Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 cardiologie biblique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narkissos



Nombre de messages : 4422
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: cardiologie biblique   Sam 23 Avr 2011, 00:55

En marge du fil http://etrechretien.discutforum.com/t342p105-pour-vous-qu-est-ce-qu-etre-chretien#9430 , une petite note sur le mot "coeur" dans la Bible, qui est à lui seul un cas d'école, illustrant et l'irrésistible "dérive du sens" d'une langue et d'une époque à l'autre, et la double (ou quadruple) impossibilité de la traduction (impossible de traduire et impossible de ne pas traduire, impossible de traduire "littéralement" et de ne pas traduire "litéralement").
Le "coeur" dans la Bible hébraïque, on l'a dit maintes fois, c'est, avec "l'organe" (qui n'est évidemment pas pensé comme tel), toute la scène de "l'intériorité" humaine; aussi bien la "raison" rationnelle, raisonnante et calculatrice, que les "sentiments" ou les "émotions", positifs et négatifs; aussi bien la "conscience existentielle" qui est le revers de la connaissance que la "conscience morale", bonne ou mauvaise; aussi bien la volonté ou l'hésitation que le désir ou la peur; tout cela à la fois et de manière indistincte parce qu'il n'a pas, dans le lexique, de concurrent sur ce plan-là. Il n'y a pas de "cerveau" ni d'"intellect", pas d'"esprit" au sens mens-mind qui lui soit opposé, pas même exceptionnellement.
Mais qu'arrive-t-il dès lors qu'il est "traduit" dans une langue (le grec, déjà) qui dispose, elle, d'un riche lexique de l'intellect? Fatalement son centre de gravité sémantique se déplace vers la zone exempte de concurrence, c.-à-d. vers le champ lexical de l'affectif. Inévitablement les textes grecs qui emploient le mot kardia signifient un peu autre chose que les textes hébreux qui employaient le mot lb(b), même quand ils en sont la traduction "fidèle". Même ceux où la kardia "pense", "estime", "projette" et "calcule" vont se charger d'une connotation différente -- on y verra les "motivations" affectives de la pensée plus que la pensée elle-même; un surcroît de profondeur, ou d'arrière-pensée. Et une fois qu'on les a lus ainsi, même pour les bilingues la lecture de "l'original" en sera affectée. On n'en est pas encore à l'opposition (pascalienne, par exemple) entre "coeur" et "raison", mais celle-ci ne saurait tarder.
On aboutit quelquefois à des sens franchement différents, pour ne pas dire des contresens, comme avec cette "dureté de coeur" qui passe de l'"entêtement" ou de l'"obstination" à l'"insensibilité" ou à la "cruauté". Le traducteur ne peut traduire le "sens original" d'un texte hébreu qu'en le réduisant à l'un ou à l'autre, et en le coupant de ses potentialités de dérive et de l'intertextualité dans laquelle il est effectivement pris par les traductions, citations et allusions à venir. Il ne peut pas traduire "littéralement" "dureté de coeur" sans tromper les lecteurs français qui n'entendront, selon la logique de leur langue, que l'aspect affectif (insensibilité-cruauté), qui n'est justement pas (ou très peu) le sens "premier". Il ne peut pas traduire autrement sans leur faire perdre le fil qui aboutit précisément à ce sens-là, qui s'esquisse déjà dans les relectures du même texte au sein du même "canon". Aucune solution n'est satisfaisante.
Et la dérive ne s'arrête jamais. Le sens "courage" du "coeur" qui existait déjà en hébreu et en grec et que connaissait encore Pascal ("tu perdrais coeur") a "fondu" -- pour reprendre une métaphore hébraïque de la "faiblesse" ou de la "lâcheté", le "coeur qui fond" -- en français moderne...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Anagnoste



Masculin Nombre de messages : 368
Age : 61
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: cardiologie biblique   Sam 23 Avr 2011, 20:17

Cher spermologos, chers tous,

dans le même genre, il paraît qu'il y a en hébreu "néfesh" qui veut dire "gorge" et qu'on traduit pas "âme" (notion plutôt grecque). Le psaume dit "ma gorge est collée à la poussière", ce qui se traduit par "mon âme est collée à la poussière".

Le coeur, personne ne sait ce que sait, et tout le monde sait ce que c'est. Ne nous mentons pas à nous-mêmes. Le coeur est au coeur del'homme.

Au risque de lasser, je parlerais de la petite voix de la conscience, si discrète en général.

A bientôt.


Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4422
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: cardiologie biblique   Dim 24 Avr 2011, 01:18

Le sens concret "gorge" pour nephesh, ça fonctionne à la rigueur pour deux ou trois occurrences du mot sur les 750 (environ) que compte le corpus hébreu biblique. Ça relèverait plutôt de l'étymologie (hypothétique) que de la sémantique.

On pourrait imaginer (ça a sans doute déjà été fait) une histoire des topographies de l'"intériorité" (ou du "soi"). Mais pour qu'elle ne soit pas trop "ethnocentrique" il faudrait que l'auteur réussisse à tenir à la même distance les représentations de sa propre anthropologie et celles qui lui sont naturellement "exotiques"; que le "cerveau" (gauche et droit!), le "coeur" (au sens moderne) et la "raison", la "conscience", "l'inconscient", le "sujet", le "moi", le "surmoi" rejoignent sans jugement de valeur les notions "dépassées" comme l'"esprit", l'"âme", le "coeur" (au sens hébreu classique) ou les "reins", le "foie", le "ventre", les "entrailles" (en tant qu'organes psychiques, si l'on peut encore dire). Il y apparaîtrait sans doute que chaque système de représentation a sa cohérence, mais que les frontières entre les différentes "régions de soi" ne se superposent jamais d'un système à l'autre. C'est ce qui rend la traduction terme à terme infiniment trompeuse.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1493
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: cardiologie biblique   Dim 24 Avr 2011, 14:07

Merci d'avoir si bien dit les choses.

Ma remarque, un brin ironique, sur ce que me dit mon cœur, tentait de dire quelque chose qui ressemblait un peu à ce constat, ce flou sémantique que je "pressentais" plus que je ne le "savais" et à propos duquel la légèreté mon bagage ne me permettait pas de présenter une argumentation pertinente...
Revenir en haut Aller en bas
Anagnoste



Masculin Nombre de messages : 368
Age : 61
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: cardiologie biblique   Lun 25 Avr 2011, 18:28

Chers tous, cher BB,

oui, personne ne sait où est le "siège" de l'amour. Mystère de la personne humaine..

A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: cardiologie biblique   Aujourd'hui à 15:51

Revenir en haut Aller en bas
 
cardiologie biblique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'est-ce qu'un jour biblique ?
» Quart d'heure biblique
» Lien eschatologie - prophétie biblique
» Récit du corpus biblique dans la tradition chrétienne
» Foi et exégèse biblique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: