Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le gaffeur distancié



Nombre de messages : 88
Age : 34
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Lun 02 Oct 2017, 21:50

1 Corinthiens 14 : 34, 35 :
"que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. 35Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, qu'elles interrogent leurs maris à la maison; car il est malséant à une femme de parler dans l'Eglise."

1 Timothée 2 : 12 :
"Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni de prendre de l'autorité sur l'homme; mais elle doit demeurer dans le silence."

Les épîtres de Paul se transforment ainsi en pupitre de la Salle du Royaume, qui pourrait aussi être vu comme une figure du phallus (encore fallut-il que je le susse), organisateur de la Loi, de la Parole par rapport aux quelles on se positionne.

Les femmes ne peuvent faire que des démonstrations à deux, ça fait une belle paire.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Lun 02 Oct 2017, 22:24

Voir ici.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3879
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mar 03 Oct 2017, 13:34

J'ai connu l'époque ou les femmes TdJ se couvraient la tête avec un foulard (à cause des anges), quand elles enseignaient en présence d'homme. A l'époque, je trouvais déjà, qu'il y avait un décalage entre la pratique ancienne de la Watchtower et la tendance de la société à accorder davantage de droits au femmes.


Se couvrir la tête : quand ? et pourquoi ?

 

Les cadres. Les paroles de Paul indiquent qu’il envisageait deux cadres, ou sphères d’activité : la famille et la congrégation. Il écrit : “ Le chef de la femme, c’est l’homme. [...] Toute femme qui prie ou qui prophétise la tête découverte fait honte à son chef. ” (versets 3, 5). Dans le cadre de la famille, le mari de la chrétienne est celui que Jéhovah désigne comme étant son chef. À moins de montrer comme il se doit qu’elle reconnaît l’autorité de son mari, elle fait honte à son mari si elle prend en main des responsabilités que Jéhovah a assignées au mari. Par exemple, s’il s’avère nécessaire qu’elle dirige une étude biblique en présence de son mari, elle reconnaîtra son autorité en se couvrant la tête. Elle le fera, qu’il soit baptisé ou non, puisqu’il est le chef de la famille*. De même, si elle devait prier ou enseigner en présence de son fils mineur baptisé, elle se couvrirait la tête, non pas parce que son fils est le chef de la famille, mais en raison de l’autorité conférée aux membres masculins baptisés de la congrégation chrétienne.
Paul mentionne le cadre de la congrégation quand il dit : “ Si quelqu’un semble vouloir contester en faveur de quelque autre coutume, nous n’en avons pas d’autre, et les congrégations de Dieu non plus. ” (verset 16). Dans la congrégation chrétienne, l’autorité est conférée aux hommes baptisés (1 Timothée 2:11-14 ; Hébreux 13:17). Seuls des hommes sont établis anciens et assistants ministériels et sont chargés de prendre soin du troupeau de Dieu (Actes 20:28). Il peut cependant arriver qu’en raison de certaines circonstances on demande à une chrétienne d’accomplir une tâche normalement effectuée par un homme baptisé qualifié. Par exemple, elle sera peut-être obligée de diriger une réunion pour la prédication, parce qu’aucun homme baptisé qualifié n’est disponible ou présent. Il peut aussi s’agir de diriger, en présence d’un homme baptisé, une étude biblique à domicile qui avait déjà été prévue. Puisque ces activités font en réalité partie du fonctionnement de la congrégation, elle se couvrira la tête pour montrer qu’elle reconnaît accomplir une tâche normalement confiée à un homme.
En revanche, il y a de nombreuses facettes du culte pour lesquelles une sœur n’est pas obligée de se couvrir la tête. Par exemple, elle n’est pas tenue de le faire lorsqu’elle répond au cours des réunions chrétiennes, lorsqu’elle participe au ministère de porte en porte avec son mari ou un autre homme baptisé, ou quand elle étudie ou prie avec ses enfants non baptisés. Naturellement, la question peut se poser dans d’autres contextes encore ; si, dans une certaine situation, une sœur ne sait pas trop quoi faire, elle peut se livrer à des recherches complémentaires*. Si elle n’est toujours pas sûre, et si sa conscience lui dit qu’il est préférable de se couvrir la tête, rien ne s’oppose à ce qu’elle le fasse.

https://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/1102008084#h=5
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mar 03 Oct 2017, 14:24

[Je laisse à l'autre fil le débat "biblique" (critique textuelle et littéraire, exégèse du NT) et transfère celui-ci dans la rubrique TdJ.]

Un aspect amusant de la casuistique watchtowérienne, je trouve, c'est qu'elle prenne aussi naïvement au sérieux, non les textes bibliques, mais l'artifice formel et conventionnel du jeu théâtral, du déguisement et du jeu de rôle. Il serait impensable qu'une femme instruise la "congrégation", sauf cas de force majeure et avec un fichu sur la tête; mais il suffit qu'on "joue à faire comme si", qu'on décadre le cadre "réel" en y introduisant un cadre fictif (celui d'une conversation entre deux femmes, sans autre témoin... que la congrégation !), pour que la règle ne s'applique plus (je ne me souviens plus très bien si ces saynètes ou "démonstrations" sont "jouées" avec ou sans fichu, mais il me semble qu'elles le sont plutôt sans). Et pourtant la parole de sœur Lelonbec "instruit" tout autant l'ensemble de l'auditoire dans ce dispositif qu'elle le ferait sans ce dispositif. De même, d'ailleurs, quand elle "répond" aux questions à l'étude de La Tour de Garde (sans fichu, là j'en suis presque sûr). (A comparer, pour le contraste, à toute la tradition du théâtre "classique", de la tragédie grecque au nô ou au kabuki japonais, où les rôles féminins sont joués par des hommes. A vouloir "appliquer" des textes anciens à des situations modernes, le contresens est la règle et non l'exception.)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1654
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mar 03 Oct 2017, 19:53

Si les femmes se couvraient la tête seraient-elles autorisées à prier devant la congrégation en présence d'hommes, car le texte biblique ne précise pas qu'elles ne peuvent le faire que lorsqu'il n'y a pas de frères dans l'assemblée?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mar 03 Oct 2017, 22:22

Petit retour sur la casuistique de la Watchtower (j'entends a priori casuistique au sens très large: l'art d'appliquer, surtout par anticipation, des règles générales à des cas particuliers, en tranchant au cas par cas les conflits qui apparaissent entre les règles générales dans chaque cas particulier; ce n'est au fond rien d'autre qu'un certain usage de la logique, qui détermine aussi bien la structure ramifiée du juridique dans son ensemble, de la loi à la jurisprudence, que la programmation informatique, IF [NOT]... [AND/OR]... -> GOTO; même si les talmudistes et les jésuites, champions de la subtilité dans ce type d'exercice, viennent aussitôt à l'esprit quand on emploie le mot de casuistique).

Pour un "fondamentaliste" ou un "bibliciste" qui prend, en principe, à la lettre et avec le même sérieux tous les textes prescriptifs du Nouveau Testament, il y a une contradiction a priori insurmontable entre un texte qui règlemente un certain type de parole publique des femmes (prière et prophétie, 1 Corinthiens 11: pas sans fichu, donc oui avec), et des textes qui leur interdisent tout type de parole publique (1 Corinthiens 14,34s + 1 Timothée). Comme il n'est pas question d'admettre que la Bible se contredise, non seulement parce ça la fiche mal mais parce que dans ce cas il serait impossible d'en tirer une casuistique, on doit d'abord atténuer, adoucir, émousser, fausser ou voiler (!) la contradiction, la réduire à une contradiction apparente (ce qui est déjà un aveu: la contradiction apparaît effectivement comme telle), et pour cela infléchir le sens "apparent" (en fait obvie) de l'un ou l'autre texte, sinon de tous, par l'interprétation (l'argument, circulaire, est tout trouvé: si on ne le faisait pas, si les textes voulaient vraiment dire ce qu'ils disent, ça se contredirait !). On va donc décréter, par exemple, que l'interdiction générale et totale de la prise de parole publique n'est en fait qu'une interdiction partielle et spécifique, d'un certain type de parole publique (p. ex. l'"enseignement", "magistral" ou "doctoral": plus on précise, plus on réduit le champ de l'interdiction). Elle ne peut pas concerner la prière et la prophétie, puisque 1 Corinthiens 11 dit le contraire.

Pour la Watch il y a un tour de complication supplémentaire: la prière et surtout la prophétie sont clairement, en 1 Corinthiens, des "charismes", une activité extatique censée résulter d'un don miraculeux du Saint-Esprit -- chose que la Watch (comme d'autres adventistes, darbystes, etc.) déclare disparue depuis "l'époque apostolique". Ce texte, déjà pris comme une exception à l'interdiction totale de la parole publique des femmes pour ramener celle-ci à une interdiction partielle (interdiction d'enseignement), redevient disponible pour servir à nouveau d'exception à l'interdiction partielle (pas d'enseignement sauf cas particulier) -- à condition de réinterpréter la prière "charismatique" en prière commune (ce qui n'est pas trop difficile) et la "prophétie" en enseignement (ce qui est a priori beaucoup plus délicat, mais c'est une question d'habitude). Soit: la femme NE doit PAS enseigner (1 Corinthiens 14,34s + 1 Timothée, préalablement réduits dans leur portée par les nécessités communes de l'harmonisation bibliciste avec 1 Corinthiens 11) NI prier en public (contre la lettre de 1 Corinthiens 11), SAUF SI (ici on peut introduire tous les "cas" qu'on voudra, p. ex. il n'y a pas d'homme, baptisé, qualifié; mais bien sûr cela n'est pas "biblique") ET ALORS elle doit se coller un fichu sur la tête (1 Corinthiens 11 lu à nouveau comme une exception). Non seulement tous les textes invoqués ont dû être gauchis au passage, et plutôt deux fois qu'une, mais surtout leur articulation logique en règle casuistique (NE PAS + NI + SAUF SI + ET ALORS) ne repose sur rien de "biblique". Comme toujours en matière de doctrine, toutes les pierres de l'édifice peuvent être "bibliques", l'architecture qui les organise et leur donne un sens ne l'est pas pour autant. (Cf. aussi, dans un domaine connexe, l'organisation en "système" disciplinaire hiérarchisé et cohérent de textes disparates qui ont certes en commun un thème "disciplinaire", mais aucun rapport hiérarchique ou casuistique entre eux: ici et dans tel cas "excommunication", "réprimande", "notation", etc.)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1654
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mer 04 Oct 2017, 13:13

Merci Narkissos ta réponse fait écho avec certaines remarques émises par une de mes filles (elle ne va plus à la salle) à propos de ce que la Bible déclare et de ce qui se fait au sein de la congrégation au nom de l'ordre et de la survie de l'institution
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mer 04 Oct 2017, 14:27

[J'espère pour elle -- et pour toi -- qu'elle le vit "bien", je veux dire par là plutôt sur le mode du rire, du sourire ou même du haussement d'épaules que du dégoût ou de l'écœurement; encore qu'il faille quelquefois en passer aussi par là.]

Ce qui me semble particulièrement consternant, et en même temps digne de méditation, dans cette histoire, c'est la façon dont une lecture habituelle (en l'occurrence "bibliciste", "fondamentaliste" ou "sectaire", mais cela est plus ou moins vrai de toute lecture habituelle) neutralise les textes pour n'y relire que la confirmation de ce qu'elle a déjà "compris". A quel point on lit facilement un mot pour un autre (p. ex. "enseignement" pour "prophétie") dès lors que le pli est pris. De sorte que "relire" demande finalement plus d'effort que "lire", s'il ne s'agit pas de se réciter un "paratexte", un texte parallèle correspondant à ce qu'on a "compris" et qui se superpose de fait au texte (re-)lu, mais de "lire à nouveau", "à nouveaux frais" comme on dit si bien, un texte comme si on ne le connaissait pas du tout, en lui laissant une chance de questionner au moins marginalement ce qu'on croit en avoir compris. Certes cela a été dit cent fois...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3879
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mer 04 Oct 2017, 14:40

La photo de la Tour de Garde souligne la volonté de la WT de donner un côté "moderne" et "esthétique"  à la "coiffe", pas du style amish ou religieuse catholique ou un foulard dépassé. La femme choisie est charmante, pas trop âgée et vêtue d'une manière assez jeune.

 
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mer 04 Oct 2017, 14:54

Même les images méritent d'être relues: je viens seulement de comprendre, dans la photo précédente, le rôle du mec qui se sert un café à l'arrière-plan, dont la présence justifie le foulard de la jeune femme (charmante en effet) au premier plan... par contre je ne suis plus assez au fait de la casuistique jéhoviste pour interpréter sa barbichette (celle du mec, s'entend): est-il supposé "incroyant" -- auquel cas elle signifierait que ce n'est pas seulement devant un "homme-TdJ-baptisé" que l'enseignante doit se couvrir la tête ?
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1654
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mer 04 Oct 2017, 15:02

Elle n'a pas regretté sa sortie car elle n'a pas claqué la porte, elle ne revient simplement plus à la salle; de plus avec le temps elle a pris du recul.

J'ai gardé ma fonction d'ancien pendant près de 5 ans avant de me retirer et j'avais déjà une barbichette. Peut-être qu'en Suisse on est un peu plus cool au sein des congrégations. Avant de prononcer un discours dans une autre congrégation je m'entretenais toujours avec un ancien quelques jours auparavant afin de ne pas être une source de dérangements.


Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3879
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mer 04 Oct 2017, 15:15

Narkissos a écrit:
Même les images méritent d'être relues: je viens seulement de comprendre, dans la photo précédente, le rôle du mec qui se sert un café à l'arrière-plan, dont la présence justifie le foulard de la jeune femme (charmante en effet) au premier plan... par contre je ne suis plus assez au fait de la casuistique jéhoviste pour interpréter sa barbichette (celle du mec, s'entend): est-il supposé "incroyant" -- auquel cas elle signifierait que ce n'est pas seulement devant un "homme-TdJ-baptisé" que l'enseignante doit se couvrir la tête ?


C'est un mari incroyant, puisque l'article précise :

"Par exemple, s’il s’avère nécessaire qu’elle dirige une étude biblique en présence de son mari, elle reconnaîtra son autorité en se couvrant la tête. Elle le fera, qu’il soit baptisé ou non, puisqu’il est le chef de la famille. De même, si elle devait prier ou enseigner en présence de son fils mineur baptisé, elle se couvrirait la tête, non pas parce que son fils est le chef de la famille, mais en raison de l’autorité conférée aux membres masculins baptisés de la congrégation chrétienne."

On imagine une femme TdJ qui fait une étude "biblique" à une autre femme, chez elle, dont le mari n'est pas TdJ.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mer 04 Oct 2017, 15:36

Merci free (pour le coup, je n'avais lu qu'en diagonale...) !

Magnifique exemple de ramification casuistique, au passage: en tant que "chef de famille" OU en tant que "membre masculin baptisé de la congrégation chrétienne", on arrive par des chemins différents (et dénués de la moindre justification "biblique") à un maillage serré de de tous les "cas" possibles (ou presque).

[Ça me rappelle la "blague jésuite" qui circulait quand j'étais gamin: il ne faut pas fumer en méditant, mais rien n'interdit de méditer en fumant... tout dépend par quel chemin théorique on arrive à chaque "cas", et sous quel angle on l'examine.]

@ lct: tout de bon !
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3879
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mer 04 Oct 2017, 16:30

Citation :
Magnifique exemple de ramification casuistique, au passage: en tant que "chef de famille" OU en tant que "membre masculin baptisé de la congrégation chrétienne", on arrive par des chemins différents (et dénués de la moindre justification "biblique") à un maillage serré de de tous les "cas" possibles (ou presque).

Ce "maillage serré de de tous les "cas" possibles" existe (c'est quand même effrayant) :

Une chrétienne peut avoir à se couvrir la tête dans le cadre familial. Lorsque la famille se réunit pour étudier la Bible ou prendre un repas, le mari se charge normalement de l’enseigner et de la représenter dans la prière. Toutefois, s’il n’est pas Témoin de Jéhovah, cette responsabilité peut échoir à sa femme. Dès lors qu’une chrétienne prie à haute voix en faveur des autres et d’elle-même ou qu’elle étudie la Bible avec ses enfants en présence de son mari, il convient qu’elle se couvre la tête. Elle n’est pas obligée de le faire si son mari est absent, puisqu’elle est autorisée par Dieu à enseigner ses enfants. — Proverbes 1:8 ; 6:20.

Que dire à présent si l’un des fils de la famille est voué à Jéhovah Dieu et baptisé ? Étant membre de la congrégation chrétienne, il devrait être instruit par des éléments masculins (1 Timothée 2:12). Si son père est croyant, c’est lui qui devrait enseigner son jeune fils. En l’absence du père, lorsqu’une mère étudie la Bible avec son fils baptisé et les autres enfants elle se couvrira la tête. Il lui appartient de décider si elle demandera ou non à son fils baptisé de prier lors de cette étude ou au moment du repas. Peut-être estimera-t-elle qu’il n’est pas encore suffisamment capable et décidera-t-elle alors de prononcer elle-même la prière. Dans ce cas, elle se couvrira la tête.

Les chrétiennes peuvent avoir à se couvrir la tête dans le cadre de certaines activités de la congrégation. Lors d’une réunion pour la prédication organisée en semaine, par exemple, il peut arriver qu’il n’y ait pas d’homme baptisé, mais uniquement des sœurs. Il en va de même lors d’une réunion de la congrégation. Une chrétienne se couvrira la tête si, lors des réunions de la congrégation ou pour la prédication, elle assume des tâches qui incombent normalement à des frères.

Une chrétienne doit-elle se couvrir la tête si elle traduit un discours biblique oralement ou en langue des signes, ou lorsqu’elle lit en public les paragraphes d’un manuel d’étude pour les besoins d’une réunion de la congrégation ? Non, car dans ce cas elle ne préside ni n’enseigne. De même, il n’est pas nécessaire qu’une sœur se couvre la tête lorsqu’elle participe à une démonstration, relate un fait vécu ou présente un devoir d’élève à l’École du ministère théocratique.

Alors que l’enseignement au sein de la congrégation doit être donné par des hommes baptisés, à l’extérieur de la congrégation, la responsabilité de prêcher et d’enseigner incombe aussi bien aux femmes qu’aux hommes (Matthieu 24:14 ; 28:19, 20). Par conséquent, lorsqu’une chrétienne parle de la Parole de Dieu à des non-Témoins en présence d’un Témoin de Jéhovah masculin, elle n’a pas à se couvrir la tête.

La situation est différente quand un homme baptisé assiste à une étude biblique qui se tient régulièrement chez quelqu’un. Il s’agit d’un programme d’enseignement organisé, dans le cadre duquel celui qui dirige l’étude préside. Cette étude devient alors un prolongement de la congrégation. Si une chrétienne dirige l’étude en présence d’un Témoin masculin, elle se couvrira la tête. Le frère devrait néanmoins prononcer la prière. Une sœur ne priera pas en présence d’un homme baptisé sauf cas exceptionnel, par exemple si ce frère a perdu l’usage de la parole.

Il peut arriver que, lors d’une étude biblique, une chrétienne soit accompagnée par un proclamateur non baptisé. Si elle le désire, elle peut lui demander de diriger l’étude. Toutefois, comme il ne peut à bon droit représenter la sœur dans la prière, il convient que ce soit elle qui prie lors de l’étude, auquel cas elle se couvrira la tête. Si c’est elle qui dirige l’étude, elle se couvrira également la tête. En effet, même si cet homme n’est pas encore baptisé, les non-Témoins l’associeront à la congrégation en raison de son activité de prédication.

https://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/2002526
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Mer 04 Oct 2017, 17:01

Dans un sens, tout ça ne fait de mal à personne (on ne peut pas en dire autant de tous les sujets)... dans un autre, une vie prescrite, programmée, téléguidée et ritualisée jusqu'au moindre détail (à cet égard les TdJ sont très en retard sur certaines formes de judaïsme ou d'islam) a un côté rassurant, dans la mesure où cela limite le nombre des décisions à prendre -- mais cela multiplie d'autant les occasions d'infraction et d'erreur; tout dépend, comme d'habitude, de la "psychologie" de chacun et même du groupe: ce qui peut être pris légèrement, comme une sorte de jeu, peut aussi l'être dramatiquement par les ultra-scrupuleux.

(Je me souviens comment, invité chez une famille juive sépharade ultra-pratiquante pour le repas du shabbat, j'ai mis du temps à comprendre qu'ils essayaient par des moyens détournés de me suggérer d'allumer la lumière qu'ils avaient oublié d'allumer à l'avance: la nuit tombée, ils n'avaient le "droit" ni d'appuyer sur le bouton, ni de me demander -- directement -- de le faire ! Chose curieuse par rapport à notre perception de la "religion", c'était à la fois très scrupuleux et très ludique.)

[Même si ce n'est pas toujours aussi caricatural, qu'est-ce qui, dans une vie et dans des relations humaines, n'est pas prévu, prévenu et circonvenu, programmé et neutralisé par quelque manière de protocole ? Chacun peut compter sur les doigts de peu de mains les instants où il s'est laissé surprendre par ce qui lui arrivait, par un "événement" au sens fort (pas forcément dramatique ni spectaculaire), où il s'est surpris lui-même à "improviser" sans se référer, au moins consciemment, à des recettes connues et prescrites à l'avance, y compris l'habitude de l'improvisation...]
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3879
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Ven 06 Oct 2017, 13:20

La Watchtower, en soutenant l'interdiction aux femmes croyantes d'enseigner au sein de l'église et la nécessité pour elles d'être soumises , doit répondre à une question  : La femme est-elle rabaissée du fait que l’homme a autorité sur elle ?

Compliqué d'affirmer, à notre époque, que les femmes doivent apprendre en silence lors des réunions, avec une entière soumission et dans le même temps, de fournir de nombreux arguments (très hétéroclites) qui visent à souligner la dignité de la femme.


Citation :
La soumission à l’autorité n’a rien d’humiliant en soi. L’exercice de l’autorité contribue au bon ordre; or Jéhovah est “un Dieu, non pas de désordre, mais de paix”. (I Cor. 14:33.) Jésus Christ est soumis à l’autorité de son Père, et cette forme de relation lui procure une grande satisfaction. — Jean 5:19, 20; 8:29; I Cor. 15:27, 28.
De son côté, l’homme s’est vu conférer une autorité relative, notamment au sein de la famille et de la congrégation chrétienne. Dieu ne lui a pas accordé un pouvoir absolu sur la femme; l’homme doit rendre des comptes à son chef, Jésus Christ, ainsi qu’à Dieu, sur la façon dont il exerce l’autorité (I Cor. 11:3). De plus, les maris ont reçu l’ordre d’“aimer leurs femmes, comme leurs propres corps” et de ‘leur assigner de l’honneur’. (Éph. 5:28; I Pierre 3:7.) Dieu n’a pas prévu qu’au sein d’un couple les besoins sexuels du mari aient plus d’importance que ceux de la femme (I Cor. 7:3, 4). Les Écritures soulignent que la femme capable joue un rôle très important dans le cercle familial et dans la société. Elles mentionnent un grand nombre de domaines dans lesquels elle peut faire preuve d’initiative, tout en reconnaissant l’autorité de son mari (Prov. 31:10-31). La Bible ordonne aux enfants d’honorer leur mère, et pas seulement leur père (Éph. 6:1-3). Elle accorde aussi une attention spéciale aux besoins des veuves (Jacq. 1:27). Ainsi, au sein de la congrégation chrétienne, les femmes peuvent goûter à la vraie sécurité, se sentir réellement appréciées pour elles-mêmes et éprouver de la satisfaction dans leur travail.
La dignité de la condition féminine dans le cadre des dispositions prévues par Dieu est également mise en valeur par le fait que Jéhovah compare sa propre organisation de créatures spirituelles fidèles à une femme, sa femme, la mère de ses fils (Rév. 12:1; Gal. 4:26). Par ailleurs, la congrégation des chrétiens engendrés de l’esprit est assimilée à l’épouse de Jésus Christ (Rév. 19:7; 21:2, 9). Enfin, du point de vue spirituel, il n’y a aucune distinction entre hommes et femmes parmi ceux qui sont appelés à partager le Royaume céleste avec Christ. — Gal. 3:26-28.

https://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/1101989278#h=10


Autre observation, en 1 Cor 11, le don de prophétie est assimilé à l'enseignement et justifie l'interdiction pour la femme croyante d'enseigner au sein de la communauté, or l'article en répondant à la question suivante : En dehors des réunions de la congrégation, les femmes peuvent-elles être néanmoins des prédicateurs, des proclamateurs, des ministres de la bonne nouvelle ? ; assimile la prophétie à la prédication. Les explications sont à géométries variables et arbitraires.


Citation :
En dehors des réunions de la congrégation, les femmes peuvent-elles être néanmoins des prédicateurs, des proclamateurs, des ministres de la bonne nouvelle? À la Pentecôte de l’an 33 de notre ère, l’esprit saint fut répandu aussi bien sur les hommes que sur les femmes. L’apôtre Pierre a expliqué l’événement en citant Joël 2:28, 29 en ces termes: “‘Dans les derniers jours’, dit Dieu, ‘je répandrai une partie de mon esprit sur toute sorte de chair, et vos fils et vos filles prophétiseront, et vos jeunes hommes verront des visions, et vos vieillards rêveront des rêves; et même sur mes esclaves mâles et sur mes esclaves femelles, en ces jours-là, je répandrai une partie de mon esprit, et ils prophétiseront.’” (Actes 2:17, 18). De la même façon aujourd’hui les femmes prennent part à juste titre au ministère chrétien, prêchant de maison en maison et dirigeant des études de la Bible à domicile. — Voir aussi Psaume 68:11; Philippiens 4:2, 3.

https://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/1101989278#h=8
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5131
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   Ven 06 Oct 2017, 15:07

A noter que les "fondamentalistes" orthodoxes (c.-à-d. trinitaires) ont ici une complication supplémentaire qui, dans un sens, simplifie leur rapport à la doxa (opinion) égalitariste moderne: la "subordination" formelle et fonctionnelle du "Fils" au "Père" n'implique aucune infériorité d'"essence" ou de "nature"; donc, logiquement, celle de la "femme" à l'"homme" non plus ! Mais si l'on va au bout de cette logique, il n'y a pas non plus d'"infériorité" de "l'homme" au "Christ" (ce qui est parfaitement cohérent avec la "théanthropologie" sous-jacente à de nombreux textes du NT, où le "Christ" ou "Fils de Dieu" n'est rien d'autre que l'Adam primordial, céleste, avant la "chute" dans la matière et la différenciation sexuelle -- mais cela, hélas ! n'est plus compatible avec l'"orthodoxie" du IIe siècle et au-delà).

Sur l'habitude de prendre un mot pour un autre, en l'occurrence "prophétie" pour "enseignement", cf. mes remarques précédentes (4.10.17 13 h 27).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Mise au génie (cologue) et le pitre de Paul
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les esprits servants et mise en garde sur l'évocation
» Aide technique sur la mise en forme de vos posts
» Garabandal Mise au point 4 janvier 2010
» MISE A JOUR TARIF VERRE
» Mise à jour WIKI astro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: DU COTE DES :: TEMOINS-
Sauter vers: