Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 antijudaïsmes, antisémitismes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
AuteurMessage
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Jeu 17 Mai 2018, 15:21

Citation :
Plus rien (de religieux ou de théologique, s'entend; au plan politique c'est une autre affaire) ne le retient dès lors de devenir un néo-judaïsme bibliciste qui pourrait aussi bien rétablir le temple, la prêtrise et le système sacrificiel, une application "littérale" de la Torah qui reléguerait le judaïsme rabbinique à une dispensation "passée".

Jérusalem: la poudrière Al-Aqsa

Un fragile “statu quo”

Selon les règles en vigueur, dites du statu quo, les fidèles juifs peuvent se rendre sur l’esplanade à condition qu’ils n’y organisent pas de prières. Mais depuis les années 1980, un courant messianique juif tente de remettre en question ce modus vivendi. Ses adeptes exigent qu’y soient établis des horaires de prière pour les juifs et les musulmans, à l’image de ce qui se fait au Caveau des patriarches, à Hébron. Ils entendent ainsi réaffirmer la souveraineté juive sur ce lieu qui, jadis, abrita le Temple du roi David, détruit par les Babyloniens, puis par les Romains, et dont le seul vestige est le mur des Lamentations. D’après le livre d’Ezéchiel, la reconstruction de ce lieu sacré du judaïsme permettra la venue du Messie et la rédemption du monde.
https://blog.francetvinfo.fr/bureau-moyen-orient/2017/07/18/jerusalem-la-poudriere-al-aqsa.html



L’institution d’Al-Aqsa pour l’embellissement des lieux saints islamiques, a appelé, hier lundi 5/3, toutes les organisations islamiques officielles et populaires dans la ville d’Al-Quds, notamment l’organisation des Waqfs islamiques à prendre toutes ses dispositions et ses précautions pour empêcher les groupes sionistes d’exécuter leur plan en prétendant de présenter des offrandes dans les esplanades de la mosquée d’Al-Aqsa à l’occasion des fêtes juives pendant le mois d’avril prochain.

 L’organisation a affirmé dans un communiqué de presse dont le centre palestinien d’information a reçu une copie que des groupes juifs continuent leurs préparations en vue de construire le prétendu temple sur les ruines de la mosquée d’Al-Aqsa après sa destruction.

 L’organisation a su que les préparatifs se poursuivent de façon rapide tout en soulignant que le présumé Yisraël Ariel, responsable de l’institut du temple a dit que le « conseil des Sanhédrins », haut conseil religieux juif a décidé d’acheter une étable de moutons pour la présenter comme des sacrifices lors des fêtes juives à l’intérieur d’Al Aqsa après la construction de ce temple.

http://www.alterinfo.net/L-institution-d-Al-Aqsa-les-israeliens-se-preparent-pour-demolir-la-mosquee-d-Al-Aqsa_a7995.html



Ce projet est jugé totalement absurde par de nombreux rabbins, et pas uniquement par les plus libéraux : « Même si le Temple était reconstruit, nul ne serait autorisé à y entrer, pour des raisons de pureté », explique le rabbin Dovid Kohn, membre d’un mouvement antisioniste, c’est-à-dire opposé à l’appropriation de terres par l’État d’Israël. « Nous ne pouvons plus aujourd’hui accomplir les rites de purification comme au temps du second Temple. Le Messie doit revenir, comme il est dit dans les Écritures, et le Temple descendra alors du ciel. Ce ne doit pas être une construction humaine. »
Dans l’Évangile de Jean, Jésus annonce à la Samaritaine que « l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père ». « Cela signifie que nous sommes, chacun, le véritable Temple », explique un prêtre catholique. Ce n’est pas tout à fait l’interprétation des deux pentecôtistes. « Nous croyons que le Temple va être reconstruit et qu’alors la porte Dorée sera rouverte pour qu’enfin le Messie entre sur l’Esplanade », explique Silvin. Steven poursuit : « Le monde entier cherche une solution politique au problème ici, à Jérusalem. Mais cet endroit est un absolu, il n’y aura pas de compromis. » Espérons que si.

https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/Jerusalem-lEsplanade-tensions-2017-09-11-1200875873
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Jeu 17 Mai 2018, 15:46

[France-info ferait bien de réviser son catéchisme: même dans l'"histoire sainte" la plus élémentaire le temple est dit "de Salomon" et non "du roi David"; et son archéologie: le "mur des lamentations" est d'époque hérodienne = romaine, et à proprement parler il ne fait partie d'aucun "temple". Sans parler de l'exégèse d'Ezéchiel.]

Quoi qu'il en soit des rumeurs particulières colportées par la seconde référence, il est impossible qu'un (néo-)judaïsme (néo-)sioniste ne soit pas chatouillé par des idées de restauration "biblicistes". J'ai essayé d'analyser plus haut la situation du point de vue du judaïsme rabbinique traditionnel, mais on peut aussi bien l'envisager du point de vue opposé: à un Israël souverain incontesté ayant pour capitale Jérusalem, le judaïsme rabbinique, synagogal, ne peut plus être une "religion" adéquate. Indépendamment de toute contestation extérieure, palestinienne ou internationale, il y a là un problème d'"identité" qui ne peut pas ne pas se poser tôt ou tard. Problème topologique aussi: comment dire "l'an prochain à Jérusalem" quand on y est, et surtout quand on y est "chez soi" ?
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Jeu 17 Mai 2018, 16:45

Citation :
Indépendamment de toute contestation extérieure, palestinienne ou internationale, il y a là un problème d'"identité" qui ne peut pas ne pas se poser tôt ou tard. Problème topologique aussi: comment dire "l'an prochain à Jérusalem" quand on y est, et surtout quand on y est "chez soi" ?

Cela signifie-t-il que la question de la destruction de la mosquée al-Aqsa se posera immanquablement avec comme objectif la construction d'un troisième temple ?
Jérusalem ne se caractérise-t-elle pas par une identité multiple, juive, musulmane et chrétienne ?



  Ce n’est pas tout à fait l’interprétation des deux pentecôtistes. « Nous croyons que le Temple va être reconstruit et qu’alors la porte Dorée sera rouverte pour qu’enfin le Messie entre sur l’Esplanade », explique Silvin. Steven poursuit : « Le monde entier cherche une solution politique au problème ici, à Jérusalem. Mais cet endroit est un absolu, il n’y aura pas de compromis. » Espérons que si.
https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/Jerusalem-lEsplanade-tensions-2017-09-11-1200875873
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Jeu 17 Mai 2018, 18:45

free a écrit:
Cela signifie-t-il que la question de la destruction de la mosquée al-Aqsa se posera immanquablement avec comme objectif la construction d'un troisième temple ?

La question n'est pas près de se poser politiquement: l'équilibre des forces en Israël et dans la région la rend pour longtemps impossible.

Mais du point de vue du judaïsme (religieux) elle arrive presque trop tard, dans la mesure où la logique qui y mène est engagée depuis fort longtemps: dès lors que la majeure partie de ce judaïsme a cessé de s'opposer au sionisme ou tout au moins de garder avec lui ses distances, que non seulement il coexiste avec l'Etat d'Israël mais lui prête un sens religieux, si ambigu soit-il, et que de son côté l'Etat d'Israël a largement rompu avec la "laïcité" originelle de son projet pour inclure de plus en plus de références religieuses ("bibliques" plutôt que rabbiniques), la question de la définition d'un judaïsme-en-Israël (ou d'un judaïsme-avec-Israël dans ce qui reste de diaspora) se pose implicitement, même si elle n'est pas posée explicitement. Et à mon avis elle aurait tout à gagner à se poser explicitement, pour ne pas être abandonnée aux seuls "extrémistes" qui n'hésitent pas à la poser et à y répondre à leur façon.

Le champ des réponses possibles se situe (toujours du point de vue du judaïsme religieux) entre deux limites: A. Refuser toute signification religieuse à l'Etat d'Israël: on est juif à Jérusalem ou à Tel-Aviv comme on le serait à Paris ou à Prague (mais alors il faut en tirer les conséquences et placer toutes les références "messianiques" ou "eschatologiques" à Israël et à Jérusalem sur un plan "spirituel" ou "symbolique", leur dénier toute implication historique, géographique et politique présente et concrète: attendre "Jérusalem" à Jérusalem, c'est encore moins commode qu'ailleurs). B. Refuser toute distinction entre religion et politique, histoire et prophétie, eschatologie, messianisme (et alors c'est le judaïsme de diaspora et d'attente qui devient une économie dépassée avec toutes ses productions talmudiques, qabbalistiques, hassidiques): tout cela se mêle en une idéologie hallucinée et totalitaire, qui ne laisse pas plus de place en elle ou hors d'elle à une transcendance religieuse qu'à une rationalité politique.

Il y a bien sûr une infinité de définitions possibles d'un néo-judaïsme entre ces limites, et autant de sujets de divergence et de débat. Mais dans tous les cas ce ne sera plus le judaïsme d'avant. Et ceux qui ne veulent pas de l'option restaurationniste qui paraît toute tracée dans "la Bible" à la sauce fondamentaliste (temple, prêtrise, sacrifices, torah-charia, et pourquoi pas monarchie pendant qu'on y est), même si elle paraît politiquement irréalisable pour le moment, ont tout intérêt à se dépêcher d'en construire d'autres et de les étayer aussi solidement (théologiquement, bibliquement, talmudiquement, etc.) que possible.

Indépendamment de toute considération politique, je n'imagine pas un instant les rabbins se mettre d'accord sur une restauration du temple: la culture rabbinique est une culture de la discussion infinie et non du consensus, c'est vrai sur le moindre détail et a fortiori sur un sujet de cette importance; de plus, depuis le pharisaïsme de l'époque romaine la défiance envers le sacerdoce et le temple est telle (il faut voir comment les prêtres sont traités dans le Talmud) que l'idée même serait abominable à la plupart. Par contre, que cette idée germe dans un néo-judaïsme de type fondamentaliste et bibliciste (dont le "canon" effectif, le "canon dans le canon", est centré sur l'historiographie "deutéronomiste", de la "conquête" de Josué aux guerres de David, au royaume et au temple de Salomon, sur Esdras-Néhémie et sur les Maccabées pourtant exclus du "canon" phariséo-rabbinique), prêt à passer par-dessus bord l'essentiel du judaïsme rabbinique, qu'elle ait prise sur une grande part de la population religieuse mais ignorante des subtilités rabbiniques, et que des politiciens populistes s'en emparent, c'est une possibilité très sérieuse, c'est même déjà une partie non négligeable de l'"actualité".

[En histoire des religions la "forme" commune, l'analogie de structure et de fonction caractéristique d'une "époque", compte davantage que le "fond" ou le "contenu" particulier de chaque tradition. Quand la forme générale change d'une époque à l'autre (p. ex. du culte agraire au culte national, au culte cosmique, à la religion morale ou au mystère de salut) tous les contenus, ou presque, suivent et s'adaptent. Le genre de "religion" couramment dit "fondamentalisme" a émergé dans le protestantisme anglo-saxon du XIXe siècle (bien que le nom soit plus tardif et employé en partie à contresens), contemporain et corollaire de tous les autres aspects de son époque (historicisme, scientisme, nationalisme, socialisme, etc.): mais depuis qu'il est apparu il a affecté quasiment toutes les religions au point de s'imposer comme leur forme de survie privilégiée. Dans le monde juif, musulman, chrétien, bouddhiste même tout ce qui "marche" ou est "populaire" en matière de religion prend bon gré mal gré l'allure d'un "fondamentalisme". C'est une catastrophe pour ceux qui sont attachés aux formes anciennes des religions parce qu'ils les comprennent encore, c'est une "forme" qui passera certainement à son tour à d'autres "formes" de religion, mais en attendant il faut compter avec elle.]
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Mar 22 Mai 2018, 15:49

Merci Narkissos pour cette analyse fouillée.


Israël: Etat juif ou Etat des juifs ?

La droite nationaliste et religieuse veut faire capoter les négociations avec les Palestiniens en lançant une polémique sur la nature juive de l'Etat d'Israël.

100% juif

En donnant une connotation purement religieuse à un Etat qui s’appuierait sur les lois de la Halakha, les tenants de ce dogme combattent en fait les laïcs israéliens qui considèrent que leur identité s’exprime en dehors du rabbinat. Ces derniers préfèrent la notion «d’Etat des juifs» qui enlèverait toute référence à la religion et qui permettrait, selon eux, la coexistence avec les musulmans et les chrétiens dans un pays qui est aussi le leur. En cette période des grandes fêtes de Roch Hachana, le nouvel an, et de Kippour, la religion pèse sur un pays qui voit un demi-million de ses citoyens fuir vers des horizons étrangers pour échapper au poids des tenants du Livre sacré.

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, dont la conviction laïque est clairement affichée, s’est emparé de ce débat pour, en fait, vouer aux gémonies la minorité arabe qu’il n’estime pas loyale vis-à-vis de l’Etat d’Israël. Leader populiste d’une communauté d’immigrés russes qui ont perdu leurs repères juifs sous le régime soviétique, il multiplie les embûches juridiques pour tenter d’exclure les minorités de la nation israélienne. Durant sa campagne électorale, il avait remis en cause la citoyenneté des arabes d’Israël et avait proposé de les «transférer» vers le futur Etat palestinien. Il s’était déjà prononcé, avant tous les autres dirigeants, pour deux Etats pour deux peuples.

En échange d’Oum El-Fahm, ville arabe israélienne, il avait proposé d’annexer des blocs d’implantations de Cisjordanie pour avoir «un Etat juif à 100%». Il s’était alors senti encouragé par les sondages qui démontrent que 55% des juifs israéliens pensent que le gouvernement devrait encourager l’émigration des arabes et que 50% prônent leur transfert. Il avait alors affirmé: «Selon moi, pour obtenir une paix et une sécurité à long terme, nous devons opérer une véritable division politique entre les arabes et les juifs».
http://www.slate.fr/story/27167/israel-etat-juif-ou-etat-des-juifs
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Mar 22 Mai 2018, 17:38

"Le judaïsme" (religieux) est beaucoup trop multiple et complexe (sépharade, ashkénaze, oriental; talmudique, qaraïte, qabbalistique, hassidique, etc.) pour fédérer quoi que ce soit, en particulier une population juive (au sens ethnique) qui est dans l'ensemble assez peu religieuse; il peut être tout au plus un symbole global d'unité nationale, au même titre que le drapeau, à condition de rester un simple nom ou une boîte noire hermétiquement close (un peu comme "la Bible" en Amérique: c'est une référence "sacrée" tant qu'elle reste fermée, tout le monde ou presque est d'accord pour prêter serment sur la Bible; mais dès qu'on l'ouvre c'est la division assurée). Il serait totalement inapte à faire une religion d'Etat même si on lui conférait ce rôle (faute d'institution religieuse unifiée et de hiérarchie pour commencer); seul un néo-judaïsme de type bibliciste et fondamentaliste (p. ex. sacerdotal) pourrait endosser une telle fonction, et il aurait contre lui tous les autres judaïsmes, forts de 2000 ans de traditions divergentes -- en plus des Israéliens laïques, agnostiques ou athées qui, même s'ils ne sont plus majoritaires, ne sont pas non plus en voie de disparition.

Par contre, il ne faut pas s'imaginer que ces derniers soient insensibles à l'attrait de thèses nationalistes dures, y compris celle d'un Etat 100 % juif au sens "ethnique". Celles-ci n'ont pas besoin de caution religieuse si elles finissent par apparaître comme les seules politiquement viables, dans une obsession de "sécurité" qui se nourrit de la confusion de tous les "ennemis" réels et imaginaires, pays arabes et/ou musulmans, Palestiniens et même Israéliens arabes, musulmans ou chrétiens. Par rapport à ce risque politique bien réel, l'influence religieuse est mineure, sinon nulle; en tout cas elle ne va pas toujours dans le même sens: il y a des rabbins orthodoxes hyper-nationalistes, mais il y en a aussi d'anti-nationalistes tout aussi orthodoxes, et même si ces derniers ne sont pas les plus nombreux ils sont aussi incontestables, au strict plan de l'autorité religieuse, que les autres.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Mar 31 Juil 2018, 09:47

Les intellectuels israéliens partent en guerre contre la loi sur «l'Etat-nation du peuple juif ». La communauté druze, qui compte 130 000 personnes qui servent dans les rangs de l'armée israélienne, lance également une campagne contre cette législation.

Ce sont 180 intellectuels israéliens avec à leur tête les écrivains David Grossman et Amoz Oz qui lancent un appel au Premier ministre israélien pour qu'il annule purement et simplement la loi controversée sur l'Etat-nation qui confirme le caractère juif de l'État d'Israël. Benyamin Netanyahu rejette les critiques contre la loi et en a donné sa propre interprétation lors du conseil des ministres ce dimanche 29 juillet à Jérusalem
« Israël est l'Etat-Nation du peuple juif. Avec des droits égaux pour tous ces citoyens. C'est le sens des mots : Etat juif et démocratique », a déclaré le Premier ministre.

Le chef du gouvernement israélien a tenté également de rassurer les Druzes. La loi ne change en rien votre statut, affirme-t-il. Peu convaincus plusieurs dirigeants de la communauté demandent à la Cour suprême israélienne de se pencher sur ce texte qui fait d'eux, disent-ils, des citoyens de seconde zone.
Plusieurs groupes de vétérans de l'armée israélienne, notamment des parachutistes publient des lettres de soutien aux Druzes, demandant eux aussi l'amendement de la loi. Un député arabe israélien, le travailliste Zouheir Bahloul, a également annoncé sa démission en raison de la législation qui défend le séparatisme ethnique.
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180729-israel-voix-s-elevent-contre-loi-controversee-etat-nation-juif




L'an prochain à Jérusalem ? Le Moment Meurice
https://www.youtube.com/watch?v=fw7Jnh-GpWE
Revenir en haut Aller en bas
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 71
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Mar 31 Juil 2018, 14:57

Bon retour Free


Cela ne présage rien de bon pour le futur….
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Lun 13 Aoû 2018, 10:55

Loi sur «l'État-nation juif» : la grande colère des Arabes d'Israël

Des dizaines de milliers de citoyens arabes sont descendus dans la rue, samedi à Tel-Aviv, pour dénoncer  la nouvelle loi déclarant Israël l'État-nation du peuple juif. La communauté druze est, elle aussi, indignée.
Après le rassemblement druze organisé la semaine dernière, ce sont plusieurs dizaines de milliers de citoyens arabes d'Israël qui ont investi samedi soir la place Yitzhak-Rabin de Tel-Aviv, lieu emblématique de la vie politique du pays, pour dénoncer une Loi fondamentale qui définit celui-ci comme «l'État-nation du peuple juif». Le texte, adopté le 19 juin par 62 députés sur 120, nourrit une vive colère parmi ces minorités et provoque des remous bien au-delà.
 
De nombreux Israéliens juifs, ainsi que plusieurs parlementaires issus non seulement de la Liste arabe unie mais aussi des partis de gauche Meretz et Union sioniste, ont joint leurs forces aux manifestants pour demander l'abrogation de la loi. Mais Benyamin Nétanyahou, convaincu qu'une majorité de ses concitoyens en approuve le contenu, se dit inflexible. Alerté sur la présence de quelques drapeaux palestiniens dans l'immense foule, le premier ministre a aussitôt déclaré: «Il n'y a pas de meilleure ...

http://www.lefigaro.fr/international/2018/08/12/01003-20180812ARTFIG00153-la-grande-colere-des-arabes-d-israel.php
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   Lun 13 Aoû 2018, 12:32

D'un autre côté, me semble-t-il, cette loi ne fait que mettre en évidence la contradiction congénitale de l'Etat d'Israël comme Etat "juif" et "démocratique", autrement dit comme "ethnique" et "non-ethnique", ou "mono-ethnique" et "pluri-ethnique". Contradiction qui, on l'a souligné maintes fois, n'apparaissait pas comme telle au temps de sa création parce qu'elle était alors courante et pour ainsi dire "normale" (contemporaine non seulement de l'apartheid sud-africain, mais de tous les régimes coloniaux qui fonctionnaient grosso-modo de la même manière, en Australie, en Inde ou en Algérie française, ou de la "ségrégation raciale" des Etats du Sud américain), aujourd'hui littéralement impensable même pour ceux qui la soutiennent (qui ne peut plus être soutenue que sur des bases "irrationnelles", hors de toute "raison" politique, donc avec d'autant de plus de "volonté", d'obstination ou d'acharnement). Reste à savoir si c'est bien la "raison" qui fait l'"histoire" (en passant par la contradiction, dirait certes Hegel, mais nous avons du mal aujourd'hui à croire à cette "dialectique").
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: antijudaïsmes, antisémitismes   

Revenir en haut Aller en bas
 
antijudaïsmes, antisémitismes
Revenir en haut 
Page 10 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
 Sujets similaires
-
» Peste et antisémitisme
» Une chrétienne antisémite hystérique
» Allende, la face cachée : antisémitisme et eugénisme
» Composante psy (?) du racisme et antisémitisme
» archaïsmes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: