Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Déconstruction d'une histoire mythique - le peuple Juif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Déconstruction d'une histoire mythique - le peuple Juif   Sam 24 Jan 2015, 17:29

free a écrit:
Certaines parties de l'AT, insistent sur le caractère non autochtone des juifs, la terre de canaan n'est pas presenté comme la patrie d'Israël
"Insister" est le mot juste: il ne s'agit pas du tout de l'admission honteuse et plus ou moins accidentelle (lapsus) d'un "fait" embarrassant qu'on préférerait passer sous silence; c'est au contraire un "message" conscient, délibéré, assumé, revendiqué, contre les "faits" s'il le faut (notamment linguistiques: l'hébreu ne se démarque nullement des diverses variantes du sémitique du nord-ouest présentes dans les contrées voisines et marque, au contraire, l'Israël du Ier millénaire comme essentiellement autochtone, autrement dit cananéen, sans préjudice des migrations mineures qu'il a absorbées -- qénites, lévites, siméonites, etc. -- et où il a pu puiser une partie de ses traditions migratoires, voire nomades, pour les gonfler démesurément à l'échelle d'une "nation" au point de remplacer ses traditions "autochtones"). Stratégie bien compréhensible de la part de la communauté judéenne de l'époque perse, qui entend donner le droit et le pouvoir à ceux qui reviennent d'exil, contre ceux qui ne sont jamais partis (le peuple du pays, qui a le "droit du sol" pour lui). Il faut que les "vrais" ancêtres soient étrangers dans le pays comme les Patriarches, ou qu'ils y reviennent comme d'Egypte pour le conquérir comme Josué, etc.
De ce point de vue le "sionisme", depuis et pour autant qu'il se cherche des justifications "bibliques", n'a aucune chance de les trouver dans une logique de la préséance ("on était là avant"), qui s'inscrirait à contresens des textes bibliques dominants, mais au contraire dans le message "central" de ces textes, à savoir l'annulation de toute continuité "historique" par l'arbitraire divin (non dépourvu de violence) qui "fait l'événement" (comme il est censé l'avoir fait au temps des Patriarches, de l'Exode, de la Conquête ou du Retour d'exil babylonien). C'est dire aussi que plus l'Etat d'Israël a d'histoire (moderne) et de passé derrière lui, plus la logique des "faits" (on est là depuis x générations maintenant et il faut faire avec) prend naturellement le dessus, et moins ces références bibliques sont pertinentes à son auto-justification.
(Bible et Proche-Orient mis à part, le même principe vaut peu ou prou pour toutes les institutions politiques: c'est une logique de l'événement et de la rupture qui fait les révolutions et les coups d'Etat, les invasions et les guerres de libération, tout ce qui aboutit à une instauration; c'est au contraire une logique du statu quo et de la continuité qui assure la pérennité des régimes qui en résultent. Or les textes bibliques dominants, non pas seulement les plus nombreux mais les plus forts, les plus marquants, s'inscrivent décidément dans une logique de l'événement, de l'irruption et de la disruption. S'ils justifient quelque chose, c'est plutôt le changement, n'importe lequel à la limite; ce qui est "en place", ils le rendraient plutôt suspect.)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3757
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Déconstruction d'une histoire mythique - le peuple Juif   Mer 28 Jan 2015, 18:46

Citation :
Soit dit en passant, Sand précise aussi très bien, dans le reste de l'interview, (dans quelle marge de cette histoire) intervient l'élément religieux et spécialement "biblique": non pas d'abord chez les juifs (pour qui, dans un premier temps, "religion" et "sionisme" sont quasiment incompatibles; je ne sais pas d'ailleurs jusqu'à quel point L'Humanité mesure les liens très forts qui existent, en revanche, entre ce premier sionisme juif et le socialisme contemporain, y compris marxiste; autre élément de nature à compliquer un peu la "bonne conscience de gauche" dans son engagement pro-palestinien !), mais dans l'opinion publique anglaise et américaine, via les élucubrations eschatologiques des "fondamentalistes" (avant la lettre) chrétiens, protestants, du XIXe siècle (le dispensationalisme de la mouvance darbyste surtout, mais aussi la nébuleuse adventiste, y compris notre cher Russell !), auxquelles même des dirigeants politiques de premier plan comme Balfour n'étaient pas insensibles.


Le pasteur Russell, fondateur de la Société Watch Tower, était un sioniste. De ce fait, il était fortement contre la conversion des Juifs au christianisme et participait activement à encourager l'établissement d'un État juif en Palestine. À l'époque où il était ambassadeur d'Israël aux Nations Unies, Benjamin Netanyahu, le neuvième Premier ministre d'Israël, déclara: "Une reconnaissance du rôle important que le pasteur Russell est un des premiers défenseurs du sionisme chrétien américain est attendue depuis longtemps." En octobre 1910, Russell prononça le discours "Le Sionisme dans la prophétie" à l'Hippodrome Theater de New York, suite à une invitation, et ainsi s'exprima devant un auditoire juif de 4 000 personnes.[1] Toutefois, une fois la réunion clôturée par le chant du Hatikvah — hymne national de l'État d'Israël depuis 1948, mais composé en 1878 —, des Étudiants de la Bible distribuèrent aux Juifs la brochure Jewish Hopes and Prospects, ce qui fut donna l'impression d'une volonté de les convertir. Par la suite, Russell rencontra l'éditeur du Boston Jewish Advocate, Jacob de Haas, qui vit dans les enseignements du pasteur certaines similarités avec le Hassidisme et une nouvelle base d'entente entre les communautés chrétienne et juive.[2] Peu après, Russell s'exprima devant des auditoires juifs à Londres (4 600 juifs au Royal Albert Hall et 800 au Shoreditch Town Hall), à Manchester, Glasgow, puis Chicago, Philadelphie, St Louis, Kansas City, Cincinnati (assistance de 5 000 juifs dans cette dernière ville). Selon Russell, ses sermons ayant trait aux Juifs furent repris dans 107 000 exemplaires de journaux anglo-juifs et 650 000 de presse yiddish.[3]

http://www.tj-encyclopedie.org/Sionisme


Après cette date (vers le début des années 1930), l'Israël selon la chair fut remplacé par l'Israël spirituel, identifié par le mouvement aux membres oints.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Déconstruction d'une histoire mythique - le peuple Juif   Mer 28 Jan 2015, 23:49

On pourrait dire qu'au loto des "prophéties bibliques", Rutherford a jeté à la poubelle le billet gagnant juste avant le tirage. Mais s'il ne l'avait pas fait il aurait dû partager le gros lot avec beaucoup d'autres, et ça n'aurait pas arrangé sa stratégie de démarcation. Je ne suis pas sûr toutefois que s'il avait entrevu la possibilité d'un accomplissement des espoirs sionistes (je ne dis pas des prophéties bibliques !), il aurait agi de la sorte : c'eût été trop tentant de se positionner au premier rang des gagnants -- et grâce à l'héritage de Russell qu'il avait d'abord fait fructifier, il était effectivement très bien placé sur ce coup-là. Mais dans les années 1933 à 1942 (date de sa mort, avant le tournant de la guerre), ça ne paraissait pas du tout gagné; et d'autre part il n'était pas personnellement insensible aux sirènes antisémites et fascisantes (cf. les tirades bien connues sur la finance juive mondiale). Au final, il est quand même doublement cocasse qu'il ait réussi à se démarquer des autres fondamentalismes protestants en manquant le coche d'une "prophétie" autrement plus spectaculaire (voire évidente, fût-ce d'une évidence trompeuse) que celles dont il pouvait se prévaloir (la meilleure qui lui restait étant 1914, réduite à la seule date vidée de tout "contenu" !) et en se ralliant, sur ce seul point, à la plus classique théologie catholique de la substitution (l'Eglise remplace Israël).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3757
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Déconstruction d'une histoire mythique - le peuple Juif   Ven 06 Fév 2015, 17:31

Citation :
Au final, il est quand même doublement cocasse qu'il ait réussi à se démarquer des autres fondamentalismes protestants en manquant le coche d'une "prophétie" autrement plus spectaculaire (voire évidente, fût-ce d'une évidence trompeuse) que celles dont il pouvait se prévaloir (la meilleure qui lui restait étant 1914, réduite à la seule date vidée de tout "contenu" !) et en se ralliant, sur ce seul point, à la plus classique théologie catholique de la substitution (l'Eglise remplace Israël).

En 1993, l'histoire officielle de l'organisation dans le livre Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu, aux pages 141 et 142, décrit le changement de 1932 ainsi:


"Les Étudiants de la Bible connaissaient bien les nombreuses prophéties de restauration qui avaient été faites à l'Israël antique. (...). Jusqu'en 1932, ils ont pensé que ces prophéties s’appliquaient tout particulièrement aux Juifs selon la chair. De ce fait, ils croyaient que Dieu témoignerait de nouveau de la faveur à Israël, en faisant revenir peu à peu les Juifs en Palestine (...). Mais, peu à peu, il est devenu manifeste que ce qui arrivait aux Juifs en Palestine n’était pas l’accomplissement des grandes prophéties de restauration. (...) Il apparaissait de plus en plus nettement qu’en tant que peuple les Juifs n’avaient pas changé d'attitude. (...) Les serviteurs de Jéhovah ont commencé à comprendre que c'était l'Israël spirituel (...). Maintenant leurs yeux s’ouvraient et ils discernaient dans la manière d’agir de Dieu envers ces vrais chrétiens un extraordinaire accomplissement spirituel des promesses de restauration. Petit à petit, ils ont aussi compris que la Jérusalem qui avait été élevée à la fin des temps des Gentils n'était pas simplement une ville terrestre, ni même un peuple sur terre représenté par cette ville."


Ainsi, le vocabulaire utilisé laisse entendre qu'il s'agissait d'une "nouvelle lumière" — ceci dans le but de faire cadrer ce revirement à 180° avec l'idée d'une compréhension spirituelle qui s'affine avec le temps, enseignement tiré d'une interprétation douteuse de Proverbes 4:18 —, et se sert de verbes affaiblissant la portée de l'ancienne position ici présentée comme une simple attente ("pensé", "croyaient"), alors qu'à l'époque la croyance dans le rétablissement des Juifs en Palestine était décrite comme étant absolument certaine et corroborée par tous les faits. Le sionisme est désormais présenté comme émanant du Diable (cf. La Tour de Garde de 1955), alors que ce fut précisément un enseignement majeur des deux premiers dirigeants de l'organisation.

http://www.tj-encyclopedie.org/Sionisme



D’après ce que nous venons de voir, il apparaît que les conceptions du sionisme chrétien précèdent celles du sionisme politique juif et lui ont même préparé la voie. Perrin écrit d’ailleurs à ce propos :
« En réalité l’idée d’une restauration politique juive en Palestine a d’abord germé hors du monde juif. Ce sont principalement des intellectuels protestants qui sont les auteurs de diverses propositions. (…) Ils se rattachent à tout un courant du puritanisme anglo-saxon qui, par confiance dans la vérité de la parole divine, acceptait comme littérales les promesses à Israël formulées dans la Bible juive et reprises dans le Nouveau Testament[49]. »

http://larevuereformee.net/articlerr/n259/le-developpement-historique-du-%C2%ABsionisme-chretien%C2%BB-moderne#ftnt_ref32
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déconstruction d'une histoire mythique - le peuple Juif   

Revenir en haut Aller en bas
 
Déconstruction d'une histoire mythique - le peuple Juif
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Histoire du peuple juif
» L' Histoire du Peuple Juif
» C'est l'histoire d'un peuple sur lequel les ténèbres se sont abattus
» La première langue du peuple juif L’Hébreu biblique
» Le peuple juif et son droit naturel et légitime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: