Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 écrire et/ou ne pas écrire

Aller en bas 
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: écrire et/ou ne pas écrire   Lun 18 Juin 2018, 13:33

Et quand les sept tonnerres firent entendre (plus littéralement, parlèrent ou dirent) leurs voix, j'allais écrire, mais j'entendis une voix du ciel qui me disait: "Scelle ce qu'ont dit les sept tonnerres et ne l'écris pas."
Apocalypse 10,4

C'est un message "technico-commercial" reçu il y a quelques jours d'un site internet "chrétien" qui m'a rappelé ce verset -- et par la même occasion la propension de certains chrétiens à citer des versets bibliques à tout propos: le message (automatique) portait sur la protection des données informatiques, en raison d'un récent changement de loi. Donc, il y a des choses à ne pas "écrire" ou "enregistrer": il fallait y penser.

Ce passage de l'Apocalypse, digression dans une digression, offre une intéressante mise en abyme de sa propre mise en scène et en écriture. Nous sommes dans un livre qui raconte une "vision" sonore, dont il décrit verbalement les éléments visuels ou non verbaux -- y compris des "livres" vus, ouverts ou fermés, rouleaux scellés ou descellés, cf. ce qui précède -- et "rapporte" les paroles; et qui se met soudain à nous dire qu'il ne nous dit pas tout, en écrivant l'interdiction d'écrire... on retrouve bien sûr là des paradoxes que nous avons souvent relevés, la révélation qui dévoile en voilant ostensiblement, qui montre en cachant et en montrant qu'elle cache, etc.; par un excès du "contenu" sur le "contenant", de la vision sur le récit, la description et l'interprétation, les livres successifs dans le livre, qui s'ouvrent ou qui se mangent, les séries de sept s'ouvrant entre six et sept sur un interlude (c'est encore la situation du chapitre 10) avant de déboucher sur une nouvelle série, etc. Le jeu de l'"écrire" (graphô) et du "sceller" (sphragizô), inspiré de Daniel 8,26 et 12,4.9 (cf. en particulier la version de Théodotion), fait de surcroît une allitération sensible en grec.

L'écriture prenant ludiquement et douloureusement conscience d'elle-même, vieille et passionnante histoire -- de Platon à Derrida, en passant par l'écriture de la non-écriture, dans le cas de Socrate ou de Jésus...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4663
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: écrire et/ou ne pas écrire   Mar 19 Juin 2018, 12:37

La vision de cet ange, comme la vision inaugurale du ch 1 décompose le personnage et le figurativise par des comparaisons (visage ≈ soleil ; pieds ≈ feu) et le situe comme une figure apparaissant sur un fond (nuée, arc en ciel). Au centre du dispositif spatial se trouve donc le petit livret ouvert :
- une écriture disponible par opposition au livre fermé de 7 sceaux, écrit dedans et dehors et dont la lecture est dramatisée. Le 1er livre fait l’objet d’une ouverture difficile (qui sera capable de l’ouvrir ?) ; le 2ème livre est ouvert … mais il n’est pas lu, il est à prendre et à manger ! On pourrait suggérer qu’il est ici question des effets sensibles (corporels, intéroceptifs) de l’écrit et non de ses éléments sémantiques, de son contenu.

La séquence est remarquable par la série des procès d’énonciation qu’elle manifeste et dont il faut essayer d’organiser le parcours. On peut relever en effet les figures suivantes :

- « le cri d’une voix puissante comme un lion qui rugi »t (c’est le son) - « la voix des 7 tonnerres » (c’est une parole qui pourrait être écrite : « scelle ce qu’ont dit (parlé) les 7 tonnerres et ne l’écris pas », 10,4).
Ne pas écrire ce que disent les 7 tonnerres ce n’est pas les faire taire : la limite est posée à l’écrivain et non pas aux autres acteurs. Ce n’est pas un arrêt du procès d’écriture, c’est une limite posée au scriptable (au contenu scriptable). Cela ne doit pas s’écrire : est-ce à dire qu’on ne doit pas le transmettre (cf. l’écriture comme communication) ? Ou bien cela relève-t-il d’une autre sémiotique ?

Mais c’est aussi un sceau (encore un !) – sfragison -. Sceller n’est la celer ; il ne s’agit pas de cacher un message tenu secret, mais au contraire de clore comme accompli ce qui a été écrit et d’en donner le signe authentique. On peut alors se demander à quel genre de « signe » appartient ce sceau ? Des 7 tonnerres, il reste ce qu’on pourrait appeler « la lettre », c’est-à-dire la marque, ou la trace qui demeure comme manquant au message transmis, un signe qui n’est pas à prendre comme le signifiant d’un signifié, quelque chose du « sensible » (la voix des 7 tonnerres) qui n’a pas d’interprétant, ou bien un vide, un « trou » restant dans l’écrit.
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00359592/document
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: écrire et/ou ne pas écrire   Mar 19 Juin 2018, 13:52

Intéressant !

Malgré ce que le métalangage et le parti-pris sémiotiques peuvent avoir d'assommant à forte dose, ils constituent un contrechamp très utile de l'exégèse "classique" orientée vers le "sens", le "message", ce que le texte "veut dire" ou, dans le meilleur des cas, "faire"; il s'agit en somme de comprendre comment fonctionne un texte, comment il dit ce qu'il dit et fait ce qu'il fait. De ce point de vue, l'"apocalypse" (celle dite de Jean comme les autres) constitue un "objet" -- une "machine" -- tout à fait passionnant.

Evidemment, on ne peut pas le faire sans "neutraliser" le fonctionnement de la structure qu'on décrit (démonte, déconstruit, etc.), sans qu'il cesse de produire son "effet". Il faut tôt ou tard en revenir à une lecture plus simple ou plus naïve, mais enrichie de ce détour.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4663
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: écrire et/ou ne pas écrire   Mer 20 Juin 2018, 10:22

Une prédiction doit être tenue secrète jusqu'au moment de sa réalisation, afin de ne pas exposer l'auteur et de ne pas donner une intelligence trop importante du "mystère de Dieu" à des ennemis potentiels ou à des personnes non-initiées. Une prophétie ne doit pas être comprise avant le temps de sa réalisation.


"Attardez-vous et soyez stupéfaits ! Fermez les yeux et devenez aveugles ! Ils sont ivres, mais ce n'est pas de vin ; ils titubent, mais ce n'est pas sous l'effet de l'alcool. Car le SEIGNEUR a répandu sur vous
un souffle de torpeur, il a fermé vos yeux (les prophètes), il a voilé vos têtes (les visionnaires) . Toute cette vision est pour vous comme les mots d'un livre cacheté que l'on donne à un homme qui sait lire, en disant : « Lis donc cela, je te prie ! » et qui répond : « Je ne peux pas, car il est cacheté. » Ou comme un livre que l'on donne à un homme qui ne sait pas lire, en disant : « Lis donc cela, je te prie ! » et qui répond : « Je ne sais pas lire. » Is 29, 9 ss
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6193
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: écrire et/ou ne pas écrire   Mer 20 Juin 2018, 14:37

Voir (éventuellement) ici.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: écrire et/ou ne pas écrire   

Revenir en haut Aller en bas
 
écrire et/ou ne pas écrire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On ne peut s'empêcher d'écrire à Socrate... Métaphore?
» Comment écrire et poster mon premier message ?
» Au secours! Ils ne savent pas écrire!
» écrire contre une émission sur la cruauté faite au taureau
» Compéments de revenus - écrire rapporte!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: