Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 encore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5276
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: encore   Ven 11 Aoû 2017, 15:38

Et il me dit: ne scelle pas les paroles de la prophétie de ce livre, car le temps est proche. Que l'injuste soit encore injuste, que le souillé (l'impur, le sale) se souille encore, que le juste fasse encore la justice et que le saint (sacré) se sanctifie (consacre) encore.
Apocalypse 22,10s.

Dans cette énième conclusion de l'Apocalypse (il y en a d'autres avant et après, même après celle qui proclame solennellement, sous peine de malédiction, qu'il ne faut plus du tout en rajouter, v. 18s), le jussif (que + subjonctif, en français) étonne par sa volonté apparente de ne rien changer aux destins ou aux comportements opposés, mais au contraire de les confirmer ou de les consolider en accentuant leur différence caractéristique -- le lecteur songe volontiers à l'introduction, elle-même secondaire, des "lettres aux Eglises" et notamment à celle de Laodicée: Jésus veut du chaud ou du froid mais vomit le tiède (3,16); et/ou (le même lecteur ou un autre) à la fameuse maxime de Pindare, dont le jeune Nietzsche avait fait sa devise: deviens ce que tu es, (l')ayant appris.

Sans surprise, la différence à accuser, voire à caricaturer, s'organise de façon binaire ou dualiste (le bien d'un côté, le mal de l'autre, en noir et blanc pour ainsi dire); mais cette dualité se double aussitôt d'une autre, qui trahit la double origine de la "morale" ici à l'œuvre: morale sociale des prophètes d'une part (justice/injustice) et règlement sacral ou rituel des prêtres d'autre part (impureté-souillure/sainteté-consécration). On peut rêver, mais ce serait un autre texte et le jugement s'y perdrait, d'un jussif polychrome qui voudrait la différenciation de toutes les différences (que le doux soit encore plus doux, le dur encore plus dur, le sentimental encore plus sentimental, le logique encore plus logique, etc.; souillé-sacré, sucré-salé ?).

Que vouloir et faire encore dans le "pas encore" de ce "bientôt" qui s'éternise, comme les conclusions des apocalypses se surajoutent les unes aux autres, plus urgentes et imminentes les unes que les autres, sinon répéter, souligner, renforcer les contrastes nécessaires à la clarté d'un jugement dernier qui risque de se brouiller d'autant qu'il tarde ? Prier pour que les choses non seulement restent, mais soient de plus en plus ce qu'elles sont. Pour que tout change, il faut que rien ne change: paralysie paradoxale de l'attente du bouleversement, vertigineuse quand on la lit avec près de vingt siècles de retard.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3970
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: encore   Mar 29 Aoû 2017, 13:11

Citation :
Sans surprise, la différence à accuser, voire à caricaturer, s'organise de façon binaire ou dualiste (le bien d'un côté, le mal de l'autre, en noir et blanc pour ainsi dire); mais cette dualité se double aussitôt d'une autre, qui trahit la double origine de la "morale" ici à l'œuvre: morale sociale des prophètes d'une part (justice/injustice) et règlement sacral ou rituel des prêtres d'autre part (impureté-souillure/sainteté-consécration). On peut rêver, mais ce serait un autre texte et le jugement s'y perdrait, d'un jussif polychrome qui voudrait la différenciation de toutes les différences (que le doux soit encore plus doux, le dur encore plus dur, le sentimental encore plus sentimental, le logique encore plus logique, etc.; souillé-sacré, sucré-salé ?).

"Que l'injuste soit encore injuste, que le souillé (l'impur, le sale) se souille encore", ce qui implique, ils sont donc inexcusables (Rm 1,20). J'ai le sentiment que ce texte a été écrit dans cet esprit, qui justifie une condamnation sans appel. A cette effet, cela nous rappelle le,  "C’est pourquoi Dieu les a livrés ..." de Romains chapitre 1.
Cette volonté de voir les injustes encore plus injuste, s'explique peut-être par la proximité du jugement, qui ne laisse plus la place à un repentir éventuel.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5276
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: encore   Mar 29 Aoû 2017, 15:30

Le dualisme s'exacerbe, s'affole et s'annule tout seul, sur un mode "obsessionnel" ou "hystérique" (non seulement l'un n'empêche pas l'autre, mais il y verse tout naturellement), dans les glaces (bi-)polaires de la prédestination éternelle comme dans les fièvres de l'eschatologie imminente...

Fin du monde, jugement dernier: désir insatiable d'une justice, d'une vérité, d'une pureté, aussi absolues et inimaginables que le néant, et en fin de compte -- c'est le cas de le dire -- inséparables de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: encore   

Revenir en haut Aller en bas
 
encore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: