Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)   Ven 30 Sep 2011, 12:55

Je perçois une certaine évolution sur cette question dans le livre des Proverbes.
Pour le "fonds ancien" (chapitres 10--30, en gros), la bêtise est assez désespérée (mais, je le répète, on n'en fait pas un drame, en tout cas pas un drame métaphysique: ça a des côtés tragiques et des côtés comiques, mais "c'est la vie", tout simplement). A la limite, le seul espoir pour le sot serait qu'il se taise -- mais c'est justement ce qu'il est le moins enclin à faire (17,28). Seule l'expérience d'un châtiment de la bêtise peut à la rigueur avoir un effet positif -- mais plutôt sur l'entourage du sot que sur lui-même (19,25).
Pour l'auteur plus tardif de la "couverture" du livre (chap. 1--9 surtout), la Sagesse (qui se "personnifie" et se théologise, en chemin vers son identification à la Loi dans le Siracide) se fait éducative; elle va développer l'ambition (qui aurait peut-être paru fort peu sage aux sages antérieurs, cf. 17,16) d'instruire, même les "sots" (en particulier les "naïfs", cf. 1,1ss; 8,5ss); cela rejoint la récupération du vocabulaire sapiential par la piété de la Torah (notamment Psaume 119).

Si on prend un peu de recul, il apparaît des choses intéressantes (je trouve): par rapport aux sagesses antiques (hébraïque, égyptienne, mésopotamienne ou grecque, peu importe), la fin de l'Antiquité marque à la fois une fusion-identification et une dissociation radicale entre sagesse et morale, donc aussi entre bêtise et méchanceté. Dans le judaïsme tardif, la Sagesse majusculée n'a plus grand-chose à voir avec l'intelligence à la fois théorique et pratique des anciens sages; de même bien qu'autrement, dans le monde grec la philosophie spéculative se distingue de la vieille sagesse (sophia), tout en ayant la prétention d'enseigner simultanément le Vrai et le Bien. Or plus la morale devient importante et obligatoire, et plus la Sagesse-avec-un-grand-S lui est identifiée, plus la sagesse intelligence "concrète" devient secondaire et facultative. Même là où la bêtise n'est pas (encore) une vertu, c'est un défaut beaucoup moins grave que la méchanceté. Mieux vaut être con que méchant (encore que l'un n'empêche pas l'autre!), voilà peut-être une de nos certitudes morales les mieux enracinées (peut-être même le principe et le fin mot de ce que nous appelons, nous, "la morale"). Ce qui débouche sur une culture de l'impensé et du refoulement: quand il vaut mieux "pécher" par bêtise que par méchanceté, par erreur que volontairement, inconsciemment que consciemment, la lucidité passe pour le danger suprême, à éviter à tout prix. L'Occident "judéo-chrétien" qui va découvrir "l'inconscient" près de 2000 ans plus tard est celui qui l'aura le mieux creusé, nourri et fortifié à force de refus de penser et de regarder "les choses comme elles sont".

P.S. C'est aussi à la faveur de cette absolutisation-dissociation que la Sagesse divinisée va pouvoir récupérer les thèmes (notamment prophétiques) de l'anti-sagesse, qui culmine chez Paul dans l'identification au Crucifié. Au regard de l'ancienne sagesse, quoi de plus stupide que le martyre ? La sagesse (minuscule) fait vivre, vieux et prospère de préférence, elle anticipe le danger et l'évite: "L'homme avisé voit le malheur, et il se cache; les naïfs passent outre, et ils doivent en payer le prix." (Proverbes 22,3; 27,12) A cet égard, l'évangile est un éloge de la bêtise. Mais il peut être vu comme la manifestation paradoxale de la Sagesse suprême à la lumière de la tradition plus récente qui, dans la veine apocalyptique (Daniel, Hénoch) ou sapientiale (Siracide, Sagesse), fait du martyr le sage par excellence.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)   Jeu 06 Oct 2011, 14:34

Association de proverbes :

"Je ne parle pas aux cons, ça les instruits" (Michel Audiard)
"Écarte-toi du sot, tu ignorerais les lèvres savantes."( Prov 14,7)

" Les cons, ça ose tout et c'est même à ça qu'on les reconnaît !" (Bernard Blier)
"La voie de l'insensé est droite à ses yeux, Mais celui qui écoute les conseils est sage." (Prov 12,15)

Revenir en haut Aller en bas
SARAI-ESTELLE



Féminin Nombre de messages : 117
Age : 62
Date d'inscription : 15/02/2010

MessageSujet: Re: De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)   Dim 09 Oct 2011, 21:23

Bonjour Free
Tu en as d'autres comme cela ??
Au moins cela fait rire mon mari de son océan de misères !
Saraï-Estelle
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)   Jeu 13 Oct 2011, 16:29

Les femmes ont-elles une propention à la folie ?

"La folie est une femme bruyante, Stupide et ne sachant rien." Prov 9,13 (Segond)

"La femme folle est bruyante; ce n'est que sottise, et elle ne connaît rien." Prov 9,13 (Traduction Martin)

La folie est une femme où la femme est folle .... 2 façons de traduire ??
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos



Nombre de messages : 4339
Age : 57
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)   Jeu 13 Oct 2011, 17:03

En effet, outre le choix sémantique général précédemment évoqué (folie / bêtise), il y a ici un second choix exégétique à faire: femme sotte ou Dame Sottise, c.-à-d. personnification symétrique à celle de la Sagesse (chap. 8--9,12) ? A mon sens le contraste des portraits, dans cette partie relativement tardive du livre, incline plutôt vers la seconde option. Auquel cas il faut bien sûr noter que la Sagesse est féminine aussi (à l'instar de la Ma'at égyptienne). Cependant l'ambiguïté demeure, elle fait partie intégrante de la personnification-métaphore: Dame Sagesse est peinte sous les traits d'une femme sage (cf. aussi l'éloge du chapitre 31), Dame Bêtise sous ceux d'une femme stupide. Epouse et mère d'un côté, infidèle ou prostituée de l'autre, comme de bien entendu.
La vieille sagesse n'est certes pas exempte de misogynie (la femme querelleuse, la beauté de la sotte "comme un anneau d'or au groin d'un cochon", etc.), mais celle-ci a plutôt tendance à s'aggraver dans la phase suivante où la Sagesse majuscule se théologise. Dans le Siracide où la Sagesse est la Loi, la misogynie est bien plus violente encore que dans les Proverbes.


(29)
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)   Jeu 13 Oct 2011, 17:27

Citation :
Bonjour Free
Tu en as d'autres comme cela ??
Au moins cela fait rire mon mari de son océan de misères !
Saraï-Estelle

http://www.youtube.com/watch?v=zjaJRrDU2n0
Revenir en haut Aller en bas
Kaczan



Nombre de messages : 107
Age : 61
Date d'inscription : 09/05/2010

MessageSujet: Re: De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)   Jeu 13 Oct 2011, 17:33

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)   Aujourd'hui à 23:36

Revenir en haut Aller en bas
 
De la bêtise (dans la Bible et ailleurs)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» MOHAMED :pbsl: Est bien mentionné dans la Bible
» Mahomet dans la Bible ?
» Les Contradictions dans la bible
» le destin dans la bible
» Contradiction dans la bible ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: