Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
free



Nombre de messages : 3509
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Mer 30 Mar 2011, 12:12

"qu’est-il plus facile : Dire tes péchés sont remis, ou dire : Lève-toi et marche ?" Mt 9,5

Capable de pardonner les péchés, Jésus s’est opposé aux sacrifices sanglants devenus inutils.
La purification du Temple qu'il entreprit l’atteste :
"Il renverse les sièges des vendeurs de colombes…" (Mc 11, 15.)
"Il fait un fouet avec des cordes et les jettes tous hors du sanctuaire, avec les brebis et les bœufs… Il dit aux vendeurs de colombes : Enlevez cela d’ici !" (Jn 2, 15-16.)

Le rejet des sacrifices est un élement de son enseignement, "A ceux qui s’imaginent que Dieu a envie des sacrifices, il a dit : « Dieu veut la pitié, et non les sacrifices, la connaissance de Dieu, et non les holocaustes" Mt 9,13.

En l'annonce prophétique sur la destruction du Temple démontre que les sacrifices constituent un acte contradictoire avec le règne de Dieu qui doit apporter des bienfaits immédiats "Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts se réveillent, les pauvres sont évangélisés."(Mt 11, 5.)
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Mer 30 Mar 2011, 14:27

Jésus, franchement, je n'en sais rien.
En ce qui concerne les textes juifs apparemment anti-sacrificiels, il y a un contresens dont il faut se méfier, d'autant que l'anachronisme des sensibilités s'y prête. Nous avons tendance à prendre pour une critique de fond des sacrifices en soi, et des sacrifices sanglants en particulier (pour la seule raison que ceux-ci nous choquent), des textes qui ont (au départ du moins) une portée beaucoup plus réduite. Les Prophètes (Osée cité par les évangiles, mais aussi Amos, Isaïe, Michée etc.) ne vaticinent pas contre les sacrifices en général, encore moins contre les sacrifices sanglants en particulier, mais contre une conception purement rituelle de la religion pour autant qu'elle joue contre la "morale", et la morale sociale notamment, en bénissant et en sanctifiant un certain "ordre" qu'ils perçoivent comme injuste. A l'opposé, si la "Communauté" de Qoumrân préfère le "sacrifice de louanges" (Osée encore), c'est parce que l'ordre rituel du temple de Jérusalem est à ses yeux impur (prêtrise illégitime, calendrier erroné): son abstinence de sacrifices sanglants est provisoire, dans l'attente d'une restauration rituelle. Et on a déjà vu que chez les "hellénistes" qui ont tendance à "spiritualiser" le rituel comme Philon le fait avec ses allégories éthico-cognitives, il ne s'agissait pas forcément pour autant d'en délaisser l'observance littérale (Philon, en tout cas, s'oppose explicitement à cette conclusion). Les courants vraiment anti-temple et anti-sacrifices sont très minoritaires avant 70. Mais après, bien sûr, on entend tout cela très différemment. Autant chez les pharisiens qui tiennent là leur revanche contre l'aristocratie sacerdotale sadducéenne que chez les "chrétiens".
Les évangiles à mon sens présupposent cette dernière situation, à de très rares exceptions près (p. ex. Matthieu 5,23s; 23,18ss si on les considère indépendamment de "l'oeuvre"). Ce qui signifie que la polémique relative au temple et aux sacrifices est largement fictive. Mais même ainsi il ne me semble pas qu'elle s'en prenne aux sacrifices en soi; la cible est plutôt le ritualisme pharisien (qui est lui-même "anti-sacrificiel" dans la mesure où il transfère et adapte le rituel sacerdotal à la vie "laïque", privée et synagogale). Le thème du respect de la vie animale en tout cas n'y intervient nullement (alors qu'il existe en marge de la grande Eglise, dans des "hérésies" "judéo-chrétiennes" et "gnostiques" où on trouve aussi un intéressant courant végétarien).


Dernière édition par spermologos le Mer 30 Mar 2011, 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3509
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Mer 30 Mar 2011, 15:13

Citation :
Jésus, franchement, je n'en sais rien
.

Je voulais dire ceux qui écrivirent les differents récits de la vie de Jésus.

« Regardez l’Israël selon la chair, ceux qui mangent les victimes ne sont-ils pas associés à l’autel ? Que dis-je donc ? Que ce qui est offert aux idoles est quelque chose ? Ou que l’idole est quelque chose ? Non, mais ce qu’ils sacrifient est sacrifié aux démons et non à Dieu. Or, je ne veux pas que vous partagiez avec les démons. Vous ne pouvez boire à la fois à la coupe du Seigneur et à la coupe des démons. Vous ne pouvez pas être à la table du Seigneur et à la table des démons. » 1 Cor 10,18-23

Je trouve ces paroles de Paul ambigües....ne laisserait-il pas sous-entendre (même d'une manière indirecte) que les sacrifices qui se déroulent au Temple de Jérusalem sont destinés à un démon ?


Si Jésus a mangé l’agneau pascal (toujours selon le récit des auteurs et pas obligatoirement selon une véracité historique), il n’a pas aboli le sacrifice des animaux car il me semble qu'a l’époque , le sacrifice des agneaux de la Pâque se déroulait dans le Temple.
Si Paul avait eu connaissance que Jésus et ses disciples avaient mangé la Pâque, il lui eût été difficile d’imaginer le dernier repas comme il le fit ; et sa création eucharistique n’aurait pas été reprise dans les synoptiques.( 1 Co 11, 23-26 : « Car j’ai moi-même reçu du Seigneur [ressuscité] ce que je vous transmets. »)
D'ailleurs la Cène est en effet une communion végétarienne.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Mer 30 Mar 2011, 15:34

Sur l'aspect "végétarien" dont je parlais plus haut, il est particulièrement évident dans l'évangile des ébionites tel que le cite Epiphane (Panarion XXX, xvi, 4s): "Je suis venu abolir les sacrifices, et si vous ne vous détournez pas du sacrifice, la Colère ne se détournera pas de vous." "Ce n'est pas que j'ai tellement désiré manger cette Pâque, de la viande, avec vous." (XXX, xxii, 4).
Je suis assez d'accord sur le fait que le rituel de la Cène dans les Synoptiques semble dépendant de 1 Corinthiens plutôt que le contraire. Mais il faut aussi tenir compte du fait qu'il en existe un très différent, sans aucun élément sacrificiel (relatif au "corps" et au "sang" de Jésus) dans la Didachè, qui suggère que la même pratique a été assortie d'interprétations passablement différentes.

P.S.: une autre interprétation violemment anti-temple et anti-sacrifice (de façon encore plus évidente qu'en 1 Corinthiens 10) est celle de l'"helléniste" Etienne dans Actes 7 (notamment v. 40ss).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3509
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Mer 30 Mar 2011, 16:34

En condamnant les rites sanglants, Jésus (et ses disciples Etienne compris) touchait aux intérêts des prêtres et de la classe sacerdotale qui assuraient le culte quotidien et participaient à l’économie du Temple. Il renversait les bases de la religion et économique de la Judée.
Le fait que le grand prêtre et son entourage sadducéen décidèrent de poursuivre Jésus nous engage à croire que celui-ci représentait un réel danger pour leurs positions.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Mer 30 Mar 2011, 16:58

Comme quoi ma précision sur "Jésus" n'était pas inutile. Ou plutôt si.

P.S.: Décidément je ne me ferai pas à ce type de dialogue avec des collages:
Citation :
En condamnant les rites sanglants, Jésus (et ses disciples Etienne compris) touchait aux intérêts des prêtres et de la classe sacerdotale qui assuraient le culte quotidien et participaient à l’économie du Temple. Il renversait les bases de la religion et économique de la Judée.
Le fait que le grand prêtre et son entourage sadducéen décidèrent de poursuivre Jésus nous engage à croire que celui-ci représentait un réel danger pour leurs positions.
/|\
Citation :
Les sacrifices étaient offerts chaque jour au Temple. En condamnant les rites sanglants, Jésus touchait aux intérêts des prêtres, des lévites, des vingt-quatre classes sacerdotales qui assuraient le culte et participaient, à tour de rôle, à l’économie du Temple. Jésus renversait les bases de la religion et, par-là, de l’ensemble de la vie sociale, économique et politique de la Judée. L’ordre public, sur lequel veillait Rome, se trouvait menacé. Le fait que le grand prêtre et son entourage sadducéen décidèrent de poursuivre Jésus nous engage à croire que celui-ci représentait un réel danger pour leur position. Il est probable que Jésus a prononcé un avertissement prophétique sur la destruction et la reconstruction du Temple. Fidèle à Jérémie, il a dû proclamer que la Torah serait désormais inscrite dans les cœurs (Jr XXXI, 31-34) et non plus déposée dans le sanctuaire. On a du mal à penser que les évangélistes aient inventé une prédiction non suivie d’effet 17 . Mais ce que la proclamation de Jésus sur la destruction du Temple ou du sanctuaire signifiait fut bientôt l’objet de controverses dans le christianisme primitif 18 . Paul, le rebelle, fut mis en demeure d’aller se purifier au Temple par les fidèles de Jacques (Ac XXI, 18-26)…
http://www.chemins-cathares.eu/030800_lecture_critique_des_evangiles.php

Pourquoi j'ai dit plus haut "Jésus, je n'en sais rien"?
Parce que contrairement à l'auteur de ce site (fort intéressant d'ailleurs) je ne suis pas convaincu qu'on puisse remonter des récits évangéliques, qui reflètent en grande partie les croyances et la problématique d'un "christianisme" distinct du "judaïsme", à la vie d'un personnage actif en Judée dans la première moitié du Ier siècle.
Ce qui m'intéresse ici dans les évangiles (et devrait à mon sens intéresser aussi les historiens, à titre -- pour eux -- de première étape, indispensable, vers leur objectif), c'est la logique narrative déployée par chacun d'eux.
A commencer par Marc, qui présente d'emblée un Jésus en conflit radical et constant avec la Torah, et qui fait de ce point de vue de la visite au temple et des controverses qui la suivent l'élément déclencheur de la réaction des grands prêtres.
Il faut noter que les autres perturbent quelque peu cette logique: Matthieu en peignant Jésus comme un "rabbi" qui prône une observance radicale de la Torah, et en faisant de la visite au temple l'occasion de miracles positifs (21,14ss); Luc en adoucissant considérablement l'épisode (19,45s); Jean en le déconnectant totalement de la Passion puisqu'il le place au début du ministère (beaucoup plus long) de Jésus (2,13ss).
En somme : l'enchaînement logique "attentat au temple" => complot des grands prêtres ne joue nulle part aussi "bien" que chez Marc -- et il va de pair avec l'image marcienne d'un Jésus anti-Torah (qui est précisément celle que les reconstructeurs du Jésus historique trouvent la moins plausible pour un juif palestinien de la première moitié du Ier siècle).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3509
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Jeu 31 Mar 2011, 10:51

Citation :
En somme : l'enchaînement logique "attentat au temple" => complot des grands prêtres ne joue nulle part aussi "bien" que chez Marc -- et il va de pair avec l'image marcienne d'un Jésus anti-Torah (qui est précisément celle que les reconstructeurs du Jésus historique trouvent la moins plausible pour un juif palestinien de la première moitié du Ier siècle).

Cette vue d'ensemble permet de mieux de cerner les enjeux.
Merci pour ces précisions.

Le scénario "attentat > complot des grands prêtres" est mis en oeuvre chez Marc uniquement parce qu'il developpe donc une image d'un Jésus anti-Torah.
Mc 14,58 " " Nous l'avons entendu qui disait : Je détruirai ce Sanctuaire fait de main d'homme et en trois jours j'en rebâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d'homme. "
Comme tu l'as déjà précisé on retrouve cette vision anti-Temple dans le discours d'Etienne, "Mais le Très-Haut n'habite pas dans des demeures faites de main d'homme ; ainsi le dit le prophète" Act 7,48.

Etienne, le rédacteur de Marc ne sont-ils pas les héritiers d'un mouvement certes marginal, composé d'Isarëlites qui conisdéraient le temple de Jérusalem comme une infidélité, une concession au Baal, à la religion cananéenne.

Par exemple les Rékabites de Jér 35 qui obéissant à Yonadab leur ancêtre de ne bâtir pas de maisons d'habitation, ainsi ils ne vécurent pas à Jérusalem et donc n'adorèrent pas Yhwh dans son Temple....pourtant ils reçurent la faveur de Dieu.
Is 66,1 ("Ainsi parle Yahvé : Le ciel est mon trône, et la terre l'escabeau de mes pieds. Quelle maison pourriez-vous me bâtir, et quel pourrait être le lieu de mon repos") ne semble pas être favorable au Temple, d'ailleurs Etienne cite ce verset.
N'oublions pas que Jér 31,31 ("Voici venir des jours oracle de Yahvé où je conclurai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle") prône une religion plus spirituelle que rattachée à un lieu de culte, une religion du coeur ( v 33 "Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l'écrirai sur leur cœur").
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Jeu 31 Mar 2011, 12:12

Citation :
Le scénario "attentat > complot des grands prêtres" est mis en oeuvre chez Marc uniquement parce qu'il developpe donc une image d'un Jésus anti-Torah.
C'est peut-être un peu excessif de dire "uniquement", mais c'est bien comme ça qu'il fonctionne, d'abord (dans l'hypothèse où les trois autres évangiles héritent de la trame narrative de Marc).

Citation :
Mc 14,58 " " Nous l'avons entendu qui disait : Je détruirai ce Sanctuaire fait de main d'homme et en trois jours j'en rebâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d'homme. "
Comme tu l'as déjà précisé on retrouve cette vision anti-Temple dans le discours d'Etienne, "Mais le Très-Haut n'habite pas dans des demeures faites de main d'homme ; ainsi le dit le prophète" Act 7,48.
La parenté "hellénistique" de ces textes est d'autant plus évidente en grec, où "fait de main d'homme" traduit un seul adjectif composé, qui fait concept (et concept important pour cette théologie-là): ce qui est ou n'est pas "fait-de-main", kheiropoiètos.
En francisant le terme grec, ça donnerait:
Je détruirai ce sanctuaire "chiropoétique" et j'en bâtirai un "achiropoétique".
Dieu n'habite pas dans des (lieux) "chiropoétiques".
Voir les autres emplois des mêmes adjectifs en Actes 17,24 (discours à l'Aréopage!); 2 Corinthiens 5,1 (la demeure éternelle); Col-Eph 2,11 (la circoncision, acte "chiropoétique" par excellence dans la "chair", "achiropoétique" dans le "coeur"); Hébreux 9,11,24 (le temple céleste opposé au temple terrestre, selon le système médio-platonicien de la "réalité" "achiropoétique" opposée à l'"ombre" "chiropoétique"). On est toujours dans une pensée très "hellénistique".

Maintenant, entre la relative hostilité au temple du livre de Jérémie (le prophète au départ étant issu d'une famille de prêtres écartée du sacerdoce par... la réforme de Josias) et celle du courant hellénistique dont nous parlons (et que Philon semble déjà connaître, puisqu'il s'y oppose), je ne vois pas assez de continuité pour parler vraiment d'"héritage". Coïncidence, résurgence si on veut: ce qui est sûr c'est que l'opposition hellénistique au temple et au rituel puise dans les textes de l'AT (LXX) ce qui lui semble aller dans son sens, même si les textes ont été eux-mêmes produits par une tout autre logique. La citation d'Amos 5,25ss en Actes 7,42s est particulièrement remarquable à cet égard: à la faveur de la Septante, le tabernacle peut être désigné comme la "tente de Moloch"!

Il faut aussi noter que le logion provocateur qui apparaît dans Marc comme un "faux témoignage", ou du moins un témoignage approximatif (même sur ce point-là, leurs témoignages ne concordaient pas) va être à peu de chose près repris par Jean comme une "vraie" parole de Jésus: "Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai."


Dernière édition par spermologos le Jeu 31 Mar 2011, 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3509
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Jeu 31 Mar 2011, 12:35

Dans l'évangile de Jean, comme tu l'as précisé les paroles de Jésus (2,19 " Détruisez ce sanctuaire et en trois jours je le relèverai." ) sont placées dans le cadre de la purification du Temple, mais le v 21 souligne "Mais lui parlait du sanctuaire de son corps", le temple nouveau et définitif, qui n’est pas fait de main d’homme est assimilé à Jésus....il faut que Jésus lui-même meure et ressuscite....dans l'évangile de Jean le temple de pierre est déchu.

La mise à mort du Temple de pierre se traduit par la notion de Temple spirituel....L’Église est le temple de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Jeu 31 Mar 2011, 14:13

La petite note explicative des v. 21s (l'évangile est truffé de telles "gloses", cf. 6,71; 7,39; 8,27; 11,13; 12,6.33; 13,28s; 21,19) semble en effet vouloir raccrocher le logion à la théologie paulinienne (1 Corinthiens, Romains) et deutéro-paulinienne (Colossiens, Ephésiens) du corps "ecclésial", qui de son côté rejoint aussi la métaphore du temple (1 Pierre). A part ça, le quatrième évangile lui-même ne s'y réfère jamais (les seules autres occurrences de sôma se rapportent au cadavre de Jésus, 19,31,38,40; 20,12).
Ce qui s'en rapprocherait dans les thèmes proprement "johanniques", ce seraient plutôt "l'inhabitation mutuelle" (le Père en moi et moi en lui, moi en vous et vous en moi), le culte "en esprit et en vérité" opposé à tout temple (4,20ss), ou encore "l'incarnation" du Prologue décrite en termes évocateurs du tabernacle (par une heureuse coïncidence linguistique, la skènè grecque, la "tente" d'où vient notre mot "scène", rappelle l'hébreu shkn, la "Demeure" de Dieu parmi les hommes, d'où viendra la fameuse personnification rabbinique connue sous le nom de shekina).
Pour revenir à Marc, un autre symbole fortement anti-temple est la déchirure du voile (15,38) -- reprise par Matthieu et par Luc, mais pas par Jean, qui lui substitue le "coup de lance" avec le sang et l'eau, 19,31ss, cf. 1 Jean 5,6ss. Or ce thème-là ne se retrouve QUE dans l'épître aux Hébreux -- c'est-à-dire, comme son nom ne l'indique pas, dans la théologie la plus "hellénistique", alexandrine pour être plus précis, du NT (6,19; 9,3; 10,20).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3509
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Jeu 31 Mar 2011, 15:39

Dans l’Apocalypse l’image du temple céleste recoupe celle du temple terrestre
qu’est l’Église. Les païens en foulent les parvis extérieurs symbole de la persecution. (Ap 11,1-2).
Or, à la fin des temps, quand la Jérusalem céleste descendra ici-bas, il n’y aura plus besoin en elle de temple : son temple, ce sera Dieu lui-même, et l’Agneau (21,22).

C'est quand même une optique originale et unique.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Jeu 31 Mar 2011, 16:45

Citation :
Dans l’Apocalypse l’image du temple céleste recoupe celle du temple terrestre
qu’est l’Église. Les païens en foulent les parvis extérieurs symbole de la persecution. (Ap 11,1-2).
Or, à la fin des temps, quand la Jérusalem céleste descendra ici-bas, il n’y aura plus besoin en elle de temple : son temple, ce sera Dieu lui-même, et l’Agneau (21,22).
http://www.interbible.org/interBible/decouverte/ressources/dossiers/temple.pdf
La fin est assez claire (voire surexposée).
Sur le chapitre 11, je crains que ce soit beaucoup moins simple, du fait qu'il y a très vraisemblablement reprise chrétienne d'une source juive qui brouille les pistes... en tout cas le sens "Eglise" ne me paraît pas du tout évident à la simple lecture du texte. A supposer que pour l'auteur chrétien la partie du temple (le sanctuaire) "mesurée" en vienne en effet à signifier quelque chose de foncièrement "chrétien" (le temple céleste-éternel, les martyrs déjà associés à "l'autel" au chapitre 6), ce qui est assez plausible, qu'est-ce qui est rejeté et foulé par les nations? Les chrétiens livrés à la persécution, ou les "faux chrétiens", ou le judaïsme, ou le temple terrestre abandonnés à leur sort? Là-dessus on peut discuter à l'infini, parce que le texte ne livre pas lui-même la clé de ses éventuels symboles; et s'il en est ainsi, c'est selon toute vraisemblance parce qu'il n'a pas été conçu ex nihilo (ou plutôt directement à partir d'Ezéchiel et de Zacharie), mais seulement adapté par un auteur chrétien.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?   Aujourd'hui à 23:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Jésus a-t-il voulu abolir les sacrifices sanglants ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Je ne suis pas venu abolir la Loi, mais l'accomplir »
» « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi... : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir »
» Non abolir, mais accomplir
» Non abolir, mais accomplir
» Le Seigneur du ciel et de la terre a voulu que tous les hommes le cherchassent en tatônnant......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: