Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fin d'une civilisation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1698
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: La fin d'une civilisation.   Lun 01 Nov 2010, 12:18

La fin d’une civilisation.
Il est de bon ton de parler de la fin de la civilisation, c’est-à-dire de la nôtre, et les philosophes ne sont pas les derniers à se pencher sur la malade ; celle-ci a prévalut depuis la Renaissance, à travers bien des vicissitudes, jusqu’à nos jours. Bien sûr cela ne s’est pas fait de façon linéaire. Bien avant il y avait eu la domination romaine, deux de ses empereurs permirent à une religion particulière de prendre de l’ampleur ; d’abord Constantin Ier le Grand convoqua le premier concile tenu à Nicée en 325, au cours duquel l’arianisme fut finalement condamné. Théodose Ier dit le Grand fit du christianisme une religion d’état en 380.
Car lorsque l’on parle de civilisation on ne peut pas passer sous silence l’énorme influence que cette religion insuffla à nos pays, à nos régions et finalement à de nombreux peuples. Des constitutions portent encore en leur sein cette notion de nation chrétienne à l’instar des USA et de la Suisse.

Mais à voir l’explosion des mouvements évangéliques ne peut-on pas au contraire parler d’un renouveau ? En fait il s’agit plutôt d’un dernier baroud d’honneur d’une religion qui a expérimenté toutes les voies mises à sa disposition.
A y regarder de plus près les mouvements évangéliques de même que les mouvements fondamentalistes partagent en commun cette envie de croire envers et contre tout que l’histoire ou plutôt les histoires véhiculées par la Bible sont l’exacte réalité d’évènements du passé que seule la Bible nous rapporte avec honnêteté. Malheureusement pour ces derniers depuis près de 2 siècles les principales églises du christianisme ont renoncé à défendre les prétendues véracités bibliques et ont adapté leur message au goût du jour. Dans le cas le plus extrême Jésus devient un simple prophète à tout le moins un moralisateur.

Cela ne doit pas nous choquer car de grandes civilisations dont l’histoire s’est déroulée sur une période bien plus longue que la nôtre ont disparus elles-aussi ainsi que leur religion. Seulement il semble que pour la première fois l’homme contemporain a la sensation de dominer le temps et les époques par le biais de l’histoire et des connaissances, jetant ainsi un regard condescendant sur son lointain passé et essayant de se projeter avec naïveté dans son futur.

Que va-t-il se passer ? Qu’allons-nous devenir ? Avons-nous le sentiment d’être orphelins après avoir perdu ou plutôt après avoir délaissé ces habits de chrétiens dans lesquels nous nous sentions si à l’étroit, sommes-nous certain d’avoir tout déposé ?

Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5282
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La fin d'une civilisation.   Lun 01 Nov 2010, 13:50

Je me méfie un peu du concept de civilisation et de toutes ces grandes id-entités qu'on découpe arbitrairement sur le continuum de l'histoire pour en faire des personnages autonomes, qui naîtraient, grandiraient, vivraient et mourraient comme des "individus" biologiques.
Une fois tracés leurs contours géographiques et temporels, on a tendance à gommer leurs différences "internes" pour dramatiser le contraste "externe" avec leurs "autres". A mon sens il y a beaucoup moins de différence culturelle entre un baptiste américain et son voisin athée, musulman ou bouddhiste qu'entre ce même baptiste et saint Jean Chrysostome. Il ne faut pas confondre religion, surtout dans un contexte de marché où l'on choisit son "appartenance" comme on choisit Pepsi ou Coca, avec civilisation qui implique des liens beaucoup plus profonds et complexes.
Dans la soi-disant "civilisation chrétienne" il y a une large diversité selon les lieux et les époques, qui prolonge et redistribue, le plus souvent à son insu, des diversités antérieures ("juive" ou "païennes" p. ex.). Même si les religions chrétiennes devaient "mourir" comme les cultes de l'Antiquité gréco-romaine (et je ne vois pas qu'elles en prennent le chemin), elles ne mourraient pas sans avoir préalablement ensemencé l'avenir de tout un tas de choses ("valeurs", structures de pensée, coutumes, symboles, etc.) par lesquelles elles se survivraient au-delà de leur "identité".
On ne fait jamais du passé table rase. Et même si la "civilisation européenne" n'éprouve plus le besoin de se désigner comme "post-chrétienne" elle ne cessera pas de l'être pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1698
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: La fin d'une civilisation.   Lun 01 Nov 2010, 18:37

pour rebondir sur ton message peut-on dire que les nords américains sont une suite, une branche de la civilisation européenne. D'autre part penses-tu qu'elle soit en péril, ou dépassée par d'autres civilisations, asiatiques peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5282
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La fin d'une civilisation.   Lun 01 Nov 2010, 19:29

Citation :
peut-on dire que les nords américains sont une suite, une branche de la civilisation européenne.

Ça me semble assez évident dans l'ensemble. L'influence de l'autre "source" culturelle majeure au départ, "indigène" (au sens "native" = "amérindienne"), a été tenue à l'écart et réduite au minimum folklorique par un rapport de forces écrasant (alias la tristement célèbre "destinée manifeste"), beaucoup plus qu'en Amérique latine. L'autre apport dominant vient d'Afrique via l'esclavage, mais en passant par une "christianisation" à la sauce européenne (comme dans la colonisation). Cela dit, une "branche" peut évoluer différemment des autres, moins en raison d'influences extérieures que par isolement: les USA ressemblent sûrement moins à l'Europe aujourd'hui qu'il y a un siècle (notamment en matière religieuse), mais ça tient plus à une dynamique différente de part et d'autre de l'Atlantique qu'à quoi que ce soit d'"étranger".

Citation :
D'autre part penses-tu qu'elle soit en péril, ou dépassée par d'autres civilisations, asiatiques peut-être ?
L'économie et la démographie condamnent certainement la domination politique de l'Europe et de l'Amérique à très court terme, mais ce n'est pas pour autant que la "culture" va suivre. C'est parfois le contraire qui se produit: l'empire romain n'a pas supprimé la civilisation grecque, il n'a fait que la répandre en l'absorbant. Malgré les cris d'orfraie de quelques excités, je ne vois pas l'Occident devenir musulman, et encore moins bouddhiste ou taoïste, même s'il perd la main sur l'économie et la politique mondiale... Nous pouvons bien acheter du matériel made in China et travailler pour des firmes asiatiques, ça n'empêchera pas l'Asie d'emprunter des idées made in Europe; au contraire. A l'opposé, l'islam d'une part, les "philosophies" extrême-orientales de l'autre, ne sont attrayants que pour de toutes petites franges de la population européenne (et a fortiori américaine).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1698
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: La fin d'une civilisation.   Lun 01 Nov 2010, 21:28

en somme la survie de notre culture provient de son repli d'une part et de son absorption partielle d'autre part par d'autres cultures si je comprends bien ton propos à propos de la civilisation grecque. Mais n'y aura-t-il pas un glissement de la civilisation européenne ou abosrption éventuelle de la culture d'autrui comme cela s'est vu dans le christianisme qui n'a cessé de se modifier en se frottant au contact d'autres religions?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5282
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: La fin d'une civilisation.   Lun 01 Nov 2010, 23:03

Retour à mon premier post sur ce fil: ce que tu appelles une "civilisation" est un simple nom plaqué sur un ensemble de phénomènes très différents et en perpétuelle mutation, de façon à leur donner un semblant d'unité (une id-entité). "Le christianisme" n'a survécu qu'en SE survivant, en devenant autre chose que ce qu'il était, selon les temps et les lieux. Seul le mythe lui confère d'ailleurs une "origine" unique, car aussi loin qu'on remonte, on le rencontre divers et changeant. Ce qui serait nouveau, et pour "lui" mortel, ce serait qu'il ne change plus! "Notre civilisation" n'a plus grand-chose à voir avec la chrétienté de Charlemagne, et en même temps ce n'est pas tout à fait autre chose non plus, dans la mesure où on peut relier l'une et l'autre par un fil narratif (comme dans l'Histoire de France). Un calviniste genevois ne se sentirait pas tellement plus chez lui dans une Eglise copte d'Egypte ou une Eglise syriaque d'Irak que dans une mosquée, alors que la frontière des "civilisations" passe entre celle-ci et celles-là. (L'islam doit énormément au christianisme oriental, mais pour des raisons historiques, c'est-à-dire essentiellement politiques, il est compté comme une autre religion et une autre civilisation et non comme un énième avatar du christianisme.) "Religions" et "civilisations" s'influencent mutuellement, autant quand elles se combattent que quand elles s'imitent. C'est le jeu perpétuel de la différence, qui n'en finit pas de s'égaliser ni de se creuser: aucune différence n'est éternelle, aucune indifférence non plus -- toute vague meurt, et la mer n'est jamais dépourvue de vagues, même s'il y a des moments de calme et des moments de tempête. Pour parler comme Bernanos: Qu'est-ce que cela fait?

La Chine a adopté/adapté tour à tour le socialisme "marxiste-léniniste", l'économie de marché, elle pourra bien demain en faire autant pour les "droits de l'homme et du citoyen": elle a fait la preuve de son aptitude à digérer à son rythme et à sa manière les idées occidentales, et ça ne lui a pas trop mal réussi. Traditionnellement l'Orient se préoccupe beaucoup moins que nous d'exporter ses idées, mais s'il nous prenait aussi cette (mauvaise?) habitude je ne suis pas sûr que nous perdrions au change. Un peu de sagesse bouddhique, taoïste ou soufie dans notre christianisme (ou ce qu'il en reste), les théologiens seraient les derniers à s'en plaindre...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fin d'une civilisation.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin d'une civilisation.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La civilisation d'Aratta
» (Documentaire) Maya civilisation disparue
» Comment une langue raconte une civilisation ?
» Civilisation sumérienne - Les annunakis
» LA CIVILISATION EGYPTIENNE ET LA MORT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: