Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Obéissance ou soumission

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Obéissance ou soumission   Mer 21 Jan 2009 - 12:33

Bonjour,

j'ai reçu ce matin le courriel suivant:

OBEISSANCE OU SOUMISSION ?
Extrait de “Autobiographie d’un épouvantail“ de Boris Cyrulnik

1) L’obéissance panurgique :
« Je t’obéis pour rester près de toi, parce que ton affection me donne confiance en moi » pourrait dire l’enfant sécure.
L’obéissance panurgique, possède un immense pouvoir tranquillisant, que l’on peut aujourd’hui photographier en neuro-imagerie. L’expérimentation est la suivante :
Un groupe de compères entoure un cobaye dont on observe le cerveau en résonance magnétique. Le chef de groupe donne la consigne de recopier scrupuleusement un texte. Tous les participants s’y appliquent, et les neurones, miroirs du cerveau du cobaye le préparent à faire comme les autres. Lorsque soudain les compères se mettent à mal recopier, et à commettre des fautes évidentes en faisant semblant de s’en moquer. Le cobaye se trouve alors devant un choix difficile : il peut soit se désolidariser du groupe, afin de mieux appliquer la consigne, ou renoncer à recopier correctement afin de rester solidaire.
Dans cette expérimentation, l’angoisse est provoquée par la contrainte à désobéir.
- Quel bien être nous apporte le conformisme ?
- Quel paradoxal sentiment de force ressentons-nous quand notre obéissance renforce le pouvoir du chef qui nous représente ?
- Quel sentiment de supériorité intellectuelle gagnons-nous à réciter la théorie du Maître dont les slogans répétés à l’unisson excluent le dissident qui ose penser autrement ?
Notre culture exerce nos enfants à l’obéissance volontaire grâce à l’école, qui non seulement contraint les corps à l’immobilisme, mais oblige les esprits à la récitation des théories qui permettront de réussir aux examens.
La libération est douloureuse quand un fait ou une idée nous obligent à nous désolidariser de ceux que nous avons côtoyés : Galilée, Luther, Darwin, Spinoza ou Freud en quittant les autoroutes de la pensée, ont été agressés par ceux qu’ils aimaient à l’époque où ils récitaient avec eux la même doxa.
Le panurgisme intellectuel donne des diplômes, crée des groupes amicaux, des cercles intellectuels ou des sectes en faisant croire que la récitation commune tient lieu de vérité.
Ces énormes bénéfices affectifs et socioculturels expliquent en grande partie les mouvements d’idées qui comme une épidémie psychique, entraînent les participants dans l’illusion du bonheur, de l’amitié, et de la réussite sociale. Difficile de ne pas se laisser emporter par tant de bienfaits, difficile de quitter ceux qu’on aime quand on découvre un fait qui nous désolidarise, difficile de se retrouver dans une situation pauvre en communication, qui nous entraîne vers la dépression par perte affective et isolement sensoriel.
Le prix de la liberté est exorbitant dans un contexte où l’enthousiasme collectif exalte le bonheur que donne l’obéissance. Dans la grégarité intellectuelle, chacun sert de base de sécurité à l’autre, chaque idée de l’un conforte l’idée de l’autre, puisque nous répétons tous ensemble les sentences prononcées par les génies que nous admirons. Mais ce délicieux sentiment d’appartenance se transforme bien vite en esprit de clan ou le totem qui nous représente nous coupe des autres quand nous ne prenons pas soin d’entretenir l’empathie qui nous met à leur place. Une nécessaire et délicieuse enveloppe communautaire vient de se transformer en secte, en situation psychosociale perverse ou la souffrance et la mort des autres nous indiffèrent. « Nous ne pouvons pas nous mettre à la place de tout le monde, seule notre culture compte » L’obéissance nécessaire vient de se métamorphoser en bonheur de se soumettre, en culture perverse.



2) L’obéissance perverse :
« Je veux une jeunesse athlétique qui n’aurait pas reçu la moindre éducation intellectuelle, si ce n’est l’apprentissage à l’obéissance », disait hitler. A quoi la belle jeunesse répondait d’une seule voix : « Commande Führer, nous te suivrons. Tout le monde te dit “oui.“ Quand l’obéissance, vertu sublime, rassemble les suiveurs dans une extase amoureuse, l’identité de la foule donne un tel sentiment de puissance et d’euphorie que le crime de masse peut se réaliser avec une joyeuse férocité. Les moutons de Panurge après un magnifique défilé, une splendide bagarre, rentrent chez eux, l’âme enchantée. Ils font durer le plaisir en se transformant en perroquets de Panurge qui récitent les mêmes fables.
C’est de leur plein gré que les perroquets tueurs ont couru se soumettre aux récits initiateurs. La conformité leur a donné tant de bonheur, apporté tant de bénéfices, d’amitié, de gaieté, d’ascension sociale et d’estime de soi qu’il leur était difficile de s’en priver. Sans compter que celui qui s’isole des féroces jacasseries de la volière s’expose à l’agression de ses propres compagnons. En refusant de participer à la récitation du groupe, le perroquet désobéissant prend la place du bouc émissaire ! “Il refuse de crier comme nous, il altère notre extase, il nous ferait douter, à mort le briseur de charme ! “ caquette le chœur des perroquets diplômés.


3) La servitude volontaire :
Quel bonheur de se soumettre aux délires que nous inventons ! Nous nous sentons intelligents, nous échappons aux “lois de la nature“, nous dominons le monde des choses, nous transcendons ! Le simple fait de réciter tous ensemble le même credo fait naître en nous un sentiment de force, de proximité affective, voire d’intimité puisque nous récitons en même temps les mêmes mots d’une théorie vertueuse : nous nous aimons les uns les autre ! Quel bonheur nous apporte l’obéissance ! Quelle puissance nous donne la soumission ! De plus, la servitude volontaire construit une “morale politique… la sourde connivence de ces classes de bourdons qui sert les tyrans à accoutumer le peuple, non seulement à l’obéissance et la servitude, mais encore à la dévotion“ (La Boétie : discours de la servitude volontaire)

Pour accéder à la transcendance des récits, nous devons obéir aux règles linguistiques qui nous permettent de parler ensemble, mais en plus, nous devons nous soumettre à leur “morale politique“, au projet du peuple, sous peine d’en être exclus. Obéir pour grandir, se soumettre pour s’épanouir, voila ce qui explique l’étrange panurgisme de ces hommes équilibrés qui, par passion du tyran, récitent les préjugés du groupe, et se transforme en tueurs de masse. Un tel asservissement à un récit délirant permet aux individus d’un groupe de s’épanouir au nom d’une morale perverse et “fait de lui (le tyran) un véritable ‘mange peuple’. Nous tenons là le principe secret des univers concentrationnaires… (La Boétie : discours de la servitude volontaire).

4) Effet tranquillisant du panurgisme verbal :
Il est difficile de ne pas se soumettre à cette tendance à réciter des slogans dont on ne saisit pas le sens, parce que le panurgisme verbal tisse un lien entre ceux qui admirent le même chef. Refuser de répéter les phrases brèves qui nous lient revient à s’isoler du groupe que l’on aime. Cette affectivité donne sa force à la pression de conformité. La soumission intellectuelle apporte tous les bénéfices d’une religion, qu’elle soit sacrée ou profane. On se sent bien entre soi, on transcende et on moralise tous nos comportements… même les plus pervers. Les suiveurs se taisent, voilà tout, ils ne mettent pas en danger la récitation des perroquets triomphants, ils ne les empêchent pas de chanter en chœur.

Avec mes fraternelles salutations.
Jean-Pierre

histoire.bible.religion@orange.fr;
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5127
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Obéissance ou soumission   Mer 21 Jan 2009 - 15:09

Je constate que je ne suis pas le seul destinataire de ces mails anonymes, dont j'ai déjà parlé précédemment sur un autre fil...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Obéissance ou soumission   Ven 23 Jan 2009 - 12:56

Au delà de l'aspect "lettre anonyme" -jamais très agréable- il est pas mal ce texte. Mais il y un vrai reproche que je pourrais lui faire, c'est qu'il parle de tout le monde, et donc ne dénonce ou démontre rien.
Les TdJ (c'est pas que je veuille tout ramener aux TdJ, mais leur cas est très significatif dans cet exemple) peuvent tout à fait le lire en se disant qu'il s'applique à la perfection aux "gensdumonde", et les ex-TdJ y reconnaitront immédiatement leurs ex-coreligionnaires! Rolling Eyes

Bref il parle de nos mécanismes à nous tous, et semble les présenter comme une véritable faiblesse d'esprit; alors que le fameux "instinct grégaire", si communément décrié, semble bien être AUSSI une des véritables forces de l'humain!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Obéissance ou soumission   

Revenir en haut Aller en bas
 
Obéissance ou soumission
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vidéo] R.V. Joule : La Soumission librement consentie
» humilité et soumission
» Religion, autorité et soumission
» Magiciens de Pharaon et soumission à Allah
» Posture de soumission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION ET SCIENCE-
Sauter vers: