Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4697
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Mar 16 Fév 2010, 19:02

Il faut aussi noter que ce passage d'Actes 19 fait doublet avec les guérisons de Pierre, 5,12-16, la confrontation de ce dernier avec Simon le Mage, 8,9ss, celle de Saul-Paul(us) avec Elymas, 13,6ss... pour se faire une meilleure idée des procédés rédactionnels constitutifs de la trame narrative des Actes.
Quant à l'exorcisme, il est clairement revendiqué par de nombreux chrétiens comme pratique non spécifique, commune avec le pharisaïsme notamment (cf. Matthieu 12,27; son absence dans le johannisme est plutôt une exception qui rapprocherait celui-ci du courant sadducéen), et il fait partie intégrante de la théologie chrétienne ancienne et médiévale, donc encore aujourd'hui de la théologie officielle catholique p. ex. -- même s'il a été relégué à l'arrière-plan dans la pratique depuis les Lumières...
Ce qu'on appelle "magie" comme ce qu'on appelle "paganisme", ce sont les pratiques des autres, quand même pour un observateur neutre elles sont largement comparables.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3666
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Mer 17 Fév 2010, 11:50

spermologos a écrit:
Ce qu'on appelle "magie" comme ce qu'on appelle "paganisme", ce sont les pratiques des autres, quand même pour un observateur neutre elles sont largement comparables.

Bonjour Didier,
Remarque très pertinente.
Le livres des Actes témoigne que les croyants de l'époque étaient superstitieux et convaincu du pouvoir magique des apôtres.
Actes 19 rapporte l'épisode cocasse des guérisons de Paul "si bien que même (on appliquait) sur les malades des mouchoirs ou des tabliers qui avaient été pris sur son corps", n'oublions pas Pierre dont on croyait aux vertus curatives de son ombre "à tel point qu'on apportait les malades dans les rues et qu'on les plaçait sur des lits et des grabats, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu'un d'eux." (5,15).
Les "autres" étaient des charlatans et les apôtres accomplissaient des miracles divins.
Il semble que l'argent soit un element dont il faut tenir compte pour pouvoir déterminer "le charlatan" ou "le faiseur de miracle".
Actes 8 parle du dénommé Simon qui a voulu aheter le pouvoir que confère l'Esprit saint "Mais Pierre lui dit:" Périsse ton argent avec toi, puisque tu as pensé acquérir le don de Dieu à prix d'argent!" (8, 20)
(Je remarque au passage que le livres des Actes reconnait à Simon de vrais pouvoirs magiques, sans les attribuer au Diable ou force occulte "un homme nommé Simon, qui pratiquait la magie et qui émerveillait le peuple de la Samarie" 8, 9, les apôtres ne lui demnadent pas de renoncer à ces pratiques).
Actes 19 semble condamner la magie lorsqu'elle constitue un commerce lucratif, lorsque qu'un autodafé est organisé, le texte precise "On en estima la valeur et on trouva (qu'elle était de) cinquante mille pièces d'argent." (19, 18-19).
Le lien magie/argent est mis en évidence.
La gratuité rend la magie acceptable.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4697
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Mer 17 Fév 2010, 13:02

Bonne observation, mais d'un autre côté ce genre d'argument ad hominem (attribuer aux "autres" un intérêt sordide ou quelque autre motivation inavouable) s'applique en fait (dans Luc-Actes en particulier mais pas exclusivement) à toutes sortes de "méchants", adversaires ou concurrents, et non pas seulement aux "magiciens" (cf. p. ex. Luc 16,14, les pharisiens; 22,5, Judas; Actes 5 Ananias et Sapphire; 8 Simon le Mage, 16,16ss les maîtres de la pythonisse; 24,26 Félix comme contre-exemple du fonctionnaire romain corrompu qui ne fait pas justice aux chrétiens).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3666
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Mer 17 Fév 2010, 16:27

Seulement nous devions nous souvenir des pauvres, ce que j'ai eu bien soin de faire.
Gal 2, 10

L'accord que trouve Paul avec les apôtres est assorti d'une condition, proceder au ramassage des "cotisations" ou "dons" afin de les envoyer à la communauté de Jérusalem.
Ces dons sont un besoin vital pour la communauté "mère" de Jérusalem mais aussi un moyen d'assoier sont autorité en prelevant cet "impot".
En acceptant le paiment de cet "cotisation" Paul accompli un acte d'allegeance.
D'ailleurs l'organisation de la collecte va être un souci majeur de Paul.

Quant à la collecte en faveur des saints, suivez (...) Le premier jour de la semaine, que chacun de vous mette à part chez lui
1 Cor 16, 1-2

Je l'atteste, ils ont donné volontairement selon leurs moyens, et même au delà de leurs moyens,
nous demandant avec de grandes instances la grâce de prendre part à ce ministère en faveur des saints.
2 Cor 8, 3-4

Le transport de fond est assuré par Tite "Nous prenons cette mesure, afin que personne ne puisse nous blâmer au sujet de cette abondante collecte à laquelle nous donnons nos soins" (8,20).
Paul est chargé d'apporter ce trésor de guerre "Présentement je vais à Jérusalem, pour venir en aide aux saints. (...) une collecte en faveur des saints de Jérusalem qui sont dans la pauvreté." (Rm 15, 25-26)

Les églises du 1er siecle,hors Jérusalem,devaient-elles verser une "cotisations" d'adhesion au christianisme ?

Pourquoi Paul nourrit-il des craintes de voir cette collecte refusée "afin que j'échappe aux incrédules qui sont en Judée, et que l'offrande que je porte à Jérusalem soit agréable aux saints" (Rm 15, 31) ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4697
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Mer 17 Fév 2010, 17:59

Citation :
Pourquoi Paul nourrit-il des craintes de voir cette collecte refusée "afin que j'échappe aux incrédules qui sont en Judée, et que l'offrande que je porte à Jérusalem soit agréable aux saints" (Rm 15, 31) ?

Ben... peut-être parce que personne à Jérusalem ne lui a jamais rien demandé, et que la fameuse collecte n'est rien d'autre que sa propre initiative "stratégique" visant à faire avaler à ses correspondants judéens (qui ne se comprennent pas du tout comme des judéo-chrétiens) une communion avec ses Eglises et son Evangile, dont ils ne veulent absolument pas...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Hérode

avatar

Nombre de messages : 319
Age : 106
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Mer 17 Fév 2010, 18:13

Vous êtes passé d'un sujet général à un commentaire des Actes.
Il faudrait diviser à partir de Lun 15 Fév - 11:07
Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4697
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Jeu 18 Fév 2010, 13:52

Trop tard, nous avons encore bifurqué (17.2, 14h27) en direction de la collecte dans les épîtres pauliniennes -- un des très rares éléments concrets susceptibles de nous renseigner sur le(s) (pré-)christianisme(s) du Ier siècle précisément.

Il est quand même intéressant de relever les échos déformés de cette collecte dans les Actes: initiative d'Antioche, suite à l'annonce, par un prophète de Jérusalem tout de même, d'une famine... universelle et non particulière à la Judée! (11,27ss) -- explication anecdotique totalement absente des épîtres et vraisemblablement inspirée de Josèphe. Barnabas et Saul (dans cet ordre) n'en sont plus que les préposés. L'exécution de leur mission est évoquée dans des formules embarrassées (12,24s) qui ont pour effet de multiplier les visites à Jérusalem (cf. 15,22ss; 21) et produisent l'illusion des "trois voyages missionnaires" retenus par les biographies traditionnelles de Paul. Mais le résumé de 24,17 réunit ce que les récits précédents ont artificiellement divisé: "Après bien des années, je suis venu faire des aumônes à ma nation (cf. 11,27ss; 12,24) et présenter des offrandes (au temple, 21)." L'intérêt de cette formule est qu'elle situe bien la collecte, en dépit de tout le reste, comme une tentative (ratée) pour faire avaliser la "mission" paulinienne par le judaïsme palestinien "officiel" (qui a pour centre le temple), et non par une "secte" judéo-chrétienne particulière qui serait déjà en marge de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3666
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Ven 19 Fév 2010, 16:01

spermologos a écrit:
." L'intérêt de cette formule est qu'elle situe bien la collecte, en dépit de tout le reste, comme une tentative (ratée) pour faire avaliser la "mission" paulinienne par le judaïsme palestinien "officiel" (qui a pour centre le temple), et non par une "secte" judéo-chrétienne particulière qui serait déjà en marge de celui-ci.

Dois-je conclure que,
La communauté de Jérusalem était constituée de croyants juifs, qui pratiquaient le culte conformement à la torah et consideraient le temple comme le centre de leur culte.
Ces croyants étaient attachés à leur judaïté, ils ne connaissaient pas la notion de "judéo-chrétiens".
cela explique pourquoi Jacques et les anciens ont contraint Paul a observer la loi rituelle de la torah, afin qu'il devienne un "observateur de la loi".

"Le lendemain, Paul se rendit avec nous chez Jacques, et tous les Anciens s'y réunirent.
Après les avoir salués, il raconta en détail tout ce que Dieu avait fait parmi les Gentils par son ministère.
Ce qu'ayant entendu, ils glorifiaient Dieu; et ils lui dirent: " Tu vois, frère, combien il y a de myriades, chez les Juifs, de ceux qui ont cru, et tous sont zélateurs de la Loi.
Or ils ont appris sur toi que tu enseignes à tous les Juifs (dispersés) parmi les Gentils de déserter Moïse, leur disant de ne pas circoncire leurs enfants et de ne pas se conformer aux coutumes.
prends-les avec toi, purifie-toi avec eux et paie pour eux afin qu'ils se rasent la tête. Ainsi tous sauront que les rapports faits sur ton compte sont sans valeur, et que toi aussi tu te conduis en observateur de la Loi.
Alors Paul prit avec lui ces hommes, et le lendemain, purifié avec eux, il entra dans le temple, faisant connaître le terme des jours de la purification, où l'oblation serait présentée pour chacun d'eux."
Actes 21, 21.....
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4697
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Sam 20 Fév 2010, 00:29

Je ne pense pas que le chapitre 21 des Actes soit, plus que le reste, le compte rendu même approximativement exact d'un événement historique; ni qu'il soit possible de reconstituer les événements qui auraient pu, ne serait-ce qu'indirectement, l'inspirer.

Je me contenterai d'observer que du point de vue du christianisme déjà "établi" de "l'auteur" ou des "rédacteurs", qui est clairement distinct du judaïsme, l'ekklèsia de Jérusalem est un objet singulier et hautement contradictoire. D'un côté elle est 100 % "chrétienne" dès le jour de la Pentecôte, elle préside à l'expansion et à l'adaptation de son "christianisme" parmi les "païens", pour lesquels elle constitue une sorte d'autorité centrale, régulatrice et bienveillante. De l'autre elle reste 100 % juive, incluant massivement prêtres (6,7) et pharisiens (15,5) en exercice (non pas des ex!), de plain pied avec "le peuple" comme avec le temple (donc pas du tout "marginale" par rapport au judaïsme officiel, bien qu'en tension avec les "grands prêtres" ou l'aristocratie sadducéenne - 4,1ss; 5,17ss; 9,1 etc.; 19,14; 23,2ss). Rien ne semble distinguer ses "anciens" qui siègent avec les apôtres de ceux qui siègent aux côtés des grands prêtres au sanhédrin... A part les grands prêtres, ce sont des Juifs de la diaspora qui sont désignés comme fauteurs de troubles (6,9; 17,13; 21,27; 24,19). Tout se passe donc comme si l'auteur voulait, à travers elle, situer l'Eglise universelle du IIe siècle comme l'héritière légitime du judaïsme du Second Temple, et les juifs non chrétiens comme des renégats ou des égarés.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3666
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Lun 22 Fév 2010, 12:35

spermologos a écrit:
Rien ne semble distinguer ses "anciens" qui siègent avec les apôtres de ceux qui siègent aux côtés des grands prêtres au sanhédrin... A part les grands prêtres, ce sont des Juifs de la diaspora qui sont désignés comme fauteurs de troubles (6,9; 17,13; 21,27; 24,19). Tout se passe donc comme si l'auteur voulait, à travers elle, situer l'Eglise universelle du IIe siècle comme l'héritière légitime du judaïsme du Second Temple, et les juifs non chrétiens comme des renégats ou des égarés.

Quelle révélation !!!
Les anciens qui siègeaient avec les apôtres correspondraient à ceux qui siègent aux côtés des grands prêtres au sanhédrin.
La lecture du livre des Actes me désoriente, surement à cause de l'opposition que tu soulignes entre le 100% juif et le 100% chrétien.
J'étais persuadé ques le terme "anciens" faisait reference à la structure chrétienne avec ces "anciens", comparable avec ce que nous retrouvons dans les congragations des TdJ ou à l'appelation "évêque" que l'on retrouve en Actes 20,28 "Prenez garde à vous-mêmes et à tout le troupeau sur lequel l'Esprit-Saint vous a établis évêques, pour paître l'Eglise de Dieu, qu'il s'est acquise par son propre sang."

J'ai du mal à m'expliquer egalement les paroles attribuées à Jacques "Ce qu'ayant entendu, ils glorifiaient Dieu; et ils lui dirent: " Tu vois, frère, combien il y a de myriades, chez les Juifs, de ceux qui ont cru, et tous sont zélateurs de la Loi." (Ac 21, 20).
En effet ces paroles arrivent juste aprés le récit de Paul qui racontent son ministère auprés des gentils (v 19). La prédication rencontrent du succes parmi les populations non-juives. De plus pourquoi Jacques trouve t-il bon de dire "tous sont des zélateurs de la Loi" ?
La prédication aurait-elle comme effet de renforcer le respect et la mise en pratique de la Loi ?

Dans ce contexte que penser d'Apocalypse 3,9
"Voici que je te donne quelques-uns de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs, et ne le sont point, nais ils mentent; voici, je les ferai venir se prosterner à tes pieds, et ils connaîtront que je t'ai aimé."

Quelles tensions traduits ce verset ?

A la fin du 1er siecle il semble que l'observance de la loi était toujours une polémique parmi les chrétiens . Jusqu'a quand à duré ce débat ?

"Mais j'ai contre toi quelques griefs; c'est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui conseillait à Balac de mettre devant les fils d'Israël une pierre d'achoppement, pour les amener à manger des viandes immolées aux idoles et à se livrer à l'impudicité." Apo 2,14
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4697
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Lun 22 Fév 2010, 14:39

A toutes fins utiles, je souligne à nouveau: je parlais de l'ekklèsia de Jérusalem comme fiction littéraire des Actes et non comme réalité historique. Et de ce point de vue les "anciens" (presbuteroi) me semblent en effet avoir un statut ambigu, tantôt aux côtés du grand prêtre et du sanhédrin (4,5 etc.; 6,12; 23,14; 24,1; 25,15), tantôt aux côtés de Pierre et/ou de Jacques et des apôtres (15,2ss; 16,4; 21,18), sans que rien n'indique une institution ou des "nominations" distinctes. Ce qui, à mon sens, sert bien le projet de l'oeuvre. Ainsi la collecte envoyée aux "anciens" (11,30) est aussi destinée à la "nation", comme on l'a vu.

[Au passage, les "anciens" des autres Eglises sont pris différemment dans la fiction littéraire, puisqu'ils sont nommés par une autorité supra-locale (les émissaires des apôtres, 14,23), comme dans les Pastorales (cf. Tite 1,5), au lieu d'être une autorité purement locale comme dans les synagogues (schéma également suggéré pour les Eglises par les épîtres pauliniennes antérieures).]

Quant à la Loi, elle reste essentielle pour une bonne part du christianisme, même non juif, surtout en Syrie (Matthieu, Didachè), jusqu'à la "résolution" de la crise marcionite qui vers le milieu du IIe siècle va fédérer l'Eglise autour d'un nouveau compromis: la Loi est divine mais caduque. C'est cette orthodoxie qui va déterminer les "hérésies", marcionites ou gnostiques d'une part, "judéo-chrétiennes" de l'autre.

L'Apocalypse reflète sur ce point la position particulière d'un courant asiate, assez proche du prétendu "décret des apôtres" (Actes 15): on y retrouve (contrairement à Paul) l'interdiction formelle des idolothytes, et le symbolisme de la porneia et du sang y occupe une place importante.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3666
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Mer 24 Fév 2010, 15:10

Jésus et ses disciples n'envisagent en aucun cas une decendance. Aucune naissance n'est évoquée dans les éavngiles. Pourtant certains disciples étaient mariés (1Cor 9,5).
Pourtant la fertilité des femmes et la virilité des hommes onts des valeurs intengibles dans le juidaisme.
Jésus et les disciples se démarquent de ces valeurs.
"et il y a des eunuques qui se sont faits eunuques eux-mêmes à cause du royaume des cieux." (Mat19,12)
L'AT se caracterise par de nombreuses histoires de femmes stériles qui donnent naissances à des enfants.
Dans le NT JC n'a jamais accompli un miracle qui consisterai à rendre fertile une femme stérile.
Par contre on touve de terribles maledictions.
"Se tournant vers elles, Jésus dit: " Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants,
car voici venir des jours où l'on dira: Heureuses les stériles, et les entrailles qui n'ont point enfanté et les mamelles qui n'ont point allaité!"
(Luc 23,28-29)
Les chrétiens du 1er siecles avaient crée le premier planning familial élaborant des méthodes contraceptives ?
Pourquoi ce rejet des valeurs traditionnelles juives ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4697
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Mer 24 Fév 2010, 17:21

Ici encore, c'est seulement en sous-estimant la diversité du judaïsme au Ier siècle qu'on peut parler de "valeurs traditionnelles juives" et leur opposer les textes chrétiens, surtout en bloc.
"L'ascétisme" (terme fourre-tout, si j'ose dire, car les renonciations au plaisir en général, à la sexualité particulièrement, au mariage ou à la procréation ne sont pas forcément superposables) peut se fonder sur toutes sortes de raisons distinctes en principe et pourtant susceptibles de se combiner les unes aux autres (eschatologique: la fin est proche; métaphysique: le corps, la matière est la prison de l'esprit; morale: le juste doit s'affranchir des passions; symbolique: la sexualité doit être dégagée de sa réalisation concrète pour devenir emblème spirituel, etc.). En dépit de ces différences il est indéniablement dans l'air du temps (à la faveur de l'influence prépondérante du stoïcisme sur la philosophie populaire dans tout l'empire, notamment) et marque une tendance extrêmement répandue dans des branches du judaïsme que beaucoup de choses séparent par ailleurs (Qoumrân, Hénoch, Testaments des Patriarches, Sagesse, Philon, IV Maccabées, etc.). C'est vrai aussi des textes chrétiens dont "l'ascétisme" s'appuie également sur des logiques très différentes selon les cas. Et même lorsque l'Eglise émergente prendra ses distances avec le refus spécifiquement gnostique du mariage et de la procréation (Pastorales), elle conservera d'autres traits ascétiques (exaltation de la virginité et/ou de l'abstinence sexuelle, jeûne, condamnation des "passions" et de la "chair", etc.) qui lui sont indispensables pour se justifier au regard de l'esprit du temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3666
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Jeu 25 Fév 2010, 18:09

Le deplacement de capital, de Jerusalem à Rome n'a-t-il pas été voulu par Paul (épitre aux romains), afin de provoquer une rupture géographique avec le judaïsme ?
Revenir en haut Aller en bas
Sherlock

avatar

Masculin Nombre de messages : 442
Age : 49
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Jeu 25 Fév 2010, 19:59

free a écrit:
Le deplacement de capital, de Jerusalem à Rome n'a-t-il pas été voulu par Paul (épitre aux romains), afin de provoquer une rupture géographique avec le judaïsme ?

Je ne lis rien dans le chapitre 1 qui confirmerait une telle idée.
Revenir en haut Aller en bas
http://questionsbibliques.e-monsite.com/
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4697
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Jeu 25 Fév 2010, 20:05

Rome est LA Ville (Urbs), "incontournable" (tous les chemins y mènent!) pour n'importe quel mouvement à visée universaliste. Cela dit, même si c'est un enjeu central, il ne me semble pas que l'épître aux Romains l'investisse d'une signification religieuse particulière (contrairement peut-être aux Actes, où l'itinéraire "de Jérusalem à Rome" est explicite). Dans un premier temps Antioche de Syrie et Alexandrie sont des noeuds tout aussi importants dans le réseau chrétien.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3666
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Ven 26 Fév 2010, 15:00

Pourquoi le judaïsme Alexandrin a-t-il été tenu à l’écart des débats d’interprétation de « l’événement Jésus » ?
Comment expliquer, que dès le début du 2e siècle, la présence d’un christianisme gnostique florissant ?

Quel est le devenir de la communauté de Jérusalem après la catastrophe de 70 ?
Abandon de sa spécificité judaïque en intégrant le christianisme hellénistique, ou réintégration dans le judaïsme rabbinique ?
Eusèbe parle d’un exode vers Pella (à l’est de la mer Morte), et dès le milieu du 2e siècle, Justin Martyr atteste de l’existence de mouvements judéo-chrétiens appelés les Ébionites. Ceux que, plus tard, Irénée et Épiphane considéreront comme hérétiques, sont-ils les descendants de la communauté dispersée de Jérusalem ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4697
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Ven 26 Fév 2010, 17:00

S'il y a un trait commun aux multiples écoles "juives" et "chrétiennes" d'Alexandrie, de Philon à Origène par exemple, c'est que globalement elles sont beaucoup plus portées sur les "idées" que sur les "événements". Et pour cette raison même je pense au contraire qu'elles ont apporté une contribution majeure à l'interprétation, même si celle-ci n'a été comprise que tardivement, secondairement et partiellement comme interprétation d'un événement. Mais vouloir rendre compte du christianisme, surtout alexandrin, comme réaction à un "événement Jésus" est à mon sens une pétition de principe intenable.
Comme je l'ai dit plus haut, la seule "communauté ['chrétienne'] de Jérusalem" que je connaisse est celle, fictive, des Actes. Et les "judéo-chrétiens" du IIe siècle sont (négativement) tributaires de la nouvelle polarisation qui se dessine après 70: repoussés et par le judaïsme proto-rabbinique et par le christianisme proto-catholique; qu'ils aient des racines en Palestine ou même à Jérusalem, c'est possible, mais c'est loin d'être assuré.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Hérode

avatar

Nombre de messages : 319
Age : 106
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   Ven 26 Fév 2010, 19:44

Sherlock a écrit:
free a écrit:
Le deplacement de capital, de Jerusalem à Rome n'a-t-il pas été voulu par Paul (épitre aux romains), afin de provoquer une rupture géographique avec le judaïsme ?

Je ne lis rien dans le chapitre 1 qui confirmerait une telle idée.

Ni dans le reste que l'épître s'adresse aux Romains.
Son contenu en ferait plutôt une épitre aux Alexandrins.
Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment se présentait le christianisme au 1er siècle?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» La pénétration du christianisme dans le monde celtique
» christianisme :de secte à religion grâce à Rome
» Comment corrompre les enfants, c'est pas sorcier!
» Mithraïsme et Christianisme
» Torah de Dieu VS Christianisme actuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: