Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comment considérer les Apocryphes ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6211
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   Sam 27 Jan 2018, 21:16

Il est tout à fait clair à mon sens que le Protévangile de Jacques, et plus tard le pseudo-Matthieu, cherchent avant tout à harmoniser des incohérences antérieures.

Le récit de la nativité selon Luc, inspiré principalement de 1 Samuel, est rigoureusement incompatible avec celui de Matthieu, qui se fonde surtout sur l'Exode. Rien qu'un détail mais il est suffisant: dans Matthieu Joseph et Marie habitent Bethléem, ils n'émigrent à Nazareth que parce qu'ils ne peuvent pas rentrer chez eux (séquence mages-innocents-Egypte et succession Hérode-Archélaüs); dans Luc au contraire ils habitent Nazareth et il faut le recensement (anachronique) de Quirinius pour qu'ils aillent à Bethléem. Dès qu'on a dû lire ces deux textes ensemble, il a fallu les lire de travers pour en faire un récit vraisemblable (d'où les "apocryphes" qui effectivement les "améliorent", du point de vue de la cohérence narrative). Par ailleurs c'est Luc et lui seul qui complique le tableau en inventant le cousinage de Jésus et Jean-Baptiste, via Marie et Elisabeth (malgré la différence de "tribu", Juda-Lévi). Côté cohérence, il y avait en effet beaucoup à faire !
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Hérode

avatar

Nombre de messages : 342
Age : 98
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   Sam 27 Jan 2018, 23:44

Chaque Evangile est écrit pour être unique. Nous sommes d'accord.

Les plus anciennes versions font descendre Jésus directement du ciel sans passer par une incarnation.

Mais il se trouve que le Verbe est le fils de Dieu et de la Sagesse.

Or la Sagesse réside dans le Temple.

Donc si on fait de la Sagesse un personnage terrestre mère d'un Jésus incarné, il est absolument logique que ce personnage réside dans le temple.

Ensuite, la Sagesse peut bien aller accoucher à Bethléem pour faire plaisir à Michée.

Mais commencer par habiter Nazareth, c'est illogique.

Notons que Nazareth est une invention de Luc et que la ville de Jésus était au départ Capharnaüm.
Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6211
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   Dim 28 Jan 2018, 01:26

C'est toujours l'obsession, la hantise et la naïveté de l'"origine unique" qui vous poussent au péremptoire: "les plus anciennes versions", "au départ".

L'idée d'un christianisme-unique-au-départ a d'ailleurs pour corollaire celle, également fausse, d'un judaïsme-unique: le rapport au temple (de Jérusalem), par exemple, n'est certainement pas le même pour les sadducéens qui lui sont directement liés, pour les çadoqites qoumrâniens qui considèrent les précédents comme une prêtrise illégitime qui rend le service du temple invalide, pour les pharisiens "laïcistes" qui organisent un judaïsme synagogal sans temple et sans prêtrise, surtout après 70, pour les hellénistes alexandrins qui allégorisent le rituel (Philon) et héritent de la tradition de temples judéo-égyptiens concurrents (Eléphantine, Léontopolis), sans parler des samaritains qui adorent toujours au mont Garizim, associé à toute la tradition de Sichem, même après la destruction de leur temple à l'époque hasmonéenne. Il n'est guère étonnant que les proto-christianismes qui héritent de toute cette diversité juive, outre les apports "païens", aient eux-mêmes un rapport très diversifié au temple -- surtout depuis qu'il n'y en a plus...
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Hérode

avatar

Nombre de messages : 342
Age : 98
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   Dim 28 Jan 2018, 02:17

Je ne dis pas que le christianisme a une origine unique ni même que les évangiles sont tous du même modèle. Nous connaissons le modèle synoptique, le modèle johannique, l'Evangile de Thomas, et d'autres.

Et peut-être qu'il y a eu différentes collections de prophéties messianiques.

Mais il se trouve que nous avons un Marc (qui est différent de divers stades de proto-Marc) qui n'a pas de récit de naissance.

Et il n'y a pas de raison que les versions canoniques de la jeunesse de Jésus soient les plus anciennes au seul prétexte qu'elles sont canoniques.

Présenter l'orthodoxie actuelle et son canon comme la version la plus ancienne n'est qu'une prétention apologétique.
Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6211
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   Dim 28 Jan 2018, 13:28

Ce n'est certes pas parce qu'un texte est "canonique" qu'il serait "plus ancien". Mais il se trouve qu'en ce qui concerne les récits de la nativité et de l'enfance de Jésus, les deux textes "canoniques" sont effectivement les deux plus anciens connus, et de très loin, puisque tous les autres les présupposent et tâchent de démêler leurs contradictions par des inventions supplémentaires.

Cela n'empêche d'ailleurs pas ces deux textes (Matthieu 1--2 et Luc 1--2) d'être eux-mêmes très "tardifs" par rapport au reste du NT. Le Christ paulinien n'a pas de "vie" au sens d'un "personnage historique", ou même "légendaire": il meurt et il ressuscite; l'idée de lui inventer une "vie", un "récit", n'arrive que beaucoup plus tard: Marc, puis Matthieu et Luc qui ajoutent surtout des "enseignements" à sa trame narrative; ces deux derniers d'abord sans récit de nativité; ensuite seulement on pense à ajouter une naissance, forcément extraordinaire pour un personnage extraordinaire, et alors deux récits indépendants (et contradictoires) apparaissent, inspirés de la naissance de Moïse dans un cas, de Samuel dans l'autre. Il faudra qu'ils soient réunis dans un "canon" pour qu'on s'occupe de les "harmoniser" (et c'est ce que font alors les évangiles apocryphes de l'enfance, d'abord le Protévangile de Jacques puis le pseudo-Matthieu, lançant une "tradition" qui se poursuivra tout au long du moyen-âge). Indépendamment de la datation précise de chaque texte, leur chronologie relative, leur succession ne fait aucun doute.

Cela n'a aucun rapport avec l'Evangile selon Thomas (non l'Evangile de l'enfance, puisqu'il y en a aussi un sous ce nom, beaucoup plus tardif) qui n'est précisément pas un récit, mais une collection de sentences, et qui en tant que tel peut être beaucoup plus ancien, dans ses premières strates, que le proto-Marc. Mais il n'implique aucune "vie de Jésus", a fortiori aucune naissance.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Hérode

avatar

Nombre de messages : 342
Age : 98
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   Dim 28 Jan 2018, 13:43

Narkissos a écrit:
Ce n'est certes pas parce qu'un texte est "canonique" qu'il serait "plus ancien". Mais il se trouve qu'en ce qui concerne les récits de la nativité et de l'enfance de Jésus, les deux textes "canoniques" sont effectivement les deux plus anciens connus, et de très loin, puisque tous les autres les présupposent et tâchent de démêler leurs contradictions par des inventions supplémentaires.

Comment un texte tardif peut-il être plus cohérent qu'un texte original ?

Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6211
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   Dim 28 Jan 2018, 13:54

J'ai cru que vous aviez fini par le comprendre, depuis hier: grosse erreur.

Tout bêtement parce qu'ayant affaire à des contradictions qui le précèdent, son principal objectif est de les résoudre dans un nouveau récit plus cohérent (mais aussi plus détaillé, plus "complet"). La cohérence est précisément ce qui se fabrique artificiellement après coup. Les textes plus anciens, qui s'ignorent entre eux (c'est visiblement le cas de Matthieu 1--2 et de Luc 1--2) et a fortiori ignorent les textes à venir, n'ont pas ce problème: chacun invente dans son coin et c'est ainsi que les contradictions surgissent, qui poseront problème aux générations ultérieures éprises de cohérence.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Hérode

avatar

Nombre de messages : 342
Age : 98
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   Dim 28 Jan 2018, 14:28

Un récit ne peut pas commencer par contenir des contradictions.
Les contradictions apparaissent quand chacun y va de sa retouche.

L'ombre de Dieu ne peut pas se promener en Galilée. Il est notoire qu'elle réside dans le Temple.

Les villageois de Galilée n'ont pas de quoi fournir du travail à un charpentier. Hérode, oui.

Les Evangélistes ne peuvent coller des frères à Jésus sans rien dire du mariage de Joseph.

Marie ne peut pas traverser la moitié du pays à pieds. Mais franchir quelques rues, oui.

Et donc si le PJ a ramassé des éléments épars pour en faire un tout cohérent comme vous le dites, il va falloir expliquer comment ces aberrations s'étaient glissées dans les textes canoniques.

J'ajoute que si dans PJ Marie est présente dans le Temple en tant qu'incarnation de la Sagesse, d'autres éléments de sa biographie dans les Canoniques proviennent aussi de celle e la Sagesse.
Revenir en haut Aller en bas
http://judee.forumactif.com/index.htm
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6211
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   Dim 28 Jan 2018, 22:55

Hérode a écrit:
Un récit ne peut pas commencer par contenir des contradictions.
Les contradictions apparaissent quand chacun y va de sa retouche.

On n'a pas besoin d'être deux pour se contredire. Mais ça aide.

Donc (je me répète): on n'a pas UN récit de nativité mais DEUX (Matthieu 1--2; Luc 1--2; je les appelle NMt et NLc pour abréger), indépendants (contrairement à la suite de Matthieu et Luc qui dépend de Marc, à partir de la prédication de Jean-Baptiste): deux histoires complètement différentes (on pourrait y ajouter les généalogies des chapitres 3, également divergentes), qui n'ont en commun que quelques noms, Joseph, Marie, Jésus, Bethléem, Nazareth (sans préjudice des variantes textuelles de ce dernier toponyme). D'où des contradictions majeures et flagrantes, à partir du moment où ces textes sont canonisés et lus ensemble.

Citation :
L'ombre de Dieu ne peut pas se promener en Galilée. Il est notoire qu'elle réside dans le Temple.

Affirmation doublement gratuite: le motif de l'ombre (en fait un verbe, episkiazô, "ombrager" ou "recouvrir d'ombre"; l'"ombre" elle-même, skia, n'est pas nommée ni thématisée) appartient seulement à NLc (1,34), et il est emprunté à la scène de la Transfiguration (Luc 9,34), où il provient de Marc (9,7; idem en Matthieu 17,5; mais l'auteur de NMt, lui, ne l'utilise pas). La Transfiguration n'est pas située à Jérusalem.

Citation :
Les villageois de Galilée n'ont pas de quoi fournir du travail à un charpentier. Hérode, oui.

Affirmation gratuite encore, qui dépend en partie d'une mécompréhension du terme tektôn rendu traditionnellement mais beaucoup trop restrictivement par "charpentier" (en Marc 6,3 pour Jésus lui-même, en Matthieu 13,55 pour son père): le terme, apparenté à tekhnè (d'où "technique"), peut s'appliquer à n'importe quel "artisan"; il est employé dans la Septante pour toutes sortes de travailleurs du bois (en traduction de l'hébreu h). Il n'intervient de toute façon dans aucun des deux récits de la Nativité (NMt-NLc).

Citation :
Les Evangélistes ne peuvent coller des frères à Jésus sans rien dire du mariage de Joseph.

Pourtant ils le font, et là encore en-dehors des récits de la Nativité; même Marc et Jean qui n'ont pas de récit de nativité (Marc 3,31ss; 6,3; Matthieu 12,46ss; 13,55s; Luc 8,19ss; Jean 2,12; 7,3ss) ! Dans Marc le père de Jésus n'est même pas nommé.

Citation :
Marie ne peut pas traverser la moitié du pays à pieds. Mais franchir quelques rues, oui.

On peut tout faire dans un récit fictif (en l'occurrence NLc et lui seul). Surtout quand ce récit comporte une naissance virginale, autrement plus invraisemblable ! Et puis "à pied(s)", comme d'habitude, c'est vous qui le dites, pas le texte (cf. les voyages de Bethléem à Nazareth et retour dans NLc, de Bethléem en Egypte et à Nazareth dans NMt, dont rien n'indique qu'ils n'aient pas été "à pied", malgré l'âne de la tradition -- qu'on pourrait aussi bien accorder à Marie quand elle va chez Elisabeth dans NLc).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment considérer les Apocryphes ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment considérer les Apocryphes ?
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Le regard d'autrui
» Comment considérez-vous les débats contradictoires au sein du christianisme ?
» Comment considérer les fayots?
» [Débat] Comment les Esprits vous apparaissent-ils ? Comment les considérez-vous ?
» "Comment allez vous ?" Considérations sur une question apparamment simple.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: