Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mar 8 Jan 2019 - 11:43

"Je vous encourage donc, mes frères, au nom de toute la magnanimité de Dieu, à offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint et agréé de Dieu ; voilà quel sera pour vous le culte conforme à la Parole. Ne vous conformez pas à ce monde-ci, mais soyez transfigurés par le renouvellement de votre intelligence, pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréé et parfait." Rm 12, 1-2

Dans l'épitre aux Romains le "corps" en tant que partie de la personne est marqué par une opposition entre la justice et l’injustice (Rm 6, 13),  entre l’impureté et la sainteté (Rm 6, 19), entre la loi du péché et une autre loi (Rm 7, 5.23).  Rm 12  appréhende le corps sous un angle nouveau, le corps n'est plus morcelé et en tension mais unifié, dans la mesure ou le croyant fait l'offrande totale de son corps qui n'est plus divisé, ce qui permet une métamorphose et le renouvellement de l’intelligence.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mar 8 Jan 2019 - 12:49

Le paradoxe et l'ironie de la chose, en effet, c'est que "Paul" doit diviser à mort (c'est le cas de le dire), entre "la chair" et "l'esprit" et tout ce qui s'ensuit de part et d'autre, pour produire par contrecoup cet effet d'unité ou d'indivision. Il n'est d'ailleurs pas le seul: dualisme et monisme ont toujours partie liée sous leur opposition superficielle, ils sont complices et compères autant qu'ennemis, ils se renvoient l'un à l'autre alternativement le "problème" et la "solution". Du dualisme perse au monothéisme juif où le dualisme se réinscrit à tous les niveaux (Dieu et diable, anges et démons, bons et mauvais penchants), relançant autrement la quête d'unité eschatologique et/ou rituelle. Il faut passer et repasser par le Deux -- comme réduction minimale du multiple, ou de la différence -- pour arriver à l'Un, où d'ailleurs on ne reste pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mar 8 Jan 2019 - 14:44

Le terme corps a subi une transformation sémantique tout au long de la lettre aux Romains. Le corps a d'abord était présenté comme voué au déshonneur par l’impureté (Rm 1, 24), ensuite assimilé à un corps de mort ("Que le péché ne règne donc pas dans votre corps mortel" 6,12) et enfin l'homme ancien a été crucifié avec le Christ pour détruire ce corps de péché (Rm 6, 6).

En Rm 12, les croyants ont maintenant un corps assez beau et saint pour pouvoir l’offrir en sacrifice saint et agréable à Dieu, cette métamorphose n'a pas pu se produire sans la transformation sémantique qu’a subie le terme corps tout au long de la lettre. Les croyants, sont transformés par les miséricordes de Dieu (Rm 12, 1) et forment tous ensemble un seul corps en Christ Rm 12, 4.5 :

 "En effet, tout comme il y a une multitude de parties dans notre corps, qui est un seul, et que toutes les parties de ce corps n'ont pas la même fonction, ainsi, nous, la multitude, nous sommes un seul corps dans le Christ et nous faisons tous partie les uns des autres."

Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mar 8 Jan 2019 - 15:24

C'est très bien vu. On peut toutefois noter que ladite "transformation" ne se laisse pas facilement situer en un point précis (du récit mythique ou de l'expérience rituelle ou spirituelle) qui séparerait une fois pour toutes un "avant" d'un "après". En un sens, tout a "lieu" dans l'événement-Christ lui-même (mort-résurrection), et/ou dans le sacrement (mystère, initiation: le baptême, chap. 6) par lequel chacun y participe; pourtant c'est encore un objet d'exhortation (éthique, parénétique, chap. 12: quelque chose à faire) et même d'attente eschatologique (8,23: quelque chose à espérer). Il y a en outre une certaine tension entre le langage (classique de la parénèse judéo-hellénistique) du "corps-sacrifice vivant" (chap. 12) et celui de la nécessaire "mort" du corps (8,10ss), qui là encore ne se laissent pas ordonner en séquence chronologique (avant/après), puisque les deux choses formellement contradictoires sont simultanément requises du croyant (présumé baptisé et pas encore mort). En somme, la "transformation" même suppose un jeu sémantique capable non seulement d'opérer une transformation supposée réelle (transformation sur le mode "magique"), mais de se déjouer pour se rejouer, se répéter, se reprendre et se représenter à plusieurs niveaux (sur un mode plutôt "théâtral", si l'on veut).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mar 8 Jan 2019 - 16:21

Citation :
L'explication contextuelle ne me paraît pas franchement mauvaise, quoique un peu raide et simplificatrice; par exemple, elle passe sous silence un élément important du texte, l'adéquation de "l'homme intérieur" (ho esô anthrôpos) et de l'"esprit"-intellect (noûs, et non pneuma) au "bien" ou "bon" (agathon) de la loi, v. 22s -- qui rejoint en partie le thème de la "conscience" ou du "cœur" au chapitre 2. Autrement dit, il y a du "bon" dans l'homme comme il y en a dans la loi, et ils se reconnaissent -- ce qui complique singulièrement la doctrine du "péché originel", y compris dans sa version jéhoviste...

Pour Paul le "cœur" (l'"esprit"-intellect)  se situe au au plus intime du croyant. il est le siège ou le centre de la volonté et du désir conscient puisque c’est là que réside et agit, l’Esprit-saint :

"Il nous a aussi marqués de son sceau, et il a déposé dans notre cœur les arrhes de l'Esprit." 2 Cor 1,22 

"Et parce que vous êtes des fils, Dieu a envoyé dans notre cœur l'Esprit de son Fils, qui crie : « Abba ! Père ! » Gal 4,6 

Il est étonnant que Paul assimile le cœur à l'intellect et à la conscience, en effet le cœur est souvent associé aux émotions et aux sentiments.  


Comment comprendre la formule "renouvellement de votre intelligence" ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mar 8 Jan 2019 - 17:57

Sur le "cœur", revoir ici (c'est surtout en français qu'il est affectif et sentimental).

Le rapport entre ce que j'appelle "esprit"-intellect (noûs, mens, mind, etc.; qui correspond pour partie au "cœur" hébreu, lb[b]) et l'"esprit"-souffle (rwh, pneuma, spiritus, spirit, etc.) peut paraître encore plus compliqué: le français ordinaire tend à les confondre, le lecteur francophone de la Bible tend, par compensation, à les opposer ("l'esprit" dans la Bible, ce n'est justement pas l'intellect !), et voilà que chez Paul nous trouvons une étrange affinité entre l'un et l'autre: non seulement parce que dans le mystère chrétien l'esprit-souffle de Dieu agirait "surnaturellement" et prioritairement sur l'esprit-intellect humain (perspective de Romains 6 ou 8, si l'on veut), mais parce que même hors de ce mystère (à supposer qu'il supporte un dehors) l'esprit-intellect humain se trouverait "naturellement" accordé au "bien" de la loi, avant même toute intervention "surnaturelle" de l'esprit-souffle (perspective de Romains 2 ou 7). Bref: ce n'est pas la même chose mais ça a tout de même un rapport privilégié.

Ce que décrit Romains 12,2 par la formule "renouvellement de l'intelligence (noûs)", ce serait précisément l'action de l'esprit-souffle (pneuma de Dieu / du Christ -- le Saint-Esprit, comme on dit) sur l'esprit-intellect. Qui ne serait pas en l'occurrence une "nouvelle naissance" ou une "nouvelle création" ex nihilo mais une transformation de l'existant (renouvellement; cf. 6,4 "nouveauté de vie"; 7,6 "nouveauté de l'esprit"; et le développement ultérieur de ce thème en "homme nouveau" dans les deutéro-pauliniennes, Colossiens 3,10ss // Ephésiens 2,14s; 4,23ss).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mer 9 Jan 2019 - 9:26

Citation :
Ce que décrit Romains 12,2 par la formule "renouvellement de l'intelligence (noûs)", ce serait précisément l'action de l'esprit-souffle (pneuma de Dieu / du Christ -- le Saint-Esprit, comme on dit) sur l'esprit-intellect. Qui ne serait pas en l'occurrence une "nouvelle naissance" ou une "nouvelle création" ex nihilo mais une transformation de l'existant (renouvellement; cf. 6,4 "nouveauté de vie"; 7,6 "nouveauté de l'esprit"; et le développement ultérieur de ce thème en "homme nouveau" dans les deutéro-pauliniennes, Colossiens 3,10ss // Ephésiens 2,14s; 4,23ss).

Pour Paul,  l'homme est "un être de chair, vendu au péché" (7,14), ainsi la condition de "chair" prédispose l'homme (depuis l'origine) à être attiré par le mal et à être dans l'incapacité à suivre et à accomplir la loi de Dieu. La chair est la tendance à l’injustice et au péché.

Doit-on en conclure que cette étape a été voulu par Dieu et prévu dans son "plan", puisque c'est lui qui a formé l'homme en être de "chair" (Rm 9 "des objets de colère formés pour la perdition") ? 

L'homme est pensé avant tout, par Paul comme "un être de chair" qui peut et qui doit se régénérer :

"Ceux qui sont sous l'empire de la chair ne peuvent plaire à Dieu. Quant à vous, vous n'êtes pas sous l'empire de la chair, mais sous celui de l'Esprit, s'il est vrai que l'Esprit de Dieu habite en vous. Et si quelqu'un n'a pas l'Esprit du Christ, il ne lui appartient pas. Or si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l'Esprit est vie à cause de la justice. Et si l'Esprit de celui qui a réveillé Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a réveillé le Christ d'entre les morts fera aussi vivre vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous." Rm 8, 8 ss 

Le mérite du croyant, est-il d'être juste un bon récepteur ou hôte accueillant (il se laisse habité) ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mer 9 Jan 2019 - 11:11

"Mérite", c'est peut-être encore trop dire.

La stratégie de l'épître aux Romains consiste, dans un premier temps au moins (chap. 2--3), à humilier "l'homme" sous ses deux "espèces" cultu(r)elles paradigmatiques (Juif / Grec ou "païen"): à le réduire au silence (que toute bouche soit fermée) et à invalider l'ensemble de ses actes-œuvres (les mains et les pieds au même titre que la bouche). Il n'y a de "salut" que par la "justification" du pécheur, grâce au fond plutôt qu'acquittement. A la lettre, nul n'y est pour rien, la "foi" n'est surtout pas à prendre comme une "œuvre", elle est elle-même donnée, en vertu d'une élection gratuite.

Comment, sur une telle base "théorique", articuler la moindre exhortation "pratique" ? C'est le problème constant de l'auteur, et il faut bien reconnaître que chez lui le passage d'un registre à l'autre est toujours délicat, boiteux ou forcé. Toute la logique théorique de l'épître dissout le principe même de loi et de commandement et ne laisse donc strictement aucune place à un impératif. "Paul" le sait, il ne peut qu'écarter violemment (mè genoito, surtout pas, jamais de la vie, à Dieu ne plaise, etc.) les conséquences littéralement anarchiques de sa propre logique (tout est permis, Dieu n'a plus aucun titre ni critère à juger qui que ce soit, plus je pèche et plus la grâce abonde, etc.) et non les réfuter.

free a écrit:
Doit-on en conclure que cette étape a été voulu par Dieu et prévu dans son "plan", puisque c'est lui qui a formé l'homme en être de "chair" (Rm 9 "des objets de colère formés pour la perdition") ?

L'épître le dit en effet très clairement (jusqu'en 11,32, conclusion générale de la partie "théorique"); mais elle dit aussi des choses moins claires, par exemple en parlant de "celui -- Dieu, le même ou un autre ? -- qui a soumis la création à la vanité", au chapitre 8; il ne faut pas oublier que le paulinisme va aboutir au marcionisme qui comme d'autres gnosticismes séparera les "dieux" de la création et de la loi d'une part, de la rédemption d'autre part. Et que l'affinité de l'esprit-intellect (noûs), même antérieur à toute "révélation" spécifique, avec l'"esprit"-souffle (pneuma) de la régénération est aussi un trait typiquement "gnostique".
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mer 9 Jan 2019 - 14:14

" Ne mettez aucune partie de votre corps à la disposition du péché comme une arme pour l'injustice ; mais mettez-vous vous-mêmes au service de Dieu, comme des vivants revenus d'entre les morts, et mettez votre corps tout entier au service de Dieu, comme une arme pour la justice. Le péché, en effet, n'exercera pas sur vous sa maîtrise, car vous n'êtes pas sous la loi, mais sous la grâce." Rm 6, 13-16

Je parle de manière humaine à cause de la faiblesse de votre chair : de même, en effet, que vous avez mis votre corps tout entier, comme un esclave, à la disposition de l'impureté et du mal, pour aboutir au mal, ainsi maintenant mettez votre corps tout entier, comme un esclave, à la disposition de la justice, pour aboutir à une consécration." Rm 6,19

L'offrande de "votre corps tout entier" de Rm 6, semble amorcer un changement de comportement qui s'exprime en Rm 12 dans sa plénitude.

La NBS utilise le terme "corps" et la TOB le mot "membres", pourquoi cette différence ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Mer 9 Jan 2019 - 15:29

C'est un problème et un choix de traduction: la correspondance traditionnelle "membres" pour melè est décalée par rapport à l'usage ordinaire du français (les "membres", ce sont les bras et les jambes -- outre le sens sexuel particulier du "membre" -- ce ne sont pas les yeux et les oreilles qu'on appelle plutôt des "organes" -- sauf dans les bibles !). Donc, la traduction "parties (du corps)" est généralement plus juste, mais elle devient pénible là où la formule ne distingue pas les "parties" mais exprime au contraire leur totalité (toutes les parties du corps -> le corps tout entier).

Quoi qu'il en soit, l'usage paulinien de ce terme est en effet très important, puisqu'on le retrouve des deux côtés, pour ainsi dire, de la distinction "chair" (sarx) / "corps" (sôma): les "membres" sont aussi bien, comme la "chair", esclaves du "péché" et, comme le "corps", susceptibles d'être "convertis" au service de Dieu par l'esprit-souffle (pneuma).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 71
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Jeu 10 Jan 2019 - 14:21

Tu excuseras, Narkissos, ma question non impertinente mais certainement très basique :

comment les croyants du temps de l'écriture recevaient-ils (dans le sens de comprendre) le texte, car peu étaient en mesure de saisir les finesses que tu mets en valeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Jeu 10 Jan 2019 - 17:37

Tout dépend de quel genre de "finesses" tu parles !

Dans la mesure où "les croyants du temps de l'écriture" partageaient la langue de celle-ci (le grec, s'agissant du NT), la plupart des problèmes dont j'ai parlé ici n'étaient pas des problèmes pour eux: ils n'avaient pas à se demander si "esprit" signifiait "intellect" ou autre chose (souffle, d'où "puissance vitale / divine" etc.), puisqu'ils lisaient, ou plutôt entendaient, noûs OU pneuma (ce problème-là d'ailleurs est typiquement français, il ne se pose pas non plus en anglais où l'on dit spirit OU mind,, etc.). De même ils comprenaient melè quand ils lisaient melè, et ainsi de suite.

En dehors de ces questions linguistiques toutefois, pour ce qui est de comprendre la "logique" ou le "raisonnement" d'un texte, p. ex. d'une épître paulinienne puisque c'est de ça qu'on parle, ils n'étaient pas forcément beaucoup plus avancés que nous -- toutes les hésitations de l'histoire de l'exégèse en témoignent, et encore ne s'agit-il que de la frange la plus instruite des lecteurs.

Toute question de traduction mise à part, les textes bibliques sont d'une difficulté très inégale: il y a des pensées beaucoup plus complexes (construites, nuancées, alambiquées, retorses, etc.) que d'autres, plus ou moins bien pensées et écrites, plus ou moins bien conservées ou abîmées pour toutes sortes de raisons. Tout le monde peut lire "la Bible" en traduction et en retirer quelque chose, personne n'est obligé de le faire et encore moins de s'aventurer dans des complications exégétiques, qui requièrent forcément des connaissances spécialisées -- mais je ne vois pas au nom de quoi il faudrait que tout soit simple et clair -- en tout cas ça ne l'est pas !
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Ven 11 Jan 2019 - 10:25

Citation :
Ce que décrit Romains 12,2 par la formule "renouvellement de l'intelligence (noûs)", ce serait précisément l'action de l'esprit-souffle (pneuma de Dieu / du Christ -- le Saint-Esprit, comme on dit) sur l'esprit-intellect. Qui ne serait pas en l'occurrence une "nouvelle naissance" ou une "nouvelle création" ex nihilo mais une transformation de l'existant (renouvellement; cf. 6,4 "nouveauté de vie"; 7,6 "nouveauté de l'esprit"; et le développement ultérieur de ce thème en "homme nouveau" dans les deutéro-pauliniennes, Colossiens 3,10ss // Ephésiens 2,14s; 4,23ss).

"Par ce baptême de la mort, nous avons donc été ensevelis avec lui afin que, tout comme le Christ s'est réveillé d'entre les morts, par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions sous le régime nouveau de la vie." Rm 6,4

Cette transformation n'est-elle pas le prélude ou la première étape du processus qui mène le corps des croyants à devenir un corps spirituel (résurrection) selon 1 Cor 15 ? 
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Ven 11 Jan 2019 - 10:53

Prélude ou première étape d'un point de vue temporel, puisqu'il s'agit du baptême qui joue effectivement pour chaque adepte ce rôle d'"initiation" (introduction initiale au "mystère"); mais du point de vue du "sens", de l'interprétation (paulinienne en l'occurrence), il y a (quasi-)synonymie générale de tous les "signifiants": au fond "le baptême", "l'eucharistie", "l'évangile", "l'Eglise", "l'Esprit", "la mort-résurrection du Christ" ou "la parousie" et "la résurrection", cela signifie toujours la même chose, le même "mystère" sous différents aspects.

C'est cette "monotonie" sémantique ou herméneutique (dont on parlait il y a quelque temps à propos de Luther, mais qui est d'abord paulinienne, augustinienne, etc.) qui fait l'unité du "mystère", donc le "mystère", tout entier présent à chaque fois qu'on le "touche" même s'il se rapporte à un horizon universel, immémorial ou éternel. Chose très différente de la perspective eschatologique qui se situe toujours quelque part sur la ligne imaginaire et plate du temps, avec un "avant" et un "après" bien définis dans une histoire générale et particulière (entre "résurrection du Christ" et "parousie", entre mon "baptême" et ma "mort-résurrection" personnelle p. ex.).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Ven 11 Jan 2019 - 12:04

"Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile. Que faire alors ? Je prierai par l'Esprit, mais je prierai aussi de façon intelligible ; je chanterai par l'Esprit, mais je chanterai aussi de façon intelligible." 1 Cor 14,14 

"En effet, qui a connu la pensée du Seigneur, pour l'instruire ? Or nous, nous avons la pensée du Christ. " 1 Cor 2,16


1 Cor 14,14-15 ; établit bien une distinction entre  l’intellect et l'esprit et souligne bien l'idée que le souffle ou Esprit de Dieu peut agir sur l’"esprit" d'un croyant, de telle façon,  qu’il puisse acquérir "l’intelligence" ou "la pensée" du Christ ou de Dieu.  

Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Ven 11 Jan 2019 - 13:39

Excellent exemple, au moins pour montrer combien la traduction de "l'esprit" est enquiquinante en français: en 1 Corinthiens 14,14s pneuma et noûs sont carrément opposés (un "esprit" court-circuite l'autre, l'inspiration charismatique neutralise l'intelligence ordinaire et inversement) -- nous avons vu que ce n'est pas toujours le cas, au contraire en Romains il y a une affinité entre les deux (encore faut-il les distinguer pour la percevoir). D'où la nécessité de recourir à des quasi-synonymes (intelligence, pensée etc.) là où "esprit" serait plus naturel, mais est en quelque sorte réservé à l'usage spécifique de pneuma (esprit-souffle-vent, force vitale, divine, etc. qui n'a a priori aucun rapport avec l'esprit-intellect). Comme je le disais à lct, c'est le cas typique d'un problème de traduction propre à la "langue d'arrivée" (le français): sur ce point précis il n'y a pas l'ombre d'un problème pour un auditeur grec ou hellénophone, même analphabète.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Ven 11 Jan 2019 - 14:01

Merci Narkissos pour ces précisions.

"Par la grâce qui m'a été accordée, je dis à chacun d'entre vous de ne pas entretenir de prétentions excessives, mais de tendre à vivre avec pondération, chacun selon la mesure de la foi que Dieu lui a donnée en partage. En effet, tout comme il y a une multitude de parties dans notre corps, qui est un seul, et que toutes les parties de ce corps n'ont pas la même fonction, ainsi, nous, la multitude, nous sommes un seul corps dans le Christ et nous faisons tous partie les uns des autres" Rm 12,3-5

Paul mène un raisonnement (théorique) très efficace et habile, à défaut d'être réaliste mais qui aboutit à un encouragement pratique, l'union au Christ et l'unité des croyants.  En Rm 7 ; le corps du croyant est morcelé et en tension entre le bien et le mal, en Rm 12 ; le corps est uni, ce qui permet l’offrande totale du corps, formés de tous ses membres. A partir cette image, Paul assimile les croyants à un corps qui ne connait plus le démembrement et les tensions, les croyants forment maintenant une communauté et ils deviennent alors membres du corps du Christ.

Le texte précise que le croyant doit être pondéré chacun selon la mesure de la foi que Dieu lui a donnée en partage. Cela n'a pas un lien direct avec notre sujet, mais il intéressant de noter que même si les croyants deviennent un seul corps, ils ne reçoivent pas la même mesure de foi. . Cette foi ex­clut tout mé­rite propre.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Ven 11 Jan 2019 - 15:01

Noter au passage la gymnastique de la traduction de melè jouant avec sôma: mot-à-mot, nous sommes un seul corps (sôma) en Christ et membres/organes/parties-du-corps (melè) selon (le rapport) les-uns-aux-autres.

La difficulté d'expression principale du "mystère", justement parce qu'il se veut "universel", c'est de se rapporter à autre chose que lui (un avant, un après, un dehors, un ailleurs, un "sans-lui"). C'est à la fois nécessaire pour dire son "efficacité" ou son "effectivité" (une "opération" effective, qui fait ou change quelque chose, ce qui suppose un avant et un après différents) et impossible parce qu'il tend à occuper tout l'espace et le temps disponibles, pensables ou imaginables (le tout, le monde-kosmos ou l'histoire-aiôn, le ciel et la terre, l'en-deçà = avant la fondation ou le jeter du monde et l'au-delà = Dieu tout en tous, le plérôme ou plénitude rassemblée, etc.).

Le cas de Romains 7,14ss est à cet égard symptomatique: pour illustrer l'en-deçà du mystère (la situation de l'homme "avant" ou "sans" la foi), "Paul" parle à la première personne, au passé ou au présent, mais d'un "je" littéralement inassignable; d'une phrase à l'autre, ce "je" pourrait être Adam, l'homme générique d'avant ou d'après la "loi" mais d'avant la "foi" ou sans celle-ci, l'enfant et l'adulte, "Paul" lui-même avant sa "conversion" ou même après mais de quelque autre manière livré à lui-même ou à la loi, "sans" l'"esprit"-pneuma qu'il réserve pour la suite (chap. 8 ). Ce "je" qui était innocent et qui est devenu irrémédiablement coupable, qui veut et ne peut pas, misérable et sans issue, ce peut être tout le monde ou n'importe qui supposé "hors" du mystère -- lequel se révèle pourtant, quand il se révèle, universel et éternel, donc en principe sans dehors, ni avant ni après. On peut penser à saint Augustin: si Dieu est partout, tout le temps, le mystère, ou plutôt l'énigme insoluble, c'est désormais son absence, ou notre absence à lui. Enigme qui est aussi une illusion si le mystère dit vrai, mais illusion nécessaire pour qu'il se dise. On pourrait dire aussi, avec le langage simili-juridique de la philosophie classique, que la théologie et l'expérience (psychologique, etc.) ne se rencontrent jamais "en droit", même si elles se rencontrent "en fait" -- dans la foi, la conversion et la confession du "mystère" précisément.

Comme tu le soulignes, la "foi" est donnée, jusque dans sa "mesure" (petite ou grande, charismatique, miraculeuse ou ordinaire). L'épître aux Ephésiens (2,8 ) le dira encore plus nettement, mais c'est de toute façon indispensable à une logique (ou paralogique) de la "grâce" (sans quoi la foi redevient une "œuvre", un "mérite", une "condition" à remplir, ou une "loi").
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 71
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Sam 12 Jan 2019 - 20:46

A nouveau une grande semaine d'échanges riches et intéressants non seulement pour vous Narkissos, Free, mais également pour tous ceux qui vous lisent avec plaisir. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Dim 13 Jan 2019 - 14:22

Merci lct.

On peut ajouter un mot sur le mot et le concept de "re-nouvellement" (le substantif ana-kainôsis, ici et en Tite 3,5 référé au baptême, le verbe ana-kainoô déjà en 2 Corinthiens 4,16 et encore en Colossiens 3,10, pour "l'homme intérieur" et "l'homme nouveau" respectivement). C'est une variation sur le thème de la nouveauté, cher au christianisme en général (et qui l'unit, fût-ce superficiellement, malgré la grande diversité de ses interprétations: nouvelle naissance, nouvelle alliance, nouveau testament, homme nouveau, etc.), mais une variation remarquable parce qu'elle inscrit, paradoxalement, le "nouveau" dans la durée. Le nouveau, par définition, ne le reste pas, à moins qu'il ne se "renouvelle" -- auquel cas c'est tout aussi bien l'ancien qui se renouvelle...

Comme dans la "trans-formation" (trans-figuration, méta-morphose, changement, mouvement, devenir), et aussi dans la "révélation" (dévoilement, manifestation, apparition, etc.), il y va d'un jeu perpétuel de "même" et d'"autre" (d'être, d'essence, d'identité, de répétition ET de différence) où on ne peut jamais mettre le doigt sur un "même" ni sur un "autre". En revanche, ce ne sont pas les illustrations qui manquent, naturelles (le jour et la nuit, les saisons et les années, la source et le fleuve, les générations, la "vie") ou géométriques (cercle, ellipse, spirale, hélicoïdale, fractale, etc.).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Lun 14 Jan 2019 - 8:30

"(...) voilà quel sera pour vous le culte conforme à la Parole." Rm 12,1 (NBS)

" (...) : ce sera là votre culte spirituel " (TOB)

Le terme logikos est traduit de différentes façon, d'après mes recherches il fait allusion à la parole et concerne le raisonnement.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Lun 14 Jan 2019 - 11:11

Autre problème de traduction fameux: pour un héllénophone, le renvoi de logikos à logos est transparent, et l'adjectif participe de toute la souplesse d'usage du nom, qui va de l'extrême banalité (n'importe quelle parole, mot, énoncé, discours) à la spécialisation philosophique (le logos, la raison unique et commune à tous, maître de l'univers au moins pour le stoïcisme). Mais pour un lecteur français, surtout familier de la Bible, toutes les solutions sont insatisfaisantes: "spirituel" fait penser à l'esprit-souffle, pneuma; "la Parole", avec majuscule, évoque à tort l'usage "christologique" (selon la lecture ordinaire) du Prologue de Jean -- dans Romains il faudrait plutôt penser à la parole de l'évangile qui, écoutée, suscite la foi, p. ex. chap. 10; et plus largement au topos juif du "sacrifice des lèvres" ou du "sacrifice de louange" opposés au sacrifice au sens propre (ici comme sacrifice vivant); quant au sens éminemment positif de la "raison", il disparaît dans la platitude du "raisonnable".

Ce qu'il faudrait entendre derrière tout ce passage (et une bonne partie du NT), c'est le pathos de toute l'Antiquité tardive, et particulièrement hellénistique, qui réagit contre les formes anciennes, traditionnelles, rituelles, et tout spécialement sacrificielles de sa "religion". Et qui, imbibée de philosophie populaire plus ou moins bien comprise, voudrait bien en garder quelque chose, précisément sous la forme d'un culte logikos, "spirituel" ou "raisonnable" au sens de "conforme à la raison" (sinon "dans les limites de la simple raison", comme dira Kant). Au fond c'est à cette "demande" d'une religion-philosophie ou d'une religion-pensée que le christianisme paulinien, parmi beaucoup d'autres candidats, entend répondre. Philon, Josèphe, l'auteur de 4 Maccabées et tant d'autres présentaient aussi leur judaïsme comme une "philosophie".
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4904
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Lun 14 Jan 2019 - 13:47

Ils nous amènent, par la discursivisation du passage entier, à la conclusion que l'image du Christ, lui-même image parfaite de Dieu (2 Co 4,4; 3,18) porte sur le tout du moi humain corporel. Nous rejoignons 1 Co 6,13b : « le corps est pour le Seigneur et le Seigneur pour le corps ». Nous nous éloignons de l'univers des Pères de l'Eglise où la relation à Dieu se jouait à la fine pointe de l'âme, où tout l'effort de la vie humaine consistait à dégager l'image de Dieu enfouie au fond de cette âme envahie par le péché. https://www.erudit.org/fr/revues/theologi/1997-v5-n2-theologi1871/024948ar.pdf
Revenir en haut Aller en bas
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 71
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Lun 14 Jan 2019 - 14:44

Commentaire biblique du verset 1
Deuxième partie
Exhortations à ceux qui sont sauvés par la grâce de Dieu 12.1 à 15.13
Règles de conduite générales chapitres 12 et 13
1 à 2 Le principe de la morale chrétienne.
L’apôtre présente son exhortation comme la conclusion (donc) de toute la première partie de l’épître, où il a développé les compassions de Dieu pour l’humanité pécheresse et perdue. Il fonde cette exhortation plus spécialement sur ce qu’il vient de dire de la miséricorde divine qui accueille également Juifs et gentils, (Romains 11.30-32) sur cet amour de Dieu, dont il a célébré l’infinie profondeur (Romains 11.33-36).
À cet amour dont Dieu les aime, les chrétiens de Rome doivent répondre en se donnant à Dieu. Pour rendre son invitation plus pressante, l’apôtre les interpelle : frères. C’est là le principe de la morale chrétienne : « Nous l’aimons parce qu’il nous a aimés le premier » (1 Jean 4.7-11).
Les compassions de Dieu, dont l’apôtre a montré toute la richesse, sont le motif qui poussera ses lecteurs à mener une vie sainte et conforme à la volonté de Dieu. Ils prouveront la réalité de leur foi par leurs œuvres. Dans la plupart de ses épîtres l’apôtre fait ainsi suivre d’exhortations pratiques l’exposé de la grâce de Dieu qui nous sauve en Jésus-Christ. Que l’arbre plonge ses racines dans un sol fertile, c’est l’essentiel ; mais, pour atteindre sa destination, il doit en outre pousser des branches, se couvrir de feuilles, de fleurs, et porter des fruits.
D’autre part, Paul espère que les admirables tableaux qu’il trace d’une vie toute consacrée à Dieu exciteront en ses lecteurs le saint et ardent désir de réaliser une telle vie, d’autant plus que, par la foi, elle n’est plus un idéal inaccessible, mais la vocation que tout enfant de Dieu peut et doit remplir.

Avant de présenter à ses lecteurs certains devoirs spéciaux concernant leur conduite dans l’Église et dans le monde, l’apôtre leur adresse une exhortation générale à se consacrer à Dieu, qui s’applique à toute la vie du chrétien (versets 1, 2). Je vous exhorte à offrir vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu.
Le verbe offrir, mettre à la disposition, se lisait déjà Romains 6.13 ; Romains 6.16 ; Romains 6.19. Il est habituellement employé dans les Septante pour désigner la présentation des victimes et offrandes du culte lévitique ; on le trouve de même Luc 2.22.
Le corps est nommé spécialement comme l’objet à offrir à Dieu. Ce terme ne signifie pas l’être entier, car Paul aurait dit : « Je vous exhorte à vous offrir vous-mêmes ». On pourrait, il est vrai, traduire le terme grec : vos corps par : « vos personnes ». Mais comme, au verset 2, Paul parle du « renouvellement de l’entendement », il semble bien que, dans cette première exhortation, il ait en vue la partie matérielle de notre être. Le corps avec ses membres divers, est l’organe de toute l’activité de l’¬homme. Le chrétien doit le consacrer à Dieu, comme témoignage de sa reconnaissance (Romains 6.12 ; Romains 6.13, notes).
Le sacrifice auquel l’apôtre exhorte le chrétien peut être comparé aux sacrifices « d’action de grâces, d’oblation, de consécration » de l’Ancienne Alliance. C’est un tel sacrifice que nous devons offrir à Dieu pour répondre à sa miséricorde en Jésus-Christ. Dieu a réellement couvert et ôté notre péché en nous don¬nant Celui qu’il a « établi comme moyen de propitiation » (Romains 3.25 ; Romains 3.26). Nous devons nous offrir à lui en retour.
Ce sacrifice est qualifié de vivant, soit par contraste avec les sacrifices de l’Ancienne Alliance, où la victime devait être immolée, soit pour marquer qu’il consiste en une activité au service de Dieu (Romains 6.13) ; il est saint en tant que cette activité n’est plus au service du péché, mais consacrée à Dieu ; et comme il est agréable à Dieu, il est une « oblation d’agréable odeur. » (Philippiens 4.18 ; Exode 29.18 ; Lévitique 1.9 ; Lévitique 1.17).
Cette offrande spirituelle de votre activité à Dieu, dit Paul à ses lecteurs, constituera votre culte raisonnable. Il appelle ce culte raisonnable, parce que ce culte est conforme à ce que, suivant une estimation rationnelle, et par une conclusion logique, les chrétiens doivent à Dieu qui les a aimés et sauvés.
Quelques interprètes donnent simplement à ce terme le sens de « spirituel » qu’il a dans 1 Pierre 2.2. Ils méconnaissent la portée de l’expression : votre culte raisonnable, (grec) le culte rationnel de vous, d’êtres qui sont comme vous sauvés par grâce.

https://www.levangile.com/Bible-Annotee-Ezechiel-18-Note-2.htm
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6485
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   Lun 14 Jan 2019 - 18:04

Dans l'article cité et référencé par free, le présupposé initial qu'il y aurait une "anthropologie" (ou théologie, etc.) biblique, exclusive ou dominante -- si nuancée ou contredite qu'elle soit par la suite -- détermine, surplombe et grève tout le discours. Certes, on trouve dans "la Bible" des perspectives anthropo-théologiques qui ne cadrent pas avec celles de la théologie chrétienne ultérieure, mais il y en a aussi qui s'en rapprochent (non seulement à l'époque hellénistique et romaine, mais depuis des textes relativement anciens de l'AT). Et surtout elles ne sont pas réductibles à un "modèle" unique auquel on pourrait rapporter des "déviations" secondaires.

En ce qui concerne le "premier paulinisme" (Corinthiens-Romains), j'insiste à nouveau sur cette affinité de l'esprit-intellect (noûs) avec l'esprit-souffle (pneuma), trait "gnostique" au sens large qui va plutôt se perdre par la suite -- jusqu'à la caricature calviniste de la dépravation totale, y compris "intellectuelle", de l'homme. Ce qui reconduit à l'"aporie de la révélation" que nous avons maintes fois évoquée: si l'homme est intégralement déchu, si sa pensée même (son "cœur", sa "conscience", etc.) est pervertie dès l'origine, comment pourrait-il seulement reconnaître une révélation, une vérité, un salut ou un sauveur ? "Paul" dans une certaine mesure échappe à cette forme d'aporie en considérant qu'il reste bien dans l'intellect (noûs) humain une "connaissance de Dieu" qui reconnaît sa "bonté" et sa "justice", même dans la loi (Romains 1--2; 7) -- et que cet intellect précisément est susceptible d'être "renouvelé" (12, anakainôsis tou noos, renouvellement de l'esprit-intellect).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence   

Revenir en haut Aller en bas
 
corps unifié, métamorphose et renouvellement de l'intelligence
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Renouvellement du souffle (énergie vitale)
» Métamorphose au cinéma ?
» Pendant ma méditation, mon corps devient lourd et j'ai l'impression que je vais m'évanouir.
» 7 demeures de thérèse d'avila, esprit, coeur, corps
» Le corps est vibration d'énergies (résultat de recherche scientifique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION :: BIBLE: NOUVEAU TESTAMENT :: EPÎTRES-
Sauter vers: