Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Faut-il toujours dire la vérité ?

Aller en bas 
AuteurMessage
free



Nombre de messages : 4434
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Faut-il toujours dire la vérité ?    Ven 06 Juil 2018, 13:24

De quelle façon, entre autres, les vrais chrétiens se différencient-​ils des membres des fausses religions ? Ils « di[sent] la vérité » (lire Zacharie 8:16, 17 *). Paul a expliqué : « Nous nous recommandons comme ministres de Dieu [...] par des paroles véridiques » (2 Cor. 6:4, 7). Et Jésus a dit : « La bouche exprime ce dont le cœur est rempli » (Luc 6:45). Cela signifie qu’une personne vraiment honnête dit toujours la vérité, que ce soit à des inconnus, à des collègues, à des amis et aux membres de sa famille. Examinons quelques situations où nous pouvons nous efforcer d’être honnêtes en toutes choses.

* “Voici les choses que vous devez faire a : Dites-​vous la vérité l’un à l’autre. Avec vérité et jugement de paix, jugez dans vos portes   Ne méditez pas dans vos cœurs le malheur l’un contre l’autre, et n’aimez pas le faux serment ; car ce sont là toutes choses que j’ai haïes ’, voilà ce que déclare Jéhovah.” (TMN)
Autre situation : Que faire si les autorités imposent des limites à nos activités chrétiennes dans ton pays et qu’elles t’interrogent au sujet de tes frères ? Dois-​tu leur dire tout ce que tu sais ? Qu’a fait Jésus quand il a été interrogé par le gouverneur romain ? En accord avec le principe biblique selon lequel il y a « un temps pour se taire et un temps pour parler », il a choisi de ne pas répondre à certaines de ses questions (Eccl. 3:1, 7 ; Mat. 27:11-14). Dans une situation semblable, il vaut mieux être discrets et prudents, pour ne pas mettre nos frères en danger (Prov. 10:19 ; 11:12).
https://www.jw.org/fr/publications/revues/tour-de-garde-etude-octobre-2018/disons-toujours-la-verite/


Pour commencer, on peut chercher des arguments permettant de soutenir une réponse affirmative et d’autres soutenant une réponse négative. C’est un bon moyen de ne pas rester bloqué dans une seule réponse, ce qui empêcherait le réfléchir de façon philosophique. 
 
La réponse négative est celle qui est la plus évidente. En effet, le problème porte sur le « toujours », la réponse négative sera donc : « il ne faut pas toujours dire la vérité » et non pas « il ne faut jamais dire la vérité ».

Le problème est de savoir si le mensonge est à éviter totalement ou seulement en général. Mais on peut aussi considérer que le problème porte sur le fait de « dire ». Faut-il dire tout ce que l’on pense être vrai ? Faut-il être sincère même quand on ne vous le demande pas expressément ? Ou faut-il se contenter d’être honnête, dire seulement ce que l’on pense être vrai, si on décide de dire quelque chose, mais se taire lorsqu’on ne veut rien dire qui pourrait créer des difficultés ?
http://philosophia.over-blog.com/article-faut-il-toujours-dire-la-verite-110579788.html


Que penser de  Ehoud (Jg 13) qui pour assassiner Eglôn, le roi de Moab utilisa un subterfuge  et de Yaël, femme de Héber (Jg 4) qui menti à Sisera  ("Entre, mon seigneur, entre chez moi, n'aie pas peur"), pour mieux l'assassiner ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5897
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Faut-il toujours dire la vérité ?    Ven 06 Juil 2018, 15:54

Cf. la fameuse controverse de Kant et de B. Constant, évoquée dans le même blog.

Je revoyais hier soir Le deuxième souffle, de J.P. Melville, et l'une de ses scènes inoubliables: le policier (Frankeur) qui a obtenu une part de "vérité" du truand (Ventura) par des moyens discutables et a ainsi fait passer celui-ci pour un "donneur" se retrouve entre les mains dudit truand, qui lui dévoile d'un coup toute la "vérité" qu'il voulait savoir. Et le flic comprend instantanément que la "vérité" qui lui est ainsi offerte, gratuitement, est aussi son arrêt de mort, parce qu'il n'est pas question qu'il lui survive: il ne voudrait surtout pas l'entendre. Ce n'est d'ailleurs qu'un aspect de la structure géniale de ce récit: le truand aura obtenu du policier un aveu écrit qui rétablit "sa vérité" (il n'a "donné" personne) et qui passera, par-delà la mort des deux protagonistes, d'un tout autre genre de policier (l'excellent Meurisse) à un journaliste, symbole de "vérité" publique et finale (dans le film du moins).

Ce qui est particulièrement frappant dans le cas de la Watch, c'est que le discours de la "vérité" s'auto-immunise: on peut avoir tous les scrupules du monde à mentir sur des questions accessoires et ne jamais se poser la question centrale de la vérité de "sa" vérité -- en quoi les auteurs n'ont rien à envier aux "chefs religieux" qu'ils dénoncent.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4434
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Faut-il toujours dire la vérité ?    Ven 06 Juil 2018, 16:37

Les cas de Ehud et de Yaël soulignent que la "vérité" comme unique mode de communication est une hérésie. Des "serviteurs" de Dieu ont utilisé le mensonge pour arriver à leurs fins et avec l'approbation divine.
Dire toujours et uniquement la "vérité" suppose que nos interlocuteurs sont capables d'entendre ces vérités et qu'ils soient en demande d'une honnêteté permanente dans notre communication, (ce qui n'est pas toujours le cas), de nombreuses personnes préfèrent le mensonge (qui préserve), plutôt qu'une vérité qui fait mal.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5897
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Faut-il toujours dire la vérité ?    Ven 06 Juil 2018, 18:13

Dans le cas d'Ehud ou de Yaël, c'est plutôt le mensonge (ruse, dissimulation, tromperie) qui fait mal (à Eglon ou Sisera, par perforation abdominale ou crânienne respectivement), même si ce mal est un "bien" du point de vue du récit dont le "héros" est précisément le "menteur" (et l'"assassin" par la même occasion).

Je me souviens (toujours de ma période "éclectique", qui ne dédaignait même pas les "sectarismes" à condition qu'ils soient divers) d'une remarque du sulfureux O. Rajneesh à propos du Jésus des évangiles: s'il n'avait pas su mentir, il n'aurait jamais été un "maître" (gourou, mystagogue, etc.); et, dans le désordre, du Cercle des menteurs, titre d'un très joli recueil de contes spirituels de J.-Cl. Carrière, de Sono un gran bugiardo = "Je suis un grand menteur", formule de Fellini dont on a fait un film, du Roman d'un tricheur de Guitry, de la merveilleuse réplique "Tout est vrai !" du Femmes, femmes de Vecchiali, ou de quelque chose comme "la vérité ne vaut pas l'imagination" entendu encore ces jours-ci dans l'adaptation d'Arsène Lupin de Becker.

Tout ça ne serait "que des mots", comme on dit, de plus ou moins "bons mots", si l'on perdait de vue que le concept même de "vérité" est tout sauf simple: il n'y a pas de "vérité" au monde sans un "langage" et la "représentation" (ou l'"imagination") qui l'accompagne, et la "vérité" au sens où on l'entend ordinairement n'est jamais qu'un certain type de rapport (d'"adéquation") entre les propositions et les choses. Autrement dit, il faut de toute façon beaucoup de "faux", de "fabrication", d'"artifice" pour faire du "vrai". Et la possibilité même d'une "vérité" dépend de la possibilité de ses "autres" et de ses "contraires" (erreur, mensonge, etc.). Ni création, ni art, ni religion, ni désir, ni volonté, ni acte ne sont jamais, en principe, justiciables d'aucune "vérité" (ce qu'avait déjà fort bien montré Aristote), seulement ce qui s'en dit après coup sous forme de proposition logique (du genre S est p, S pour sujet et p pour prédicat: une fois qu'on s'entend -- conventionnellement -- sur une définition de S et de p, on peut dire "c'est vrai" ou "c'est faux", et le dire à raison ou à tort; mais ça ne représente pas grand-chose de tout ce qui arrive et ça ne s'y applique qu'a posteriori). A moins de concevoir la "vérité" d'une toute autre manière (p. ex. Heidegger, d'après l'alètheia grecque: la "vérité" dans ce sens-là c'est l'être et le paraître, l'événement, le phénomène, donc aussi bien "l'erreur" ou "le mensonge" qui sont "vrais" à leur manière: "J'ai menti, c'est la vérité", comme fait dire Prévert à l'Anne des Visiteurs du soir).

Sur ce sujet dont on a certes souvent parlé mais qu'on ne pense peut-être jamais assez, cf., entre autres, ici, ou encore .


Dernière édition par Narkissos le Ven 06 Juil 2018, 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1814
Age : 71
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Faut-il toujours dire la vérité ?    Ven 06 Juil 2018, 19:59

Je pensais au médecin qui sait que le patient qu'il a devant lui ne survivra pas/plus longtemps au mal incurable qui le ronge.
Peut-il lui dire la vérité et dans l'affirmative de quelle façon ? Comment le malade va-t-il entendre cette vérité ? Sera-ce un bien ou un mal ?

Et puis nous avons tous une conception différente de la vérité. Peut-être conviendrait-il de parler de réalité au lieu de vérité, et encore de quelle réalité suis-je l’évocateur ? La vérité n’est-ce pas ce sentiment qui est en nous depuis que nous avons vu un évènement, entendu un propos. Mais ce propos, cet évènement nous ont marqué et dans un certain sens notre ressenti nous a influencé que nous en ayons pris conscience ou non. Ce qui est entré en notre esprit puis a fait son chemin en lui n’est pas forcément ce que nous allons resituer comme étant la vérité, en fait nous devrions plutôt dire : « notre vérité »…
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5897
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Faut-il toujours dire la vérité ?    Ven 06 Juil 2018, 20:22

Comme le remarquait le blog cité par free, c'est le "toujours" qui paraît (toujours ?) "faux".

Il y a des médecins qui "disent (dire) toujours la vérité" à leurs patients, d'autres qui ne la leur disent "jamais" (du moins dans le genre de cas que tu évoques), d'autres enfin (la plupart sans doute) qui font au cas par cas, selon un certain nombre de critères conscients et d'autres moins (intuition, feeling...). De toute façon ils ne sont pas infaillibles (même le diagnostic ne l'est pas): tel qui paraît fuir sa "vérité" médicale peut être mieux préparé à la recevoir que tel autre qui la réclame; de fait on ne sait jamais à l'avance quand on fait du bien ou du mal, en disant la vérité ou en ne la disant pas.

Le plus épineux des problèmes est peut-être dans le "il faut": (comment, pourquoi) faut-il ?

Nous sommes champions (au moins planétaires) de la stratification mentale: ce n'est pas d'un arrière-monde, comme disait Nietzsche, mais d'un véritable millefeuille d'arrière-mondes que nous enveloppons toute chose: double langagier (le signifiant, le mot), double idéel ou conceptuel (le signifié, image mentale de la chose ou de l'événement, nom commun, verbe, proposition), dont le jeu génère à son tour d'autres niveaux de généralisation ou d'abstraction (ainsi concept de "vérité" devenant aussi "réel" qu'une "chose", même sans référence à rien de "concret") et sur lesquels une logique et un calcul, une loi ou une morale, des textes et des traditions, quand ce ne sont pas des dieux, légifèrent à des niveaux supplémentaires et superposés (il faut, il ne faut pas), avec une armée de concepts opératoires (bien/mal, cause/effet, sujet/objet, intention/conséquence, responsabilité/culpabilité, etc.).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faut-il toujours dire la vérité ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Faut-il toujours dire la vérité ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La périlleuse question de l'argumentation en 3°
» l'homme qui avait fais la promesse de dire toujours la verite
» La vérité est-elle toujours bonne à dire ?
» Dire la vérité : les bienfaits qui en découlent
» Toute vérité n'est pas bonne à dire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: