Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De l'indigestion religieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: De l'indigestion religieuse   Mar 23 Fév 2010, 16:55

S'il y a des indigestions religieuses, c'est peut-être tout simplement parce que tout le monde n'a pas les mêmes "besoins" dans ce domaine, et que certains ont été contraints par leur culture ou leur éducation à ingurgiter plus de religion qu'ils ne l'auraient souhaité, et/ou d'un type qui ne leur convenait pas.

De cette observation plutôt banale, je proposerais cette analyse qui l'est peut-être un peu moins: ce sont précisément les religions qui se veulent universelles, non élitistes et non hiérarchisées qui s'avèrent le plus communément indigestes. Justement parce qu'elles s'estiment bonnes pour tout le monde, mauvaises pour personne, et que partant de ce principe elles n'imaginent même pas que quiconque puisse en abuser: au contraire, nul n'en aura jamais assez.

Le médecin qui croit à son remède au point d'ignorer que c'est aussi un poison ne s'embarrassera guère de posologie, et c'est cela qui le rend particulièrement dangereux...

Qu'en pensez-vous?

http://oudenologia.over-blog.com/pages/risques-des-textes-risques-du-livre-2633047.html


Dernière édition par spermologos le Mer 24 Fév 2010, 02:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
seb



Masculin Nombre de messages : 1417
Age : 43
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mar 23 Fév 2010, 17:51

Je me demande, cherche-t-on à imposer sa religion "bonne pour tous le monde, mauvaise pour personne" pour le bien des autres, ou pour son propre bien à soi? L'uniformisation de la pensée ne sert-il pas avant tout ceux qui l'imposent? Ne raisonne-t-on pas ainsi en nous-même: "Si l'on pense différemment de moi, c'est surement que l'on a tort. Donc, il faut que tout le monde pense comme moi, pour que tout le monde ait raison."
Lorsque cette logique est institutionalisée, cela débouche immanquablement sur des abus. Lorsqu'une institution religieuse impose son dogme, elle le fait souvent sans retenue. Elle martèle encore et toujours les mêmes idées, s'assure de son contrôle. Plus ce contrôle est total, et plus la contradiction devient insupportable. Elle fait donc tout pour la faire taire, quitte à rendre son message indigeste tellement il en devient rigide.
Revenir en haut Aller en bas
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mar 23 Fév 2010, 20:39

Ce que je voulais pointer, c'est que c'est justement le refus des différenciations internes et externes qui aboutit à un type de religion qui n'a pas d'autre raison d'exister que d'avoir raison sur la scène de la raison universelle, et qui devient de ce fait omniprésente à l'intérieur et compulsivement conquérante à l'extérieur (par l'apologétique, la propagande et le prosélytisme sinon par les armes).

Déjà une religion ethnique se reconnaît ipso facto des limites externes. Il n'y a pas de prosélytisme hindou, sikh ou zoroastrien, sinon par contresens occidental. Le judaïsme est d'autant plus réticent à accepter des prosélytes qu'il est de stricte observance. Dans la quasi-totalité du monde, à vrai dire, l'appartenance religieuse reste très majoritairement affaire de naissance, même pour des religions en principe universelles comme le bouddhisme, le christianisme ou l'islam. En règle générale, on ne pratique pas une religion parce que c'est la bonne, mais simplement parce que c'est la nôtre. Et on ne l'a pas choisie.

Sur le plan des différenciations internes, un système hiérarchique, sacerdotal ou clérical tend à circonscrire les contacts de la population avec le religieux à des lieux et à des moments particuliers, et somme toute exceptionnels. La délimitation de fait d'un espace et d'un temps sacrés garantit l'existence d'un espace et d'un temps profanes, même là où ces distinctions n'ont plus de fondement théorique. Tout le monde n'est pas prêtre, ni moine, ni saint, ce n'est pas tous les jours vendredi, ni shabbat, ni dimanche. Ceux qui se consacrent à la religion le font éventuellement pour les autres, mais pas pour que les autres fassent comme eux.

Les mouvements qui, de façon récurrente, récusent ce type de structures, souvent avec d'excellentes raisons religieuses au départ, génèrent fatalement un type de religion très différent, moins formaliste en apparence, mais beaucoup plus pesant sur la vie de chacun en fait: s'il n'y a plus de prêtres ou de saints, tout le monde doit être prêtre ou saint; s'il n'y a plus de temple, chaque famille doit en constituer un; s'il n'y a plus de liturgie en langue sacrée, tout le monde parle religion dans la langue commune; s'il n'y a plus de jours sacrés, tous les jours sont chargés de sacralité. Du pharisaïsme à l'émiettement du protestantisme, c'est la même dynamique fondamentale, avec en prime un glissement du rituel vers la doctrine et la morale -- c'est-à-dire vers un terrain où on ne se contente plus de se distinguer des autres, mais où il faut avoir raison contre les autres et si possible les convaincre; ce qui est désormais l'affaire de tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1492
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mar 23 Fév 2010, 22:15

J'apprécie tout particulièrement ton "moins formaliste en apparence", car c'est le propre de ce genre de religion que de taxer de "formaliste" toute forme de culte qui ne correspond pas à la forme qu'elle prend elle-même.

Pour avoir suivi à l'occasion quelques débats passionnés (mais souvent pas passionnants) entre TdJ et évangéliques, sur "un poisson dans le net" par exemple, je n'ai eu que trop l'occasion d'être frappé par ces arguments plats, ces joutes sans fin et sans fond, où aucun des deux camps ne semblait réaliser que sa "vérité" ne se justifie jamais qu'à l'intérieur d'elle-même et n'a par conséquent aucune chance d'emporter l'adhésion de qui se situe hors d'elle. Avec, comme toile de fond, l'accusation perpétuelle, que la religion, la doctrine, la pratique de l'autre n'est que formalisme, confort mental, "chatouillis d'oreille", pharisaïsme...

Ce drôle de terme que tu as choisi, "l'indigestion", résume bien ce que j'éprouvais en lisant: j'ai été saisi, presque littéralement, par un sentiment de nausée.

Pourtant, je garde, paradoxalement, une parfaite compréhension des mécanismes qui animaient les protagonistes, pour les avoir moi-même fait fonctionner, toute proportion gardée, car je n'ai jamais pugnace, ni un passionné de ma propre foi au point de ces gens que j'ai lus.
Car enfin, admettre pour un TdJ que la religion n'est qu'un aspect de sa vie, qu'elle ne saurait être le seul ni même qu'elle n'est le vrai dominant de sa vie, c'est déjà impensable. C'est sa définition même du religieux qui est en cause: la religion n'est pas un "aspect" de la vie, elle EST la vie (ou en tout cas elle devrait l'être, c'est sa place "naturelle") et tout croyant qui verrait ça autrement ne pourrait qu'être un "faible"...

Où l'on en revient à la force des mots, au discours qui devient à lui seul vérité, même si les faits ne leurs correspondent que de loin. Combien de TdJ parlent de leur retraite, achètent une maison car dans 25 ans ils seront propriétaires et n'auront plus à payer de loyer, font le plus naturellement du monde des enfants en plaçant sur un compte d'épargne en vue de leurs études, etc. Ils vivent leur vie le plus "occidentalement" du monde, et pensent à l'avenir dans "ce système de choses". Il ne reste bien souvent de l'orthodoxie téjie qui veut que l'on ne croit pas en l'avenir de ce système, qu'on ne fait pas partie du monde, que les objectifs sont avant tout de travailler à la vie dans l'ordre nouveau, etc... qu'un discours, des mots auxquels on prétend d'autant plus croire que la vie de tous les jours montrent qu'on y croit pas tant que ça. Il y a bien sûr une pratique religieuse, incontestable, et qui a aussi une place importante dans la vie de l'adepte, mais l'essentiel de la foi du TdJ passe avant tout par le discours, je crois.
Et c'est un discours qui balaie tout sur son passage, ne sait admettre la remise en question, justement parce qu'il est avant tout un discours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mar 23 Fév 2010, 23:39

magnifique analyse comme toujours spermo, excellent commentaire BB. Je me régale.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mer 24 Fév 2010, 01:01

@ BB:
Cette inflation du discours religieux - plus sa masse augmente, moins il vaut, comme pour la masse monétaire - c'est tout à fait ce que l'épître de Jacques reproche au christianisme post-paulinien. Et cela rappelle aussi l'image du levain - explicitée en "doctrine" ou en "hypocrisie" - dans les Synoptiques.

D'une indigestion religieuse on peut vomir et rester dégoûté à vie. C'est peut-être la réaction la plus saine. Mais on peut aussi mal digérer et tenir bon - qui verra la différence, dès lors que seul le discours compte? On a alors la religion prêchée par des gens qui ne savent pas de quoi ils parlent, thème qui me semble évoqué par deux piques évangéliques (au sens large) contre les pharisiens (qui ont bon dos, naturellement):
"Ils lient des charges lourdes, difficiles à porter, pour les mettre sur les épaules des gens, mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt." (Matthieu 23,13)
"Ils ressemblent à un chien couché sur la mangeoire des boeufs: il ne mange ni ne laisse les boeufs manger." (Thomas 102).
D'une part (côté poison) l'irresponsabilité de celui qui n'a pas la moindre conscience du poids que représente son discours pour ceux qui s'aventureraient à le prendre au sérieux, ce qui ne lui est jamais venu à l'esprit... (grand thème kierkegaardien: que quelqu'un vienne à faire ce que le pasteur prêche tous les dimanches, le scandale est assuré!).
D'autre part (côté remède) l'obstruction des "vertus" potentielles de la religion pour ceux à qui elles seraient utiles, vertus qu'il occulte faute de les voir, parce qu'il n'en a pas lui-même besoin.
Il me revient en mémoire ce qu'un (bon) pasteur et professeur de théologie disait à ses étudiants qui se demandaient s'ils avaient "la vocation": "Si vous pouvez faire autre chose, n'hésitez pas: faites-le."
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mer 24 Fév 2010, 13:03

D'après les dictionnaires une indigestion provient d'une mauvaise digestion. Ce n'est donc pas la nourriture qui est remise en question mais plutôt soit le fonctionnement interne du corps soit la trop grand gloutonnerie. Familèrement il est aussi écrit que avoir une indigestion de quelque chose: en avoir trop mangé, trop consomé.
Dans tous les cas ce n'est pas la matière qui est en cause mais la consomation qui en est faîte.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mer 24 Fév 2010, 14:00

Je suis parti du sens figuré du mot, mais même au sens propre je l'entendais - peut-être à tort - de façon un peu plus lâche, non exclusive de ce qu'on nommerait plutôt aujourd'hui "intoxication alimentaire"; sans aller jusque-là il y a bien des aliments plus ou moins digestes, même si ça dépend aussi (et peut-être surtout) pour qui.
L'image, qui a ses limites (comme celle, distincte, du remède-poison), ne se voulait qu'au service d'une idée toute simple: une religion qui, sous les meilleurs prétextes (vérité, unité, égalité...), ignore les différences qualitatives et quantitatives, individuelles ou culturelles, qui font que tout le monde n'a pas les mêmes besoins (ni la même tolérance), va faire des dégâts.
Je dis religion parce que c'est de ça qu'on parle, mais ça vaudrait peut-être aussi pour toutes les idéologies à visée universelle, comme l'humanisme contemporain.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
penellope



Nombre de messages : 19
Age : 52
Date d'inscription : 01/12/2009

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mer 24 Fév 2010, 22:01

Bonsoir,

Indigestion, intoxication alimentaires .... je crois que je suis en plein dedans.
J'apprécie de lire vos analyses, vos commentaires mais je ne trouve plus rien à dire sur la Bible, Dieu (et pourtant je suis convaincue qu'il existe) .... mais bof je ne trouve plus rien à dire ...voilà peut-être aussi un raz le bol de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Jeu 25 Fév 2010, 00:28

Rien ne vaut parfois le retour à la case désert; bienvenus alors la lassitude ou l'écoeurement qui nous y ramènent (cf. p. ex. 1 Rois 19,4ss).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Hérode



Nombre de messages : 319
Age : 106
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Jeu 25 Fév 2010, 02:49

seb a écrit:
Ne raisonne-t-on pas ainsi en nous-même: "Si l'on pense différemment de moi, c'est surement que l'on a tort. Donc, il faut que tout le monde pense comme moi, pour que tout le monde ait raison."

Je dirais plutôt : "Si l'on pense différemment de moi, c'est que je peux avoir tort.
Donc, il faut que tout le monde pense comme moi, pour que je pense avoir raison."
Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
seb



Masculin Nombre de messages : 1417
Age : 43
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Jeu 25 Fév 2010, 12:18

Hérode, ta version est encore plus effrayante que la mienne!
Revenir en haut Aller en bas
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Hérode



Nombre de messages : 319
Age : 106
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Ven 26 Fév 2010, 19:49

C'est la réalité de l'histoire du christianisme.

Quand on croit en plusieurs dieux, que le voisin ait un dieu différent du sien ne pose aucun problème.

Quand on prétend qu'il n'y a qu'un dieu, il faut expliquer l'existence des autres religions. Et l'explication chrétienne est qu'elles sont l'oeuvre du démon. Il faut donc au chrétien agresser tous les autres cultes pour rendre service à leurs fidèles.
Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1492
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Ven 26 Fév 2010, 20:19

Citation :
C'est la réalité de l'histoire du christianisme.

Que du christianisme, vraiment? C'est une description (assez bonne) de tous les dogmatismes que tu nous donnes là, qu'il soit religieux ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
seb



Masculin Nombre de messages : 1417
Age : 43
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Ven 26 Fév 2010, 20:26

Le dogme et la mort pour remplacer la science et la vie...

_________________
Si ton but est la croyance, ne parle qu'avec ceux qui la partagent. Si ton but est la connaissance, parle avec tout le monde!
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Ven 26 Fév 2010, 22:13

Quand on prétend qu'il n'y a pas de dieu, il faut expliquer l'existence des religions. Et l'explication athée est qu'elles sont l'oeuvre de la manipulation, de la peur ou de l'ignorance. Il faut donc à l'athée agresser tous les cultes pour rendre service à leurs fidèles.
Disons, pour nuancer un peu, qu'un certain athéisme occidental ressemble au dogmatisme monothéiste comme à son grand-père...
En fait le problème est plus complexe que ça, non seulement parce que le christianisme n'est pas l'inventeur du monothéisme (il aurait plutôt tendance à y réintroduire de la pluralité), mais aussi parce qu'il faut tenir compte d'un autre paramètre qui est indépendant du nombre des dieux: exclusivisme ou inclusivisme?
On peut croire en un seul Dieu inclusivement, en considérant que c'est bien lui que d'autres adorent sous de nombreux noms et de multiples manières; ou au contraire exclusivement, en déniant toute valeur aux autres cultes. Dans les deux cas on prête toujours une erreur relative aux autres, mais les conséquences sont très différentes. De même un polythéisme peut se montrer tolérant ou intolérant, considérer d'autres systèmes polythéistes comme équivalents du sien (en un peu moins bien quand même) et chercher des "traductions" de l'un à l'autre (comme dans le panthéon gréco-romain) ou au contraire les combattre. Dans la religion israélite les tendances exclusivistes du culte de Yhwh (Josias, Deutéronome) ont nettement précédé l'émergence du monothéisme (Deutéro-Isaïe), et celui-ci n'a pas empêché des tendances inclusives de resurgir en aval (récits des patriarches, Ruth, Jonas, etc.).
Ce qui me paraît particulièrement "indigeste" c'est le mariage de l'universalisme et de l'exclusivisme.
Toutes les opinions sont respectables.
Bon. C'est vous qui le dites.
Moi je dis le contraire.

C'est mon opinion: respectez-la donc!
(J. Prévert, Spectacle)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Hérode



Nombre de messages : 319
Age : 106
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Sam 27 Fév 2010, 00:11

spermologos a écrit:
Quand on prétend qu'il n'y a pas de dieu, il faut expliquer l'existence des religions. Et l'explication athée est qu'elles sont l'oeuvre de la manipulation, de la peur ou de l'ignorance. Il faut donc à l'athée agresser tous les cultes pour rendre service à leurs fidèles.
Disons, pour nuancer un peu, qu'un certain athéisme occidental ressemble au dogmatisme monothéiste comme à son grand-père...
Il conviendrait de remplacer ici le mot "athée" par "anticlérical".

Car je n'ai jamais lu chez de vrais anthropologues des religions qu'elles étaient inventées par des fourbes pour exploiter des imbéciles.

Personnellement, je n'ai pas le souvenir d'avoir eu envie d'expliquer à un croyant que les dieux n'existaient pas. D'ailleurs il n'a pas besoin de moi pour l'admettre à voir la réaction des chrétiens à qui j'explique que Jésus a toujours été dieu et jamais homme...

Citation :
En fait le problème est plus complexe que ça, non seulement parce que le christianisme n'est pas l'inventeur du monothéisme (il aurait plutôt tendance à y réintroduire de la pluralité), mais aussi parce qu'il faut tenir compte d'un autre paramètre qui est indépendant du nombre des dieux: exclusivisme ou inclusivisme?
On peut croire en un seul Dieu inclusivement, en considérant que c'est bien lui que d'autres adorent sous de nombreux noms et de multiples manières; ou au contraire exclusivement, en déniant toute valeur aux autres cultes. Dans les deux cas on prête toujours une erreur relative aux autres, mais les conséquences sont très différentes.
Mais le polythéisme gréco-romain qui évoluait en hénothéisme reconnaissait en Baal et en Amon l'équivalent de Zeus / Jupiter.
L'AT n'est pas clair sur le statut des autres dieux puisqu'il contient plusieurs doctrines d'âges différents.
Mais le NT est très clair : "Le diable, l'ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre, et lui dit: Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes; car elle m'a été donnée, et je la donne à qui je veux." Lc 4.5-6

"Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin." 1 Jn 5.19

Citation :
De même un polythéisme peut se montrer tolérant ou intolérant, considérer d'autres systèmes polythéistes comme équivalents du sien (en un peu moins bien quand même) et chercher des "traductions" de l'un à l'autre (comme dans le panthéon gréco-romain) ou au contraire les combattre.
Exemple ?

Citation :
Dans la religion israélite les tendances exclusivistes du culte de Yhwh (Josias, Deutéronome) ont nettement précédé l'émergence du monothéisme (Deutéro-Isaïe),
Certes

Citation :
et celui-ci n'a pas empêché des tendances inclusives de resurgir en aval (récits des patriarches, Ruth, Jonas, etc.).
C'est à dire ?

Citation :
Ce qui me paraît particulièrement "indigeste" c'est le mariage de l'universalisme et de l'exclusivisme.
Pas saisi.

Citation :
Toutes les opinions sont respectables.
Bon. C'est vous qui le dites.
Moi je dis le contraire.

C'est mon opinion: respectez-la donc!
(J. Prévert, Spectacle)
C'est une glose sur Maurras : "Vous ne pouvez pas au nom de vos principes me dénier les droits que vous dénie au nom des miens."
Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Sam 27 Fév 2010, 16:09

L'usage courant du mot "anticlérical" a en effet évolué dans le sens d'une attitude anti-religieuse militante, alors qu'il désignait à l'origine (et désigne encore, stricto sensu) l'opposition spécifique à l'emprise du clergé sur la vie publique (et notamment sur l'éducation), position partagée par de nombreux croyants et donc distincte, en principe et en fait, de la croyance en Dieu (fût-il unique).

Les exemples de polythéïsme intolérant sont légion, depuis l'hellénisme des séleucides (Antiochus IV surtout) jusqu'à l'évolution politique de l'hindouisme actuel. Le monothéisme n'a donc pas le monopole de l'intolérance.

Que l'interprétation exclusive du christianisme, comme du judaïsme, ait été dominante dans l'histoire, je n'en disconviens pas. Les textes de l'A.T. que j'évoquais (de manière non limitative, Job est un autre bon exemple) sont caractéristiques d'un contre-courant par rapport à l'exclusivisme intransigeant de la ligne "officielle" Deutéronome-Esdras, dans la mesure où ils figurent ostensiblement des "païens" dans une relation positive à "Dieu". Ce qui apparaît aussi ici et là dans le N.T. (cf. les personnages comme la Syro-phénicienne/Cananéenne dans les Synoptiques, Corneille ou les adorateurs du dieu inconnu dans les Actes): évidemment la "révélation" du moment proclame toujours sa supériorité, mais elle le fait parfois sur le mode, qualitatif ou quantitatif, du "plus ou moins (bien)" plutôt que sur celui, exclusif, d'un "oui ou non" ou d'un "tout ou rien". (Je pense par ailleurs que les textes de Luc et de 1 Jean que tu cites n'ont pas grand-chose à voir avec la question particulière des religions non-juives ou non-chrétiennes, ni l'un avec l'autre du reste.)

Quant au paradoxe de la tolérance, j'ai bien peur il n'ait pas d'âge...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Hérode



Nombre de messages : 319
Age : 106
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Sam 27 Fév 2010, 22:52

spermologos a écrit:
Les exemples de polythéïsme intolérant sont légion, depuis l'hellénisme des séleucides (Antiochus IV surtout)
Ca, c'est la version des Maccabées. C'est comme si vous jugiez la politique religieuse du Shah à travers les écrits de Khomeiny.

Citation :
jusqu'à l'évolution politique de l'hindouisme actuel. Le monothéisme n'a donc pas le monopole de l'intolérance.
L'Inde a un compte à régler avec l'islam. Les chrétiens sont bien mieux acceptés.

Citation :
Que l'interprétation exclusive du christianisme, comme du judaïsme, ait été dominante dans l'histoire, je n'en disconviens pas. Les textes de l'A.T. que j'évoquais (de manière non limitative, Job est un autre bon exemple) sont caractéristiques d'un contre-courant par rapport à l'exclusivisme intransigeant de la ligne "officielle" Deutéronome-Esdras, dans la mesure où ils figurent ostensiblement des "païens" dans une relation positive à "Dieu".
Reste à dater tout cela.

Citation :
Ce qui apparaît aussi ici et là dans le N.T. (cf. les personnages comme la Syro-phénicienne/Cananéenne dans les Synoptiques, Corneille ou les adorateurs du dieu inconnu dans les Actes):
Mais le NT n'est pas juif.

Citation :
évidemment la "révélation" du moment proclame toujours sa supériorité, mais elle le fait parfois sur le mode, qualitatif ou quantitatif, du "plus ou moins (bien)" plutôt que sur celui, exclusif, d'un "oui ou non" ou d'un "tout ou rien". (Je pense par ailleurs que les textes de Luc et de 1 Jean que tu cites n'ont pas grand-chose à voir avec la question particulière des religions non-juives ou non-chrétiennes, ni l'un avec l'autre du reste.)
A oui ? En quoi dire que le voisin adore le diable n'a pas de rapport avec sa religion ?
Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mar 02 Mar 2010, 13:25

Je reproche aux religions de réduire la foi (chrétienne) à une liste de croyances. Croire signifie dans le religion adherer à une liste de croyances, de dogmes constituant "la vérité".
La religion trouve ainsi suspect la notion de foi personnel, une relation individuelle de confiance vis-à-vis de Dieu. Les sentiments humains (joie, désir, rêves...) doivent s'effacer au profit du credo.
Il ne semble pas que se soit le sens de la foi dans le Nouveau Testament. Quand Jésus appelle Jaïrus à croire, quand il admire la foi du centurion , lorsqu'il dit à la femme malade ou à l'aveugle de Jéricho : "ta foi t'a sauvé", il ne se préoccupe pas des doctrines qu'ils professent, il ne les interroge pas sur la création, la naissance virginale, la résurrection....
La religion denature la foi en la reduisant en un "paquet de doctrines", qu'il faudrait accepter tout ficelé.
La foi c'est la vie qui peut s'exprimer par des croyances mais on ne peut assimiler cette foi à des croyances qui constitueraient "la vérité révélée".
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mar 02 Mar 2010, 13:56

Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1492
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mar 02 Mar 2010, 21:36

Dis-donc ce blog a plus d'un an... Tu l'avais déjà mis en lien ici? Je l'avais complètement raté si c'est le cas!

Ne sont-ce que des textes paru dans Théolib?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mar 02 Mar 2010, 21:55

A vrai dire, je n'ai pensé que récemment à utiliser les "pages" de ce blog pour mettre en ligne des articles plus ou moins vieux qui n'étaient pas sur le site de Théolib au gré de nos discussions ici, puisqu'il n'y a pas de section "fichiers" sur ce forum (j'ai déjà dû y renvoyer trois fois puisqu'il y a trois pages à ce jour, la dernière je l'ai mise en ligne aujourd'hui parce que le post de free m'a rappelé cet article de 2004).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mer 03 Mar 2010, 21:13

merci Didier de nous avoir indiqué ce blog. J'ai trouvé intéressant mais un peu ardu pour mes neurones le sujet sur croire malgré les croyances.

J'ai chaque fois l'impression de me trouver devant l'équivalent de l'oeuf de Colomb, c'est loqique mais encore fallait-il y penser.
Jean-Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Denysos



Masculin Nombre de messages : 43
Age : 64
Date d'inscription : 04/05/2010

MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Mar 04 Oct 2011, 14:45

spermologos a écrit:
S'il y a des indigestions religieuses, c'est peut-être tout simplement parce que tout le monde n'a pas les mêmes "besoins" dans ce domaine, et que certains ont été contraints par leur culture ou leur éducation à ingurgiter plus de religion qu'ils ne l'auraient souhaité, et/ou d'un type qui ne leur convenait pas.

De cette observation plutôt banale, je proposerais cette analyse qui l'est peut-être un peu moins: ce sont précisément les religions qui se veulent universelles, non élitistes et non hiérarchisées qui s'avèrent le plus communément indigestes. Justement parce qu'elles s'estiment bonnes pour tout le monde, mauvaises pour personne, et que partant de ce principe elles n'imaginent même pas que quiconque puisse en abuser: au contraire, nul n'en aura jamais assez.

Le médecin qui croit à son remède au point d'ignorer que c'est aussi un poison ne s'embarrassera guère de posologie, et c'est cela qui le rend particulièrement dangereux...
Qu'en pensez-vous?

http://oudenologia.over-blog.com/pages/risques-des-textes-risques-du-livre-2633047.html

Tout le monde n'a pas les mêmes besoins en matière religieuse, oui sans doute mais tout le monde a besoin de reconnaissance ce que ne donne pas forcément la religion. Ce n'est que dans la mesure où la religion comble les besoins de l'homme qu'il y fait référence. Dès l'instant où elle le déçoit, il ne peut s'en abreuver et continuer à "vivre".
Tandis que "Dieu" par définition ne déçoit pas.

L'image du médecin est particulièrement intéressante. De deux maux, il faut choisir le moindre ou aucun des deux, si le choix est possible.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'indigestion religieuse   Aujourd'hui à 23:36

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'indigestion religieuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une religieuse de Chicago "accompagnatrice" de femmes qui vont se faire avorter
» [Mantis religiosa] Mante religieuse
» Mante religieuse
» Une religieuse assassinée au cours d'un rite satanique
» Enseignement et solide education religieuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: