Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réjouissez-vous!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4855
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Réjouissez-vous!   Sam 25 Juin 2011, 17:31

De tous les impératifs positifs de la Bible, celui-ci est peut-être, en fin de compte, le plus accessible, pour autant qu'on ne l'assortit d'aucune "raison", d'aucun motif ni d'aucune condition. Plus accessible en tout cas que les commandements d'amour dont nous avons déjà beaucoup parlé et dont les "objets" (le prochain, les ennemis, les frères ou les-uns-les-autres) s'avèrent quelquefois dissuasifs.
Il confine parfois à l'emploi absolu: "Réjouissez-vous toujours, pantote khairete" (1 Thessaloniciens 5,16) serait encore plus court, en grec, que le verset qui passe souvent pour le plus court de la Bible, "Jésus pleura" (Jean 11,35, edakrusen ho Ièsous). Et ce malgré ce qu'on pourrait considérer comme un mot de trop: toujours, dont se dispense la reprise de Philippiens 4,4: "Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le dis encore, réjouissez-vous!" Tout dépend d'ailleurs comment on entend ce "toujours", car s'il n'est pas possible de se réjouir toujours, il est peut-être toujours possible de se réjouir.
Autant j'ai détesté la joie contrainte et affectée d'un certain christianisme ostentatoire (aux fins de "bon témoignage" par exemple), autant je pense qu'il serait bête de passer à côté de la petite part de vérité qu'un tel commandement recèle, à savoir que la joie (contrairement au bonheur) dépend peut-être toujours d'un choix ou au moins d'un consentement, d'une réponse positive et immédiate aux sollicitations les plus banales et les plus discrètes. En grec l'impératif "réjouis-toi", "réjouissez-vous", était d'ailleurs la salutation de base, simple comme "bonjour" -- celle-là même que les "sectaires" refusent à leur "apostats" selon 2 Jean 9-11; elle n'en restait pas moins, sous l'usure de l'usage, un commandement quotidien de tous à chacun en quelque sorte...
Il y a au début de La recherche un petit passage admirable, que lct n'a sûrement pas manqué:
Citation :
J'entendais plusieurs fois par an mon grand-père raconter à table des anecdotes toujours les mêmes sur l'attitude qu'avait eue M. Swann le père, à la mort de sa femme qu'il avait veillée jour et nuit. Mon grand-père qui ne l'avait pas vu depuis longtemps était accouru auprès de lui dans la propriété que les Swann possédaient aux environs de Combray, et avait réussi, pour qu'il n'assistât pas à la mise en bière, à lui faire quitter un moment, tout en pleurs, la chambre mortuaire. Ils firent quelques pas dans le parc où il y avait un peu de soleil. Tout d'un coup, M. Swann prenant mon grand-père par le bras, s'était écrié : « Ah ! mon vieil ami, quel bonheur de se promener ensemble par ce beau temps. Vous ne trouvez pas ça joli tous ces arbres, ces aubépines et mon étang dont vous ne m'avez jamais félicité ? Vous avez l'air comme un bonnet de nuit. Sentez-vous ce petit vent? Ah ! on a beau dire, la vie a du bon tout de même, mon cher Amédée ! »
Brusquement le souvenir de sa femme morte lui revint, et trouvant sans doute trop compliqué de chercher comment il avait pu à un pareil moment se laisser aller à un mouvement de joie, il se contenta, par un geste qui lui était familier chaque fois qu'une question ardue se présentait à son esprit, de passer la main sur son front, d'essuyer ses yeux et les verres de son lorgnon. Il ne put pourtant pas se consoler de la mort de sa femme, mais pendant les deux années qu'il lui survécut, il disait à mon grand-père : « C'est drôle, je pense très souvent à ma pauvre femme, mais je ne peux y penser beaucoup à la fois. » « Souvent, mais peu à la fois, comme le pauvre père Swann», était devenu une des phrases favorites de mon
grand-père qui la prononçait à propos des choses les plus différentes. Il m'aurait paru que ce père de Swann était un monstre, si mon grand-père que je considérais comme meilleur juge et dont la sentence faisant jurisprudence pour moi, m'a souvent servi dans la suite à absoudre des fautes que j'aurais été enclin à condamner, ne s'était récrié : « Mais comment ? c'était un coeur d'or!»
Quand l'expérience du malheur ne servirait à rien, elle servirait peut-être encore à cela, de nous rendre sensible aux moindres appels à la joie, voire à la joie "gratuite", à la joie pour rien, ou pour elle-même, ou pour un seul appel à "se réjouir" -- alors que sans elle il en faut bien peu pour nous gâcher un rayon de soleil. En grec toujours, la "joie" (khara) et la "grâce" (kharis) sont voisines.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1573
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Dim 26 Juin 2011, 12:48

Très beau texte Spermologos, il pourrait servir à résumer un volume de Proust car tu écris avec autant de bonheur que les auteurs qui se sont penchés sur son roman et le résument parfois maladroitement.

Merci d'avoir rappelé ce beau passage. Je suis sans doute un passéiste mais apprécie vraiment cet auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Lalie

avatar

Féminin Nombre de messages : 14
Age : 39
Date d'inscription : 02/06/2011

MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Dim 03 Juil 2011, 22:28

Oh non, chapelier, tu n'es pas un passéiste ou alors, tu es loin d'être le seul ! A mon sens Proust est au sommet de la chaîne "littéraire" et merci à Spermologos de nous le rappeler par ce très beau passage.

Oui, se réjouir dans ce sens là, c'est sans doute le seul qui nous est échu au final : des joies fugaces qu'il faudrait pouvoir savourer, étirer, conserver en sérum contre les jours gris et froids... et il y en a tant...
Revenir en haut Aller en bas
http://irulaane.blogspot.com
free



Nombre de messages : 3729
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Lun 04 Juil 2011, 12:15

Citation :
à savoir que la joie (contrairement au bonheur) dépend peut-être toujours d'un choix ou au moins d'un consentement, d'une réponse positive et immédiate aux sollicitations les plus banales et les plus discrètes.

Je trouve cette refelxion très pertinente et encourageante.
Cette notion de "choix" me parait d'une extreme importance.
Connaitre des moments de Joie, n'est ce pas faire le choix d'accepter que chaque experience, chaque épreuve et chaque instant de vie qui se presentent, soient la meilleure chose qui soi pour soi et se réjouir à l'avance de ce que va nous apporter ou faire naitre en nous ce moment ... ce qui nous permettra de dire "on a beau dire, la vie a du bon tout de même" même dans les pire moment.


Dernière édition par free le Lun 04 Juil 2011, 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1573
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Lun 04 Juil 2011, 12:35

En rendant visite à ma petite fille, je repense parfois à la phrase que free a mis en valeur, phrase due à la plume de spermologos.

Il est vrai que le bonheur est difficile à appréhender et souvent ne dépend pas de nous, ou pas complètement, tant il est fragile et ne se laisse pas attraper. Alors que la joie est le reflet de notre attitude à rebondir face aux situations qui nous arrivent.

Le bonheur est fragile et il n'est pas possible de l'attendre sans cesse en espérant qu'il va éclairer toute notre vie. Il est sans doute caché derrière la joie que nous avons décidé d'afficher. Il est beau d'apporter le bonheur par notre joie.
Revenir en haut Aller en bas
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1573
Age : 70
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Lun 04 Juil 2011, 12:37

Le 2e message de Lalie me procure de la joie, presque du bonheur Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4855
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Lun 04 Juil 2011, 14:48

Si j'évoquais le lien qui existe, dans la langue grecque, entre "joie" et "grâce", c'est aussi avec l'arrière-pensée que les apories théologiques relatives à celle-ci s'extrapolent aisément à celle-là dans son champ, disons, "psychologique" -- mutatis mutandis, comme toujours.
C'est de notoriété publique, on a beaucoup débattu dans le petit monde des théologiens (entre Augustin et Pélage, entre Luther et Erasme, entre jansénistes et jésuites, entre calvinistes et arminiens) de l'articulation problématique de la grâce et de la liberté (alias libre-arbitre). Avec d'une part le souci de préserver le caractère souverain, "irrésistible" et "efficace" de la grâce que j'étendrais volontiers à la joie (je repense au joli titre Surprised by Joy, de C.S. Lewis, dont les circonstances -- la mort et le deuil de sa femme -- ne sont pas sans analogie avec le passage de Proust ci-dessus), et d'autre part celui de ne pas y dissoudre la participation humaine.
Il me semble que si les avocats du libre-arbitre (pélagiens, semi-pélagiens) ont toujours eu un certain "bon sens" de leur côté, les autres se sont montrés plus sensibles au mystère -- de la grâce, et aussi de la joie -- même s'ils n'ont pas su se prémunir contre ses conséquences "logiques" (le "pire" étant peut-être à cet égard la "double prédestination" des calvinistes stricts).
Que le malheur puisse rendre paradoxalement (et peut-être exceptionnellement dans les faits, même s'il s'agit d'une possibilité constante) disponible à l'appel irrésistible de la joie, cela reste à la fois un "mystère" et un "scandale", au coeur de la littérature -- qui n'est pas sans rappeler le "mystère" et le "scandale" de la grâce au coeur de la théologie.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3729
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Lun 04 Juil 2011, 15:09

« » Martin Gray




Toute sa vie, la mort lui a soufflé dans le cou. Après l’avoir traquée durant les années où il vivait dans le ghetto de Varsovie, elle a d’abord frappé sa mère et ses jeunes frères qui ont été gazés dans un camp de la mort. Quelques semaines plus tard, il voyait son père tomber sous les balles lors d’une rafle nazie. Après la guerre, il reconstruit sa vie aux États-Unis puis en France où le destin lui devait bien de le laisser vivre des moments plus heureux. Mais celui-ci a plutôt choisi de le plonger encore dans le drame de voir sa femme Dina et ses quatre enfants périr dans un incendie de forêt en 1970. C’est l’écriture du livre Au nom de tous les miens qui l’a sauvé du désespoir.





Question :

Vous avez survécu à la guerre, la faim, la torture, l’épuisement, le désespoir, la mort de toute votre famille. Au soir de votre vie, diriez-vous que ça en valait le coup ?



"La vie est quelque chose d’extraordinairement beau, et transmettre cette belle vie est un événement magnifique. Il n’y a pas de plus belle chose que la vie. Il faut la vivre pleinement avec les bras tendus vers le haut pour mieux approcher l’essentiel."


http://www.fcfq.qc.ca/revueprofil/19_2_1.htm
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 4855
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Lun 04 Juil 2011, 18:07

Le bonheur ? Il y a là-dedans du confort, de l'organisation, une stabilité construite qui m'est tout étrangère. Avoir des malheurs, c'est sentir l'échafaudage bonheur ébranlé par les coups du sort. En ce sens, je suis tranquille. Je suis à l'abri du malheur, car je n'ai pas d'échafaudages. Moi, je suis l'homme de la tristesse et de la joie. Alternative tout opposée à l'alternative malheur-bonheur. Je vis nu et solitaire, sans famille, sans amis, exerçant pour survivre un métier qui est tellement au-dessous de moi que j'y satisfais sans plus y songer qu'à ma digestion ou à ma respiration. Mon climat moral habituel est une tristesse d'ébène, opaque et ténébreuse. Mais cette nuit est souvent traversée par des joies fulgurantes, inattendues et imméritées, qui s'éteignent aussitôt, mais non sans me laisser les yeux pleins de phosphènes dorés et dansants.
M. Tournier, Le roi des aulnes.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Anagnoste

avatar

Masculin Nombre de messages : 368
Age : 61
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Mar 05 Juil 2011, 10:57

Chers tous,

échanges admirables pour moi, peut-être le plus beau fil que j'aie lu. J'y ajouterais un petit morceau d'un film d'Alain Resnais. Un veuf inconsolable dit un jour : "un matin, j'ai eu envie d'acheter des souliers neufs : j'étais guéri". Je crois que c'est dans "L'amour à mort", mais je n'en suis pas sûr.

Un jésuite psychanalyste, Denis Vasse, a écrit un livre là-dessus : "Le temps du désir".

"Mon âme a soif du Dieu vivant"...

Et je ne sais plus quelle "sainte" (catholique) : "je crois ce que je veux". Peut-être Thérèse d'Avila, je ne sais plus.

A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   Lun 18 Juil 2011, 19:37

je viens de tout lire vos commentaires qui sont forts interressants et édifiant, mais parfois je me dis le "bonheur" n'existe pas car nous ne pouvons JAMAIS vraiment ÊTRE HEUREUX ou alors sont sommes revêtu d'égoisme ,Pourquoi je dis cela ,c'est que toujours il y a quelqu'un ou quelque chose qui nous montre la souffrance .je dis que nous vivons des moment joyeux, simplement. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réjouissez-vous!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réjouissez-vous!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Solennité du Sacré-Coeur de Jésus et commentaire du jour "Réjouissez-vous avec moi,..."
» « Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue »
» Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur. — Phil. 4:4.
» Réjouissez-vous car vous allez bientôt voir ma gloire, ma majesté..
» « Réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans le Cœur de Dieu. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: UN JOUR, UN VERSET-
Sauter vers: