Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un Jésus pas mièvre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Un Jésus pas mièvre   Mer 07 Déc 2016, 12:14

Peut-être que les auteurs des évangiles ont-ils pensé la prédication de Jésus puis celles de ses disciples sous les traits des prophètes de l'ancien testament? Ces prophètes qui s'en allaient devant les rois et les prêtres pour annoncer les décrets de Dieu, avaient-ils une femme, des enfants, auquel cas ne devaient-ils pas les laisser derrière eux?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5276
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Un Jésus pas mièvre   Mer 07 Déc 2016, 12:54

Les prophètes (et les nazir[éen]s) de l'AT constituent certainement des modèles, les "philosophes" (en particulier cyniques, voir la p. 1 de ce fil) également (y compris dans une Palestine très largement hellénisée, plus encore en Galilée qu'en Judée). Mais tout modèle littéraire est aussi un modèle de comportement: la "réalité" et la "fiction" s'inspirent mutuellement. L'idéal s'écrit (se décrit, se raconte), et il se vit aussi: avant, pendant et après que les uns l'écrivent, d'autres le vivent -- rarement les mêmes, encore que ça arrive; il s'écrit peut-être mieux qu'il ne se vit mais il ne fait jamais l'un sans l'autre.

Le problème principal, c'est que les côtés "radicaux" ("antisociaux" notamment) du christianisme primitif deviennent inaudibles (même s'ils sont écrits noir sur blanc, soulignés, hurlés et non chuchotés) dans une société chrétienne ou post-chrétienne. Comme disait à peu près Kierkegaard dans le Danemark luthérien et rationaliste du XIXe siècle, au cas où il viendrait à quelque paroissien l'idée saugrenue de prendre au sérieux ce que le pasteur dit dans son sermon, il suffirait de le regarder vivre pour se rassurer tout à fait. Prendre au sérieux la "radicalité" de l'évangile, dans un tel contexte, ça ne peut être que le fait d'"égarés" ou d'"imposteurs" ("charlatans"). [J'entends bien "ça ne peut... que" au sens d'une nécessité structurelle: il ne peut pas en être autrement; la sincérité des individus impliqués, tenants d'un "christianisme respectable" autant que militants d'une "radicalité chrétienne infréquentable", n'est pas en cause.]
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Un Jésus pas mièvre   Jeu 08 Déc 2016, 21:35

C'est sans doute pour cela que celui ou celle qui essaye de vivre au plus près du texte nous apparaît comme une personne hors du temps. Souvent nous nous surprenons à penser de cette personne qu'il n'est pas possible qu'elle vive vraiment comme elle le laisse entendre.

Parfois nous remarquons un côté obscur dans sa personnalité, alors qu'il s'agit tout simplement d'un reflet de sa personne qui n'a pas été atteint par la lumière de ses convictions.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5276
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Un Jésus pas mièvre   Jeu 08 Déc 2016, 22:22

C'est tout le problème de l'"idéal" et des "figures" (modèles) de l'idéal (qu'il s'agisse de Socrate ou de Diogène, de Jésus ou de Mahomet, de Don Quichotte ou de Don Juan, de Gandhi ou de "Che" Guevara). On ne s'en "inspire" (dans un autre contexte, forcément) qu'au risque d'une certaine "tartuferie" (contre-figure de l'idéal), par une sorte de jeu qui n'exclut pas la sincérité, mais qui ne peut pas manquer de la trahir.

Mais se croire ou se prétendre "soi-même", sans idéal et sans modèle, n'est-ce pas plus prétentieux et illusoire encore ?
"Jojo se prenait pour Voltaire
et Pierre pour Casanova
et moi, moi qui étais le plus fier,
moi, je me prenais pour moi."
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1696
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Un Jésus pas mièvre   Ven 09 Déc 2016, 19:39

Narkissos a écrit:
"Jojo se prenait pour Voltaire
et Pierre pour Casanova
et moi, moi qui étais le plus fier,
moi, je me prenais pour moi."

Après combien de bières Monsieur Brel?
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5276
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Un Jésus pas mièvre   Ven 09 Déc 2016, 20:13

Pas tant que ça, puisque ce n'est que le début (de la chanson, des bières et des années, écouter la suite) ! Smile

[D'ailleurs la progression des couplets de cette chanson cruelle est significative, quant au rapport du "sujet" au "modèle":
1) x se prend pour X,
2) x est X, ou (plutôt) X est seul en scène,
3) Maître x parle de X.]
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Jésus pas mièvre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Jésus pas mièvre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: