Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 l'impermanence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1654
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: l'impermanence   Ven 22 Sep 2017, 15:45

Le jet d’eau ou l’impermanence

L’eau pompée dans le lac et injectée sous haute pression monte en un seul trait, généralement bien droit, malgré un vent capricieux. Ce n’est que lors de sa descente plus ou moins rapide, plus ou moins disciplinée qu’apparait un panache parfois telle une voile de bateau gonflée par les airs, à d’autres moments les fines gouttelettes le composant semblent ne pas vouloir se séparer. Ce spectacle se répète avec régularité et il est possible de penser, mais ce n’est qu’une illusion, que le jet d’eau est une œuvre d’art moderne dressée là, au bout de la jetée, par un artiste facétieux et génial tout à la fois.

Cependant, l’eau qui anime le jet n’est jamais la même bien qu’elle provienne du lac. Par ailleurs l’eau remplissant le bassin du lac est régulièrement remplacée par les eaux provenant des diverses rivières se jetant dans le Léman, tel le Rhône, fleuve majestueux et tranquille descendant du glacier du Rhône dans le massif des Alpes valaisannes, traversant le canton du Valais de part en part avant de plonger dans le lac. Lac qu’il parcourt dans toute sa longueur avant d’en ressortir à Genève afin de continuer son périple en direction de la mer Méditerranée dans laquelle il s’abandonne avec délice.

Ainsi l’eau qui compose le jet n’est jamais la même bien qu’elle provienne des mêmes sources, du même plan d’eau. Quelle belle matière à réflexion quant à l’impermanence de toutes choses, le lac Léman, le Rhône et le jet d’eau offrent-ils à l’observateur attentif. La disparition de l’eau tombant dans le lac, après sa montée triomphale dans les airs, d’où elle est venue ne lui enlève rien de sa beauté, fugace certes ; le panache tel un voile de mariée se modifie avec régularité sous les assauts du vent, sous la caresse d’une brise légère. Les gouttes d’eau se bousculent en rangs serrés avant de disparaître pour de bon dans les eaux du bleu Léman. La beauté est impermanente.




Genève, le 22 septembre 2017 Jean-Pierre Huber
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: l'impermanence   Ven 22 Sep 2017, 16:15

Souvenirs d'Héraclite, et d'une promenade en bateau sous le jet d'eau susmentionné...

Notre idolâtrie de la conservation de l'art (y compris de l'art dit éphémère dûment photographié, filmé, enregistré, numérisé et immortalisé), frappée au cœur et dévoilée par les crétins qui dynamitent, au hasard, les temples de Palmyre ou les bouddhas du Gandhara...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3879
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: l'impermanence   Ven 22 Sep 2017, 16:42

Citation :
La beauté est impermanente.

La beauté de ton texte durera plus longtemps que la beauté d'un jet d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: l'impermanence   Ven 22 Sep 2017, 18:18

J'y repensais l'autre jour, lors d'un bref séjour en Italie (dans le Piémont), en voyant l'abondance de fresques polychromes à l'abandon, à l'extérieur comme à l'intérieur des églises, sur les façades des maisons particulières ou au coin des rues, perpétuellement offertes à la vue des passants comme à la pluie et au soleil qui les détruisent lentement mais sûrement. Ce qui me rappelait l'extraordinaire mise en abyme du Roma de Fellini, où la découverte de fresques romaines millénaires mises au jour lors de la construction du métro coïncidait avec leur effacement en quelques minutes, par simple exposition à un air, à une lumière et à un temps qui n'étaient pas les leurs. Immortalisées cependant, la révélation et la destruction en même temps, par l'artifice du film qui recréait là de toutes pièces un face à face imaginaire à deux mille ans d'intervalle, qui s'était produit tant de fois "en vrai" sans laisser de trace. Dans ce qui passe, la beauté, dont la destruction est indissociable de sa création, par un dévoilement qui simultanément la voile et l'emporte, plus ou moins vite, mais toujours et pour toujours.

[Création et destruction continues de beauté quotidienne, ou conservation et reproduction de "chefs-d'œuvre"; art vivant et mourant, ou immortalité d'artifice: il y aurait peut-être là un choix esthétique s'il n'était toujours déjà fait par l'époque à laquelle on appartient.]
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'impermanence   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'impermanence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: DU COTE DES :: BOUDDHISTES-
Sauter vers: