les fils du royaume ” déployaient leur activité principalement aux États-Unis, leur siège mondial se situant à Brooklyn, dans l’État de New York (Mat. 13:36-43). Des chrétiens oints prêchaient avec zèle dans des pays se trouvant sous la coupe de l’Empire britannique. Durant la Première Guerre mondiale, des liens particuliers se sont forgés entre la Grande-Bretagne et les États-Unis tandis qu’ils combattaient leurs ennemis communs. La guerre ayant exacerbé le patriotisme, ces deux nations ont manifesté de l’inimitié à l’encontre de ceux qui faisaient partie de la semence de la “ femme ” de Dieu. Elles ont interdit certaines de leurs publications et emprisonné les frères qui dirigeaient l’œuvre de prédication. — Rév. 12:17.
Du point de vue des prophéties bibliques, la septième puissance mondiale n’est donc pas apparue à la fin des années 1700, lorsque la Grande-Bretagne a commencé à imposer sa domination, mais seulement au début du jour du Seigneur*.

[Notes]
L’argile mélangée au fer représente des éléments internes à la Puissance mondiale anglo-américaine. Avec le temps, les éléments en question ont empêché cette puissance d’être aussi forte qu’elle le souhaitait.
Cette explication constitue une mise à jour de celle qui figure dans le livre Prophétie de Daniel (page 57, paragraphe 24) et qui est illustrée aux pages 56 et 139.
https://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2012447
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6418
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Questions des lecteurs   Jeu 06 Déc 2018, 17:08

Outre le réglage chronologique (qui consiste à mettre "hors champ" des "prophéties bibliques" tout ce qui se passe entre l'époque "apostolique" et 1914, une paille ! -- dans la même logique que les révisions précédentes sur l"'esclave fidèle et avisé" et autres paraboles synoptiques), on peut deviner un brin de "politiquement correct": le discours antérieur qui identifiait la faiblesse de l'argile à la démocratie est mis en sourdine, voire passé sous silence (au moment peut-être où il aurait eu quelque chance d'apparaître "prophétique" !).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4846
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Questions des lecteurs   Lun 10 Déc 2018, 12:42

Certains article de la Watcht sont surprenants, au point de se demander si l'auteurs avait perçu la portée de son article au moment ou il l'a rédigé. L'article qui suit me semble faire parti de cette catégorie, en effet il nous explique, à travers la question, "Quelles raisons les Juifs du Ier siècle avaient-​ils d’être « dans l’attente » du Messie ?", que les apôtres et autres chrétiens du Ier siècle n'avaient pas été en mesure de comprendre la prophétie des 70 semaines, alors que cette compréhension leur aurait été de la plus grande utilité pour prouver que Jésus était bien le Messie annoncé, à Contrario, aujourd'hui, la Watch a été capable de décrypter cette prophétie, à un moment, ou cette compréhension est la moins utile.


Quelles raisons les Juifs du Ier siècle avaient-​ils d’être « dans l’attente » du Messie ?

Se peut-​il que les Juifs du Ier siècle aient calculé le moment où le Messie arriverait grâce à la prophétie des 70 semaines contenue en Daniel 9:24-27 ? C’est possible, mais rien ne permet de le certifier. Par contre, une chose est sûre : il existait, au temps de Jésus, quantité d’interprétations contradictoires de cette prophétie, et aucune ne correspond à la compréhension que nous en avons aujourd’hui*.
Les Esséniens enseignaient que deux Messies devaient se manifester vers la fin d’une période de 490 ans. Toutefois, on ne peut être certain qu’ils basaient leurs calculs sur la prophétie de Daniel. Et même si cela avait été le cas, étant donné que les Esséniens étaient une secte monastique juive (une opinion aujourd’hui couramment admise), il est difficile d’imaginer que la grande majorité des Juifs aient pu être influencés par les idées d’un tel groupe isolé.
Au IIsiècle de n. è., des Juifs croyaient que les 70 semaines correspondaient à la période allant de la destruction du premier temple, en 607 av. n. è., à la destruction du second temple, en 70 de n. è. D’autres associaient l’accomplissement de cette prophétie à la période des Maccabées, au IIsiècle av. n. è. Bref, tous n’étaient pas d’accord sur la signification des 70 semaines.
Si la prophétie des 70 semaines avait été correctement comprise au Ier siècle de n. è., on aurait pu s’attendre à ce que les apôtres et d’autres chrétiens du Ier siècle s’en servent pour prouver que le Messie promis était bien arrivé au moment prédit, en la personne de Jésus Christ. Or, rien n’indique que ce soit le cas.
Autre point intéressant : les rédacteurs des Évangiles ont souvent signalé que certaines prophéties des Écritures hébraïques s’étaient accomplies en Jésus Christ (Mat. 1:22, 23 ; 2:13-15 ; 4:13-16). Pourtant, ils n’ont jamais fait le lien entre la venue de Jésus sur terre et la prophétie des 70 semaines.
En résumé, on ne peut affirmer que la prophétie des 70 semaines était correctement comprise aux jours de Jésus. Mais les Évangiles fournissent des éléments montrant que les Juifs avaient de solides raisons d’être « dans l’attente » du Messie.

https://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2014127
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6418
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Questions des lecteurs   Lun 10 Déc 2018, 13:44

Belle prise !

Même si tout cela arrive avec beaucoup de retard (la doxa relative aux "esséniens" date des années 1950 et n'est précisément plus "couramment admise" aujourd'hui!), c'est révolutionnaire par rapport à ce que j'ai appris et récité tout au long de ma vie jéhoviste (1972-86). Il faudrait d'ailleurs préciser que la première interprétation "messianique" de Daniel 9, dans le christianisme ancien, qui commence à ressembler à celle qui a cours chez les TdJ et autres "fondamentalistes", est de Julius Africanus, au début du IIIe siècle (et encore: elle n'identifie pas le retranchement du "messie" = "oint" à la mort de Jésus)... Il en résulte, comme tu l'observes, un "objet théologique remarquable", à savoir une "prophétie" parfaitement inutile, parce qu'incomprise au temps de sa réalisation comme au temps de son énonciation (supposées).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Questions des lecteurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Questions des lecteurs
Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» Actualité de La Pléiade.
» Je me pose pas mal de questions sur "le rêve éveillé"
» Questions générales aux Témoins de Jéhovah, Catholiques, Adventistes du Septième Jour, Baptistes, Pentecôtistes, et autres.
» questions diverses sur l operation
» Dans le courrier des lecteurs de Télérama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: DU COTE DES :: TEMOINS-
Sauter vers: