Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une vie pour des millions ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le gaffeur distancié



Nombre de messages : 74
Age : 33
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: Une vie pour des millions ?   Mer 28 Juin 2017, 00:08

En réfléchissant ce soir sur mon lit à la vitesse et à la richesse des pensées que la vie humaine offre possiblement et à la « magie » qu’on peut mettre dans des gestes quotidiens, à l’instar du Max d’Hervé Cristiani  Idea , et en faisant le rapprochement avec ce que dit Jean 21 :25 « Jésus a fait encore beaucoup d'autres choses; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu'on écrirait. » et avec le fait que chez les TJ on indiquait que la vie de Jésus le nouvel Adam rachetait la vie de tous les hommes, j’en suis venu à la conclusion selon laquelle ce passage soulignait que la vie de Jésus (en tout cas ce personnage tel qu’on le présente dans les Evangiles) avait été tellement riche et intense qu’elle condensait la somme de multitudes d’expériences.

Et j’ai alors fait le rapprochement avec Jéhovah chez les TJ, ce Dieu caméléon, qui joue chaque rôle imaginable et possible pour faire advenir son dessein, ce qui n’est pas sans rappeler les hystériques, ces « affabulatrices simulatrices », qui imitaient chaque représentation collective qui circulait plus ou moins tacitement.
Je note par ailleurs chez de nombreux ex-TJ la réticence, la répugnance même à utiliser le terme Jéhovah, ce Dieu qu’on nous a tant appris à considérer comme notre Ami le plus proche et intime, comme si c’était trop douloureux de se rappeler cette déchirure symbolico-affective d’avec ce qu'on en est venu à comprendre de sa nature illusoire telle un mirage, comme si on ne pouvait que se résoudre à considérer une telle intimité comme une impossibilité après notre désaffection.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5006
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   Mer 28 Juin 2017, 12:23

Chaque nom propre est, en puissance, le hors-lieu commun de la totalisation impossible.

[Cf. Borges, par exemple; mais c'est l'essence même de la littérature au sens le plus large, du mythe antique au cinéma, que dit naïvement, superficiellement, la (dernière) conclusion de l'évangile selon Jean: les noms, les histoires et les livres sont plus grands que le monde, ils peuvent le contenir comme jamais il ne les contiendra.
Je repense à Généalogies d'un crime (1996), de Raoul Ruiz, que j'ai vu récemment, où ce thème est traité de façon astucieuse et facétieuse -- à ceci près que la répétition des structures narratives l'emporte sur celle des personnages.]

L'exhumation du "nom de Jéhovah" par la Watchtower et son "remplacement" par le "nom de Jésus" dans le NT apparaissent à cet égard comme deux avatars concurrents du même phénomène, semblables par leurs effets imaginaires et affectifs: un seul nom peut tout dire -- mais un seul à la fois, à chaque fois (cf. Undr, de Borges, dans Le livre de sable -- El libro de arena).

Cf. aussi Romains 14: nul ne vit pour lui-même, nul ne meurt pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1616
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   Mer 28 Juin 2017, 22:52

Narkissos a écrit:
L'exhumation du "nom de Jéhovah" par la Watchtower et son "remplacement" par le "nom de Jésus" dans le NT apparaissent à cet égard comme deux avatars concurrents du même phénomène, semblables par leurs effets imaginaires et affectifs: un seul nom peut tout dire -- mais un seul à la fois, à chaque fois (cf. Undr, de Borges, dans Le livre de sable -- El libro de arena).

Au risque de te surprendre par ma question: pourrais-tu me donner un exemple de l'exhumation du "nom de Jéhovah" ... et son remplacement pour le nom de Jésus?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5006
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   Jeu 29 Juin 2017, 11:44

Je me suis mal exprimé.
Je voulais comparer globalement (et en inversant l'ordre chronologique, ce qui ne facilitait pas la lecture) deux phénomènes distincts et bien connus ici (je ne reviens pas sur le pourquoi et le comment de l'un et de l'autre), qui n'ont a priori aucun rapport et entre lesquels on peut cependant discerner un rapport complexe:
A: Dans le Nouveau Testament, "le nom de Jésus" s'est substitué en grande partie au "nom de Yahvé" tel qu'il était utilisé dans l'Ancien Testament -- c'est le nom personnel du référent ultime qu'on invoque, auquel on s'attache affectivement le cas échéant;
B: Dans l'histoire des TdJ, le "nom de Jéhovah" s'est substitué en grande partie au "nom de Jésus" tel qu'il était utilisé dans la pratique chrétienne ordinaire -- avec une fonction rituelle, imaginaire et affective similaire.
Et je constate, ou je crois constater, qu'on ne s'attache (vraiment) qu'à un seul "nom propre absolu" à la fois. Malgré les différences, la charge imaginaire et affective du nom "Jéhovah" pour un TdJ est comparable à celle de "Jésus" pour les "premiers chrétiens" (et la plupart des chrétiens encore aujourd'hui), et à celle de "Yhwh" pour le "judaïsme" des premiers textes de la Bible hébraïque (je parle de ceux de l'époque perse, antérieurs à toute "réserve" sur l'emploi du nom Yhwh; mais qu'on l'appelle 'adônaï ou kurios dans le judaïsme ultérieur ne change pas grand-chose à la charge imaginaire et affective, dès lors que ces mots fonctionnent comme des "noms propres" distincts des "noms communs" correspondants -- adôn ou kurios avec article).

J'ajoute que ce phénomène de substitution infinie de l'unique "nom-qui-dit-tout" n'a rien d'une exception, ce serait plutôt la règle en matière de religion: l'histoire des Psaumes en est à mes yeux la meilleure illustration, où des hymnes originellement adressées à Baal-Haddad (29) ou à Aton (104) sont transférées à Yahvé (puis, dans l'usage chrétien des Psaumes, à "Jésus-Christ" ou au "Père-de-Jésus-Christ", qui se confondent). Dans l'usage des mêmes textes, la "deuxième personne" ("tu") du destinataire divin est aussi mobile dans sa référence, sans même changer de forme, que la "première personne" du locuteur humain, individuel ou collectif ("je" c'est "moi", même quand c'est "David"; "nous" c'est "l'Eglise", même quand c'est "Israël"). Même en contexte polythéiste, chaque divinité a son temple, son rituel et ses dévots dévoués: on a beau en reconnaître théoriquement plusieurs, on n'en "adore" qu'une seule à la fois, et c'est toujours, dans la piété comme dans la doxologie (textes de louange), "la plus grande", celle qui résume tout, au moins dans le moment de l'acte cultuel. Ce qui facilite le passage des mêmes textes, d'un théonyme (nom divin), d'un culte et d'une communauté à l'autre. (Voir aussi ici.)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Le gaffeur distancié



Nombre de messages : 74
Age : 33
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   Jeu 29 Juin 2017, 18:12

Narkissos a écrit:

Cf. aussi Romains 14: nul ne vit pour lui-même, nul ne meurt pour lui-même.

Ce que tu dis me fait penser au concept d'objet en psychanalyse, cet objet de l'amour absolu vers lequel s'échoue tous nos sentiments d'attachement.

Un gars qui avait lutté contre le conducteur du camion qui avait tué 85 personnes sur Nice l'année dernière indiquait que ce qui l'avait fait tenir durant ces quelques instants c'était de penser à sa petite fille.

En ce qui me concerne, ce qui me permet de vivre pleinement c'est le sentiment d'épanouissement et de confiance totale en mes amis, qui constituent des figures de références intrapsychiques qui se réalimentent à leur contact.

C'est une toile de fonds de sécurisation ou plus exactement permet de comprendre que ce qui sécurise c'est aussi notre capacité d'aimer et de chercher l'amour. C'est une façon d'être un homme vivant en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5006
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   Jeu 29 Juin 2017, 19:49

Quid amo, cum te amo -- qu'est-ce que j'aime, quand je t'aime ? -- demande saint Augustin dans ses Confessions; et pourtant c'est à "Dieu" qu'il parle.

C'est dire que "l'objet" ou "le destinataire", même de l'affection la plus absolue, ou (au contraire ?) la plus personnelle et la plus déterminée, la moins ouverte a priori à l'échange ou à la substitution ("par ce que c'estoit luy; par ce que c'estoit moy", comme dirait Montaigne), reste dans cette fonction même le lieu-tenant ou le prête-nom de l'indésignable, ou de l'inassignable: d'on ne sait qu(o)i.

Et ce, peut-être, quel que soit le "signe", positif ou négatif, de l'affection: sait-on davantage ce qu'on hait quand on hait quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1616
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   Jeu 29 Juin 2017, 19:58

Merci Narkissos, je me suis comporté sur ce sujet comme l'homme à qui l'on montre la lune et qui regarde le doigt. Mais ce faisant j'ai bénéficié d'une explication très complète.

Cela m'a remis en mémoire les difficultés de certains frères âgés et parfois moins âgés de parler de Jéhovah alors que le contexte biblique en question mettait en valeur Jésus.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5006
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   Ven 30 Juin 2017, 12:48

A l'inverse (mais c'est au fond le même phénomène, de concentration sur l'unique nom propre en vigueur, qui s'exprime dans des directions contraires en surface), dans les milieux "évangéliques" en particulier, il y a une forte tendance à plaquer indistinctement "Jésus" sur le "Yahvé" ou "Seigneur" de l'AT et sur le "Dieu" ou "Père" de Jésus-Christ dans le NT, y compris à l'encontre de la théologie officielle des milieux concernés.

C'est en réalité la démarche religieuse et cultuelle, unifiante, qui s'oppose de part et d'autre aux distinctions plus ou moins subtiles et réfléchies de la théologie.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Le gaffeur distancié



Nombre de messages : 74
Age : 33
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   Ven 30 Juin 2017, 17:52

Narkissos a écrit:
Quid amo, cum te amo -- qu'est-ce que j'aime, quand je t'aime ? -- demande saint Augustin dans ses Confessions; et pourtant c'est à "Dieu" qu'il parle.

C'est dire que "l'objet" ou "le destinataire", même de l'affection la plus absolue, ou (au contraire ?) la plus personnelle et la plus déterminée, la moins ouverte a priori à l'échange ou à la substitution ("par ce que c'estoit luy; par ce que c'estoit moy", comme dirait Montaigne), reste dans cette fonction même le lieu-tenant ou le prête-nom de l'indésignable, ou de l'inassignable: d'on ne sait qu(o)i.

Et ce, peut-être, quel que soit le "signe", positif ou négatif, de l'affection: sait-on davantage ce qu'on hait quand on hait quelqu'un ?

C'est tout à fait intéressant. Il y a une capacité illimitée d'amour chez chaque être humain qui ne demande qu'à s'attacher à des personnes "personnalisées", et si on aime quelqu'un c'est avant tout parce qu'on a cette capacité préexistante indépendamment de toute personne à qui on la destine.

Ensuite, les particularismes donnent une coloration personnalisée à cette tendance transcendante.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5006
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   Ven 30 Juin 2017, 18:45

Ou: les mailles du langage et de la représentation n'attrapent pour signifiés que des simulacres de "sujets" et d'"objets", de "choses" et de "personnes", d'"actions", de "passions" et d'"événements", dans un flux de "réel" qui n'est que de passer de "l'un" à "l'autre", où rien ni personne n'est jamais le même ni tout à fait lui-même. Au-delà de tout attachement "l'amour", par excellence sans doute mais non exclusivement (n'oublions pas "la mort" !), nous rapporte à ce mouvement qui à tous points de vue nous précède et nous dépasse.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une vie pour des millions ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une vie pour des millions ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» et pour 93 millions d'euros ?
» Ibrahimovic au PSG pour 15 millions d'euros annuels...
» Lyon : le campus de Bron en voie de "réhabilitation totale" pour 24 millions d'euros.
» Rentrée scolaire 2014-2015 : Reprise des cours le 7 septembre pour 8 millions d’élèves:
» La majorité UMP du Sénat vote une rallonge de 4 millions d'euros pour l'enseignement privé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: