Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jésus-Christ et les religions non-chrétienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Anagnoste



Masculin Nombre de messages : 368
Age : 60
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 12:58

Cher free,

personnellement, j'interprète cette expression, "tous les hommes", comme ceci : il s'agit de tous les hommes.

Comment cela ?

Mon Fiodor Dostoïevski chéri rapporte une vieille histoire russe. Voici (c'est dans les Frères Karamazov, dernier livre de Dostoïevski, 1880, qu'il considérait comme son chef d'oeuvre ; troisième partie, livre septième, chapitre trois intitulé "l'oignon" ; c'est Grouchenka qui parle ; traduction de Marc Chapiro).

"Il ne s'agit que d'une légende, d'une très belle histoire et elle me fut contée jadis, durant mon enfance, par Matrène, qui me sert de cuisinière aujourd'hui. Voici : il y avait une fois une vieille femme très méchante, et elle mourut. Elle ne possédait pas une seule vertu qui pût plaider pour elle, aussi les diables la saisirent-ils, et ils la précipitèrent dans un lac de feu. Son ange gardien se mit alors à réfléchir : "Comment faire pour la sauver ? Ne pourrais-je pas lui découvrir quelque vertu pour la signaler à Dieu ?" Il se souvint d'un détail dans la vie de cette femme et dit au Seigneur : "Elle a arraché un jour un oignon de son potager pour l'offrir à une mendiante". Dieu répondit à l'ange gardien : "Prends cet oignon et tends-le à cette femme dans le lac. Qu'elle le saisisse, et tu la tireras des flammes. Si tu parviens à l'en sortir, elle ira au Paradis, mais si l'oignon se rompt, elle restera où elle est." L'Ange courut vers la femme et lui tendit l'oignon : "Tiens-toi à l'oignon, lui dit-il, et je te sortirai de là." Il tira de toutes ses forces et l'avait déjà presque sortie du lac, lorsque les autres pécheurs s'aperçurent qu'on était en train de la sauver. Ils s'agrippèrent tous à cette femme afin de sortir du lac avec elle. Mais la vieille était très méchante, et elle les repoussa à coups de pieds, criant : "C'est moi qu'on vient sauver, et pas vous. C'est mon oignon et non le vôtre." A peine eut-elle prononcé ces mots que l'oignon se rompit, et la femme retomba dans le lac. Elle y brûle encore aujourd'hui. Quant à l'ange, il s'éloigna en pleurant."

Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 13:16

Citation :
Pourquoi l'interpréter?
Mais si tu en veux un commentaire ultérieur (car le chapitre 12 est déjà une "conclusion") relis le chapitre 17...

Dans le chapitre 17 je perçois une vision universaliste du salut et ouvert à TOUS les humains avec des expressions comme "selon le pouvoir que tu lui as donné sur toute chair" (v 2), "J'ai manifesté ton nom aux hommes" (v 6) et "que le monde reconnaisse que tu m'as envoyé" (v 23).

Le v 3 ("Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul véritable Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ") semble plus restrictif, mettant un CONDITION à la vie eternelle....mais peut-être que ma vision est faussée par mon passé TdJ et que la seule presence du Fils est source de connaissance (et non pas une étude biblique domicile), le v 8 souligne ce point puisque aprés avoir dit "J'ai manifesté ton nom aux hommes", Jésus dit "ils ont vraiment reconnu que je suis sorti d'auprès de toi". ? Rolling Eyes Shocked

D'un autres côté, je constate que Jésus établi un contratse entre les élus et les hommes, v 9 ("je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m'as donnés"), voir avec une connotation péjorative et négatif "du monde" selon le v 14 ("le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde").

Dans le même temps, l'évangéliste semble indiquer que les élus, tout comme le fils puisse être un moyen pour que "le monde reconnaisse que tu m'as envoyé" (v 23).

Je n'oublie pas Jean 3,16 et 17 " Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle."
"Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui."

Sommes-nous devant une notion de salut unuiversel, sans considération d'appartenance religieuse ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 14:04

Comme je l'ai déjà dit un nombre incalculable de fois, dans le quatrième évangile le "monde" (kosmos) est à la fois, au présent, en opposition radicale à "Dieu", et, au futur indéfini, l'horizon universel du salut. Il faut rester dans cette tension pour comprendre ce qui s'y joue (la révélation du mystère). Si je résous cette tension en un universalisme ou un panthéisme statique (le monde EST "sauvé" ou "divin"), ou en un dualisme également statique (le monde EST et SERA TOUJOURS ennemi de Dieu), ou (pire!) par artifice de cloisonnement polysémique (le mot "monde" signifie tantôt ceci, tantôt cela, et il n'y a aucun rapport entre l'un et l'autre), il n'y a plus d'enjeu, il n'y a plus de mystère, il n'y a plus d'"histoire" au sens narratif (pas même "mythique"), il n'y a plus de révélation, il n'y a plus d'évangile.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 16:13

Citation :
Comme je l'ai déjà dit un nombre incalculable de fois, dans le quatrième évangile le "monde" (kosmos) est à la fois, au présent, en opposition radicale à "Dieu", et, au futur indéfini, l'horizon universel du salut.

C'est pas évident !

Concernant un Dieu qui accorde un salut universel, j'aime bien Mc 10,25-27 "Il est plus facile à un chameau de passer par le trou de l'aiguille qu'à un riche d'entrer dans le Royaume de Dieu ! "
"Ils restèrent interdits à l'excès et se disaient les uns aux autres : " Et qui peut être sauvé ?"
"Fixant sur eux son regard, Jésus dit : " Pour les hommes, impossible, mais non pour Dieu : car tout est possible pour Dieu."

Ler salut des humains independamment de leur appartenance à une religion, courant de pensée ou au fait d'être disciple de Jésus, depend de la volonté de Dieu et seulement de sa volonté qui n'est pas restrictive et enfermée dans des règles rigides.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 17:32

Citation :
C'est pas évident !
C'est quand même en gros, je crois, l'idée qui se dessine d'elle-même (j'insiste là-dessus) quand on lit le plus simplement du monde (!) l'évangile de Jean... je veux dire, quand on ne l'aborde PAS a priori comme un message "codé", avec l'idée préconçue que sous le même mot ("monde", en l'occurrence) il faudrait comprendre des choses tout à fait différentes à chaque fois.
Si tu trouves une façon plus simple de le dire, je suis preneur!

Comme on le disait ailleurs, c'est la combinaison de simplicités différentes -- dans une (grande) "oeuvre" comme un (grand) livre biblique et a fortiori dans un recueil comme le NT -- qui complique!

Une idée trop générale sans doute, mais qui peut quand même aider, c'est que plutôt que d'affirmer platement (et surtout statiquement) la totalité les évangiles aiment bien jouer à renverser les oppositions duelles (cf. les premiers seront les derniers) -- d'ailleurs en hébreu on exprime souvent la totalité par la juxtaposition des contraires, p. ex. depuis le plus petit jusqu'au plus grand. Mais on peut tracer ainsi une foule d'antithèses binaires qui, prises statiquement, ne se superposent pas les unes aux autres (p. ex. les riches et les pauvres, les justes et les pécheurs, les juifs et les païens), pour jouer le même jeu: c'est le renversement qui compte!

Dieu sait (?) que je suis réfractaire à la synthèse, mais je me risquerais bien à en proposer une de "l'Evangile", qui vaudrait plutôt pour les Synoptiques que pour Jean, d'ailleurs: si tu crois être du bon côté, c'est que tu n'y es pas du tout! C'est autrement plus "dynamique" (le mouvement perpétuel, en somme, sauf qu'il n'y a pas de somme) qu'un dualisme (les bons et les méchants) ou qu'un universalisme (tout le monde) "statiques" (c'est comme ça, une fois pour toutes). Il n'y a pas d'"une fois pour toutes" avec ça. Il faut le réentendre à chaque fois pour cette fois-ci. Je ne dis même pas "tous les jours", car du coup la régularité même en referait sournoisement une sorte de "bon côté", par habitude. Mais de temps en temps, et de préférence quand on ne s'y attend plus.
Pasolini (qui serait certainement, au XXe siècle, un de mes chrétiens préférés) disait souvent qu'il ne voyait pas dans les évangiles un message rassurant ou réconfortant, mais au contraire un message inquiétant. Un universalisme plat et statique produirait l'effet inverse, de même qu'une vision sacramentelle ou dogmatique du salut (comme chez les évangéliques, une fois sauvé, sauvé pour toujours).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Anagnoste



Masculin Nombre de messages : 368
Age : 60
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 17:42

Cher free, cher spermologos,

j'ai beaucoup aimé vos quatre derniers posts. Merci.

"Il faut le réentendre à chaque fois pour cette fois-ci. Je ne dis même pas "tous les jours", car du coup ça deviendrait un "bon côté", par habitude. Mais de temps en temps, et de préférence quand on ne s'y attend plus."

spermologos, tu parles d'or, comme je dis ! "Le Fils de l'homme n'a pas une pierre où reposer la tête".
Neutral
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 18:25

Citation :
C'est quand même en gros, je crois, l'idée qui se dessine d'elle-même (j'insiste là-dessus) quand on lit le plus simplement du monde (!) l'évangile de Jean... je veux dire, quand on ne l'aborde PAS a priori comme un message "codé", avec l'idée préconçue que sous le même mot ("monde", en l'occurrence) il faudrait comprendre des choses tout à fait différentes à chaque fois.
Si tu trouves une façon plus simple de le dire, je suis preneur!

Je n'ai rien à proposer mais je voulais juste dire qu'il est difficile de garder present à l'esprit que "le "monde" (kosmos) est à la fois, au présent, en opposition radicale à "Dieu", et, au futur indéfini, l'horizon universel du salut.", car ces notions s'opposent et sont difficilement conciliables et boulversent tout ce j'ai appris jusqu'ici mais je partage ta vision car les differents versets qui parlent du "monde" soient en terme positifs ou négatifs ne peuvent s'intégrer que cette tension.

Citation :
si tu crois être du bon côté, c'est que tu n'y es pas du tout!

Belle et intérrassante synthèse !
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 18:37

Citation :
il est difficile de garder present à l'esprit que ...

J'entends bien, mais quand on lit il n'y a rien de particulier à "garder présent à l'esprit", il suffit de laisser faire le texte (et de se laisser faire par lui, si j'ose dire).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 19:02

spermologos a écrit:
Citation :
il est difficile de garder present à l'esprit que ...

J'entends bien, mais quand on lit il n'y a rien de particulier à "garder présent à l'esprit", il suffit de laisser faire le texte (et de se laisser faire par lui, si j'ose dire).

J'adore me laisser faire ..... Wink mais c'est plus difficile avec le texte biblique dans la mesure ou nous avons eu tendance à calquer nos croyances sur notre lecture.

Citation :
si tu crois être du bon côté, c'est que tu n'y es pas du tout!

Dans les synoptiques Marc et Mathhieu (je crois) on retrouve un texte qui va un peu dans ce sens ....« celui qui tiendra jusqu'au bout, celui-là sera sauvé. »
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 08 Mar 2011, 20:45

Citation :
nous avons eu tendance à calquer nos croyances sur notre lecture

Ou (plutôt) l'inverse! C'est bien ça qui rend, après coup, difficile une lecture simple...

Citation :
Dans les synoptiques Marc et Mathhieu (je crois) on retrouve un texte qui va un peu dans ce sens ....« celui qui tiendra jusqu'au bout, celui-là sera sauvé. »

En tout cas il va à l'encontre de l'idée d'"assurance", chère aux évangéliques...

Cela m'amène à une réflexion plus générale: sur le petit "miracle" que constituent à mes yeux les évangiles, issus d'un "christianisme" primitif certes divers, mais dont aucune mouvance n'était portée naturellement (qui le serait?) à se mettre en question. Où la conviction d'être "du bon côté" était certainement commune à toutes, mais avec une idée à chaque fois très différente, et souvent mutuellement exclusive, de ce que qui constituait "le bon côté". Pour le rédacteur du Sermon sur la montagne, il me semble assez clair que la mission paulinienne n'était pas (au moins pas complètement) "du bon côté" (celle-ci rendant d'avance la politesse aux partisans de l'observance de la Torah)...
Et finalement (car je reste assez pessimiste sur l'hypothèse qui attribue cela au "génie" d'un Jésus historique, transcendant d'avance les contradictions à venir de sa propre Eglise) je me demande si ce "miracle" n'est pas au fond celui de l'Eglise elle-même, qui, face à la nécessité de la cohabitation de tendances contradictoires, a produit des portraits du "fondateur" plus paradoxaux et plus "ouverts", et à terme plus "explosifs", qu'aucune de ses composantes livrée à elle-même n'en aurait produit...

(Cela me rappelle un autre fil dont je garde un souvenir mitigé:
http://etrechretien.discutforum.com/t239-jesus-etait-il-un-revolutionnaire )

Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mer 09 Mar 2011, 13:30

« Et si le Seigneur n'avait pas abrégé ces jours, ne serait sauvée aucune chair ; mais à cause des élus qu'il a choisis, il a abrégé ces jours »

J'aime l'idée que "la chair" soit sauvé àn cause des "élus" et non à cause de mérites personnelles ou du choix d'une religion ou du fait d'être "du bon côté".
Revenir en haut Aller en bas
Anagnoste



Masculin Nombre de messages : 368
Age : 60
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mer 09 Mar 2011, 14:18

Cher free,

excuse-moi si je n'ai pas bien compris et si ce qui suit n'a rien à voir, mais j'ai pensé à ce "chantage" biblique : "à cause de ton Nom, Seigneur, fais-moi vivre". Et puis peut-être que je n'ai pas bien compris ce dernier passage non plus.

Au fait, j'admire ceux d'entre nous qui donnent toujours livre, chapitre et versets des citations bibliques, moi souvent je suis obligé de citer de mémoire.

A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mer 09 Mar 2011, 14:55

@ free:
Je ne sais pas si c'est ce que le texte "voulait dire" mais c'est intéressant.
D'ailleurs il se peut que que ce sens soit plus ancien -- et plus "juif" que "chrétien" -- que celui qui semble ressortir du contexte évangélique (le discours eschatologique de Marc 13// étant, dans son ensemble, probablement adapté d'une apocalypse juive).
Cette idée que les "élus" sauvent d'autres qu'eux-mêmes, d'une manière ou d'une autre (que ce soit par leur enseignement, leur exemple, ou par quelque mystère rédempteur dont ils ne bénéficient pas sans en devenir, à quelque titre, acteurs) me paraît en effet extrêmement importante; un thème mineur mais persistant.
Ça me rappelle ce passage des "Traditions de Matthias" cité par Clément d'Alexandrie: "Si le voisin d'un élu pèche, l'élu a péché; car s'il s'était conduit comme le Verbe le prescrit, le voisin aussi aurait eu honte de sa façon de vivre et n'aurait pas péché."
Aucune doctrine de "salut" ne peut sans doute être tout à fait close et se passer d'un "horizon" qui la dépasse. C'est ce qui rend le calvinisme strict (opposition binaire et statique, définitive et sans reste, entre les "élus" et les "réprouvés") si insupportable.
http://etrechretien.discutforum.com/t297-lesperance-celeste-et-lesperance-terrestre

@ Anagnoste:
Je ne vois pas non plus très bien le rapport, mais je trouve que tu fais bien de relever l'aspect "chantage" de la formule, même s'il ne l'épuise pas.
Il y a souvent un petit côté chantage dans les psaumes, p. ex. "si tu me laisses mourir, je ne pourrai plus te louer."

Pour les références bibliques (chapitre, verset), c'est vrai que les Témoins de Jéhovah sont très forts (et donc les ex aussi!) ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mer 09 Mar 2011, 18:34

Citation :
Comme je l'ai déjà dit un nombre incalculable de fois, dans le quatrième évangile le "monde" (kosmos) est à la fois, au présent, en opposition radicale à "Dieu", et, au futur indéfini, l'horizon universel du salut. Il faut rester dans cette tension pour comprendre ce qui s'y joue (la révélation du mystère).

Toutes proportions gardées, ne trouve-t-on pas cette tension dans l'Apocalypse, ou le scénario de la destruction du "monde" mauvais est rejoué à plusieurs reprises, (19,17 "Vous y avalerez chairs de rois, et chairs de grands capitaines, et chairs de héros, et chairs de chevaux avec leurs cavaliers, et chairs de toutes gens, libres et esclaves, petits et grands ! ») ou les rois et les nations sont détruites.....mais beneficient des bienfaits du nouveau monde ,(21,24 "Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre viendront lui porter leurs trésors") ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mer 09 Mar 2011, 18:50

Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Waddle



Nombre de messages : 59
Age : 36
Date d'inscription : 07/05/2010

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Lun 14 Mar 2011, 20:21

free a écrit:
Les chrétiens pensent-ils (ou devraient-ils penser) qu' aucune foi en Dieu ne serait vraiment possible en dehors de la référence à Jésus-Christ. La Bible elle-même, dans son Évangile de Jean, ne fait-elle pas dire à Jésus : « Nul ne vient au Père si ce n’est par moi » ?

Serait-il impossible, selon le NT, pour un musulman, juif.....d'exercer la foi en Dieu et de réellement le connaitre ?

Hello Free,

J'ai justement écrit 2 pensées un peu dans le sens de ta question:

http://waddle-chretien.over-blog.com/article-reflexion-sur-le-salut-des-paiens-48673623.html

http://waddle-chretien.over-blog.com/article-l-amour-ou-la-verite-66225459.html

Et je pense que, ce qui importait à Jésus, au-dela de croire en lui, c'est qu'on applique les principes qu'il enseigne.

Pour moi Mathieu 25.33 est justement la preuve que, même pour Jésus, le fait de pratiquer la justice et l'amour, c'est en fait le servir, même sans le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://waddle-chretien.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 13 Jan 2015, 17:28

Pour de nombreuses religions chrétiennes le terme oecuménisme correspond à un "gros mot". Ces mouvements religieux perçoivent le christianisme comme la seule vraie religion. En dehors d'elle, on ne trouve rien de bon.
Il faut donc, se protéger des autres religions et de leur influence. Il suffit de montrer que des coutumes, que des fêtes, ont des origines extra bibliques pour les disqualifier. Le salut exige une rupture. Pour eux, être chrétien signifie que l'on refuse des spiritualités différentes et que les christianisme n'a pas besoin des autres religions mais que par contre les membres des autres religions doivent être christianisés.

Ces chrétiens peuvent-ils imaginer que chaque religion, possède en elle-même "une part de vérité" et que  chacune a une valeur authentique, quelque chose d'unique à apporter ?

Peut-on imaginer des religions qui s'additionnent, au lieu de s'opposer ?

Pour ces chrétiens le terme « syncrétisme » est une abomination, alors que le judaïsme et le christianisme sont le fruit de différentes influences religieuses et philosophiques.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 13 Jan 2015, 20:08

N.B.: on parle généralement (par convention ou par habitude) d'"œcuménisme" entre les différentes Eglises (confessions, dénominations) chrétiennes (avec parfois, de plus en plus rarement d'ailleurs, un idéal d'unification du christianisme mais le plus souvent un simple souci de "relations de bon voisinage" entre chrétiens), et de dialogue inter-religieux (et éventuellement de syncrétisme) à partir du moment où ça déborde les frontières traditionnelles de la "religion" chrétienne (vers le judaïsme, l'islam, etc.).

Les "religions" (ou "philosophies", "sagesses", "voies") qui s'additionnent ou se complètent au lieu de s'opposer, l'Orient (disons de l'Inde au Japon) les pense plus naturellement comme ça que nous, pour des raisons anciennes et compliquées (comme l'est tout "pli", "tour" ou "génie" d'une civilisation). Les statisticiens comme les missionnaires ont toujours été un peu déboussolés de voir les Japonais se dire volontiers "chrétiens" et "bouddhistes" et "shintoïstes" (de sorte que les chiffres cumulés des appartenances religieuses excédaient largement ceux de la population concernée)...


Dernière édition par Narkissos le Mer 14 Jan 2015, 00:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1492
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mar 13 Jan 2015, 21:11

free a écrit:

Ces chrétiens peuvent-ils imaginer que chaque religion, possède en elle-même "une part de vérité" et que  chacune a une valeur authentique, quelque chose d'unique à apporter ?

Remarque, la vérité qui peut être débitée en parts est loin d'être la plus intéressante... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mer 14 Jan 2015, 01:14

(Je relis avec grand plaisir ce vieux fil de discussion où il s'est dit des choses très intéressantes.)

S'il y a malgré tout une certaine continuité sémantique dans ce que l'on désigne (depuis le latin du moins) du nom de religion, il faut bien que chaque "religion" qui revendique ce titre, aussi "exclusive", "originale" et "révélée" qu'elle se veuille par ailleurs, assume d'un certain point de vue la totalité de la catégorie (donc un "dénominateur commun" qui ne peut être ni "le christianisme", ni "le monothéisme", ni même un "théisme" quelconque). La posture de démarcation catégorielle ("ceci n'est pas une religion", façon Magritte "ceci n'est pas une pipe") peut paraître tentante (il est remarquable qu'elle ait été adoptée, sensiblement à la même époque, par des gens aussi différents que les TdJ sous Rutherford et les barthiens des Eglises réformées), mais elle ne trompe personne très longtemps; d'ailleurs elle ne fonctionne jamais que comme discours paradoxal, provocateur en tant que que contraire à l'évidence. Tôt ou tard, toute "religion" est bien forcée d'admettre une sorte d'essence commune à "la religion", même sans rien abandonner de sa prétention à la représenter plus authentiquement que les autres, voire à être la seule à la représenter authentiquement (on tombe alors dans le problème "vraie et fausse religion"). Mais c'est déjà un peu autre chose de penser "la vraie religion" comme "meilleure expression" ou "seule expression valable" de "la religion" et de la penser comme une "vérité" unique et absolue dont toutes les (autres) religions ne seraient que des simulacres. Parce que l'islam, le christianisme et le judaïsme s'inscrivent par leurs propres récits dans une histoire des religions qui les précèdent (même si chacun la raconte de façon très tendancieuse et polémique), ils ne peuvent pas éviter ce rapport à l'autre-semblable. Mais ils ont aussi tendance à l'exprimer de façon plus antagoniste (parce que l'opposition à d'autres "religions" est dès le départ constitutive de leurs récits fondateurs) que des "religions ancestrales" à qui la confrontation aux autres est survenue après coup, sans être inscrite dans leurs traditions fondatrices.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mer 14 Jan 2015, 15:31

Citation :
Tôt ou tard, toute "religion" est bien forcée d'admettre une sorte d'essence commune à "la religion", même sans rien abandonner de sa prétention à la représenter plus authentiquement que les autres, voire à être la seule à la représenter authentiquement (on tombe alors dans le problème "vraie et fausse religion"). Mais c'est déjà un peu autre chose de penser "la vraie religion" comme "meilleure expression" ou "seule expression valable" de "la religion" et de la penser comme une "vérité" unique et absolue dont toutes les (autres) religions ne seraient que des simulacres.

Je trouve acceptable de penser que sa religion soit la "meilleur expression" de la "vraie religion", sans prétention à l'exclusivité de la "vérité".

Un chrétien peut estimer que sa religion, sans rendre caduque, ni annuler les autres spiritualités, les accomplit, en rendant clair certains concepts qu'elles ont mis en évidentce.

Je suis séduis par cette analyse :

 "Karl Rahner estime que ses thèses conduisent à une autre manière de comprendre et de pratiquer l'évangélisation. Lorsqu'un missionnaire annonce l'évangile à quelqu'un qui l'ignore, il ne s'adresse pas à quelqu'un qui se trouve en dehors de la grâce de Dieu. D'une manière mystérieuse, inconnue, ce païen appartient à l'Église. Il n'est pas, je cite, « un pur et simple non chrétien, mais ... quelqu'un qui peut et doit être considéré ... comme un chrétien anonyme ». À l'incognito d'une grâce qui ne se nomme pas (qui ne se révèle pas explicitement liée à l'évangile et à l'action du Christ), répond l'anonymat d'une foi qui ne se sait pas chrétienne. Dans les religions, on rencontre un christianisme latent et voilé, alors que dans l'Église, on a un christianisme conscient, visible et manifeste. En protestantisme, à la fin du dix-neuvième siècle, des théologiens qui se situaient dans la ligne de Ritschl avaient parlé de « chrétiens inconscients » (qui n’ont pas conscience d’être chrétiens)."

http://andregounelle.fr/theologie-des-religions/cours-2003-9-theologie-des-religions-inclusivisme.html
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Mer 14 Jan 2015, 16:10

Le problème fondamental, Gounelle le montre bien, c'est qu'il paraît impossible de tenir un discours sur les religions à partir d'une religion particulière sans tomber, ou bien dans un exclusivisme agressif et méprisant, ou bien dans un inclusivisme bienveillant et généreux mais condescendant (et au fond tout aussi auto-centré que l'autre). Autrement dit, un examen des religions ne peut se faire que d'un point de vue a-religieux (et ainsi neutre, objectif, relativiste). Même si l'on présente "les religions" comme expressions diverses de "la religion" (comme on présente parfois les langues comme expressions diverses du langage), on n'échappe pas à ce problème: "la religion" qui ne serait pas une religion, comme "le langage" qui ne serait pas une langue, n'a qu'un seul défaut, c'est qu'elle n'existe pas !
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué



Nombre de messages : 1381
Age : 69
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Jeu 15 Jan 2015, 00:48

Même si l'on présente "les religions" comme expressions diverses de "la religion" (comme on présente parfois les langues comme expressions diverses du langage), on n'échappe pas à ce problème: "la religion" qui ne serait pas une religion, comme "le langage" qui ne serait pas une langue, n'a qu'un seul défaut, c'est qu'elle n'existe pas !
écrit Narkissos

cela me fait penser au Bouddhisme que nous regardons en occident presque comme une philosophie alors qu'il est une religion en Asie avec différentes variantes.
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Lun 19 Jan 2015, 16:06

Narkissos a écrit:
Le problème fondamental, Gounelle le montre bien, c'est qu'il paraît impossible de tenir un discours sur les religions à partir d'une religion particulière sans tomber, ou bien dans un exclusivisme agressif et méprisant, ou bien dans un inclusivisme bienveillant et généreux mais condescendant (et au fond tout aussi auto-centré que l'autre). Autrement dit, un examen des religions ne peut se faire que d'un point de vue a-religieux (et ainsi neutre, objectif, relativiste). Même si l'on présente "les religions" comme expressions diverses de "la religion" (comme on présente parfois les langues comme expressions diverses du langage), on n'échappe pas à ce problème: "la religion" qui ne serait pas une religion, comme "le langage" qui ne serait pas une langue, n'a qu'un seul défaut, c'est qu'elle n'existe pas !


Le prosélytisme qui veut convertir des personnes incroyantes ou ayant une religion différentes se fondent sur le fait, que pour les évangélisateur en question, les autres religions sont fausses. Il est interessant de noter que si le Jésus des évangiles a accueillie des non-juifs, (une femme syro-phénicienne, des officiers romains, je n'ai jamais trouvé une foi aussi grande que la sienne en Israël ...), il ne leur a jamais demandé de changer de religion, ni condamnait leurs spiritualités.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Lun 19 Jan 2015, 16:53

@free: Je suis tout à fait d'accord avec toi là-dessus, bien que les évangiles soient manifestement le produit d'"une religion" à prétention universelle et pratiquant le prosélytisme (cf. la conclusion de Matthieu, l'enchaînement Luc-Actes et plus généralement l'analyse rhétorique des quatre évangiles, d'où il ressort à l'évidence que leur "public-cible" est essentiellement composé d'"adeptes" et de "sympathisants", "convertis" et "convertis en puissance").
Il est d'autant plus remarquable, à mon sens, que les textes évangéliques ménagent, notamment par leur façon de mettre en scène les paroles et les actes de "Jésus", la place et la possibilité d'une critique interne du "système" qui les a produits. Ainsi les diatribes contre les "pharisiens", qui se donnent au premier degré pour une critique "intra-" ou "inter-religieuse" du judaïsme (selon que l'on considère qu'elles proviennent "de Jésus" ou "des chrétiens"), fournissent tout un arsenal qui ne manquera pas de se retourner contre les "autorités" chrétiennes (les deux sujets se rejoignent, d'ailleurs, puisque selon Matthieu 23,15 la critique du prosélytisme figure en bonne place dans la critique des "pharisiens"). Cet effet n'est peut-être pas intentionnel (la première cible de "Matthieu", comme en 5,17ss et 7,21ss, serait plutôt la "mission paulinienne"; autrement dit, on aurait plutôt là le reflet d'un conflit entre des mouvements "chrétiens" déguisé en conflit entre "chrétiens" et "juifs" -- cf. en sens contraire la critique des "judaïsants" chez "Paul"), mais il n'en est pas moins efficace au-delà de l'intention première.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jésus-Christ et les religions non-chrétienne   Aujourd'hui à 23:34

Revenir en haut Aller en bas
 
Jésus-Christ et les religions non-chrétienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Comment un jeune peut-il être fidèle à la foi chrétienne dans la société actuelle ?
» Méditation Quotidienne : La véritable identité chrétienne
» Bilan des religions
» Comparons Sectes et Religion chrétienne
» La Chandeleur est une fête religieuse chrétienne officiellement appelée la Présentation du Christ au Temple. On disait aussi autrefois Hypapante. Elle commémore la Présentation de l'enfant Jésus au Temple de Jérusalem et la purification (ou les relevaille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: