Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Le fonctionnement d'une secte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
seb



Masculin Nombre de messages : 1420
Age : 43
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 15:21

Comment fonctionne une secte? Comment savoir si je suis dans une secte, ou si je fais simplement partie d'un groupe religieux normal?

Pour le savoir, il faut avoir en tête 3 mots clés: séduction, compensation, isolement. Le dernier étant les plus important des trois.

Séduction

La phase la plus importante pour attirer de nouveaux adeptes, et garder les anciens, c'est la phase de séduction. Elle se résume principalement par deux mots: communauté et promesse.

Communauté

Si l'on rentre dans un groupe quelconque, c'est avant tout pour faire partie d'une communauté. Si la communauté ne nous plaît pas, on n'y restera pas très longtemps. La secte met donc en avant les aspects positifs de sa communauté. Elle se dépeint elle-même comme étant à part, incitant à des actions plus méritantes qu'ailleurs. La secte minimise ses propres disfonctionements, pour se concentrer exclusivement sur ce la rend attirante.

Pour accentuer le contraste, elle fait ressortir les erreurs et manques des autres communautés, et principalement de celles qui lui ressemblent le plus. Pour résumer, elle se présente comme la seule communauté qui mérite considération.

Promesse

La secte promet toujours quelque chose d'invérifiable, qu'aucun adepte n'a encore jamais vu de ses propres yeux. Il s'agit souvent d'une vie éternelle dans un paradis, mais il peut s'agir d'une autre utopie.

Pour que la promesse paraisse plausible, la secte la met en avant de toutes les manières possibles. Elle utilisera des images "publicitaires" pour la dépeindre, et la décrira avec de nombreux superlatifs dans ses écrits.

Compensation

Une fois l'adepte potentiel séduit par les promesses qui lui sont faites, il comprend alors que tout ça n'est pas gratuit. Il entre alors dans la phase de compensation. Cette phase se résume par deux mots: confiance et renoncement.

Confiance

Avant toute chose, la secte demande que l'on lui fasse exclusivement confiance. Les doutes ou les questions personnelles sont traités par la secte elle-même. Il n'est pas conseillé de faire appel à l'extérieur. Ainsi, la recherche personnelle auprès de sources externes est fortement déconseillée, voire carément interdite.

La confiance est à double sens. L'adepte (ou le futur adepte) doit faire confiance à la secte, mais la secte doit aussi pouvoir faire confiance à l'adepte. Pour que la secte s'assure que ses membres ne mettent pas en doute ses dogmes, un mécanisme de délation est mis en place. Il est souvent justifié par la nécessité de protéger le groupe de lui-même. A noter que rien n'est jamais fait pour protéger le groupe des dérives de ses propres dirigeants.

Renoncement

Pour obtenir la récompense promise, l'adepte doit renoncer à certaines choses. La première chose que la secte prend chez l'adepte, c'est son temps! Ce temps, l'adepte le passe à se conforter dans ses croyances, et à les transmettre aux autres. Il est bien entendu fortement déconseillé d'utiliser son temps à vérifier ce que dit la secte, auprès de sources externes. Souvent, la vie de l'adepte est d'ailleurs tellement bien remplie par ses obligations, qu'il lui est impossible de trouver le temps de faire des recherches personnelles auprès de sources externes.

Un autre aspect du renoncement, c'est celui qui consiste à renoncer à son ancien mode de vie. Selon la secte, y revenir conduirait immanquablement à perdre le privilège promi par elle.

Isolement

La logique de séduction-compensation est une logique marketing tout à fait normale. Après tout, tout produit est vendu selon ce principe. On séduit le client potientel en vantant les mérites du produit, et ensuite on lui demande une compensation (financière en principe) pour l'obtenir.

La véritable dérive sectaire ne réside donc pas là, mais bien dans l'isolement des adeptes. Il comporte trois aspects bien distincts: le dogmatisme, la limitation des contacts avec l'extérieur, et le lavage de cerveau.

Dogmatisme

Toute secte prétendra que ses dogmes sont "la Vérité". Cette "Vérité" est incontestable, même lorsque le monde entier la contredit. Un adepte qui doute doit se convaincre ou quitter la secte.

Un aspect important de cette "Vérité" est sa réécriture du passé. Il s'agit là d'une dérive sectaire très fréquente. Le passé est "corrigé" par la secte, qui refuse les conclusions des historiens, archéologues, paléontologues, et autres spécialistes du passé.

Limitation des contacts avec l'extérieur

La secte tentera toujours de limiter les contacts de ses membres avec l'extérieur. Les adeptes sont encouragés, autant que possible, à fréquenter exclusivement la secte. Toute occasion de rencontre avec l'extérieur, que ce soit pour des fêtes de famille, ou des sorties entre collègues, sera fortemement déconseillée, voir prohibée.

Un adepte sera fortement encouragé à fuir tout dialogue critique sur ses croyances. Toute critique venant d'un adepte sera bien sûr très mal vue, et tout adepte sera exclu du groupe s'il persiste à critiquer le dogme.

L'exclusion entraîne toujours une rupture totale avec les adeptes, tant que la personne exclue ne montre pas que ses idées se sont à nouveau conformée à la secte.

Pour faire peur aux adeptes tentés de voir ce qui se passe au-dehors, la secte utilisera la logique de l'ennemi invisible. Elle dépeindra un personnage comme étant le chef d'un groupe désirant entraîner les adeptes à leur perte. Ce groupe sera identifié comme étant le monde extérieur.

Lavage de cerveau

Afin d'anéantir toute pensée critique, la secte utilisera la technique du lavage de cerveau. Cette technique consiste surtout à combler le temps de l'adepte par un martellage incessant d'idées-clés.

Pour que les idées passent, le meilleur arsenal de la secte, c'est la méthode des questions-réponses. La secte pose une question, puis y répond elle-même. Ensuite, elle incite l'adepte à trouver la réponse à la question posée. Dans l'immense majorité des cas, l'adepte reprendra presque mot pour mot la réponse fournie par la secte.

Une autre technique pour que l'adepte apprenne par coeur le dogme, c'est le chant. Lorsque l'adepte chante, il prononce des paroles qui ne sont pas les siennes. Inconsciemment, ces paroles entrent dans sa tête, et se gravent dans son subconsient.

Certaines idées-clés sont si cruciales pour la secte, qu'elles sont répêtées à longueur de discours. Cette méthode, dite de l'argument "par noyade", incite à graver encore plus profondément le dogme dans la tête des adeptes.

Pour encore mieux se démarquer, la secte adopte souvent un language qui lui est propre. Ce language compore des mots communs, que la secte détourne de leur sens premier. Le mot "vérité", par exemple, prend le sens de "dogme". La mot "monde" prend un sens péjoratif, et représente les personnes extérieures à la secte, qui n'adhérent pas à la "vérité" (le dogme). Les adeptes seront appellés "frère" et "soeur". Ceux qui ne croient plus sont appellés "exclus" ou "apostats". Etc.

Conclusion

Tant que l'adepte accepte les conditions de la secte, il n'a aucun moyen d'en sortir! En effet, son temps sera utilisé à conforter ses croyances, et jamais à les mettre en doute. De plus, il se coupera de toute critique, et ne se remettra jamais en question.

Tout doute entraînera une réaction immédiate de la part de la secte, qui incitera l'adepte à faire taire ses doutes, et à lui faire entièrement confiance, quoi qu'il arrive.

Tiré de http://seb361.voila.net/secte.html

_________________
Si ton but est la croyance, ne parle qu'avec ceux qui la partagent. Si ton but est la connaissance, parle avec tout le monde!
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Pika



Nombre de messages : 25
Age : 31
Date d'inscription : 20/05/2011

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 16:18

Dans le même ordre d'idée, j'aime bien aussi les huit caractéristiques relevées par le sociologue Irving Janis et sa pensée de groupe :
Citation :

1 - L’illusion de l’invulnérabilité : lorsque les groupes se croient intouchables, ils ont tendance à réprimer la dissidence ;
2 - La rationalisation : un groupe est plus soudé lorsqu'il justifie collectivement ses actions ;
3 - La croyance en la supériorité morale du groupe : lorsqu’un groupe pense qu’il est moral, il a tendance à ignorer sa propre immoralité ;
4 - La transformation de l’opposant en stéréotype : lorsqu’un opposant est considéré avec partialité ou avec des préjugés, les affirmations qui contredisent les convictions du groupe sont ignorées ;
5 - La pression de la conformité : une forte pression est exercée sur les individus pour qu’ils s’alignent sur la volonté du groupe et pour qu’ils ne soient pas en désaccord avec lui, sinon ils sont ostracisés, c’est-à-dire écartés des débats, voire sanctionnés ou expulsés ;
6 - L’autocensure : les membres du groupe préfèrent garder leurs opinions divergentes pour eux, plutôt que de déserter le navire ;
7 - L’illusion de l’unanimité : les dissensions internes sont cachées au groupe. Ainsi, elles semblent inexistantes ;
8 - Les gardiens de la pensée : certains membres du groupe s’engagent activement à protéger le groupe de toute dissidence ou information contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 16:25

Je me repens sous le sac et la cendre.


Dernière édition par spermologos le Lun 19 Sep 2011, 18:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
seb



Masculin Nombre de messages : 1420
Age : 43
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 16:43

Merci Pika pour ton complément d'information. Je vais essayer d'en tenir compte.

Spermologos, pour que j'accepte ta critique, il faudrait peut-être que tu me dises ce qu'il faudrait changer pour rendre l'article vraiment général, ou au moins ce qui rend cet article spécifique aux TJ.

_________________
Si ton but est la croyance, ne parle qu'avec ceux qui la partagent. Si ton but est la connaissance, parle avec tout le monde!
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://ex-temoinsdejehovah.org/
le chapelier toqué



Nombre de messages : 1402
Age : 69
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 18:05

La secte peut être identifiée parce que les membres suivent un gourou, un homme ou une femme.
Revenir en haut Aller en bas
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1493
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 19:18

Citation :
Dans le même ordre d'idée, j'aime bien aussi les huit caractéristiques relevées par le sociologue Irving Janis et sa pensée de groupe

Citation :
Merci Pika pour ton complément d'information. Je vais essayer d'en tenir compte.

Pour m'être intéressé (comme certains s'en souviennent peut-être) à Janis et à son décryptage du mécanisme de GroupThink, je signale tout de même qu'il n'y pas de rapport direct entre "secte" d'une part et "GroupThink" de l'autre.

Le GroupThink est un dysfonctionnement "naturel"se met en place "de lui-même" dans un groupe avec une "identité" très forte (susceptible de faire naitre un "corporatisme" très prononcé), mais à ma connaissance, Janis ne s'est jamais intéressé aux "sectes" et n'a jamais cherché à les décrire (ce qui rend d'autant plus remarquable le fait de "trouver" les mécanismes sociaux qu'il décrit au sein des TdJ, et sans doute d'autres mouvements sectaires --mais justement pas directement sous les aspects qu'il en a décrit).

On peut y trouver un parallèle, très frappant, mais pas la reproduction des mêmes mécanismes.
Revenir en haut Aller en bas
Pika



Nombre de messages : 25
Age : 31
Date d'inscription : 20/05/2011

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 19:55

BB a écrit:
Pour m'être intéressé (comme certains s'en souviennent peut-être) à Janis et à son décryptage du mécanisme de GroupThink, je signale tout de même qu'il n'y pas de rapport direct entre "secte" d'une part et "GroupThink" de l'autre.

Le GroupThink est un dysfonctionnement "naturel"se met en place "de lui-même" dans un groupe avec une "identité" très forte (susceptible de faire naitre un "corporatisme" très prononcé), mais à ma connaissance, Janis ne s'est jamais intéressé aux "sectes" et n'a jamais cherché à les décrire (ce qui rend d'autant plus remarquable le fait de "trouver" les mécanismes sociaux qu'il décrit au sein des TdJ, et sans doute d'autres mouvements sectaires --mais justement pas directement sous les aspects qu'il en a décrit).

On peut y trouver un parallèle, très frappant, mais pas la reproduction des mêmes mécanismes.
En fait, ce n'est pas tellement la notion de secte qui m'a rappelé Janis, mais plutôt le terme fonctionnement et l'éclairage que son étude a apporté sur le comportement et le pourquoi de ce comportement des groupes.
Il est troublant de voir que dans les groupes religieux la doctrine elle-même est fortement influencée par ces phénomènes. Dans une religion vraiment inspiré par Dieu, on ne devrait pas retrouver ces déviances très humaines dans la doctrine au minimum.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 20:20

Citation :
Dans une religion vraiment inspiré par Dieu, on ne devrait pas retrouver ces déviances très humaines dans la doctrine au minimum.

Ah bon, pourquoi? Dieu n'est pas socio-compatible?
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1493
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 20:34

Citation :
En fait, ce n'est pas tellement la notion de secte qui m'a rappelé Janis, mais plutôt le terme fonctionnement et l'éclairage que son étude a apporté sur le comportement et le pourquoi de ce comportement des groupes.

C'était plutôt à l'attention de Seb (qui parlait de "tenir compte" de ton "complément d'information" pour son site, sur une page qui entend définir la "secte") que ma "réserve" s'adressait.

Citation :
Il est troublant de voir que dans les groupes religieux la doctrine elle-même est fortement influencée par ces phénomènes.

J'avoue ne pas savoir comment le mécanisme de GroupThink pourrait servir (indirectement) de décryptage aux mécanismes "des" groupes religieux.
Si tu parles des "sectes", je ne serais en effet pas surpris d'y retrouver des caractéristiques proches des TdJ en la matière.

Si tu parles maintenant DES religions en général, je ne suis pas tellement d'accord: car, justement, la seule "ligne de partage" entre "secte" et "religion" qui me parle à peu près (si on ne parle pas de sa définition purement sociologique, où là, on pourrait presque dire que le problème est réglé depuis Weber), c'est précisément celle de "l'inconditionnalité".

Pour reformuler ça (peut-être) un peu mieux, c'est, pour moi, parce que l'acceptation de la Vérité du groupe est inconditionnelle qu'on a affaire à un groupe de "nature" sectaire.
Et dans mon idée, c'est précisément cette caractéristique-là qui rend ces groupes susceptibles de développer des défenses qui ressemble tant au GroupThink.

Citation :
Dans une religion vraiment inspiré par Dieu, on ne devrait pas retrouver ces déviances très humaines dans la doctrine au minimum.

Hé, hé, ça se discute...
En la matière, Dieu fait ce qu'il veut. Mais ta remarque m'amène à me demander au nom de quoi on ne devrait pas rencontrer des mécanismes sociaux "normaux" au sein des religions.
Que ça puisse surprendre un TdJ, c'est à peu près compréhensible, car ça va à l'encontre de ses prétentions à résister aux "pensées humaines". Mais c'est justement parce que je ne suis plus sensible à ces prétentions-là que je ne tirerai sûrement pas de conclusions sur ce que doit être une religion inspirée de Dieu...

(À titre d'info: http://www.tj-revelation.org/De-la-banalite-de-ce-que-l-on-a)
Revenir en haut Aller en bas
Pika



Nombre de messages : 25
Age : 31
Date d'inscription : 20/05/2011

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 22:51

Je m'aperçois que je n'ai pas la même lecture des huit symptômes Irving Janis que toi BB (peut-être aussi que de Spermologos). J'avais compris la pensée de groupe comme une maladie, une déviance justement du comportement "normal", une sorte d'abandon du soi pour une confiance à la masse (facilement manipulable par une figure de leader), une notion ayant pour enfant ou épiphénomène l'effet de foule. Dans cette perspective, un Dieu supérieur ne me semblait pas pouvoir succomber à ces travers et la doctrine au minimum (c'est-à-dire sans même parler de l'organisation ou du comportement des membres) qu'il fournirait par inspiration, non plus.

Le lien vers les trois articles est très intéressant : l'application point par point aux TJ.

Citation :
Il est troublant de voir que dans les groupes religieux la doctrine elle-même est fortement influencée par ces phénomènes.
Non, tu as raison la formulation est bien trop générale. Peut-être "les jeunes groupes religieux" voire "les sectes".
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Lun 19 Sep 2011, 23:03

Citation :
c'est, pour moi, parce que l'acceptation de la Vérité du groupe est inconditionnelle qu'on a affaire à un groupe de "nature" sectaire.
J'ai essayé de comprendre ce que tu voulais dire par là.
Par "inconditionnelle", j'ai cru entendre -- dis-moi si je me trompe -- "totale, exclusive, obligatoire sans exception et non négociable".
D'une certaine façon, la Vérité (le dogme) catholique est aussi "inconditionnelle" en droit pour l'Eglise catholique; mais en fait, on peut être catholique en n'y souscrivant que partiellement; l'inconditionnalité au sens où (je crois que) tu l'entends, ce serait donc le refus de toute distinction du "droit" et du "fait", en même temps que de toute gradation de degrés d'adhésion individuelle (ce qui nous ramènerait dans les parages de Weber et de Troeltsch) -- auquel cas, non sans une certaine ironie, tu pourrais être une preuve vivante que les TdJ ne sont plus tout à fait une "secte"... ;)
-- Et encore, en écrivant cela, je me rends compte d'une différence, car ton "cas" (je ne crois pas me tromper en disant ça) ne suppose pas la tolérance d'une adhésion partielle, mais d'une adhésion nulle. Et, paradoxalement, c'est parce que les TdJ ne sont pas disposés à tolérer ouvertement en leur sein des gens qui y croient un peu, beaucoup, mais pas complètement -- ce qui supposerait un assouplissement généralisé et avoué de la discipline -- qu'ils sont amenés à tolérer secrètement à leur marge, mais comme TdJ à part entière sur le papier (puisqu'il n'y a pas d'autre façon officielle d'être TdJ que de l'être "à part entière"), des gens qui n'y croient plus du tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1493
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 09:13

Pika:

Citation :
Je m'aperçois que je n'ai pas la même lecture des huit symptômes Irving Janis que toi BB (peut-être aussi que de Spermologos). J'avais compris la pensée de groupe comme une maladie, une déviance justement du comportement "normal", une sorte d'abandon du soi pour une confiance à la masse (facilement manipulable par une figure de leader), une notion ayant pour enfant ou épiphénomène l'effet de foule. Dans cette perspective, un Dieu supérieur ne me semblait pas pouvoir succomber à ces travers et la doctrine au minimum (c'est-à-dire sans même parler de l'organisation ou du comportement des membres) qu'il fournirait par inspiration, non plus.

Le mot "normal" est toujours problématique; sans doute aurais-je dû préciser un peu en quel sens je l'employais. Quand je disais que le GroupThink est un phénomène "normal", j'entends "banal", "habituel", "naturel" (aïe! encore plus problématique).
On peut bien sûr y voir y "dysfonctionnement", parce qu'il ne correspond pas à un "idéal" auquel tout le monde aspire (ou pense aspirer), et je suis le premier à penser que, une fois qu'on a identifié le problème, il faut prendre des mesures pour minimiser sa portée.

Mais puisque les dérives de GroupThink se retrouvent dans des groupes de natures très diverses, avec des objectifs de toutes sortes, j'employais pour le désigner le mot normal: c'est un phénomène "normal". Ça ne voulait pas dire que c'est bien, ou que ça ne pose aucun problème.

Juste une précision:
Citation :

une sorte d'abandon du soi pour une confiance à la masse (facilement manipulable par une figure de leader)
Ce que je trouve remarquable dans le GroupThink tel que décrit par Janis, c'est justement que le "leader" n'a justement pas de "figure". C'est d'ailleurs le "point de jonction" que je trouve avec le jéhovisme: pas de leader charismatique.
Le GroupThink se "cristallise" autour d'une "idéologie" commune, plus qu'autour d'un "chef" qui incarne le groupe.


Spermologos:
Citation :
auquel cas, non sans une certaine ironie, tu pourrais être une preuve vivante que les TdJ ne sont plus tout à fait une "secte"...

Qu'ils ne soient "plus tout à fait une secte", c'est pour moi acquis. Et pas seulement à cause de mon cas à moi (qui reste assez exceptionnel).

Je réponds aussi un peu de message de Free sur un autre fil: la "tolérance" dont je fais l'objet n'est dû qu'à la lutte --très courageuse, d'ailleurs-- d'un jeune ancien contre le Surveillant de Circonscription qui, lui, voulait constituer (de ce qui me fut dit à demi-mots) un Comité judiciaire. SdC qui se trouve, par les hasards de la vie, être précisément celui qui a fait exclure Free (il faut croire qu'il aime ça.)
Malheureusement pour lui, ce jeune ancien s'est battu contre l'idée d'exclure qq'un pour "des doutes", et si j'ai bien compris, les autres anciens, qui ne seraient peut-être pas aller d'eux-mêmes au charbon contre un SdC, ont vite rejoint son "camp" après qu'il a eu le courage d'opposer la première objection). Néanmoins, il m'a été clairement signifié que la moindre "discussion" avec des TdJ où j'exposerais mes idées signifierait immédiatement "la porte". Ça reste une différence --non négligeable-- entre TdJ et "grandzéglises".

Au delà de mon cas, donc, même s'il reste assez parlant ("oui, c'est aujourd'hui possible! Il y a vingt ans, ça ne l'était pas"), le fait qu'ils ne soient plus tout à fait une secte, oui, c'est ce que je pense. Et ça ma parait d'ailleurs, ça aussi, tout à fait "normal": un groupe qui doit bien être constitué aujourd'hui à 75-80% (estimation "à la louche") de gens nés dans le mouvement, ne peut plus tout à fait être le même que celui qui est constitué de "convertis".
L'hyper-centralisation de la structure fait que l'évolution est lente, mais elle n'en est pas moins incontestable, je pense, même s'il reste en bien des endroits les stigmates de "la secte" dans leur fonctionnement interne.

D'ailleurs, je n'ai pas eu l'occasion de lire --le sac et la cendre ayant été plus rapide que moi-- ta première remarque à Seb, mais je vois bien ce que ce pouvait être (vu sa réponse). Laisse-moi deviner... Quelque chose comme: "C'est un peu facile de prétendre dresser un portrait-robot du coupable, quand on a en fait sa photo sous les yeux"...
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 10:56

Hé hé... le mot "portrait-robot" y était, en effet.
A propos de la centralisation -- qui se passe en effet avantageusement du visage humain d'un "leader" individuel, mais pas d'une figure centrale, je veux dire de la notion et de la représentation d'un centre qui est seul véritablement habilité à parler au nom du tout, et qui à ce titre le fait exister comme tout -- je crois que beaucoup de groupes (religieux ou pas, sectaires ou pas) peinent à accéder à une conscience de groupe qui s'en distingue. On a beau, par exemple, dire et répéter que l'Eglise catholique, c'est des centaines de millions de catholiques, dans un sens l'Eglise catholique ce sera toujours le Vatican. Et, dans ce sens, c'est beaucoup plus vrai aujourd'hui qu'au moyen-âge, à cause des techniques de communication modernes qui favorisent une omniprésence du centre. Quand la parole du centre est accessible partout et continuellement "en temps réel", le groupe n'a pas le temps de construire une conscience de soi autonome -- de se rendre compte qu'il existe indépendamment du centre. Les "réseaux sociaux" compensent peut-être un peu cet effet -- dans le cas des TdJ, l'intérêt de ces réseaux ne tient pas seulement au fait qu'ils peuvent y rencontrer des "apostats", mais que même lorsqu'ils y restent "entre eux" ils y font l'expérience d'une "communauté" qui ne passe plus par le "centre".
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
seb



Masculin Nombre de messages : 1420
Age : 43
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 11:10

Bonjour à tous,

Je suis d'accord avec vos remarques, spermologos et BB, concernant le fait que j'ai dressé le portrait-robot du coupable avec sa photo sous les yeux. Je vais reformuler les choses pour tenter d'être plus juste.

Je voulais juste réagir sur la question de savoir si les TJ sont une secte ou non. Pour moi, c'est encore clairement une secte, même si c'est un peu moins prononcé qu'avant. Il faut quand même pas trop vite oublier leurs dérives sectaires:

- Coupure avec l'extérieur
- Familles et amitiés brisées
- Attente impatiente de la destruction d'une majeure partie de l'humanité à Armageddon
- Refus du doute (dogmatisme)
- Lavage de cerveau
- Engagement total et sans limite
- Etc.

Ces choses sont caractéristiques d'une secte, n'est-ce pas?

Séb

_________________
Si ton but est la croyance, ne parle qu'avec ceux qui la partagent. Si ton but est la connaissance, parle avec tout le monde!
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://ex-temoinsdejehovah.org/
free



Nombre de messages : 3509
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 11:30

Citation :
Quand la parole du centre est accessible partout et continuellement "en temps réel", le groupe n'a pas le temps de construire une conscience de soi autonome -- de se rendre compte qu'il existe indépendamment du centre. Les "réseaux sociaux" compensent peut-être un peu cet effet -- dans le cas des TdJ, l'intérêt de ces réseaux ne tient pas seulement au fait qu'ils peuvent y rencontrer des "apostats", mais que même lorsqu'ils y restent "entre eux" ils y font l'expérience d'une "communauté" qui ne passe plus par le "centre".



Ce phénomène doit expliquer pourquoi la WT "décourage" fortement les TdJ d'organiser des débats ou des discussions sur des forum même réservés uniquement à des TdJ. Effectivement dans ce genre de relation la WT n'occupe plus une place centrale et incontournable. De plus elle ne contrôle plus la teneur de "l'enseignement" et des échanges, situation assez insupportable pour une organisation qui prévoir des réunions avec la méthode question/réponses d'un articles.


Avec le recul ce qui me surprend le plus, c'est cette attachement que peut ressentir un TdJ pour une "figure centrale" anonyme. Les menbres du CC meurent des visages inconnus les remplacent , sans que cette attachement faiblisse.

Je pense que d'ailleurs la volonté à la fin des années 80 de produire des biographies des menbres du CC a dû être motivé par la volonté de donner un "visage" aux personnes qui constituaient cette "figure centrale".

Je souligne qu'avant ces biographies les TdJ ressentaient une proximité, voir un lien filiale (la mère organisation) avec cet organe dirigeant constitué par de parfaits inconnus ... phénomène assez mystérieux.

Tout comme l'attachement que les catholiques éprouvent vis-à-vis du Pape alors qu'il vient à peine d'être élu.
Revenir en haut Aller en bas
Pika



Nombre de messages : 25
Age : 31
Date d'inscription : 20/05/2011

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 11:57

En mauvais sophiste, pour établir le lien entre secte et groupe de pensée j'avais dans la tête un syllogisme (sans doute défectueux et en tout cas hautement critiquable) comme suit :
Si une secte peut être définit comme un groupe présentant une anormalité majeure c'est-à-dire allant vers l'extrême plus que le raisonnable dans sa doctrine, son organisation ou le comportement de ses membres ;
puisqu'une forte pensée de groupe (plus de quatre symptôme sur 8 disons) peut aussi être considéré comme une déviance majeure ;
alors un groupe manifestant une forte pensée de groupe est une secte.

La centralisation augmenterait les symptômes de la pensée de groupe (donc si j’admets le raisonnement plus haut, l'état sectaire) tout comme la diversité et le contact avec d'autres groupes en serait un antidote ? Dans cette logique, puisque la diversité augmente avec l’agrandissement du "parc" des membres et si la centralisation n'est pas un frein trop grand, on peut espérer voir les TdJ devenir une religion à part entière dans quelques siècles ?
Revenir en haut Aller en bas
seb



Masculin Nombre de messages : 1420
Age : 43
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 12:42

Citation :
Avec le recul ce qui me surprend le plus, c'est cette attachement que peut ressentir un TdJ pour une "figure centrale" anonyme. Les menbres du CC meurent des visages inconnus les remplacent , sans que cette attachement faiblisse.
Je crois que c'est justement parce que la "figure centrale" reste anonyme, sans visage, que l'attachement perdure! C'est la même logique qui s'applique à quelqu'un qui aime une star. Tant que la star contrôle l'image qu'elle donne, le fan voit en elle quelque chose de désirable, un modèle pour lui.

La proximité, par contre, entraine toujours le risque de voir la réalité en face...

_________________
Si ton but est la croyance, ne parle qu'avec ceux qui la partagent. Si ton but est la connaissance, parle avec tout le monde!
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://ex-temoinsdejehovah.org/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1493
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 14:05

spermologos a écrit:
Hé hé... le mot "portrait-robot" y était, en effet.
A propos de la centralisation -- qui se passe en effet avantageusement du visage humain d'un "leader" individuel, mais pas d'une figure centrale, je veux dire de la notion et de la représentation d'un centre qui est seul véritablement habilité à parler au nom du tout, et qui à ce titre le fait exister comme tout -- je crois que beaucoup de groupes (religieux ou pas, sectaires ou pas) peinent à accéder à une conscience de groupe qui s'en distingue. On a beau, par exemple, dire et répéter que l'Eglise catholique, c'est des centaines de millions de catholiques, dans un sens l'Eglise catholique ce sera toujours le Vatican. Et, dans ce sens, c'est beaucoup plus vrai aujourd'hui qu'au moyen-âge, à cause des techniques de communication modernes qui favorisent une omniprésence du centre. Quand la parole du centre est accessible partout et continuellement "en temps réel", le groupe n'a pas le temps de construire une conscience de soi autonome -- de se rendre compte qu'il existe indépendamment du centre. Les "réseaux sociaux" compensent peut-être un peu cet effet -- dans le cas des TdJ, l'intérêt de ces réseaux ne tient pas seulement au fait qu'ils peuvent y rencontrer des "apostats", mais que même lorsqu'ils y restent "entre eux" ils y font l'expérience d'une "communauté" qui ne passe plus par le "centre".

Et justement, comme le souligne Free, le "centre" fait tout ce qui est en son pouvoir pour freiner ce phénomène et le tuer dans l’œuf...

Pour poursuivre un peu sur "l'inconditionnalité", il me semble que ce qui en reste très caractéristique chez les TdJ, c'est que, si la diversité existe bien (on l'a assez souligné), elle n'a par contre pas l'occasion de s'exprimer (ou alors tout à la marge, de façon presque "accidentelle"). C'est d'ailleurs un peu dans cet esprit que je parlais d'hyper-centralisation, c'est-à-dire que la parole du "groupe" reste quasiment exclusivement celle du "centre" ou directement pilotée par le centre, sans que le "groupe" puisse en exprimer une autre (et la façon de maintenir cet état de fait est institutionnalisée, c'est bien ce qui fait la différence avec le GroupThink, même si les "symptômes" se ressemblent comme huit gouttes d'eau).

C'est ce qui ressort pas mal, je trouve, d'une enquête qui a déjà été citée ici, je crois: http://religions.pewforum.org/pdf/report-religious-landscape-study-full.pdf (surtout à partir de la page 119). Les réponses formulées sont globalement plus uniformes que celles des autres groupes, avec toutefois une certaine expression de sa diversité... mais je ne doute pas vraiment qu'elles le seraient "à 100%" (uniformes) dans le cadre d'une enquête "à visage découvert"!


Dernière édition par BB le Mar 20 Sep 2011, 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 14:15

Au risque de troubler les mânes des disparus (provisoires), une chose qui m'avait frappé chez Agecanonix c'était son insistance sur l'affectivité du lien entre TdJ et Collège central; même en faisant la part de l'idiosyncrasie tactique (je botte vers l'affectif quand je suis en difficulté sur un terrain rationnel, je connais bien parce que c'était aussi une spécialité de mon père), il me semble que c'est un discours qui n'aurait pas été possible il y a 30 ans. Entre-temps le Collège central est passé du statut de "machin" ou d'"organe" purement fonctionnel (ce qu'il était encore au temps des Franz, oncle et neveu), à celui d'instance sacrée qui est un peu Jéhovah-sur-terre (une sorte de réinscription de l'union hypostatique si on veut). L'évolution a dû être assez insensible pour ne pas être trop remarquée de l'intérieur, mais après une longue absence, le changement est saisissant.
Vous me direz qu'avant il y avait "l'organisation", "la Société", "l'esclave fidèle et avisé"; mais c'étaient des "entités" plus larges et plus diffuses avec lesquelles il était plus difficile d'entretenir une relation imaginaire et a fortiori affective (en ce qui concerne "l'organisation", d'ailleurs, le locuteur pouvait avoir le sentiment d'en faire partie, de sorte que le mot jouait aussi un peu comme "le collectif" contre "l'individuel"). Le Collège central, en revanche, est parfaitement défini comme un Autre concret (bien que collectif). Ajoutons à cela les remarques que j'ai déjà faites sur la "dérive néo-apostolique" (le fait que le Collège central est de plus en plus identifié, collectivement, mais directement, aux "apôtres-du-Ier-siècle" comme représentants, non plus tellement de "l'esclave fidèle et avisé" comme "totalité-des-oints" dont on avoue de plus en plus clairement qu'ils comptent pour du beurre, mais de l'autorité céleste de "Jéhovah et Jésus-Christ").


Dernière édition par spermologos le Mar 20 Sep 2011, 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3509
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 15:40

Au fond de chaque personne, jeune, adulte ou âgée, ce lien émotionnel à la mère est toujours présent. Il est exploité par la WT.
Ce lien émotionnel entre le témoin de Jéhovah et l'organisation (la watchtower) lui fait perdre tout sens critique.Effectivement, si l'on venait vers vous pour critiquer votre mère charnelle, même si vous lui reconnaissiez des erreurs, vous lui resteriez attaché, parce que c'est votre maman.


Extrait de "La liberté chrétienne" de Raymond frantz :
"Je me souviens comment, pendant la période d'agitation considérable au siège social international en 1980, une de mes connaissances avait parlée au téléphone avec un surveillant itinérant (surveillant de circonscription) de la moitié Ouest du pays et faisait part de son sentiment d'inquiétude quant aux mesures prises par l'organisation. La réponse du surveillant itinérant fut, "D’accord, mais nous savons aussi que : la Maman peut avoir raison et la maman peut se tromper. Mais elle est toujours la maman."

Le texte de Galates 4:21-31 est employé par la WT pour soutenir les affirmations du concept de direction par une mère céleste à travers une organisation terrestre visible. Le récit parle de deux femmes, Sarah et Hagar et les emploie symboliquement. Mais le rédacteur, Paul, ne dit pas que celles-ci représentent "deux organisations," mais qu'elles caractérisent "deux alliances." La question dont il discutait était de ne plus "être sous la loi." (Le verset 21.)

Tout concept "d'organisation" est absent du récit.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 16:26

@ free: justement, je trouve que "le Collège central" fait une figure nettement moins maternelle (ou plus généralement féminine) que "l'organisation". C'est une figure d'autorité (Governing Body) qui, dans l'imaginaire TdJ, se situe plus du côté du "Père".

@ seb: je pense que le concept de "secte" est trop sujet à caution (parce qu'il ressortit en tout état de cause à une définition arbitraire) pour être d'une quelconque utilité dans une démonstration rationnelle. A une description ou une analyse du fonctionnement d'un groupe quelconque, si pertinentes soient-elles, dire "c'est un fonctionnement sectaire" n'ajoute rien au niveau du sens, sinon le langage performatif d'un jugement de valeur (voire d'une insulte): ça revient à dire "c'est pas bien".
En revanche, relever des analogies de fonctionnement avec différents groupes (qu'il s'agisse de religions, de partis, d'entreprises ou d'associations quelconques) peut avoir une utilité psychologique, dans la mesure où cela montre (comme disait à peu près BB) que ce qu'on a cru "unique" s'avère somme toute extrêmement banal. Mais cela ne peut se faire qu'à partir de l'étude effective de plusieurs groupes et non pas d'un seul.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Pika



Nombre de messages : 25
Age : 31
Date d'inscription : 20/05/2011

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 17:13

BB a écrit:
Pour poursuivre un peu sur "l'inconditionnalité", il me semble que ce qui en reste très caractéristique chez les TdJ, c'est que la diversité existe bien --on l'a assez souligné-- elle n'a par contre pas l'occasion de s'exprimer (ou alors tout à la marge, de façon presque "accidentelle"). C'est d'ailleurs un peu dans cet esprit que je parlais d'hyper-centralisation, c'est-à-dire que la parole du "groupe" reste quasiment exclusivement celle du "centre" ou directement pilotée par le centre, sans que le "groupe" puisse en exprimer une autre (et la façon de maintenir cet état de fait est institutionnalisée, c'est bien ce qui fait la différence avec le GroupThink, même si les "symptômes" se ressemblent comme huit gouttes d'eau).
Je n'ai pas suffisamment lu Irving Janis, mon anglais étant trop laborieux je l'ai connu surtout par des extraits et des résumés dans des manuels et sur Internet. En te faisant confiance, je ne peux m'empêcher de remarquer que c'est justement quand il y a une figure "leader", individuelle ou collective peu importe (ou peut-être simplement une hiérarchie forte suffit ?), dans le groupe que les symptômes qu'il décrit apparaissent le plus clairement.
Si l'on prend des groupes décentralisés, qu'Irving Janis n'a pas connu, comme les "réseaux sociaux" qu'évoquait Spermologos, ces symptômes sont très faibles. Par exemple pour Facebook : la plupart des membres utilisent aussi d'autres réseaux comme Twitter, pas de pression à la conformité (c'est peut-être même l'inverse, se faire remarquer à tout prix), pas spécialement d'autocensure (parfois on préférerait sur certaine page...), aucune illusion de l’unanimité (au contraire on trouve tous les points de vue fièrement revendiqués et affichés) ou encore les gardiens de la pensée, si l'on pense aux modérateurs, sont d'un laxisme à pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
seb



Masculin Nombre de messages : 1420
Age : 43
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 18:02

Merci spermologos pour ta remarque pertinente. Je vais tenter de recycler tout ça en étant plus objectif.

_________________
Si ton but est la croyance, ne parle qu'avec ceux qui la partagent. Si ton but est la connaissance, parle avec tout le monde!
http://ex-temoinsdejehovah.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://ex-temoinsdejehovah.org/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1493
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 18:44

Citation :
Je n'ai pas suffisamment lu Irving Janis, mon anglais étant trop laborieux je l'ai connu surtout par des extraits et des résumés dans des manuels et sur Internet. En te faisant confiance, je ne peux m'empêcher de remarquer que c'est justement quand il y a une figure "leader", individuelle ou collective peu importe (ou peut-être simplement une hiérarchie forte suffit ?), dans le groupe que les symptômes qu'il décrit apparaissent le plus clairement.

C'est la raison pour laquelle je précisais que les "groupes" en question ont une très forte conscience de leur identité, et/ou sont regroupés autour d'une idéologie forte et bien définie.

Pour essayer de résumer, le GroupThink décrit par Janis est un phénomène "horizontal", qui se développe entre les membres du groupe. Le fonctionnement "sectaire" classique (y compris les TdJ, dans cette optique) fonctionne de façon "verticale", la règle est imposée du haut vers le bas.

Pour reprendre l'exemple cité dans l'article de TJ révélation, aucun TdJ n'aurait eu "de lui-même" le désir de refuser le service civil, ni l'idée d'encourager les autres à faire de même. L'idée/consigne venait d'en haut, et le jour même où elle a "sauté", plus aucun jeune TdJ n'a choisi d'aller en prison. Ce serait sans doute un peu différent pour le tabou du sang (car il est bien plus intériorisé, du fait des "enjeux"; comme le soulignait Free, il y a là une valeur "identitaire"), mais je pense qu'une assez large majorité des TdJ accepteraient une TdS en cas de véritable urgence hémorragique, si la consigne venant "d'en haut" devait être abolie.

Lorsqu'il y a GroupThink, ce sont les membres du groupe eux-mêmes, qui, par souci de montrer à tous leur fidélité à l'idéologie du groupe, se mettent à "inventer" des moyens de la prouver toujours plus. (Ça arrive parfois localement chez les TdJ, d'ailleurs, mais justement, la WT a plutôt tendance à lutter --depuis "le haut"-- contre ça!)
Le GroupThink est donc "caractérisée" par le fait que les personnes n'obéissent pas à une "consigne", et a contrario, lorsque le comportement des membres du groupe consiste principalement en l'obéissance (même servile) à une consigne venue "d'en haut", on est plus à proprement parler dans le phénomène du GroupThink.

C'est pourquoi j'avais signalé cette nuance: avec la figure du "leader" bien identifié (et autoritaire), on est plutôt à l'opposé des concepts de GroupThink, même si la similarité des "symptôme" est patente.

Dans le cas des "réseaux sociaux" très larges, type Facebook ou Twitter, il n'y a absolument aucune "identité" commune aux membres. Comme c'est (littéralement) ouvert à tout le monde, il est évident que le sentiment d'appartenance communautaire ne pourra être que très, très faible en adhérant à Facebook. Par contre, dans des forums plus restreints et plus "idéologiques", on retrouve assez régulièrement le phénomène!
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4428
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Mar 20 Sep 2011, 19:02

J'ai l'impression que les "rézosocios" relèvent pour le moment d'une socialité supplémentaire et compensatoire dont les règles et les enjeux varient considérablement en fonction de la socialité "réelle" qu'ils "complètent". Selon qu'ils s'ajoutent à une pratique religieuse, à une vie de famille, à un engagement politique ou humanitaire, à des relations professionnelles ou de voisinage, ou qu'ils tendent à s'y substituer, par exemple. A priori il y a un aspect "gratuit" qui est attirant parce que les enjeux sont faibles ou inexistants (pas grand-chose à perdre ni à gagner). Mais avec le temps et l'investissement (le temps qui passe, le temps qu'on y passe) des enjeux apparaissent, et des règles aussi. Par effet de compensation, des gens effacés ou timorés dans la vie "réelle" peuvent devenir des personnages charismatiques "online", et ça va compter pour eux et pour les autres. Ceux chez qui les relations "virtuelles" prennent beaucoup de place finiront par y éprouver aussi des pressions de conformité, avec le besoin d'être approuvés, aimés ou admirés et la crainte d'être rejetés, ignorés ou méprisés.
Je repense à un psychodrame auquel j'ai assisté -- et participé -- sur JWD il y a quelques années, autour de la vie et de la mort d'un personnage qui s'est avéré en fin de compte purement fictif. La puissance émotive de cette mauvaise blague, sur des centaines de participants, m'a fait beaucoup réfléchir. C'était pour moi un extraordinaire révélateur, non pas tant de la vanité du "virtuel" que de la fiction impliquée dans toute "réalité sociale".

D'ailleurs (je continue tant que personne n'intervient) la socialisation moderne n'a pas attendu l'internet pour être faite d'une mulititude de socialités alternatives, plus ou moins compartimentées; on peut être socialisé très différemment chez soi, au boulot, dans son club de pétanque ou de bridge, dans son syndicat, dans son parti, ou dans sa religion (on a assez raillé le type du médiocre trouvant son unique occasion de briller en devenant petit chef chez les TdJ). L'internet ne fait que démultiplier les possibilités dans un espace virtuel qui ne mange pas trop de pain.
Et avant l'internet la Watch essayait déjà de canaliser la socialité qui se tissait à sa marge, notamment dans les "social gatherings", ces "réunions informelles" ou "de détente" qui ont fait l'objet de moult articles plus ou moins réprobateurs dans les années 80. Je garde un excellent souvenir de ma toute première (petite) congrégation, où en plus d'un programme officiel pourtant bien chargé il y avait place presque chaque semaine pour des pique-niques et des jeux en été, et où tout le long de l'année les gens étaient continuellement fourrés les uns chez les autres. Ça n'avait pas que des avantages, j'en suis sûr, mais pour moi qui étais autrement coincé dans une famille pas marrante du tout c'était le paradis. (J'ai déchanté plus tard en allant dans d'autres congrégations où les gens ne se rencontraient qu'aux réunions.) J'ai retrouvé un peu de ça au Béthel où différents groupes se formaient pour toutes sortes d'activités en marge (de la balade en forêt à l'astronomie en passant par la lecture de la Bible avec des commentaires de "Babylone la Grande"). Autrement dit, le potentiel social d'un groupe comme les Témoins de Jéhovah excède très largement ce que la Watchtower est en mesure de contrôler, et l'internet, là aussi, démultiplie les possibilités.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le fonctionnement d'une secte   Aujourd'hui à 23:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Le fonctionnement d'une secte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» le suicide collectif de la secte *Heaven's Gate*en 1997
» Une religion est-elle une secte qui a réussi ?
» LA SECTE DE DERVAL: ATTENTION !
» les kharijites ,une secte preditent par notre prophete
» J'ai envi de créer une secte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: