Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 la Providence divine

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5948
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: la Providence divine   Jeu 15 Fév 2018, 15:55

On remarquera que le langage de tous ces textes (et aussi des Proverbes cités plus haut) est un langage de création (créer, faire, former, façonner, tisser, etc.), en particulier en ce qui concerne la "conception" et la naissance. A ce stade, rien ne distingue la création "continue" (ni la "procréation") d'une création "initiale": on n'a donc pas besoin de concepts distincts de "miracle" et de "providence" puisque les dieux font tout ce qui arrive. Ce n'est certes pas la seule lecture possible des événements, qui peuvent aussi être racontés et expliqués sans référence aux dieux; mais quand les dieux sont convoqués ils font tout -- ou alors ils ne font rien.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1835
Age : 71
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: la Providence divine   Jeu 15 Fév 2018, 18:53

Les bouddhistes et certains textes bouddhiques parlent, évoquent une énergie toujours présente que l'on ne peut décrire, qui est à la base de l'impermanence de la renaissance; il n'y a donc pas, pour les bouddhistes, de Providence divine. Cependant, beaucoup pensent que lorsque une grande quantité de personnes s'associent pour émettre des souhaits, des vœux, cela peut déboucher sur une meilleure circulation des pensées positives.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5948
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: la Providence divine   Jeu 15 Fév 2018, 21:43

Notre mot "énergie" (du grec energeia > ergon = acte, action, œuvre, travail, opération, effet, effectivité, etc.) ne me semble d'ailleurs pas très éloigné, quant au sens général (sous réserve des définitions doctrinales particulières de chaque religion ou école), du mot de karma que le bouddhisme a hérité de l'hindouisme.

A partir du moment (post-"biblique", donc, tant dans le judaïsme que le christianisme) où une notion de "providence" se distingue expressément de celles de "miracle" (extra-ordinaire, exceptionnel, spectaculaire) et de "création" (initiale, unique, ex nihilo), pour évoquer une action continuelle, ordinaire et discrète de "Dieu" à même le cours "normal" des choses et des événements, elle se rapproche du concept d'immanence. Par là au moins, les "monothéismes" retrouvent un point commun avec d'autres pensées antiques (ma'at, nomos-nemesis, dikè, moira, fatum, etc.) ou (plus) orientales (karma, samsara, tao): un "ordre des choses" si l'on veut, mais un ordre "dynamique" du cours des choses et des événements qui se régule lui-même au fil du temps. (Accessoirement, ce qui se traduit le plus souvent par "miracle" dans le NT n'est que le mot dunamis, "puissance" -- d'où "dynamique".)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4470
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: la Providence divine   Ven 16 Fév 2018, 11:55

"au terme des temps fixés, à savoir : réunir toutes choses de nouveau dans le Christ, les choses qui sont dans les cieux et les choses qui sont sur la terre. [Oui,] en lui" (Eph 1, 10 - TMN)

"pour le réaliser quand les temps seraient accomplis : récapituler tout dans le Christ, ce qui est dans les cieux comme ce qui est sur la terre." (NBS)

"pour mener les temps à leur accomplissement :  réunir l’univers entier sous un seul chef, le Christ, ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre."(TOB) 

Narkissos, pourrais-tu nous indiquer pourquoi et la TMN emploie l'expression "de nouveau" et quelle est la bonne traduction ?


Dernière édition par free le Ven 16 Fév 2018, 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5948
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: la Providence divine   Ven 16 Fév 2018, 13:06

C'est (encore) une surtraduction: dans le verbe ana-kephalaiosasthai le préfixe ana- joue à peu près le même rôle que notre re- dans ré-unir ou ré-capituler, la TMN le traduit seulement deux fois (pléonasme: réunir de nouveau, c'est un peu comme monter en haut ou sortir dehors) au lieu d'une. Par contre, elle ignore la référence indirecte de ce verbe à un terme-clé de l'épître, la "tête" (kephalè), que la NBS et la TOB suggèrent différemment (récapituler, chef, du latin caput = "tête"): le Christ comme "tête" du "corps" de l'Eglise, ici peut-être du kosmos (tout, le ciel et la terre, etc.). Ce n'est sans doute pas très clair quand on ne connaît ni le latin ni le français ancien (la correspondance chef = tête ne survit plus guère que dans le "couvre-chef"), mais d'un autre côté on ne peut pas en faire beaucoup plus car la référence est précisément indirecte (à mon avis la TOB en fait déjà trop): ana-kephalaioô signifie bien "récapituler" ou "résumer", cf. Romains 13,9, comme dans un titre ou "en-tête", kephalaion (même notre mot "chapitre" vient de caput par capitulum); kephalaion a également le sens rhétorique de "point capital" (cf. Hébreux 8,1) ou, financier, de "capital" (cf. Actes 22,28; aussi par opposition aux "intérêts" dans la Septante comme chez Platon p. ex.).

S'il y a un rapport entre ce texte et notre sujet, il est à chercher dans le pro- de la pro-videntia latine, et plus spécialement dans l'aspect qu'en traduit le pré- de pré-voyance (plu[s]tôt que le pour- de pour-voir qui constitue l'essentiel du sens de "providence" en français actuel, cf. "provision"). De fait, l'épître aux Ephésiens multiplie en grec les termes en pro- qui se traduisent en français par pré- (ou par des locutions comme "d'avance"): prédestination, préconnaissance ou prescience, etc. (cf. v. 3ss.11; 2,10). C'est une vision téléologique de l'histoire (tout va, tend, converge vers une fin, telos, comme dans l'"entéléchie" aristotélicienne) qui se fonde dans l'antériorité et la transcendance surplombante d'une préséance: comme dans l'arkhè le commencement commande la fin, tout est prévu, prescrit, écrit d'avance (c'était écrit, gegrapta, mektoub): l'image anachronique s'impose à nous du film, scénarisé, tourné, monté puis projeté tel quel, sans surprise sauf pour le spectateur qui se rassure dans l'idée que sa surprise est relative et cadrée, parce qu'il n'y a pas de surprise pour l'auteur. C'est sans doute un aspect qui demeure dans la "providence", mais ce n'est pas le seul, car elle se prête aussi à une lecture plus "interactive": interaction avec un "dieu vivant" qui même s'il n'a pas pas tout prévu peut encore pourvoir.

Ce glissement du pré- au pour- dans l'interprétation du pro- de "providence" (facilité par l'anglais où "pourvoir" se dit "provide", par exemple dans la description typique du bon père de famille américain comme "good provider", celui qui "gagne bien sa vie" et par extension celle des siens; ce qui implique sans doute de la pré-voyance mais surtout, "concrètement" comme on dit, ce qu'il faut de travail et de savoir-faire au jour le jour pour assurer la constance d'un revenu) est à replacer dans une histoire épistémologique plus longue et plus vaste: pré-voir ne signifie pas la même chose, pour "Dieu", 1) dans une conception classique (p. ex. celle de saint Augustin) du rapport du "temps" à l'"éternité": où l'éternité précède logiquement le temps, mais lui est en un autre sens coextensive, comme le rapport constant du centre à tous les points d'un cercle; de sorte que l'éternité est en rapport direct ou immédiat avec le présent, sans passer par le passé (cf. l'"aujourd'hui" de l'épître aux Hébreux); et 2) dans la conception moderne, purement linéaire du temps, où "avant" c'est tout bêtement "avant", même dans "avant la fondation du monde"; un passé comme un autre, qui n'en finirait plus de s'éloigner -- d'où l'idée de "film" qui correspond à notre seule représentation possible de ce type d'expression. Dans la seconde perspective, l'idée d'un Dieu qui aurait tout prévu-à-l'avance (pléonasme d'insistance; tout, jusqu'au moindre pet de lapin, ou battement d'ailes de papillon si l'on veut faire plus poétique) pour que l'histoire ne déraille pas (la moindre variation de détail pourrait en effet en faire à tout moment une tout autre histoire) devient très vite insoutenable. Ce n'est même pas "Dieu", c'est l'"avant" compris de façon strictement chronologique qui ne supporte plus un tel poids. Par contre, on peut toujours croire en un "dieu vivant" et interactif, un dieu-en-devenir engagé dans la même histoire que nous et à ce titre capable de pourvoir; en s'imaginant qu'il a de la ressource, de la réserve, même s'il n'a pas tout pré-vu. Cet excès du "dieu" sur l'histoire qui est aussi la sienne, supplément de puissance mais non toute-puissance, ne s'inscrit plus "avant" mais "quelque part"; on ne sait pas très bien où, mais, si l'on peut dire, ailleurs qu'"avant". Par là même on sort de l'idée de toute-puissance et d'omniscience inséparables de la conception classique de "Dieu", avec majuscule: on revient nécessairement à la contingence des dieux de la mythologie, même s'il n'y en a qu'un seul. Ce retour de "Dieu" à la contingence ("rechute" seulement si l'on s'imagine que le monothéisme classique est un "progrès") est illustré dans le meilleur des cas, caricaturé plus souvent, par la théologie du Process (cf. supra 7.2.2018).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la Providence divine   

Revenir en haut Aller en bas
 
la Providence divine
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'heure de la Miséricorde Divine
» Invocations à la Miséricorde Divine
» Merci Divine Mère
» 19 avril : Fête de la Miséricorde Divine
» Nature divine et nature humaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: