Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Joseph Franklin Rutherford

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
free



Nombre de messages : 4136
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Lun 05 Fév 2018, 17:53

Citation :
La grande ironie de la petite histoire, c'est que le principe de collégialité promu par Raymond Franz et ses "alliés" contre FWF et NHK s'est retourné contre ses artisans et a considérablement renforcé la centralisation et la solidité du système, qui est moins fantasque qu'auparavant mais plus "machinal" ou "mécanique" que jamais. Raymond Franz lui-même l'a bien compris, mais trop tard.



Lorsque la nouvelle disposition fut adoptée, je trouvais difficile de croire qu’un changement aussi important dans la structure autoritaire avait réellement pris place, étant donné l’intense opposition à laquelle il avait fait face de la part des hommes les plus en vue de l’organisation, ainsi que de certains de leurs proches collègues en dehors du Collège. Mon plus fervent désir était que l’effet “d’égalisation” et de compensation produit par ce changement permette une plus grande modération, une diminution du dogmatisme, un plus grand souci des individus, de leurs circonstances personnelles et de leurs problèmes, et, peut-être, un jour, l’élimination de l’approche autoritaire qui engendrait tant de règles ainsi qu’un énorme contrôle sur la vie personnelle des individus.
Comme on l’a constaté, il en fut un peu ainsi. Cela dura un temps. Puis, en un peu moins de deux ans, comme un souffle glacial à la fin de l’automne qui annonce la venue de plus grands froids, des signes très clairs d’un retour aux méthodes antérieures commencèrent petit à petit à réapparaître. (Crise de conscience)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5505
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Lun 05 Fév 2018, 18:18

Il y avait une certaine naïveté à croire que l'autoritarisme serait soluble dans la collégialité, comme si le pouvoir oligarchique d'un soviet suprême fonctionnant par cooptation était moindre que le pouvoir monarchique d'un seul dictateur (de fait il n'y en avait pas un mais deux, le visible Knorr et l'invisible F.W. Franz, et le plus visible des deux n'était sans doute pas le pire). Ça aurait pu marcher dans la mesure où la dynamique collégiale fonctionnait dans un sens d'ouverture (selon la "logique" de 1976, il y avait une continuité du "collège central" aux "collèges d'anciens"); mais structurellement rien ne l'empêchait de fonctionner en sens inverse, comme la suite l'a prouvé.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4136
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Mar 06 Fév 2018, 10:55

Narkissos a écrit:
Il y avait une certaine naïveté à croire que l'autoritarisme serait soluble dans la collégialité, comme si le pouvoir oligarchique d'un soviet suprême fonctionnant par cooptation était moindre que le pouvoir monarchique d'un seul dictateur (de fait il n'y en avait pas un mais deux, le visible Knorr et l'invisible F.W. Franz, et le plus visible des deux n'était sans doute pas le pire). Ça aurait pu marcher dans la mesure où la dynamique collégiale fonctionnait dans un sens d'ouverture (selon la "logique" de 1976, il y avait une continuité du "collège central" aux "collèges d'anciens"); mais structurellement rien ne l'empêchait de fonctionner en sens inverse, comme la suite l'a prouvé.


Raymond Franz a découvert que même la volonté de réformer le mouvement de l'intérieur était utopique et irréaliste, surtout une organisation hiérarchisée et autoritaire. Les dirigeants de ce type d'organisation (par un réflexe de survie et d'autoprotection) protègent leur propre personne, leur vue du monde et leur sentiment de sécurité. L’institution religieuse leur a donné de l’importance, le sentiment de servir à quelque chose, et dans certains cas, une carrière. Quiconque semble menacer tout cela, est une menace. et doit être "éliminé", voici comment Raymond Franz nous explique son expérience, en citant en autre le livre ("A Question of Conscience") :

 Toutefois les gens sont tenus par une institution dans laquelle ils n’ont aucun rôle, ni aucune voix, et dans laquelle ils ne peuvent être eux-mêmes. Ils hésitent à en sortir car ils ne voient aucune alternative et instinctivement ils souhaitent avoir quelque structure sociale au sein de laquelle ils peuvent vivre en chrétiens, Mais plus ils sont sincères, plus ils ressentent la tension qu’il y a à vivre sous une structure qui ne correspond pas à leur expérience et leurs besoins. Des changements récents ont accru la tension en faisant naître des espoirs sans jamais les satisfaire et cela a surtout démontré que ce n’est pas une solution d’essayer de changer la structure actuelle :

On parle beaucoup de renouveau, dans un langage spirituel pompeux, mais lorsque les premières réformes hésitantes commencent à avoir des effets pratiques, les autorités font marche arrière en proférant des avertissements et en imposant de nouvelles restrictions. . . . Il est évident que le système actuel ne peut supporter autre chose que des ajustements superficiels. Je ne veux pas donner l’impression que je dénigre les nobles efforts de ceux qui œuvrent pour la réforme. J’admire leurs desseins et leur détermination. Mais il me semble qu’ils ne peuvent réussir entièrement dans le cadre actuel de l’Eglise institutionnelle . Ils réclament plus de liberté qu’elle ne peut permettre si elle veut garder son identité actuelle. (A Question of Conscience)

C’est pourquoi l’espoir d’une réforme authentique et fondamentale n’a de toute évidence, du moins pour le moment, aucune chance de se réaliser.  (...) Je pense ici à un adage qu’un ami m’a communiqué :

"L’esprit qui renonce une fois pour toutes à un vain espoir, est récompensé en trouvant la sérénité."

J’ai découvert que cet adage était vrai dans mon cas. Je sais qu’il s’est avéré juste dans le cas de bien d’autres.(Crise de conscience)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5505
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Mar 06 Fév 2018, 12:45

Il y a toujours d'excellentes raisons pour lesquelles les choses tournent ainsi et pas autrement, mais on les voit mieux après qu'avant.

Dans le cas des TdJ, toute ouverture significative (au-delà de l'aménagement "technique" du détail) de la doctrine et de la pratique présentait un risque réel de désintégration (cf. ce qui est arrivé à la Worldwide Church of God après la mort de son fondateur, H.W. Armstrong, la décennie suivante). C'était en effet une question d'"identité" et de "différence", d'autant plus importante qu'elles sont marquées dans le cas de la "secte". Si "être TdJ" équivaut simplement à "être chrétien" et qu'on peut être chrétien sans être TdJ, il n'y a plus de raison d'être TdJ, encore moins de le devenir. D'où dispersion générale et repli groupusculaire vers différentes moutures de l'identité perdue.

Du point de vue individuel, tout "destin" est intéressant vu de l'intérieur: ceux du créateur et du destructeur de "secte" sont sans doute plus spectaculaires et plus exaltants, mais celui du réformateur raté devenu apostat anonyme est plus riche par ailleurs, il y gagne en liberté de pensée et d'expression ce qu'il y perd en responsabilité; celui du "fidèle" qui n'en pense pas moins y gagne en profondeur discrète. Quant à ceux qui préfèrent le jeu de société bergers-moutons à un destin individuel, le solidaire au solitaire, ils ont aussi ce qu'ils désirent.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4136
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Mar 06 Fév 2018, 15:36

Pour revenir au danger d'un autoritarisme monarchique sans contrôle et sans modérateur, frederick Franz était tellement déconnecté de la réalité, qu'il ne se préoccupait pas des conséquences que ses interprétations pouvaient avoir sur les vies des adeptes mais il ne se souciait pas non plus aussi de l'image de la Watch. Par exemple Lors d'une assemblée de district à New York en 1980, Franz expliqua à l'auditoire que seuls les Témoins survivraient à Armageddon, que cela était soutenu par la Bible et que les petits enfants de ceux qui ne seraient pas Témoins seraient eux aussi détruits. Voici ce que rapporte R.Franz dans son livre "A la recherche de la liberté chrétienne" :

Parce qu’ils sont fondamentalement bienveillant, beaucoup Témoins se sentent perturbés par la pensée que le destinée de vie ou de destruction éternelle puisse se décider suite à la réponse que la population de la terre rend à la déclaration publique de leur organisation. L’idée avancée est, que la mort (sans possibilité de résurrection) à Armageddon de centaines de millions de gens dans des pays comme la Chine, le Pakistan ou l’Inde, soit justifiée par ce que l’on appelle la “responsabilité commune.” Mais cela ne fait pas grand chose pour apaiser cette inquiétude. L’affirmation que, lorsqu’un gouvernement ne permet pas l’activité de l’organisation Watch Tower dans le pays dirigé par ce gouvernement, les gens - parce qu’ils soutiennent la politique gouvernementale – partagent automatiquement la responsabilité du refus de cette organisation et de son message, apparemment comme un moyen très élaboré pour justifier la destruction éternelle de centaines de millions de personnes, hommes, femmes et enfants. C’est particulièrement le cas quand la grande majorité des gens de cette nation n’ont pas la moindre idée du message de l’organisation de la Watch Tower ou ne sont peut-être même pas conscient de son existence.

Le président de la Watch Tower, Fred Franz, parla à l’auditoire pendant le programme et dans son exposé relata une expérience qu’il avait eue avec un homme qui avait fait auparavant des études pour devenir prêtre catholique et qui étudiait maintenant avec les Témoins de Jéhovah. Il raconta les doutes de cet homme à propos d’Harmaguédon et sa question de savoir s’il était bien vrai que “seul ceux qui deviennent Témoins de Jéhovah survivraient à Harmaguédon et que tous les autres subiraient la destruction éternelle.” Le président lui donna sa réponse, “c’est ce que les Saintes Écritures semblent indiquer.” L’homme répondit, “Mais même les petits enfants ?” Le président lui dit, “Et bien, les petites lentes deviennent finalement des poux et les petits rats grandissent pour devenir de grands rats.” Ce qu’il raconte de cette expérience et ces réponses devant toute l’assemblée a clairement manifesté sa conviction que cet avis était juste.(A la recherche de la liberté chrétienne p 468)

C'est (surement) Frederick Franz  qui écrivit l'article de La Tour de Garde du 15 septembre 1971, p. 575 :
"Peut-on affirmer que seuls les Témoins de Jéhovah baptisés survivront à la bataille d'Harmaguédon? Répondre à cette question simplement par "oui" ou par "non" serait une profonde erreur. (...) La Bible n'explique pas ouvertement comment Dieu résoudra certains problèmes particuliers, tel celui des personnes mentalement retardées qui n'ont jamais eu les capacités intellectuelles nécessaires pour apprendre ce qui concerne Jéhovah et ses desseins. Il se peut que le mérite familial s'applique à ces personnes non baptisées comme dans le cas d'enfants mineurs et irresponsables dirigés par un père, une mère ou un tuteur croyant et fidèle. Toutefois, ces situations spéciales ne diminuent en rien l'importance du vœu et du baptême pour ceux qui désirent la faveur et la protection divines lors du point culminant de la destruction du présent système de choses inique. (...) Il n'y a aucune raison biblique de penser que si une personne (...) sait qu'il est important de se vouer à Dieu et de se faire baptiser, mais ne le fait pas, sera épargnée lors de la destruction prochaine à Harmaguédon. (...) [Alors] à quoi bon se perdre en conjectures? (...) Au lieu de chercher une 'échappatoire' aux dispositions divines de salut, les humains qui désirent être épargnés par Dieu devraient accepter sa miséricorde en le servant. (...) La Bible montre sans la moindre équivoque que la volonté de Jéhovah pour les humains de notre époque est qu'ils soient baptisés et lui rendent un témoignage public."
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5505
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Mar 06 Fév 2018, 16:49

Depuis qu'il y a des "religions de salut" (c.-à-d. au moins depuis le dualisme perse dont toute la suite juive, chrétienne, islamique dépend, sans préjudice d'autres généalogies ailleurs), le problème de l'alternative est logiquement inévitable. La version jéhoviste est plus "gore" parce qu'elle est "réaliste" au sens d'un scénario de science-fiction (Har-Maguédon comme massacre planétaire intervenant dans une réalité historique, avec de vrais morts), mais la version classique (l'enfer) est infiniment plus cruelle puisqu'il s'agit de tourments éternels des âmes et des corps (inspiration inépuisable des artistes du moyen-âge à la Renaissance).

Par rapport à ça, tout est en effet question de sensibilité. Calvin pouvait tranquillement tirer du fait que l'Evangile n'était pas accessible à tout le monde une preuve de la prédestination des réprouvés à la damnation, et considérer de surcroît que leurs tourments contribuaient à la béatitude des élus. Comme la grande majorité des docteurs de l'Eglise (catholique, orthodoxe ou réformée), ça ne le gênait pas. Origène, par contre et bien plus tôt, ne pouvait même pas tolérer l'idée d'une perdition définitive du diable (d'où la doctrine de l'apocatastase ou restauration universelle). Je suis sorti des TdJ vacciné contre tout dualisme, même s'il m'a fallu un certain temps pour en tirer les conséquences théologiques (en passant notamment par la dialectique barthienne, la damnation comme impossible possibilité en Christ et par lui en chacun, qui m'a été d'un grand secours quand j'en avais besoin). Reste qu'on ne sort de l'horizon de la "perdition" qu'en sortant aussi de celui du "salut", car c'est le même horizon, imaginaire de part en part...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4136
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Jeu 08 Fév 2018, 16:02

Ces différents échanges suscitent certaines questions, un mouvement religieux est-il "condamné" à se  fonder sur des personnages charismatiques et autoritaires et pour durer, a se doter d'une identité forte, donc d'une certaine radicalité ?
Les adeptes d'une religion sont-ils des "enfants" qui ont besoin de guides et de "pères spirituels" ou d'une "organisation-mère" ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5505
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Jeu 08 Fév 2018, 16:31

La diversité des "religions" répondrait à ta question: une grande et vieille religion, essentiellement rituelle et traditionnelle, n'a besoin ni de "charismes" ni de "radicalité", des fonctionnaires du culte lui suffisent amplement. Mais la demande religieuse ne se limite pas à ça, il y a aussi de la demande de "certitudes" ou d'"expérience" religieuses qui appelle une offre correspondante, dans la religion traditionnelle ou en-dehors. Il faut alors des gens qui aient le culot d'affirmer des certitudes ou d'afficher une expérience, ce qui ne se fait jamais sans une part de sincérité "illuminée" et une part de jeu "théâtral", dans des proportions extrêmement variables. Chez les TdJ c'est le côté "certitude" qui domine, ailleurs (p. ex. dans la mouvance pentecôtiste-charismatique) c'est l'"expérience": cela fait appel à des "personnalités" assez différentes, mais pas ordinaires.

Le christianisme historique non plus ne serait pas né sans de telles personnalités, indispensables au départ, embarrassantes par la suite. Ce qui ne veut pas dire que le destin du christianisme soit destiné à se répéter dans n'importe quel nouveau mouvement religieux: la place historique est prise et l'histoire ne se répète pas, mais il reste une petite place aux TdJ tant qu'il y a une demande pour le genre de "vérité" qu'ils offrent, plutôt froide et terne mais affirmative et distinctive. Une organisation dépourvue de personnalités marquantes peut encore vivre longtemps sur le fonds constitué par le "culot" de ses fondateurs, même en évacuant quasiment tout le contenu de leurs affirmations: la présomption de "vérité" unique et distinctive subsiste, indépendamment de son contenu variable: ce n'est pas le moins étonnant de la chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4136
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Ven 09 Fév 2018, 13:31

Personnellement je ne crois pas qu’on peut compter sur un changement fondamental dû à la mort des hommes au pouvoir. Je dis bien un changement fondamental, car il y a eu divers changements tout au long de l’histoire du mouvement, certains dûs à la mort de Russell et de Rutherford. Du vivant de Russell il existait une considérable mesure d’autonomie, et bien qu’il ait pu désapprouver une différence d’opinion, il n’essayait pas de l’écraser en se servant de son pouvoir. La mort de Russell et la question de contrôle qui se posait à son successeur a conduit à une focalisation excessive sur “l’organisation”, son autorité et son contrôle, qui depuis caractérise la communauté des Témoins. Quels que soient les changements en vue de modération appliqués suite à la mort de Rutherford, la base fondamentale est restée la même. Le changement dans la structure autoritaire en 1975-76 a été l’un des ajustements les plus importants qu’il y ait eu dans toute l’histoire de l’organisation. Toutefois, la force des croyances et des politiques traditionnelles a eu raison de tout effort qui a été fait pour amener un changement véritable dans les interprétations spéculatives, le dogmatisme, le légalisme talmudique, le contrôle par un groupe élitiste, les mesures de répression, et de l’effort fait pour remplacer tout cela par une simple fraternité, unie dans l’essentiel, tolérante et flexible pour ce qui est du non-essentiel, aussi bien en théorie qu’en pratique.

Des onze hommes qui faisaient partie du Collège Central quand j’y fus admis en 1971, à part moi-même, seulement Milton Henschel est encore en vie et sa santé mentale s’est détériorée. Des dix-sept membres sur la photo page 88 de cette quatrième édition, onze sont morts. La présidence de la société est passée de Nathan Knorr à Fred Franz, puis à Milton Henschel et plus récemment à Don Adams. Cinq nouveaux membres ont été ajoutés au Collège Central. Mais malgré tous ces changements de personnel, la ligne de conduite de l’organisation est restée essentiellement la même, ses caractéristiques essentielles semblent inchangées. Comme il est démontré dans ce livre, c’est le concept qui contrôle les hommes, le concept que l’organisation de la Watch Tower a été choisie divinement par Jésus-Christ et constitue le “canal de communication” de Dieu pour tous ses serviteurs sur terre, et que leur rôle en tant que Collège Central est une disposition divine. Comme les preuves le montrent, les changements qui ont eu lieu dans les enseignements ou dans la réglementation, dont certains sont mentionnés dans ce livre, l’ont été par la force des choses plutôt que suite à un changement de personnel. (Crise de conscience)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5505
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Ven 09 Fév 2018, 20:50

Plus qu'un "concept" à mon avis c'est la structure, pas un concept de structure mais l'effet de structure qui se produit dans n'importe quel groupe, lequel tend de lui-même à se conserver en conservant ses "acquis", son "accord", sa "cohésion" interne et son "identité", à se marquer en se démarquant des autres et en écartant ses éléments perturbateurs ou divergents. Comme l'avait jadis fort bien montré VANVDA, la Watchtower offre la caricature, à ce titre exceptionnelle, de la banalité même (effets de "bande" et de "bannissement" compris). La "secte" est un miroir déformant de la société, ou de l'"animal social", qui force certains de ses traits et en estompe d'autres, mais c'est quand même son image qu'elle reflète.

Un tout petit détail de la citation précédente: parler de "légalisme talmudique", j'entends bien ce que ça veut dire au sens de casuistique hyper-détaillée (comme dans le portrait à charge des "pharisiens" en Matthieu 23), mais d'un autre point de vue c'est un énorme contresens: car le Talmud rassemble et juxtapose des opinions contradictoires sur à peu près tous les sujets, en nommant ses sources (toutes "paroles du Dieu vivant", selon une formule que nous avons souvent évoquée). La Watch fait exactement le contraire: elle se contredit abondamment dans la durée, mais à chaque fois elle impose et prescrit, d'une autorité anonyme et univoque, une doctrine et une pratique uniques.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4136
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Lun 12 Fév 2018, 15:53

Le décès de Franz facilitait certainement les changements. Mais ce n’était pas —comme certains le prétendent—à cause du nouveau président de la Société, car la présidence ne possède plus de pouvoir particulier. La voix de Fred Franz avait de l’autorité, non pas à cause de sa position dans la société, mais parce qu’il était considéré comme le principal intellectuel de l’organisation. Son successeur Milton Henschel ne possède en rien de ce prestige. Le changement dans l’interprétation de la “génération de 1914”, dont on parle dans le chapitre 10, est peut-être l’ajustement doctrinal le plus important qui ait été fait depuis le décès de Fred Franz, mais même cela laisse en place les enseignements fondamentaux au sujet de la date de 1914.

Si on pouvait comparer le résultat final de la restructuration de 1975-76 au déplacement des murs intérieurs d’une maison, les changements de personnel qui ont lieu au sein de l’organisation peuvent alors être comparés au déplacement du mobilier ou à l’addition de nouveaux meubles—dans les deux cas, la maison en soi reste la même.

Il est peut-être difficile, lorsqu’on est accoutumé depuis si longtemps à ce que l’organisation place une telle importance sur les nombres, et prétend qu’un accroissement numérique est une preuve de direction et de bénédiction divine, d’adopter un point de vue plus humble et plus modeste. Pour la première fois, il se peut qu’on en vienne à apprécier et chérir la promesse de Jésus qui dit, ‘là où se trouveront réunis en mon nom deux ou trois, je m’y trouverai au milieu d’eux’. Par expérience je peux dire que lire les Ecritures et en discuter avec seulement deux ou trois autres personnes, s’est avéré être totalement satisfaisant. Il est vrai que parfois, lorsqu’un plus grand nombre de personnes se sont jointes à nous, il y avait un plus grand degré d’intérêt et une plus grande variété de commentaires. Toutefois la puissance fortifiante et la richesse de la Parole de Dieu n’étaient pas moindre à ces occasions où nous n’étions que “deux ou trois”. Je peux honnêtement dire qu’à chaque fois, j’en ai tiré des choses qui méritaient d’être retenues, bien plus que par le passé, lorsque je rencontrais des centaines, des milliers, des dizaines de milliers de personnes lors de réunions programmées par l’organisation.( Crise de conscience)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5505
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Lun 12 Fév 2018, 16:41

(J'ai lu Crisis of Conscience dans son édition originale, vers 1986, et je ne connais pas toutes ces additions ultérieures...)

Je me suis demandé, à vrai dire, si l'explication de 1995 était totalement non-franzienne, si ce n'était pas plutôt du Franz posthume. L'idée paraît tellement grotesque (l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours 1914) que je la vois mal sortir d'un "comité" si Franz avant sa mort ne l'avait pas suggérée lui-même...

Je trouve une certaine fraîcheur, une certaine candeur aussi, dans l'enthousiasme de Raymond Franz pour la non-organisation: je le partage en grande partie sans partager son argumentation exégétique (de cela nous avons pu assez longuement parler). Comme s'il avait fallu passer par la contrainte d'une organisation de masse pour apprécier la possibilité de lire la Bible à deux ou trois, sans cette contrainte (ça me rappelle l'histoire de fou qui se racontait quand j'étais gamin, du fou qui porte une enclume dans le désert à cause des lions: car, dit-il, si je vois un lion je la lâche et je cours beaucoup plus vite). Et de fait c'est une expérience qui ne cesse de se re-produire, aux marges de la "chrétienté" et de toutes les "Eglises", de telle façon qu'on en oublierait presque que c'est l'histoire même de la "chrétienté" et des "Eglises" qui a constitué la Bible et nous l'a rendue intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4136
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Mar 13 Fév 2018, 17:41

Citation :
Je trouve une certaine fraîcheur, une certaine candeur aussi, dans l'enthousiasme de Raymond Franz pour la non-organisation: je le partage en grande partie sans partager son argumentation exégétique (de cela nous avons pu assez longuement parler).

Je lis toujours Raymond Franz avec beaucoup d'émotion. Sa sincérité, sa piété sa gentillesse et son côté légèrement désabusé, me touchent.

Un autre extrait, cette fois-ci du livre, A la recherche de la liberté chrétienne" :

Dans la religion, comme dans d'autres domaines, beaucoup trouvent plus facile de permettre à d'autres de penser pour eux, de choisir pour eux, de prendre leurs décisions pour eux. Ils ne serait sans doute pas si disposé à le faire dans les questions matérielles, mais le feront dans les questions spirituelles et étiques. Leur foi est une "foi empruntée." Ils croient essentiellement parce que d'autres ont cru et ils acceptent leurs affirmations confiantes d'avoir raison. Ils cherchent la sécurité dans l'appartenance, par l'adhésion à l'organisation. Ils cherchent le refuge aux problèmes moraux par la soumission à un système qui propose de prendre la responsabilité de diriger leurs vies pour eux, en décidant des questions de conscience pour eux. L'apôtre s'est adressé à des personnes de Galatie comme à des gens "qui veulent être soumis à la loi. " De la même façon aujourd'hui beaucoup veulent qu'on leur "explique clairement les choses pour eux," que l'on mette en forme des règles pour qu'ils puissent se sentir libérés d'avoir la responsabilité de prendre de décision. Dans les paroles du rédacteur de la lettre aux Hébreux, ils n'ont simplement 'pas grandi' comme des Chrétiens.

Une des vérités essentielles de la vie est que la vie elle-même est difficile. A de nombreux égards, c'est parce qu'affronter les problèmes et travailler à leur solution est un processus pénible. Pour personne la vie est exempte de problèmes et la douleur qu'ils causent émotionnellement peut surpasser la douleur physique. L'inclination est d'essayer d'éviter la douleur en ignorant les problèmes, en refusant de les affronter, ou en cherchant à s'échapper d'eux par n'importe quels moyens que nous pouvons.

"La nourriture" mentale fournie par l'organisation de la Watch Tower encourage non seulement à remettre notre responsabilité personnelle à un système et à ses chefs. Comme nous avons vu, elle nourrit aussi un point de vue illusoire sur la vie, stimulant un empressement à croire - en dépit de toute preuve du contraire - que l'on bénéficie d' un environnement idéal, pratiquement sans problème, spirituel, qu'il suffit seulement de 'suivre les directives de l'organisation' et qu'alors tout ira bien. Beaucoup, peut-être la plupart, préfèrent le croire. Ils trouvent plus facile de faire ainsi. Pourtant, à la fin, la fuite qu'ils semblent poursuivre paraît plus coûteuse que la souffrance légitime évitée. Car l'illusion ne peut être maintenue toute une vie seulement par la soumission constante à l'endoctrinement et par des actions routinières qui atténuent, temporairement, le sentiment de culpabilité résultant du manquement de satisfaire aux demandes de l'organisation. Elle exige de permettre à ses facultés mentales d'être entravées, canalisées, la compassion et l'ouverture de cœur de chacun devant être restreints. Les pertes à long terme se révèlent finalement plus coûteuses que la discipline et l'effort qui aurait été dépensés en faisant face à la réalité et en s'en arrangeant.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5505
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    Mar 13 Fév 2018, 18:21

A l'image de cette painful translation, traduction laborieuse et pénible, l'évitement de la peine se paie d'un surcroît de peine... on peut parler d'une économie ruineuse, mais n'est-ce pas le cas de toute économie ?

Je diverge nettement de Raymond Franz parce que je crois que la tendance qu'il réprouve, au nom de certains textes du NT, est aussi inscrite dans le NT; pas seulement dans les textes les plus tardifs (comme les Pastorales), mais dès les plus anciens (p. ex. la correspondance corinthienne): dès qu'il est question d'"apôtres", d'"anciens", d'"enseignement", de "tradition", de "discipline", tout est en place pour le développement d'une telle structure, et c'est aussi pour elle qu'il y a de la "demande", dès le départ (cf., encore, le "Grand Inquisiteur": p. ex. ici, p. 347ss.).

Vouloir imposer au NT une interprétation anti-autoritaire ou anti-institutionnelle globale, c'est à mes yeux aussi anachronique, arbitraire et désespéré que de vouloir le rendre démocratique, humaniste, féministe, gay-friendly, etc.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Joseph Franklin Rutherford    

Revenir en haut Aller en bas
 
Joseph Franklin Rutherford
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» FOURIER (Joseph) Mathématicien - Physicien - Préfet etc..
» Prières quotidiennes pour la neuvaine de Saint-Joseph
» BREISSAND (Joseph) Baron - Général de brigade
» GRANDVAL Joseph-Antoine ...
» Famille saint Joseph

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: DU COTE DES :: TEMOINS-
Sauter vers: