Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vengeance et la Bible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: La vengeance et la Bible   Ven 07 Mar 2014, 17:09

En Dt 32,35 du affirme : "A moi la vengeance et la rétribution"

Pourtant la notion de vengeance privée est présente dans la Bible.

Lorsque Dieu demande des comptes à Caïn du meurtre d’Abel, il le prémuni contre toute tentative de vengeance :

"Le SEIGNEUR lui dit : Alors, si quelqu'un tue Caïn, on le vengera sept fois. Et le SEIGNEUR mit un signe sur Caïn pour que ceux qui le trouveraient ne l'abattent pas." (Gn 4,15)

Dans l'AT on retrouve souvent l'idée qu'un proche parent d'une victime est dans l'obligation de le venger en tuant le coupable.

Le chant de Lémek indique que la riposte violente ou la vengeance privée était une façon de régler un conflit ou le meurtre dont il s'était rendu coupable :

"J'ai tué un homme pour ma blessure et un enfant pour ma meurtrissure ... Si Caïn doit être vengé sept fois, Lémek le sera soixante-dix-sept fois !" (Gn 4,22-23)

Après le Déluge Dieu proclame un précepte de non-violence et paradoxalement maintient la notion de vengeance.(Gn 9,6) :

"Celui qui répand le sang de l'être humain, par l'être humain son sang sera répandu"
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La vengeance et la Bible   Ven 07 Mar 2014, 17:43

En cas d'homicide involontaire, le plus proche parent mâle de celui qui a été tué devient son "vengeur du sang", il ne peut échapper à cette obligation vengeance qui ne disparait pas même si le meurtrier involontaire cherche a se réfugier dans une ville de "refuge", pour y échapper, le meurtrier involontaire doit courir plus vite que le vengeur du sang. Même si le meurtrier involontaire est dans la ville de refuge, l'obligation du vengeur du sang ne disparaît pas ... si le meurtrier sort de la ville le vengeur de sang doit le tuer.


" Le SEIGNEUR dit à Josué : Dis aux Israélites : Donnez-vous les villes de refuge dont je vous ai parlé par l'intermédiaire de Moïse. Le meurtrier qui a tué quelqu'un par erreur, par méprise, pourra s'y enfuir ; elles vous serviront de refuge contre le rédempteur du sang. Il s'enfuira vers l'une de ces villes, s'arrêtera à l'entrée de la porte de la ville et exposera son cas aux anciens de cette ville ; ceux-ci le recueilleront auprès d'eux dans la ville et lui donneront un lieu chez eux pour qu'il y habite. Si le rédempteur du sang le poursuit, ils ne lui livreront pas le meurtrier ; car c'est par méprise qu'il a tué son prochain, alors que d'habitude il ne le détestait pas. 6Il restera dans cette ville jusqu'à ce qu'il ait comparu en jugement devant la communauté — jusqu'à la mort du grand prêtre qui sera en fonction en ces jours-là. Ensuite, le meurtrier reviendra ; il rentrera dans sa ville et dans sa maison, dans la ville d'où il s'était enfui. " - Jos 20,1-5
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La vengeance et la Bible   Ven 07 Mar 2014, 19:05

Le droit de vendetta est reconnu en Ex 21, 12-13 :

"Celui qui frappe un homme mortellement sera mis à mort. S'il ne l'a pas traqué, et que Dieu l'ait fait tomber sous sa main, je te fixerai un lieu où il pourra s'enfuir"
Revenir en haut Aller en bas
le chapelier toqué



Nombre de messages : 1381
Age : 69
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: La vengeance et la Bible   Ven 07 Mar 2014, 20:49

Voici les mêmes versets:

12 ¶ Quiconque frappe quelqu’un et cause sa mort sera mis à mort.
13 S’il ne l’a pas traqué mais que Dieu l’a mis à portée de sa main, je te fixerai un lieu où il pourra se réfugier.

ainsi que le suivant:

14 Mais si un homme va jusqu’à en tuer un autre par ruse, tu l’arracheras même de mon autel pour qu’il soit mis à mort.
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La vengeance et la Bible   Mer 12 Mar 2014, 15:41

Citation :
[size=13.33]Le texte de Gn 9,6 me pose un problème … Dieu condamne le meurtre et prévoit comme sanction que se soit un homme qui répande le sang du meurtrier.

La sanction correspond à la faute. Le texte ne précise pas s’il cautionne la vendetta ou l’exécution d’une sentence de justice. J’ai l’impression de retrouver le schéma de la loi du talion … Qu’en penses-tu ?

« Celui qui répandra le sang de l'homme, par l'homme son sang sera répandu »
[/size]


réponse :

En tant que principe de proportionnalité du châtiment (ou de la vengeance) au crime (ou au dommage causé), le "talion" en soi peut s'appliquer aussi bien à un système de vendetta qu'à un système judiciaire (ou "forensique") où la peine est prononcée et exécutée par des tiers (et non plus par le clan de la victime); les deux systèmes coexistent dans la Torah, bien que le premier soit théoriquement restreint au cas d'homicide involontaire (Nombres 35).

Dans l'économie de la Genèse telle qu'elle se présente aujourd'hui, la proportion est simplement ramenée à une stricte équivalence (du "sept fois" de Caïn ou du "soixante-dix-sept fois" de Lamech au chapitre 4) à la mort du seul meurtrier (9, 6 "celui qui répand... son sang..."), ce qui correspond en outre au principe de "responsabilité individuelle" du Deutéronome (24,16) -- à comparer p. ex. avec 2 Samuel 21, où l'on voit a contrario qu'il faut des (sept) morts dans un clan "coupable", même si aucun d'eux n'est individuellement responsable, pour régler une "dette de sang" (ce cas d'ailleurs excède le strict cadre de la vendetta, puisque c'est un tiers, David, qui intervient en livrant des Saülides aux Gabaonites).

Maintenant, il se peut que ton "problème" vienne simplement du fait que nous concevons la "peine de mort" comme contradictoire avec l'interdit du "meurtre"; mais alors c'est un "problème" qui ne s'est guère posé avant l'époque moderne. Jusque-là, la peine capitale n'a quasiment jamais été considérée comme un meurtre (et donc pas même comme une exception à l'interdit du meurtre). Ce qui n'empêchait évidemment pas d'appeler "meurtre" une "peine capitale" prononcée injustement (ex. Achab et Naboth). (Spermologos)
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La vengeance et la Bible   Jeu 13 Mar 2014, 12:06

Citation :
Le cas rapporté en 2 Sam 14,1-12 qui montre une femme raconter au roi David, qu’elle risque de ne plus avoir du tout de fils, car l’un a tué l’autre et que le vengeur de sang approuvé par le clan, va tuer le meurtrier … David  offre sa protection à son fils meurtrier et empêche donc le vengeur de sang d’agir … Ce fait indique-t-il que la vengeance privée ou clanique est remplacée par un système judicaire ?


réponse :

Dans cette histoire (dont tu as bien compris qu'elle est fictive, puisque c'est une mise en scène de Joab destinée à obtenir la grâce d'Absalom, en usant à l'égard de David d'une "illustration pédagogique" assez semblable à celle de la parabole de Nathan au chapitre 12), la vengeance clanique (dont on voit bien ici, au passage, qu'elle n'est pas limitée à l'homicide involontaire, en tout cas purement accidentel) ne serait pas du tout "remplacée par un système judiciaire", mais simplement arrêtée en l'espèce, à titre exceptionnel, par une décision (de grâce) arbitraire du roi. Le cas est intéressant parce qu'il montre que la loi, coutumière ou écrite, que son application relève de la vengeance privée ou de la justice forensique, doit être suspendue lorsque son fonctionnement ordinaire et quasi automatique aboutit à un résultat aberrant ou excessif (en l'occurrence la destruction d'une famille, ou -- ce que vise en fait la "parabole" jouée par la femme et mise en scène par Joab -- d'une dynastie); et qu'il faut une intervention extérieure et supérieure à la loi (ici la décision souveraine du roi) pour la suspendre. D'où l'importance que la loi ne soit jamais toute-puissante, et qu'un autre pouvoir lui échappe en principe. C'est précisément le cas du pouvoir royal en tant qu'il est divin, représentant immédiat des dieux (v. 14, 20), et qu'en tant que tel son décret est aussi un oracle qui peut prévaloir sur la règle ordinaire. Mais là encore ça n'a rien d'automatique: au chapitre 21 il n'y a pas de suspension divine (à preuve la famine), ni par conséquent royale, de la loi de vengeance. (Spermologos)
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 3445
Age : 55
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: La vengeance et la Bible   Mer 19 Mar 2014, 17:57

Il existe un cas ou le meurtre ne neccésite pas une vendetta ou une une sanction.
Celui qui entre par effraction dans une maison dans l'intention de voler, son sang ne sera pas vengé, si le propriétaire, le tue, il sera innocentés.

" Si un voleur est surpris en flagrant délit d'effraction, qu'il soit frappé et meure, on ne sera pas coupable de meurtre pour lui " - Ex 22,2
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vengeance et la Bible   Aujourd'hui à 23:39

Revenir en haut Aller en bas
 
La vengeance et la Bible
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La bible dévoilée : les révélations de l'archéologie
» La bible ou le mythe de l'humanisme judéo-chrétien
» La Bible reméde à tout nos tracas
» MOHAMED :pbsl: Est bien mentionné dans la Bible
» témoin sur la falsification de la bible!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: RELIGION-
Sauter vers: