Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A quelles personnes lee rédacteur de l'Apocalypse destinait-il son livre?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
free



Nombre de messages : 3878
Age : 56
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: A quelles personnes lee rédacteur de l'Apocalypse destinait-il son livre?   Mer 26 Fév 2014, 18:54

Le cinquième ange sonna de sa trompette.
Je vis un astre (une étoile) qui était tombé(e) du ciel sur la terre. La clé du puits de l'abîme lui fut donnée. Il ouvrit le puits de l'abîme. Il monta du puits une fumée comme la fumée d'une grande fournaise: le soleil et l'air furent obscurcis par la fumée du puits. De la fumée, des criquets sortirent sur la terre, et il leur fut donné un pouvoir pareil au pouvoir des scorpions de la terre. Il leur fut dit de ne pas faire de mal à l'herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux humains qui n'ont pas sur le front le sceau du dieu. Il leur fut donné de ne pas les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois: le tourment qu'ils causaient était comme le tourment causé par un scorpion lorsqu'il pique un être humain.
En ces jours-là, les humains chercheront la mort, mais ils ne la trouveront pas. Ils désireront mourir, et la mort les fuira.
Ces criquets ressemblaient à des chevaux équipés pour le combat. Il y avait sur leurs têtes comme des couronnes semblables à de l'or, et leurs visages étaient comme des visages humains. Ils avaient des cheveux comme les cheveux des femmes, et leurs dents étaient comme celles des lions. Ils avaient des poitrails comme des cuirasses de fer, et le bruit de leurs ailes était comme le bruit de chars à plusieurs chevaux qui courent au combat. Ils ont des queues semblables à celles des scorpions, avec des aiguillons; c'est dans leurs queues qu'est leur pouvoir de faire du mal aux humains pendant cinq mois. Ils ont comme roi sur eux l'ange de l'abîme, dont le nom est Abaddon (Perdition) en hébreu, et qui en grec a pour nom Apollyon (Destructeur) [et qui en latin a pour nom Exterminateur].

(Apocalypse de saint Jean, ix, 1ss).

L'Apocalypse a du strip-tease, non seulement le sens (étymologique) du dévoilement et celui de la mise en scène visuelle, avec un certain (mauvais ?) goût des formes et des couleurs voyantes, mais aussi celui du ménagement et de l'aménagement de la durée, par l'organisation méthodique d'un retard à la fois excitant et agaçant -- teasing, c'est aussi la taquinerie, en un peu moins innocent peut-être, ou un peu plus malin, sinon méchant (mean, vicious ? Stop teasing me !). Il y va du déhanchement, comme dans la danse des sept voiles: le grand jeu d'emboîtement et de déboîtement des septénaires, par exemple (les sept sceaux débouchant au dernier moment sur les sept trompettes, puis celles-ci sur les sept fléaux, chaque conclusion annoncée repoussant la conclusion sous prétexte de révélation nouvelle, plus précise, plus détaillée, comme par effet de zoom et de gros plan, close-up), entretient l'attente et l'impatience du lecteur-auditeur, devenu bon gré mal gré voyeur (et un rien gogo) autant que visionnaire: la fin désirable et redoutable, toujours proche, de plus en plus proche, n'en finit pas de se dérober par un supplément inattendu et intercalé du programme d'approche, qui pourtant se poursuit sans relâche et toujours crescendo. Savante économie de tension et d'intensification qui dissimule son propre relâchement (comme le passage à vide dans la reprise d'un double débrayage) et maintient (ou rétablit) tant bien que mal l'attention et le suspense, en dépit ou à la faveur des décrochages et des raccords du texte où il devient bien difficile le de distinguer "l'intentionnel" et "l'accidentel".

http://oudenologia.over-blog.com/article-waiting-for-abaddon-122686760.html
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas

avatar

Nombre de messages : 129
Age : 44
Date d'inscription : 06/06/2013

MessageSujet: Re: A quelles personnes lee rédacteur de l'Apocalypse destinait-il son livre?   Dim 09 Mar 2014, 16:54

Il semble que le livre était destiné à tous les disciples depuis le temps de Jean jusqu'à le venue du Seigneur dans la gloire. Évidemment, les croyants de chaque époque ont tendance à l'appliquer à leur temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://cnta.forumdomtom.com
Paraclet

avatar

Féminin Nombre de messages : 11
Age : 53
Date d'inscription : 28/05/2016

MessageSujet: Re: A quelles personnes lee rédacteur de l'Apocalypse destinait-il son livre?   Mar 31 Mai 2016, 13:49


(venant de ceci)

Narkissos a écrit:
la suite (à partir du chap. 13 et surtout aux chap. 17--18) se réfère assez explicitement (en tout cas pour l'immense majorité des exégètes anciens et modernes) à Rome.

Chapitre 17 donc Wink

Apocalypse 17:2

"Viens ici, que je te montre le jugement de la grande prostituée assise sur beaucoup d'eaux, avec laquelle les rois de la terre ont commis fornication."

Ezéchiel 16:26

"Et tu as commis fornication avec les fils de l'Egypte, tes voisins, au corps vigoureux; et tu as multiplié tes prostitutions pour me provoquer à colère. Et voici, j'ai étendu ma main sur toi, et j'ai diminué ce qui t'était assigné, et je t'ai livrée à la volonté de celles qui te haïssent, les filles des Philistins, qui ont honte de tes voies d'infamie. Et tu as commis fornication avec les fils d'Assyrie, parce que tu ne pouvais être rassasiée; tu as commis fornication avec eux, et même tu n'as pas été rassasiée. Et tu as multiplié tes prostitutions avec un pays de marchands, la Chaldée, et même avec cela tu n'as pas été rassasiée."

En Ezéchiel, on peut lire aussi que Jérusalem sera mise nue et brûlée par le feu, tout comme la Grande Prostituée en Apocalypse. En fait, ces passages de l'Apocalypse sur la destruction de Jérusalem en tant que prostituée sont quasi copiés-collés d'Ezéchiel.

*******

Apocalypse 17:6

"Et sous mes yeux, la femme se saoulait du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus."

C'est Jérusalem qui a poursuivi les disciples de Jésus et les a mis à mort, tout comme elle a crucifié leur Seigneur Jésus :

Apocalypse 11:8

"Et leurs cadavres, sur la place de la Grande Cité, Sodome ou Egypte comme on  l'appelle symboliquement, là où leur Seigneur aussi fut crucifié."

*******

Les eaux sont les peuples (et non le Tibre !) :

"Les eaux que tu as vues, où la prostituée est assise, sont des peuples et des foules et des nations et des langues." (Apocalypse 17:15)

Jérusalem était effectivement le carrefour marchand d'un grand nombre de peuples et de langues.

Et concernant les sept collines, il y avait beaucoup de collines à Jérusalem, certaines avec des temples païens construits dessus (y compris le Mont des Oliviers).
Revenir en haut Aller en bas
http://magdala.over-blog.net/
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5129
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: A quelles personnes lee rédacteur de l'Apocalypse destinait-il son livre?   Mar 31 Mai 2016, 16:29

1. L'Apocalypse (dite) de Jean est presque entièrement, comme beaucoup d'autres "apocalypses" juives ou chrétiennes, un "patchwork" de citations, de réminiscences et d'imitations (pastiche) de l'AT (en particulier d'oracles "prophétiques" ou déjà "apocalyptiques"). Ce n'est pas la provenance des pièces qui détermine le sens de leur réutilisation (on peut faire un collage de morceaux de photos de tracteurs qui représente une poule, on peut utiliser les pierres d'une église pour construire une écurie, ou le contraire). Apocalypse 17--18 récite ou parodie plein d'autres textes qui se rapportent à d'autres villes que Jérusalem: Babylone (notamment Jérémie 50--51), Tyr (Ezéchiel 26--28), etc. Il suffit de suivre les références d'une bible d'étude pour constater, verset par verset, la diversité des provenances, qui n'affecte guère le "sujet" du texte.

2. La référence à Jérusalem est beaucoup plus claire au chapitre 11, comme je l'ai dit dans l'autre fil (et aussi dans celui-ci quelques années plus tôt). Elle n'exclut d'ailleurs pas, même dans ce chapitre, une autre visée (un document source visant originellement Jérusalem a très bien pu être utilisé dans un texte anti-romain, c'est le cas dans de nombreuses autres "apocalypses" juives qui appliquent à Rome les références ethno-géographiques les plus variées, non seulement Babylone sur l'Euphrate mais aussi Kittim = Crète, Edom, etc.). Surtout, ce n'est pas Jérusalem qui persécute les Eglises destinataires de l'Apocalypse (ou du moins certaines d'entre elles) en Asie Mineure, qui a exilé l'auteur à Patmos, qui exécute par décapitation, etc. L'enjeu des persécutions (sporadiques) en cours n'est pas l'adhésion au judaïsme mais la participation au culte impérial (l'image de la Bête), très développé en Asie Mineure, notamment sous Domitien identifié par ses adversaires à Néron ressuscité, Nero redivivus (cf. la liste des rois = empereurs qui situe chronologiquement le texte au chapitre 17; tout cela a déjà été discuté plus haut dans ce fil). [Il peut y avoir toutefois un rapport marginal, dans la mesure où la rupture avec le judaïsme "officiel", dominé par le pharisaïsme après 70, prive les chrétiens du statut de religio licita qui dispense les juifs du culte impérial.]

3. Les eaux (déjà v. 1) viennent de Jérémie 51,13 (sur Babylone en Mésopotamie) et surtout d'Ezéchiel 26ss (sur Tyr, ville portuaire, "capitale" d'un "empire" phénicien essentiellement maritime et commercial). Ce ne sont pas seulement les sept collines, mais aussi la femme assise qui proviennent de l'imagerie romaine (représentation extrêmement courante de la déesse Roma). A elle seule, la phrase qui conclut l'interprétation de la vision -- qui est donc censée être parfaitement claire pour les lecteurs/auditeurs contemporains -- "cette femme, c'est la grande ville qui règne sur les rois de la terre" (17,18), ne laisse guère de doute dans le contexte historique de la fin du Ier siècle.

Quant à ceci (de l'autre fil):

Paraclet a écrit:
Si j'espérais rencontrer des exégètes ici, ce n'est pas pour être renvoyée vers d'autres...

Une "discipline" aussi vaste et diversifiée que l'exégèse biblique suppose la mise en commun (le partage, la discussion, à tout le moins la publication et la lecture) de beaucoup de savoirs et de recherches. Chacun peut avoir ses opinions, plus ou moins bien informées selon le temps et les moyens qu'il a consacrés à un sujet donné, mais pour ma part il me semble honnête de signaler, quand j'exprime les miennes, s'il s'agit d'un quasi-consensus (ainsi dans le cas présent), d'une opinion majoritaire, minoritaire, marginale ou isolée, ou d'une idée qui vient de me passer par la tête... Je ne suis pas spécialiste de l'Apocalypse, mais il y en a (p. ex. Pierre Prigent en français) qui méritent d'être lus. Si d'autre part je parlais ici d'exégèse (ou d'interprétation) ancienne, c'est parce qu'il ne me semble pas inintéressant, en l'occurrence, de savoir comment l'Apocalypse était comprise à une époque où ses "clés" étaient beaucoup plus largement accessibles qu'aujourd'hui, en particulier quand l'empire romain "païen" était encore debout. Or à cette époque, l'identification de la Babylone de l'Apocalypse à Rome est unanime: elle va de soi (cf. p. ex. http://www.babylonforsaken.com/churchfathersprophecy.html). Quand lesdites "clés" sont perdues pour le commun des lecteurs et ne peuvent plus être retrouvées -- en partie -- que par un travail "scientifique", exégétique et historique, l'interprétation "populaire" est privée de tout repère et de tout garde-fou: on peut effectivement lire à peu près n'importe quoi dans l'Apocalypse, surtout si, pour des raisons religieuses, on ne se résout pas à y voir une prophétie ratée... ainsi des protestants y liront une condamnation (évidemment anachronique) de l'Eglise romaine, des catholiques au contraire voudront prouver qu'il n'y a jamais été question de Rome; et, selon le "grand méchant" du moment et du milieu de la lecture, Babylone, la Bête, etc. deviendront d'autres "empires" au sens propre (romain germanique, britannique, ottoman, américain, soviétique, etc.) ou figuré (et alors le choix est encore plus vaste: religieux, politique, financier...).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A quelles personnes lee rédacteur de l'Apocalypse destinait-il son livre?   

Revenir en haut Aller en bas
 
A quelles personnes lee rédacteur de l'Apocalypse destinait-il son livre?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Quelles personnes sont talibat ul 'ilm ?
» Mauvaise circulation sanguine : quelles plantes
» Neuvaine pour les Personnes malades
» les personnes toxiques
» Admission LLG, quelles conditions??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION :: BIBLE: NOUVEAU TESTAMENT :: APOCALYPSE-
Sauter vers: