Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 prudence dans l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: prudence dans l'amour   Sam 22 Juil 2017, 13:03

Je vous en conjure, filles de Jérusalem,
par les gazelles et par les biches des champs,
n'éveillez pas, ne réveillez pas
l'amour, jusqu'à ce qu'il lui plaise.

Cantique des cantiques, 2,7; 3,5; 8,4.

La dernière discussion sur le thème de l'amour m'a rappelé ce "refrain" du Cantique des cantiques, que tout le monde s'accorde à trouver sublime mais dont personne ne peut être absolument certain de ce qu'il signifie. Par défaut ou par excès de contexte (trois contextes différents = aucun contexte déterminant), on ne sait pas vraiment qui parle à qui, de qui ou de quoi. Le lecteur de l'hébreu n'est pas plus avancé, il rencontre même des difficultés supplémentaires que la traduction escamote (p. ex.: "vous" est un masculin, assez insolite dans ce qui semble par ailleurs une adjuration -- toujours au masculin -- aux "filles de Jérusalem", et fait peut-être de celles-ci une sorte de chœur mixte). Mais surtout c'est "l'amour", 'hbh vocalisé 'ahava dans le texte massorétique, agapè bien sûr dans le grec de la Septante, féminin dans les deux langues, avec lequel semble s'accorder la proposition `d š-th, "jusqu'à ce qu'elle y prenne plaisir / en ait envie", dont le sens paraît indécidable. Est-ce un sentiment qu'il faudrait ne pas "éveiller" en le suscitant ou en le provoquant trop tôt, ou au contraire ne pas "réveiller" en le dérangeant ou en "rompant le charme" ? Est-ce quelqu'un (lui ou elle, le féminin qui dépend du genre du mot 'hbh n'étant plus décisif de l'éventuelle métonymie) qu'on appellerait "l'amour" comme on dit "mon amour" (cf. Vulgate, dilectam, "bien-aimée"; on n'aurait pas d'autre exemple d'un tel usage en hébreu biblique, mais le corpus est si restreint que ça ne prouve rien) ? Est-ce le "bon plaisir" de l'amour, ou de l'un ou l'autre des amants, qui devrait décider que l'amour s'éveille, ou qu'on s'en réveille ? Sans compter les innombrables hypothèses sur l'ensemble de ce "livret" érotique, ses possibles origines mythico-rituelles (amour d'une déesse ressuscitant un dieu mort, façon Isis-Osiris, Anath-Baal, Ishtar-Tammouz ou Cybèle-Attis), son éventuelle dramaturgie à deux ou trois protagonistes (bergère, berger et/ou roi-Salomon), et ses interprétations tardives, plus ou moins pieuses ou mystiques, juives (du Talmud à la Qabbale) et chrétiennes (Dieu / le Christ et l'Eglise ou l'âme, etc.).

Reste que l'indécision du sens n'entame en rien la poésie du texte -- bien au contraire, peut-être. Et qu'on y entend au moins une adjuration solennelle à la prudence face à la tentation de manipuler la "magie" ou le "sacré" de "l'amour", dont la conclusion rappelle qu'il est merveilleux et terrible "comme la mort" (8,6).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
 
prudence dans l'amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paroles et méditations du 14 mai 2011 : « Demeurez dans mon amour... que vous soyez comblés de joie »
» Gardez-vous dans l’amour de Dieu. — Jude 21.
» Dieu est Amour, et qui vit dans l’amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui.
» Restons dans l'amour de Dieu
» Méditation Quotidienne : Demeurez dans mon amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: