Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jugement et discipline chez Paul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jugement et discipline chez Paul   Mer 27 Nov 2013, 18:46

Citation :
Considérons un exemple biblique d’excommunication. Au Ier siècle, la congrégation de Corinthe tolère “ une fornication telle qu’il n’y en a pas même chez les nations : ainsi, un certain homme a la femme de son père ”. Paul demande instamment aux Corinthiens de “ livr[er] un tel homme à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur ”. (1 Corinthiens 5:1-5.) Une fois excommunié, et donc livré à Satan, le pécheur fait de nouveau partie du monde du Diable (1 Jean 5:19). En renvoyant cet homme, la congrégation a ôté du milieu d’elle un élément mauvais et charnel, et a gardé son “ esprit ”, ou disposition d’esprit dominante, conforme à la volonté de Dieu. — 2 Timothée 4:22 ; 1 Corinthiens 5:11-13.
5 Quelque temps plus tard, Paul presse les chrétiens de Corinthe de réintégrer le coupable. Pour quelle raison ? Pour qu’ils ne soient “ pas dupes de Satan ”, explique l’apôtre. Apparemment, le pécheur s’était repenti et avait purifié sa vie (2 Corinthiens 2:8-11). Si les Corinthiens refusaient de réintégrer cet homme repentant, ils seraient alors dupes de Satan en ce sens qu’ils se montreraient aussi durs et impitoyables que le Diable le souhaitait. Très probablement, ils ne tardèrent pas à ‘ lui pardonner et à le consoler ’. — 2 Corinthiens 2:5-7.

http://www.jw.org/fr/publications/revues/w20061115/Acceptez-toujours-la-discipline-de-J%C3%A9hovah/
Rappel :


 Strictement, pour qu'il y ait "réintégration", il faudrait qu'il y ait eu "exclusion" ou "excommunication", c.-à-d. rejet, bannissement, ostracisme, d'un individu hors du groupe. Ce n'est pas vraiment ça que je lis en 2 Co 2: il y a eu "blâme" ou "réprimande" (epitimia, v. 6), de la majorité (hupo tôn pleionôn, c.-à-d. pas forcément de tous, ni même de "l'Eglise" en tant que telle; cf. aussi v. 5 "en partie", apo merous). Le substantif epitimia n'apparaît qu'ici dans le NT, mais le verbe apparenté (epitimaô) y est très courant, dans les évangiles surtout. Souvent traduit par "rabrouer" (la TMN disait "tancer", je crois), c'est à peu près l'équivalent quant au sens (pas forcément quant au niveau de langage) de notre verbe populaire "engueuler". Dans les évangiles, ce sont souvent les esprits impurs qui se font "engueuler" par Jésus (dans les récits d'exorcisme, Marc 1,25 // etc.), mais aussi le vent et la mer (Marc 4,39 //), la fièvre (Luc 4,39), les malades guéris (Matthieu 12,16), les disciples (Marc 8,30.33 //; Luc 9,54) -- et Pierre de son côté "engueule" Jésus (Marc 8,32), les disciples des enfants ou leurs parents (10,13), la foule des malades trop insistants (10,48), un larron l'autre (Luc 23,43)... cf. ses emplois "disciplinaires" en Luc 17, 3 et 2 Timothée 4,2 (où il est habituellement traduit par "reprendre"). Bref, ça n'a pas le caractère "formel" et "officiel" d'une excommunication ni surtout le même effet: un blâme ou une réprimande ne remet pas en cause l'appartenance d'un '"élément" à un "ensemble" (ce qui est d'ailleurs aussi le cas de la "non-fréquentation" de celui qui est toujours considéré comme un "frère" en 2 Thessaloniciens 3). Par conséquent la "grâce", l'"amour", le "réconfort" ou la "consolation" ne signifient pas forcément "réintégration" en 2 Corinthiens 2 -- plutôt quelque chose comme "l'incident est clos".
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jugement et discipline chez Paul   Ven 25 Sep 2015, 16:38

Citation :
Aurez-vous l'audace de lire ce verset ?

1 Corinthiens 6 : 4

6 Ose-t-il, celui qui parmi vous a une affaire avec un autre, aller en justice devant des injustes, et non devant les saints ? 2 Ou bien ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde ? Et si le monde est jugé par vous, êtes-vous indignes de juger des affaires de très peu d’importance ? 3 Ne savez-vous pas que nous jugerons des anges ? Pourquoi pas, alors, des affaires de cette vie ? 4 Si donc vous avez à faire juger des affaires de cette vie, est-ce que ce sont les hommes qui sont méprisés dans la congrégation que vous établissez comme juges ? 5 Je parle pour vous faire honte. Est-il vrai qu’il n’y a parmi vous pas un seul homme sage qui soit capable de juger entre ses frères, 6 mais qu’on va en justice frère avec frère, et cela devant des non-croyants ?

Traduction du monde nouveau qui selon les témoins de Jéhovah est la version la plus fiable, la plus près de la lettre originale et de son texte traduit bref il est incontestable que cette version et surtout ce verset ne demeure plus ignoré et lisez le relisez le avec beaucoup d'attention pour en retirer la substance principale sur les nominations d'ainés etc. effectuées par le corps dirigeant et comment étaient établis les anciens dans les congrégations originelles notamment celle-ci de Corinthe qui nous donne la clé que se garde bien de saisir et de divulguer la Watchtower depuis que Rutherford a pris le relais de RUSSELL. Eh oui la pratique que maintient le corps dirigeant est une violation des pratiques courantes qui prévalaient au sein des premières communautés de disciples de Jésus.


Il me semble qu'en l'espèce il y a confusion: ce passage ne parle pas (du moins pas directement) de la "nomination" de qui que ce soit à une "fonction" quelconque dans l'Eglise (alias "congrégation"); au contraire, il reproche aux "chrétiens" de Corinthe de faire appel à des juges "non chrétiens", extérieurs à la communauté, pour arbitrer leurs litiges internes. Ce sont ces "gens du dehors" (les juges "profanes") qui sont qualifiés d'"injustes" (par opposition aux "saints", v. 1), d'"hommes... méprisés dans la congrégation" (v. 4), de "non-croyants" (ou d'"infidèles", v. 6). Ceux-là, pourtant, les destinataires de l'épître les "établissent" (littéralement les assoient, dans la position du juge devant lequel l'accusé ou les parties adverses se tiennent debout) au-dessus d'eux, dans la mesure même où ils s'en remettent à leur arbitrage au lieu de régler leurs différends entre eux.

Ce que Paul reproche en somme aux Corinthiens, c'est de ne pas laver leur linge sale en famille et d'avoir recours au jugement du "monde", alors que selon leur eschatologie commune ("ne savez-vous pas ?") ils sont appelés, eux, à juger le "monde" (v. 2-3). Cette ironie théologique peut d'ailleurs être entendue à un autre niveau par la tendance "gnosticisante" de l'Eglise, puisque selon 2,15 les "spirituels" ne peuvent être jugés par personne. Accessoirement, il suggère bien que les "chrétiens" feraient mieux de se donner des juges "chrétiens" pour régler leurs contentieux (il ajoute cependant qu'ils feraient encore mieux d'accepter l'injustice, de se laisser léser, v. 7s), mais strictement il ne dit rien du mode de nomination éventuel de tels juges (qui pour l'heure brillent par leur absence), hormis le critère très général de "sagesse" (v. 5). Si donc ce texte nous apprend quelque chose sur l'Eglise ou "congrégation" de Corinthe, c'est qu'elle ne dispose à ce stade d'aucune fonction d'autorité, notamment judiciaire ou disciplinaire interne. C'est d'ailleurs tout à fait cohérent avec le portrait "charismatique" qui en est dressé aux chapitres 12--14: il n'y a de "fonctions" qu'au gré de l'opération instantanée de l'Esprit, et Paul tente de corriger ce "spontanéisme anarchique" par une "organisation" un peu plus stable. L'histoire dont témoignent déjà les épîtres ultérieures publiées sous son nom va lui donner satisfaction au-delà de toute attente, avec la constitution d'une véritable "hiérarchie" ecclésiastique ("épiscope" = "évêque" = "surveillant", au singulier, et "diacres" = "ministres" = "serviteurs" au pluriel dans les Pastorales, Timothée-Tite). Mais au stade de 1 Corinthiens il n'y a rien de tel, et c'est bien ça qui pose problème (à Paul du moins).

P.S.: On peut noter au passage une certaine analogie entre ce sujet et ceux, à première vue très différents, qui sont traités dans ce qui précède (chap. 5) et ce qui suit (6,9--7). En matière de sexualité non plus, l'Eglise de Corinthe n'a manifestement ni règle ni discipline interne: Paul en est réduit à "téléguider" une assemblée plénière pour lui faire prononcer l'exclusion exceptionnelle d'un "coupable" dans un cas qui lui paraît particulièrement scandaleux (5,3ss; ce qui confirme bien, d'une part, que l'Eglise n'aurait pas pris spontanément une telle mesure, d'autre part qu'elle ne dispose d'aucune instance disciplinaire propre). Et tout comme l'absence de juridiction interne amène certains membres de l'Eglise à recourir à des juridictions extérieures (6,1ss), l'absence de réglementation positive d'un "mariage chrétien" (ce qui fera tout l'objet du chapitre 7) en amène d'autres (ou les mêmes, après tout) à recourir à la prostitution "païenne" (voir la fin du chapitre 6).

http://tjquestions.niceboard.com/t3050-l-aviez-vous-remarque#60863
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jugement et discipline chez Paul   Lun 28 Sep 2015, 17:06

Certaines expressions utilisées dans le épitres impliquent-elles l'idée de  l'excommunication ?

"Cette conscience, quelques-uns l'ont répudiée et ont ainsi fait naufrage en ce qui concerne la foi. Hyménée et Alexandre sont de ce nombre ; je les ai livrés au Satan afin qu'ils apprennent à ne pas blasphémer"(1 Tim 1,19 ss)

"Celui qui cause des dissensions, éloigne-le après un premier et un second avertissement" (Ti 3,10 - la TMN utilise le terme de "secte", à la place de "dissenssions Shocked , peut-on assimiler ces deux mots ?)

"Or les œuvres de la chair sont manifestes : inconduite sexuelle, impureté, débauche, idolâtrie, sorcellerie, hostilités, disputes, passions jalouses, fureurs, ambitions personnelles, divisions, dissensions, envie, beuveries, orgies et autres choses semblables. Je vous préviens, comme je l'ai déjà fait : ceux qui pratiquent de telles choses n'hériteront pas le royaume de Dieu"(Gal 5,20 ss)

Les expressions, "je les ai livrés au Satan", "éloigne-le" et "n'hériteront pas le royaume de Dieu" correpondent-elles à une action en exclusion ?

Le fait de provoquer des dissensions semble être un grave péché, or en 1 Cor 1,10, cette attitude ne reçoit le même traitement qu'en Gal 5 et Ti 3 (pas de mesure disciplinaire) :

"Je vous encourage, mes frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous le même langage : qu'il n'y ait pas de divisions parmi vous ; soyez bien unis, dans la même pensée et dans le même dessein. En effet, mes frères, les gens de Chloé m'ont appris qu'il y a des disputes parmi vous. J'entends par là que chacun de vous dit : « Moi, j'appartiens à Paul ! » — « Et moi, à Apollos ! » — « Et moi, à Céphas ! » — « Et moi, au Christ ! »(1,10)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jugement et discipline chez Paul   Lun 28 Sep 2015, 18:34

Si l'on entend "exclusion" ou "excommunication" au sens très large d'"expulsion", c.-à-d. de rejet (au moins provisoire) d'un membre de la communauté à l'extérieur de celle-ci, il semble parfaitement clair que cette forme de discipline se pratique dans diverses branches du christianisme primitif (peut-être vaudrait-il mieux parler en l'occurrence de "racines" que de "branches", puisqu'on se situe avant leur rassemblement dans un "tronc commun" = la "grande Eglise" du IIe siècle). Mais on ne peut guère préciser davantage qu'au cas par cas, je veux dire texte par texte, les causes (motifs) et les effets (religieux et sociaux) d'une telle mesure, qui ne sont pas forcément les mêmes dans tous les cas ni dans tous les milieux; et surtout sans s'imaginer qu'il existe un "règlement", un "droit" ou une "jurisprudence" unifiés et cohérents à ce stade.

- "Livrer au (ou à) Satan", en 1 Timothée 1,20, copie la formule de 1 Corinthiens 5,5, qui impliquait bien une forme d'exclusion (la phrase la plus claire à cet égard étant celle de 1 Corinthiens 5,13b, "ôtez/expulsez le méchant du milieu de vous"); elle pourrait (ce n'est pas sûr) signifier davantage, p. ex. une malédiction solennelle (comme ailleurs l'"anathème", cf. 12,3; 16,22; Romains 9,3; Galates 1,8s) réputée efficace, capable même de provoquer la mort (relire tes posts de 2013 plus haut dans cette page). Mais le contexte de 1 Corinthiens la situe dans une perspective particulière: en livrant x à Satan, c'est la chair et elle seule qu'on livre à la destruction, afin que l'esprit soit sauvé. C'est donc bien une sorte de condamnation à mort (qu'on l'entende au sens réel ou symbolique), mais à une mort "physique seulement", selon un schéma anthropologique dualiste (chair / esprit) voire "trichotomiste" (chair / âme / esprit), où en tout cas l'"homme" (anthrôpos) n'est pas que "chair". Cet élément d'affinité gnostique (cf. en 2,13ss et 15,44s la distinction entre l'homme "naturel" = "animal" = "psychique" et le "spirituel" = "pneumatique", qui se rattachent respectivement à l'âme, psukhè-anima, et à l'esprit, pneuma-spiritus) n'est évidemment pas repris en 1 Timothée, texte résolument anti-gnostique comme l'ensemble des "Pastorales" (Timothée-Tite). Dans ce dernier cas, au lieu d'une distinction de "parties" ou de "niveaux" dans l'"homme", c'est une discipline globale de l'homme qui est envisagée, dans une perspective temporelle d'amendement ("pour qu'ils apprennent..."; cf. 2 Timothée 2,25, bien que ce dernier passage suggère une mesure disciplinaire plus "douce" ou plus "légère", sans "exclusion"); ce qui suppose qu'elle soit aussi conçue a priori comme provisoire, et qu'elle n'entraîne pas (ou plus) la mort physique, alors qu'en 1 Corinthiens 5 elle pourrait bien être lue comme définitive (mais partielle, puisque c'est la "chair" qui est détruite, l'"esprit" étant sauvé au jour du Seigneur).

- "Dissension" et "secte" sont des traductions différentes mais également défendables pour hairesis, dérivé du verbe haireô = choisir, qui va aboutir au sens d'"hérésie" mais n'a généralement pas encore cette connotation négative dans le NT (les "sectes", ce sont par exemple les "écoles" ou "partis" religieux ou philosophiques, comme "les pharisiens", "les sadducéens" ou "les nazôréens" dans les Actes); dans les Pastorales, en revanche, on est déjà tout près du sens ecclésiastique d'hérésie équivalente à l'hétérodoxie (l'"hérétique" étant celui qui choisit une "autre opinion", heterè doxa, que la tradition communément reçue dans l'Eglise), d'autant que Tite 3,10 emploie le substantif dérivé et bientôt spécialisé hairetikos = "hérétique".

- Le verbe rendu dans ce verset par "éloigner", paraiteomai, n'a pas en soi de sens plus précis que sa traduction française (cf. ses autres emplois dans les Pastorales: repousser des "fables", 1 Timothée 4,7; refuser les "jeunes veuves" pour la liste spécifique, 5,11: elles ne sont évidemment pas "excommuniées" !; repousser des débats extravagants, 2 Timothée 2,23). C'est le contexte ("après un premier et un second avertissement") qui suggère en Tite 3,10 une mesure formelle et relativement sévère.

- La formule "ne pas hériter le royaume de Dieu" en 1 Corinthiens 6 n'est pas strictement disciplinaire, mais eschatologique: elle ne se réfère pas à la mesure prise par l'Eglise contre un "pécheur", mais à son sort lors de la parousie future (cf. son emploi "anthropologique" au sens ci-dessus, sans aucun rapport à une discipline quelconque, en 15,50).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jugement et discipline chez Paul   Aujourd'hui à 23:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Jugement et discipline chez Paul
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Coup de gueule de Mallaury Nataf chez Paul Amar
» Prédestination chez Paul?
» La foi et les oeuvres chez Paul et Jacques
» Le Jugement Dernier selon le catéchisme de l'église catholique
» La foi, les oeuvres... et la grâce !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: