Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [b]Suicide - Euthanasie [/b] que faut il en penser ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [b]Suicide - Euthanasie [/b] que faut il en penser ?   Sam 21 Juin 2008, 19:30

Suicide - Euthanasie
Pourquoi y a-t-il donc un tel tabou en ce qui concerne le fait de mettre fin à sa vie.
Cette question renferme deux faux concepts, elle est fondée sur deux suppositions erronées, et elle contient deux erreurs.
La première fausse supposition est la suivante : le « bien » et le « mal » existent.
La seconde c’est qu’il est possible de tuer.
Le « bien » et le « mal » sont des polarités philosophiques dans un système de valeurs humain qui n’a rien à voir avec la réalité ultime. Ce sont des valeurs qui changent sans cesse d’un instant à l’autre. Nous provoquons nous même le changement en changeant d’idée comme bon nous semble à propos de ces valeurs. Toutefois nous affirmons sans cesse que tel n’est pas le cas, et que seules nos valeurs immuables forment le noyau de l’intégrité de notre société. Ainsi nous avons construit notre société sur un paradoxe. Nous continuons à transformer nos valeurs, tout en proclamant que ces mêmes valeurs sont immuables !
Nous devrions plutôt rendre gloire à ce que nous sommes aujourd’hui, mais ne condamnons pas ce que nous étions hier, et n’écartons pas ce que nous pourrions devenir demain. Comprenons donc bien que dire « ça va » ou « ça ne va pas » ne sont que des façons d’énoncer nos dernières préférences et suppositions.
Ainsi la majorité des gens de la planète pense que mettre fin à sa vie, « ça ne va pas ». De même que nous affirmons qu’aider quelqu’un à mettre fin à sa vie « ça ne va pas ».
Dans les deux cas, nous supposons que cela devrait être contre la loi, parce que nous en sommes certainement arrivés à cette conclusion parce qu’il est relativement rapide de mettre fin à la vie. Les gestes qui mettent fin à une vie à plus long terme ne sont plus considérés comme illégaux, même s’ils aboutissent au même résultat.
Ainsi un individu se tue avec une arme, les membres de sa famille ne recevront aucune prestation de la part de l’assureur, alors que s’il met fin à sa vie en fumant des cigarettes, sa famille y aura droit.
Si maintenant un médecin nous aide à nous suicider, on juge qu’il s’agit d’un meurtre, mais si c’est une entreprise qui vend du tabac, cela s’appelle du commerce.
C’est donc exclusivement une question de temps. La légalité de l’autodestruction semble étroitement liée à la rapidité de son auteur. Plus la mort est rapide, plus elle semble être « mal ». Plus la mort est lente, plus elle glisse dans le « ça va ».
Curieusement, cela semble être exactement le contraire de ce que conclurait une société véritablement fondée sur l’humanité. Selon toute définition raisonnable de ‘l’humanité’, plus la mort est lente, mieux c’est. Il est malsain de croire que Dieu exige une souffrance infinie et qu’une fin rapide et humaine à la souffrance est « mal ». Notre doctrine semble donc être « punissons l’humain, récompensons le malsain ». Ceci est une devise d’une société d’êtres avec une intelligence limitée. Ainsi nous empoisonnons notre organisme en aspirant des substances cancérigènes, en nous nourrissant d’aliments traités avec des produits chimiques qui, à la longue nous tuent, et en respirant de l’air que nous polluons continuellement. Nous empoisonnons notre organisme un millier d’instants, et nous faisons tout en sachant que ces substances ne sont pas bonnes pour nous. Mais comme nous savons qu’elles nécessitent plus de temps pour nous tuer, nous nous suicidons en toute impunité. Si nous nous empoisonnons avec quelque chose qui agit plus rapidement, on dit que nous avons fait quelque chose qui est à l’encontre de la loi morale.
Est il vraiment plus immoral de se tuer rapidement que de se tuer lentement ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [b]Suicide - Euthanasie [/b] que faut il en penser ?   Sam 21 Juin 2008, 20:43

Bonsoir Poupa,

Il m'est souvent arrivé de lire l'argumentation que tu utilises, pour comparer l'action de mettre fin à ses jours avec une arme ou le fait de fumer. Mais on aurait pu ajouter l'alcool, en effet les jeunes pratiquent maintenant une sorte de compétition visant à boire le maximum que l'on peut en un soir.

Est-ce une forme de suicide?

Personnellement je ne le pense pas, et je m'explique.
Lorsqu'un ou une malade se sentant perdu(e) décide de mettre fin à ses jours, c'est parce qu'elle ou il ne voit pas de solution à son problème et désire abréger des souffrances inutiles.
Il ne viendrait à personne l'idée de se suicider en fumant des cigarettes, même à heute dose afin de mourir dans les minutes voire les heures à venir.

Après avoir vu les méfaits des cigarettes on est en droit de se demander ce qui peut bien pousser les fumeurs à continuer dans leur vice. Mais arrêtons-nous un instant dans notre réflexion. Au départ fumer du tabac avait comme but de prendre du repos, se mettre dans un état différent afin de méditer.
Peut-on dire que c'est bien ce que recherchent les fumeurs compulsifs? Non, n'est-ce pas? Il ne fait aucun doute que parmi les fumeurs certains le font afin de trouver un instant pendant lequel ils sont maître de leurs désirs, alors que d'autres le font par habitude; un peu comme le buveur qui arrive au comptoir alors que son verre est déjà servi, prouvant s'il en était besoin qu'il boît autant par habitude que par plaisir et vraisemblablement plus par habitude. Peut-on condamner l'alcool pour tout ça?

Un verre me direz-vous ça va, ce qui n'est pas le cas de la cigarette et là je vous le concède, mais ne vivons-nous pas dans une société ou les gens sont de plus en plus frustrés, alors que l'on supprime de plus en plus ce qui leur permettaient parfois de se défouler, sans tomber dans l'excès. Le monde médical a attaqué le problème du tabac, de l'alcool et ce n'est pas fini pour ce dernier, il attaque maintenant le problème de la nourriture; provoquant des situations ubuesques ou l'on voit une publicité pour une barre chocolatée, et en même temps défilant au bas de l'écran une mise en garde contre le fait de manger entre les repas. On s'attaque également aux particules fines qui sont un danger bien supérieur, paraît-il au, tabac. Mais ces particules sont depuis longtemps dans l'air, qu'est-ce qui fait que lon décide d'attaquer le problème maintenant. Il y très certainement des raisons économiques qu'un fabricant de véhicules n'aurait pas de peine à nous expliquer.

Ou veut-on en arriver? Eh bien je crois que l'on commence à apercevoir le fin mot du du problème; en effet les assurances santé commencent à vouloir indiquer sur leur police ou contrat des réserves envers les fumeurs, les buveurs invétérés, et autres mangeurs impénitents. Eh oui c'est là que résidait le centre de l'action dite "médicale", car ne nous faisons pas d'illusion nous vivons dans une société dominée par le monde financier qui veut des résultats que l'on peut compter sur une calculette et non lire dans des statistiques montrant l'amélioration de l'état de santé du public.

Il y a quelques semaines une émission de santé public a dénoncé le diktat du litre et demie d'eau à boire par jour et par personne. Un intervenant a même démontré que ce n'était pas un hasard si les bouteilles faisaient 1 litre et demie soit la même quantité recommandée par divers organismes de santé.

Pour ne pas être trop sombre je dirais qu'en sortant du ventre de notre mère nous avons pris un risque et dans un certains sens, sommes tombés dans le piège du suicide.

Avec mes fraternelles salutations
Xavier
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 5015
Age : 58
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: [b]Suicide - Euthanasie [/b] que faut il en penser ?   Sam 21 Juin 2008, 21:09

Re-bonsoir,
Je trouve que l'homme est bien ingrat envers la mort (lente ou rapide, là n'est pas pour moi la question) à laquelle il doit tant...
Non seulement notre existence biologique, comme celle de toutes les formes de vie pluricellulaires, repose sur l'équilibre (ou plutôt le déséquilibre sans cesse renouvelé) de la reproduction sexuelle et de la mort; mais encore notre culture tout entière se construit sur la pensée de la mort (depuis les tout premiers rituels d'ensevelissement, en passant par la représentation symbolique de l'absent dans l'icône, le langage et l'écriture).
Il est assez comique qu'une religion qui prétend (quelquefois) traiter la mort en "ennemie" à "vaincre" soit fondée sur l'histoire d'un suicide délibéré, fût-ce par "méchants" interposés...
Comprendre, telle la sibylle de Cumes, que l'on veut (aussi) mourir, telle est peut-être l'ultime et insupportable "révélation", et le commencement paradoxal de toute "liberté"...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
VANVDA



Masculin Nombre de messages : 1499
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: [b]Suicide - Euthanasie [/b] que faut il en penser ?   Dim 22 Juin 2008, 12:10

Citation :
Curieusement, cela semble être exactement le contraire de ce que conclurait une société véritablement fondée sur l’humanité. Selon toute définition raisonnable de ‘l’humanité’, plus la mort est lente, mieux c’est. Il est malsain de croire que Dieu exige une souffrance infinie et qu’une fin rapide et humaine à la souffrance est « mal ». Notre doctrine semble donc être « punissons l’humain, récompensons le malsain ». Ceci est une devise d’une société d’êtres avec une intelligence limitée. Ainsi nous empoisonnons notre organisme en aspirant des substances cancérigènes, en nous nourrissant d’aliments traités avec des produits chimiques qui, à la longue nous tuent, et en respirant de l’air que nous polluons continuellement.

Deux petites remarques, Poupa:

-Tu nous expliques que le "bien" et le "mal" n'existent pas, qu'ils ne sont que des postulats intellectuels ou culturels, et qu'ils sont par conséquent très variables dans le temps. Mais par la toute première phrase de la citation que je fais, ne nous démontres-tu pas que, toi aussi, tu postules du "bien" (en imaginant une société "véritablement fondée sur l'humanité"), et donc du mal (nous serions dans une société "mauvaise" non-basée sur l'humanité, ce que je ne crois pas...). Ma question: au nom de quoi peux-tu décréter que les pires épisodes de l'Histoire, récente ou plus ancienne (Inquisition, guerre de religions, Saint-Barthélémy, commerce triangulaire des Africains, Adolf, le Petit Père des Peuples, le Timor oriental, Pol Poth, le Darfour), ne seraient pas "véritablement fondée sur l'humanité"?
Il me semble qu'au contraire, ils sont uniquement le produit des êtres humains, alors que, a contrario, parmi les moments de "vrai" bonheur qu'on peut connaitre (la naissance d'un enfant, une balade en montagne, le bruit de la mer...) nous vienne de l'extérieur, de "choses" parfaitement "non-humaines". (Mais l'inverse est parfaitement vrai aussi; tu me parler de l'amitié sincère et de tsunami. Je ne le nie pas, je dis simplement que ces DEUX façons de voir "cohabitent"...Si on veut séparer ce qui est "humain" de ce qui serait "naturel", force est de constater que les DEUX produisent des choses qui nous sont "bonnes" et des choses qui nous sont "mauvaises".)

-Et puis, comme le fait remarquer un peu Didier, je trouve un peu caricatural de parler "d'aliments traités avec des produits chimiques", ou de "l'air que nous polluons continuellement" et qui sont censés nous "tuer". Chaque bouffée de l'air le plus pur, chaque bouchée des meilleurs aliments avec toutes les qualités nutritionnelles souhaitables, ça AUSSI nous rapproche de notre mort, en faisant fonctionner une machine qui "s'use"! Je suis très loin de plaider pour la pollution, ou contre le bio, et j'ai tout à fait conscience que nous arrivons aux limites de la société de consommation, des limites cruelles de l'économie de marchés et du libéralisme capitaliste.
Mais je crains tout autant les "idéalismes" de retour à la Nature (je me méfie des idéalismes en général, d'ailleurs), comme si elle n'était QUE bienveillante à notre égard. Les "progrès" social, économique et scientifique ont produit ET la pollution que tu accuses de nous tuer, ET une dizaine ou une quinzaine d'année de VIE supplémentaire pour l'Occidental "moyen". Ce qui produit la pollution "crée" aussi de la vie!
Revenir en haut Aller en bas
thessray

avatar

Nombre de messages : 151
Age : 86
Date d'inscription : 31/03/2008

MessageSujet: Re: [b]Suicide - Euthanasie [/b] que faut il en penser ?   Dim 22 Juin 2008, 20:28

Poupa
Merci d'avoir lancé ce sujet sur l'euthanasie et le suicide
A mon avis, nous sommes tous propriétaire de notre vie et le menons soit en bien soit en mal
Il y a des choses qui prises d'une façon raisonnable ne vont pas détruire notre santé, c'est toujours l'excès en tout qui est mauvais.
Pour la question du suicide,je pense qu'il est difficile de mettre notre opinion, car chaque individu est plus ou moins fragile et certains quand ils arrivent à cet acte n'ont pas trouvé de solution à leur problème , et la vie ne vaut plus le coup d'être vécu. Qui peut mesurer la souffrance ? Les lois humaines dites morales sont contre. qui à raison ?
Quant à l'euthanasie, qui n'a pas vu un des leurs qu'il aime et qui demande qu'on abrège ses souffrances . il arrive un moment ou l'irréversible du processus de mort est entamé.Pourquoi continué a des efforts soutenus pour entretenir la vie qui s'éteint! Je l'ai vécu et c'est horrible pour les 2 parties : celui qui souffre et celui qui observe. Partir en paix, entouré des siens comme cela se pratique dans les pays limitrophes est souhaitable. ( mais ceci est mon opinion )La religion chrétienne dans son ensemble est contre, mais rien dans les écritures bibliques de porte de jugement la dessus .
Pour ce qui est du Bien ou du Mal, tout progrès engendre les deux. Il y a 40 ans en arrière, le problème des voitures étaient un moyen agréable de se déplacer , d'aller voir ailleurs d'autres sites. Plus près de nous l'aviation , encore un déplacement plus rapide La multiplication de ces évolutions de déplacement devant la pollution quils dégagent et engendrent posent le problème : est ce bien ou mal ?
A chaque période de l'histoire des aménagements causeront le bien et le mal.
Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [b]Suicide - Euthanasie [/b] que faut il en penser ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[b]Suicide - Euthanasie [/b] que faut il en penser ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gluten : que faut-il en penser ? (podcast)
» Philosophie, Pessimisme et Suicide.
» Que faut-il en penser ?
» 2011: Février - Vidéos d'ovnis au Chil , que faut-il en penser?
» Les livres de Pierre Lagrange que faut-il en penser?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: