Etre chrétien ou pas?

apporter une aide et fournir un support de discussion à ceux ou celles qui se posent des questions sur leurs convictions
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'islam n'est pas une religion

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Ven 27 Avr 2018, 11:36

Comme le rappelait l'article de S. Guemriche que tu as cité hier sur un autre fil, le concept d'abrogation est particulièrement miné en terrain coranique parce que c'est déjà un principe d'exégèse opératoire et contradictoire dans son opération. J'ajouterais que pour un (1) "fondamentaliste islamique" enclin à mettre en valeur les textes les plus "durs" en plaidant que ce sont eux qui "abrogent" les plus "doux", et non le contraire, il y a dix ou cent "islamophobes" qui soutiennent le même raisonnement pour ranger l'ensemble du Coran et de l'islam du côté du "pire", avec l'effet, sinon l'intention, de le pousser au "pire" -- témoin le début de ce fil et n'importe quelle recherche sur Internet, où l'on pourra constater que la présentation des textes "violents" ou "intolérants" du Coran est en grande majorité le fait de sites "islamophobes", très rarement de sites "islamistes". C'est l'éternel problème de l'"alliance objective des adversaires": discréditer un "islam modéré", à la limite le rendre impossible, c'est l'intérêt commun des "islamistes" et des "islamophobes", ce qui n'enlève rien à la sincérité de leur haine réciproque.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Mer 02 Mai 2018, 16:06

Musulman modéré

Quand vous interrogez certains musulmans pratiquants, ils ne comprennent pas ce que vous entendez par « musulman modéré ». Entre coreligionnaires, la formule est inconnue au bataillon. Certains tentent quand même une définition à l’arrache. Parmi celles que j’ai récoltées, celles-ci :

• « Un catho non pratiquant, version musulmane. En somme, une personne qui a simplement reçu la culture islamique en héritage. »
• « Un musulman avec du recul. Qui jeûne, prie, lit le Coran mais en contextualisant et en faisant marcher son cerveau. »
• « Un musulman double-face, qui pratique quand il rentre chez lui, mais qui joue la comédie dehors pour rester invisible. Si un collègue de boulot le croise sortant de la mosquée, il panique et ment. “Je ne priais pas, on m’a juste appelé pour changer une ampoule.” »

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-les-mots-demons/20150506.RUE1666/musulman-modere-ca-part-peut-etre-d-un-bon-sentiment-mais.html
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Mer 02 Mai 2018, 17:02

Excellent article.

C'est vrai qu'aucune croyance, opinion, idéologie même "centriste" ne se pense d'elle-même comme "modérée" sans y être contrainte par une nécessité extérieure -- nécessité de se démarquer de quelque chose. C'est une (pro-)position défensive -- ce qui n'exclut pas que dans ces conditions elle soit aussi sincère.

Evidemment, si cela suggère que le croyant ou fidèle "modéré" est moins croyant ou fidèle que le "radical" ou l'"extrémiste" c'est contre-productif à tous points de vue, puisque cela ne fait que renforcer la logique "radicale" ou "extrémiste" comme seule cohérente.

Une foi devrait logiquement pouvoir s'affirmer dans ses propres termes sans avoir à nier quoi que ce soit. Cela dit, même l'histoire des "confessions de foi" chrétiennes (composées contre les "hérésies" du moment) montre qu'en pratique ce n'est pas si simple, et que toute affirmation recouvre une négation polémique: pas de dieu sinon Allah, c'est aussi bien "contre" que "pour", mais c'était déjà le cas du monothéisme du deutéro-Isaïe, qui n'affirmait pas l'unicité de Yahvé sans nier du même souffle tous les (autres) dieux.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Ven 04 Mai 2018, 16:19

En Tunisie, les fidèles convergent par millier au pèlerinage juif de la Ghriba

Des fidèles ont convergé par milliers mercredi vers la plus ancienne synagogue d'Afrique sur l'île tunisienne de Djerba, confirmant le regain d'affluence pour le festival juif de la Ghriba après des années difficiles marquées par la peur des attentats. Les fidèles ont prié, allumé des bougies, inscrit des voeux sur des oeufs placés ensuite dans une cavité de la synagogue. Au milieu des youyous et des chants, certains ont fait bénir fruits secs et boukha --alcool de figue local-- par les rabbins.
De nombreuses personnalités, et plusieurs dignitaires juifs venus d'Europe et d'Israël, ont assisté aux cérémonies.


"C'est la première fois que je viens, c'est un moment historique pour moi", confie à l'AFP le rabbin Moshe Sebbag de la Synagogue de la Victoire à Paris, précisant être le premier dignitaire juif de ce rang à venir à la Ghriba depuis la révolution tunisienne de 2011. "Il y a beaucoup de sages juifs qui ont étudié là depuis plus de 1.000 ans, ça nous fait vibrer, en harmonie avec la communauté musulmane", a-t-il ajouté. Il était accompagné de l'imam de Drancy en banlieue parisienne, Hassen Chalghoumi, un Franco-tunisien connu pour ses prises de position contre l'islam intégriste et ses rapports d'amitié avec la communauté juive, qui lui valent critiques et menaces.

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed s'est rendu sur place pour envoyer "un message d'amour et de paix pour tout le monde depuis Djerba".
"Ma visite à la Ghriba est un message, pour dire que la Tunisie est une terre de paix et de tolérance", a-t-il déclaré. "Toutes les religions sont bienvenues depuis trois mille ans et cela va continuer", a-t-il ajouté, assurant "la Tunisie est un pays sécurisé, un pays de tourisme ouvert au monde".

http://www.lepoint.fr/culture/tunisie-foule-au-premier-jour-du-pelerinage-juif-de-la-ghriba-02-05-2018-2215187_3.php
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Ven 04 Mai 2018, 16:42

(Traduction -- tendancieuse -- de la dernière phrase: la vraie religion consensuelle est celle du flic et du fric réunis, qui finissent toujours par mettre tout le monde d'accord -- même les "terroristes" qui la combattent et réussissent à la justifier mieux que tout le reste. Dieux, cultes et processions subventionnés, sponsorisés, médiatisés et sous protection policière -- ne l'ont-ils pas toujours été plus ou moins, comment ne le seraient-ils pas quand le sont aussi les manifestations contestataires ?)

Une civilisation et une société musulmanes ne sont certes pas moins aptes à la tolérance que d'autres, tous les exemples qui en témoignent méritent d'être rappelés à ceux qui en douteraient. Mais ce qui fait prendre à une religion ou à une idéologie, ici ou là, tel pli (tolérant ou intolérant) plutôt que tel autre n'a souvent pas grand-chose à voir avec ses textes, ses croyances, ses doctrines ou ses pratiques: c'est la façon dont son histoire se joue et se construit avec et contre d'autres, aléatoire de part en part et pourtant difficile à changer quand le pli est pris. La "chrétienté" occidentale a été bigrement intolérante, elle n'a cessé de l'être que dans la mesure où des rapports de force l'y ont contrainte, par des conflits ouverts et des négociations inévitables. Elle peut aujourd'hui chanter sincèrement les louanges de la laïcité et de la diversité cultu(r)elle, mais ça n'a pas été spontané de sa part, même s'il lui plaît aujourd'hui de le croire.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 09:47

Dans un contexte ou porter le voile est assimilé à (une affaire d'état) un crime de lèse majesté contre la république et ou la pratique religieuse est suspecte, j'aimerais attirer votre attention sur un article qui m'a paru intéressant :

 Spécialiste de la radicalisation religieuse, particulièrement du salafisme, Bilel Ainine est membre de l’observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès et chargé de mission à la Miviludes. Il est coauteur avec Xavier Crettiez de « Soldats de Dieu : paroles de djihadistes incarcérés » chez Fondation Jean-Jaurès/L’Aube.

Qu’est-ce que le salafisme ?

BILEL AININE. C’est un courant religieux qui préconise une lecture littérale de l’islam, c’est-à-dire du Coran et de la Sunna qui fixe les règles de vie et le culte des musulmans. En résumé, les salafistes veulent vivre selon les préceptes édictés au temps du prophète et des compagnons qui l’ont suivi, la période du VIIe au Xe siécle. Pour eux, la religion doit gouverner toutes les facettes de la vie et de la société. C’est un courant rigoriste qui prône un certain retour en arrière.

Quel est leur but ?

Le salafisme a une vision sur le long terme. Il veut étendre sa conception rigoriste de la religion musulmane partout dans le monde par une action de prédication basé sur le principe de l’éducation et de la purification des esprits. Il s’oppose à la confrontation directe avec les gouvernants et prône la patience : s’il faut attendre 1 000 ans pour opérer un changement, il y est prêt. C’est là qu’il faut distinguer plusieurs courants dans le salafisme.
À l’origine, c’est un mouvement dit « quiétiste » car opposé à la pratique de la politique (NDLR : ce qui le différencie des Frères musulmans) et surtout à l’action violente, au terrorisme. Ces valeurs sont toujours majoritaires dans le salafisme, mais des branches plus récentes liées au salafisme djihadiste ont prôné la violence, comme Al-Qaïda ou encore Daech. Le salafiste « orthodoxe » est opposé à cette violence.

Le lien entre terrorisme et salafisme n’est donc pas direct ?

Effectivement, c’est plus complexe. Le salafiste quiétiste prône ce qu’on appelle le « grand djihad », qui est un parcours spirituel personnel tourné vers la maîtrise de soi, de ses émotions, et une pratique parfaite de la religion. C’est un long chemin. Certains n’ont pas la patience de pratiquer cet exercice et s’engagent dans la voie du « petit djihad » qui se veut plus efficace, et autorise la violence pour imposer la loi islamique. Cela a abouti à l’émergence du « salafisme djihadiste » que l’on connaît aujourd’hui. Historiquement, il a commencé avec les combattants venus épauler les Afghans dans la guerre contre l’URSS, puis s’est poursuivi avec le GIA algérien, Al-Qaïda et Daech aujourd’hui.

Quel est l’impact du salafisme en France ?

C’est très difficile à mesurer, d’autant plus les salafistes sont beaucoup moins organisés et très faiblement hiérarchisés en comparaison avec d’autres courants, tels que le soufisme, l’ibadism… etc. Ils restent très minoritaires dans la communauté musulmane en France, l’on a parlé de 15 à 20 000 adeptes et d’environ 200 mosquées et lieux de prière de tendance salafiste, mais cela reste approximatif. Le problème que ce courant pose vient du fait qu’il est très prosélyte, au discours percutant, séduisant. Son discours est très dur à contrer car il s’oppose frontalement aux normes dominantes au sein de la société française et rejette les principes de la démocratie tout en favorisant un repli sur soi. Il est à ce titre un courant exclusif.

Peut-on interdire le salafisme comme l’ont préconisé récemment certaines personnalités politiques ?

Techniquement c’est impossible, mais c’est surtout absurde. Comment interdire une idée, une opinion, une conviction ?
http://www.leparisien.fr/faits-divers/interdire-le-salafisme-est-impossible-et-absurde-27-05-2018-7737918.php
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 10:53

La complexité de la chose (voir aussi ici) n'empêche pas le mot de fonctionner, bien au contraire: vidé de tout signifié défini, il fait un parfait épouvantail dans le champ politico-médiatique.

Pourtant l'information est à portée de main, qui ouvre à chaque fois sur des abîmes -- dans le cas du "salafisme", échos lointains des contradictions de notre propre histoire, du XIXe au XXIe s. au moins: modernisme rationaliste et scientifique, libéral ou socialiste, basculant dans ses contraires ou ses caricatures, fondamentalistes, fascistes, etc. L'étiquetage est toujours en retard sur l'événement auquel pourtant il contribue.

Même au plan restreint de la politique contemporaine de l'Occident, l'hostilité au "salafisme" et la collaboration diplomatique, stratégique, économique avec l'Arabie saoudite et ses vassaux constituent déjà une contradiction insurmontable.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 10:56

Décidément je ne suis PAS Charlie.


Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 12:36

L'image ne s'affiche pas chez moi (ça tient peut-être à ma connexion, exécrable) -- mais si c'est la une de la semaine dernière qui présentait la porte-parole de l'UNEF voilée comme un accident Parcoursup, je suis partagé: d'un côté, c'est dans la droite ligne du parti-pris de "mauvais goût" qui n'est justement pas une ligne droite, qui a des hauts et des bas, des écarts et des ratés, mais qui, je l'avoue, me fait souvent marrer (question de génération, depuis Hara-Kiri) -- y compris sur des sujets bien plus "tragiques" que ça. Mais ça dépend d'un équilibre délicat des sujets et des "victimes". Si la ligne éditoriale s'enlise dans une obsession islamophobe -- certes et hélas, elle a aujourd'hui de quoi la justifier amplement, mais elle ne l'a pas attendu -- au point de ne plus viser ses autres "têtes de Turc" traditionnelles, curés, rabbins, politiques, "célébrités" en tout genre, que pour se donner un air d'équité, ça cesse d'être drôle (à mon goût du mauvais goût, du moins)...


Dernière édition par Narkissos le Lun 28 Mai 2018, 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
le chapelier toqué

avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 71
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 12:40

Sous prétexte de laïcité certains mouvements, associations, syndicats par exemple l'UNEF finissent pas se tirer une balle dans le pied. Peut-on reprocher à la porte-parole de ce mouvement estudiantin de porter le voile? Non, bien sûr puisqu'elle a le droit de venir dans les amphithéâtres avec ce voile.

Mais était-il bien pensé de la laisser communiquer officiellement au nom de l'UNEF voilée ? En Angleterre cela n'aurait pas posé problème. En Suisse je ne sais pas, mais en France cela me parait être une erreur de com.
Revenir en haut Aller en bas
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 12:52

Narkissos a écrit:
L'image ne s'affiche pas chez moi (ça tient peut-être à ma connexion, exécrable) -- mais si c'est la une de la semaine dernière qui présentait la porte-parole de l'UNEF voilée comme un accident Parcoursup, je suis partagé: d'un côté, c'est dans la droite ligne du parti-pris de "mauvais goût" qui n'est justement pas une ligne droite, qui a des hauts et des bas, des écarts et des ratés, mais qui, je l'avoue, me fait souvent marrer (question de génération, depuis Hara-Kiri) -- y compris sur des sujets bien plus "tragiques" que ça. Mais ça dépend d'un équilibre délicat des sujets et des "victimes". Si la ligne éditoriale s'enlise dans une obsession islamophobe -- certes et hélas, elle a aujourd'hui de quoi la justifier amplement, mais elle ne l'a pas attendu -- au point de ne plus viser ses autres "têtes de Turc" traditionnelles, curés, rabbins, politiques, "célébrités" en tout genre, que pour se donner un air d'équité, ça cesse d'être drôle (à mon goût du mauvais goût, du moins)...

Effectivement, il s'agit de cette "une". Tu as bien défini le problème, "Charlie" s'enlise dans  une obsession islamophobe qui prend une tournure dangereuse. Respecter la loi, ne suffit plus, le musulman doit renoncer à sa visibilité et la pratique de sa religion : 



Une militante voilée de l’ UNEF se fait harcelée sur les réseaux


« On veut un enseignement pour toutes et tous de manière libre à l’université. Qu’on laisse la chance aux étudiants et étudiantes de faire ce qu’ils veulent. Et de ne pas par exemple décider des capacités d’accueil dans les universités en fonction du marché du travail. » A argumenté Maryam Pougetoux. Mais seulement une heure après, elle suscite déjà la réaction de Laurent Bouvet, co-fondateur du Printemps Républicain. Le professeur de science politique s’en prend directement à elle. Il poste une capture d’écran du reportage montrant la jeune femme voilée. « À l’UNEF, la convergence des luttes a bien démarré. C’est la présidente du syndicat à l’Université Paris-Sorbonne qui le dit. » A-t-il aussi légendé. Les commentaire faisant allusions au salafisme ont alors abondé.



Céline Pina essayiste et militante, renchérit elle aussi. Elle s’indigne de la présence médiatique de Maryam Pougetoux. Elle dénonce l’infiltration des mouvements de jeunesses par les Frères musulmans. « Ce sont les étudiants musulmans de France (EMF), filiale des frères musulmans, qui s’en chargent. Visiblement dans certains endroits, la manipulation a réussi.»  A-t-elle balancé. Pour couronner le tout, un ancien membre de l’Unef, Julien Dray en rajoute une couche. « La direction du syndicat qui accepte cette jeune dame comme dirigeante souille tout notre combat mené dans les universités…» A-t-il déclaré.

L’UNEF-Sorbonne Université condamne le déferlement de haine

Face à ces violents messages, l’ UNEF-Sorbonne Université réagit avec un #SoutienAMaryam qui émerge sur les réseaux-sociaux. Avec un communiqué, le syndicat étudiant « réaffirme être la maison commune de l’ensemble de la jeunesse. Notre syndicat défend les principes de laïcité et de féminisme. Et c’est au nom de ceux-ci que nous défendons les droits des étudiantes de faire leurs propres choix, dont porter le voile au sein du service public de l’enseignement supérieur. L’UNEF condamne fermement le déferlement de haine raciste, sexiste et islamophobe dont Maryam est victime. » https://mcetv.fr/mon-mag-campus/presidente-unef-paris-iv-harcelee-reseaux-sociaux-porte-voile-1405/
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 12:59

@ lct:

(Ça me rappelle la vieille blague sur la casuistique des Jésuites: Peut-on fumer en méditant ? -- Certainement pas; mais rien n'interdit de méditer en fumant...)

Erreur ou pas c'est de la "com", dont les effets dépassent toujours l'intention (elle-même ambiguë); ça peut vouloir dire deux choses bien distinctes a priori: 1) il y a des étudiantes musulmanes pratiquantes et voilées à l'université, nous avons aussi vocation syndicale à les représenter et à ce qu'elles se représentent elles-mêmes avec les autres (plutôt que dans un syndicat confessionnel); 2) nous prenons une position politique contre une certaine conception de la laïcité qui vire à l'islamophobie. Mais on n'empêchera jamais, d'une part que ces deux significations se mélangent, d'autre part que ça signifie aussi pour des observateurs extérieurs, neutres ou hostiles, et même pour certaines fractions du mouvement, tout autre chose que que ce que ça voulait signifier.

De toute façon on est dans le sempiternel problème du cercle vicieux-vertueux et de ses alliances objectives de contraires: plus on prêtera au port du voile (p. ex.) un sens politique, plus il en aura effectivement un, plus on sera justifié à le lui prêter, et ainsi de suite. Objectivement les islamistes (au sens de l'idéologie politique) et les islamophobes ont le même intérêt à entretenir cette inflation sémantique.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 13:26

Citation :
1) il y a des étudiantes musulmanes pratiquantes et voilées à l'université, nous avons aussi vocation syndicale à les représenter et à ce qu'elles se représentent elles-mêmes avec les autres (plutôt que dans un syndicat confessionnel);

 On ne peut exiger des citoyens musulmans des preuves d'intégration dans la société française et dans le même temps, critiquer une étudiante voilée qui s'investit dans l'action syndicale, preuve d'une volonté d'agir dans le cadre des institutions de la république. Un syndicat confessionnel pourrait éventuellement suscité des inquiétudes mais dans ce cas précis, cette étudiante s'inscrit dans le mouvement et l'idéologie d'un syndicat étudiant, qui défend les principes de laïcité et de féminisme.  

Au nom de la laïcité (instrumentalisée, radicalisée et pervertie) et d'un féminisme qui insiste sur la liberté des femmes, les opposants au voile, veulent obliger une croyante à ne plus porter le voile, même quand elle a choisit "volontairement" et "librement" de le porter. La responsable parisienne de l’Unef exprime clairement que son voile n'est pas l'expression d'une  volonté politique ou réactionnaire mais cela n'est pas suffisant, elle reste suspecte et potentiellement dangereuse. Il n'est pas inutile de rappeler que l’État laïque n’a pas à interpréter ni à juger la pertinence du port du voile. Les détracteurs de cette responsable syndicale bien conscients de la faiblesse de leur position font dériver le débat sur l’identité de l’Unef (ce n'est donc plus une affaire d'Etat), or dans un processus démocratique, seuls les électeurs ont à décider en connaissance de cause qui les représente. Les opposants au voile bafouent la laïcité dont il se réclame, ne respecte pas la loi française (c’est son droit le plus strict de porter le voile) et n'acceptent pas une nomination démocratique.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 14:07

Cercle vicieux ou engrenage: à partir du moment où on a interdit le voile à l'école -- ce qui peut se comprendre, au moins dans l'intention -- il faut trouver des critères formels pour justifier et délimiter l'interdiction, et il en faut toujours plus d'un: p. ex. l'âge (mais une élève de terminale majeure n'aurait pas non plus le droit de porter le voile au lycée) et/ou la représentation (les profs et personnels administratifs des écoles et lycées se voient interdire le voile parce qu'ils représentent l'Etat)... mais du coup ça doit s'étendre à toutes les administrations, au risque de devenir un sérieux problème de discrimination professionnelle; et la question des usagers se pose, avec un énorme malentendu qui n'est peut-être pas si mal entendu que ça: faut-il retirer son voile en entrant à la mairie comme ses chaussures à la mosquée => l'Etat ne serait-il pas en définitive une religion comme les autres, compatible ou non avec les autres selon le cas ? Comment peut-il prétendre représenter l'ensemble d'une population si sa propre représentation en exclut une partie considérable ? Quid des médias et des entreprises, publics ou privés ? Bref, c'est un immense sac de nœuds (ou d'autre chose) où on se dit toujours trop tard qu'on n'aurait jamais dû s'en mêler et s'y emmêler...

Les Britanniques en effet s'en sortent peut-être mieux parce que l'Empire les a habitués à une plus vaste diversité (et notamment à des "voiles" autres que "musulmans": hindous, sikhs, etc.). Mais il me semble que même la population française (en général) s'en sort plutôt mieux que le monde politique, juridique ou médiatique.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 15:16

Citation :
Quid des médias et des entreprises, publics ou privés ? Bref, c'est un immense sac de nœuds (ou d'autre chose) où on se dit toujours trop tard qu'on n'aurait jamais dû s'en mêler et s'y emmêler...

La complexité du sujet devrait pousser médias et politiques vers plus de réserve, de nuances, de réflexion et de profondeurs. Il ne faudrait pas que le voile devienne l'alibi féministe et laïque de l'islamophobie. Les citoyens français de confession musulmane ont-ils un statut particulier, ou ont-ils les mêmes droits et devoirs que les autres citoyens ?
 L'habillage féministe des uns, ou la fausse posture laïque des autres ne sont que des alibis  derrière lesquels se cache un racisme et une islamophobie décomplexés.
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 16:14

La nécessité pour le juridique (qu'il s'agisse de droit proprement dit ou de "règlements" internes, publics ou privés) de formaliser ses choix pour éviter tout soupçon d'arbitraire finit presque toujours dans le ridicule.

Quand je disais que la population en général s'en tire mieux que les politiques et les médias, je pensais aux situations quotidiennes de la rue, p. ex. sur un marché dans une grande ville: tout le monde se côtoie le plus souvent sans difficulté, chrétiens, juifs, musulmans visiblement "pratiquants" ou non, athées, de droite, de gauche, les incidents sont rares et généralement mineurs. L'islamophobie et l'islamisme militants sont quasiment imperceptibles, le racisme encore plus. Les lois y sont peut-être pour quelque chose mais j'ai l'impression que dans l'ensemble elles créent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent. En outre, les politiques au pouvoir se montrent plutôt prudents sur ce genre de sujet, surtout s'ils ne sont pas directement menacés par une concurrence d'extrême-droite (c'est plutôt le cas en France pour le moment). La montée en épingle du "problème" me semble être essentiellement l'oeuvre de Sarkozy (d'abord sous Chirac puis tout seul), qui rivalisait ostensiblement avec le FN sur son terrain. Qu'une partie de la gauche s'y soit laissée prendre, au nom du féminisme et de la laïcité, est plus étonnant, mais le macronisme jusqu'ici me semble assez intelligemment réservé sur ce point (à l'exception toujours un peu clownesque de Collomb, qui par là même a tendance à se neutraliser toute seule).


Dernière édition par Narkissos le Lun 28 Mai 2018, 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 16:46

Citation :
Qu'une partie de la gauche s'y soit laissée prendre, au nom du féminisme et de la laïcité, est plus étonnant, mais le macronisme jusqu'ici me semble assez intelligemment réservé sur ce point (à l'exception toujours un peu clownesque de Collomb, qui par là même a tendance à se neutraliser toute seule).

J'habite une ville très cosmopolite et je partage ton avis, je n'y rencontre jamais de heurts ou d'agressivité au quotidien.
La gauche (notamment le parti socialiste) après avoir infantilisé les "immigrés", utilisé comme électeur potentiel et moyen d'arriver au pouvoir, attaque d'une manière quasi obsessionnelle  (Valls en particulier mais seulement) l'islam et les musulmans, en reprenant un discours d'extrême droite, qu'elle condamnait naguère. Aujourd'hui, on peut donc parler d'islamophobie de gauche. Le rejet des musulmans est un enjeu politique et un excellent moyen d'atteindre le pouvoir. Il est amusant de voir Manuel Valls (un politique de gauche ?) tenter un retour sur le devant de la scène politique en ciblant les "islamo-gauchistes".
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Lun 28 Mai 2018, 17:26

Sincèrement, je ne pense pas que ce qui reste du "peuple de gauche", comme disait Mitterrand, donc de la grande majorité des (anciens) électeurs socialistes, puissent jamais se retrouver dans un discours islamophobe (de fait). Il suffit de voir les dernières primaires socialistes, qui ont massivement préféré Hamon à Valls, pourtant Premier ministre -- lequel n'a pas fait un tabac chez Macron non plus. Si Macron l'a emporté sur Hamon et Mélenchon, c'est pour des raisons économiques et non identitaires. En somme, s'il y a une "islamophobie de gauche" elle me paraît restreinte à des cercles politiciens (professionnels) et intellectuels (cf. Val, Fourest et la destinée de Charlie-Hebdo) extrêmement limités. Quant à l'efficacité électorale de cette posture, l'expérience lui donne tort. Depuis la guerre d'Algérie l'électeur de gauche est viscéralement antiraciste, même s'il se fait rare; il préférera encore supporter un programme économique libéral (il y est habitué !) que de s'engager sur un terrain qui lui ferait obligatoirement côtoyer un identitarisme et un sécuritarisme d'extrême-droite.

[Je ne parle pas des "conversions", apparemment nombreuses depuis les années 1990, d'un bord à l'autre; p. ex. du PC au FN en France ou à des partis nationalistes ou néo-fascistes ailleurs, y compris dans le contexte particuier des anciens pays dits "communistes"; encore moins des glissements de classes sociales où les conversions individuelles jouent un rôle secondaire: ce qui fait que "l'ouvrier" ou "l'employé" vote aujourd'hui FN quand "il" votait PCF il y a 50 ans (bien sûr, ce n'est généralement pas le même ouvrier, ce n'est en tout cas pas le même monde). Ceux-là ne se disent plus communistes, ni socialistes, ni de gauche. Le PCF, en tant que parti, avec ses électeurs et ses sympathisants même réduits à la portion congrue, ne sont pas devenus xénophobes ni islamophobes pour autant.]

S'il y a du vrai dans ce que tu dis d'un certain "paternalisme" de l'ancienne gauche à l'égard des immigrés, d'une façon de les instrumentaliser (c'est aussi une rengaine des discours "révisionnistes" de Valls et consorts), je crois qu'elle a plus péché par manque d'efficacité et de moyens que de sincérité. Une fois constaté l'échec de la "justice sociale" (et résolument "cosmopolite"), qui était son principal moteur, rien ne pouvait la pallier -- et sûrement pas une diversion consistant à singer la droite sur un nombre croissant de sujets (rigueur budgétaire, sécurité, identité).
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Mar 19 Juin 2018, 16:18

Que dit le Coran de la femme ?

Par ailleurs, comme le précise l’imam Mohammed Azizi, aumônier régional des hôpitaux d’Île-de-France, Eve n’est pas plus responsable du péché originel qu’Adam, selon le Coran (2:36). « L’interprétation punitive n’existe pas en islam, explique-t-il. C’est Satan qui est derrière le péché, pas la femme. »
Un autre passage du Coran semble représentatif de l’indistinction de l’homme et de la femme devant Dieu : « Les musulmans et musulmanes, les croyants et croyantes, obéissants et obéissantes, les loyaux et loyales, les endurants et endurantes, les donneurs et donneuses d’aumônes, ceux et celles qui jeûnent, les gardiens de leur chasteté et les gardiennes, ceux et celles qui invoquent souvent Dieu : Dieu a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense. » (33 : 35)

Soumises et obéissantes ?

Cela dit, force est de constater que le Coran semble souvent véhiculer une vision inégalitaire des rapports hommes-femmes dans les réalités quotidiennes. Considérée comme la gardienne de la maisonnée et jouant un rôle de conseil auprès de son époux, la femme n’en est pas moins contrainte à l’obéissance, comme le rappelle ce verset de la sourate des femmes :
« Celles de qui vous craignez l’insoumission, faite-leur la morale, désertez leur couche, corrigez-les. Mais une fois ramenées à l’obéissance, ne leur cherchez pas prétexte. » (4:34)

À cela s’ajoutent d’autres mentions bien connues et parfois qualifiées de misogynes, comme notamment l’autorisation de la polygamie – jusqu’à quatre femmes par homme (4 : 3).

Des interprétations patriarcales

« Le Coran s’inscrit dans la réalité d’une société patriarcale, où ces rapports de domination existaient déjà », explique Omero Marongiu-Perria, précisant que l’idée d’obéissance de la femme au mari se retrouve aussi dans les autres traditions abrahamiques.

De même qu’avec la Bible, une connaissance insuffisante du contexte historique peut mener à des interprétations erronées. C’est ce qu’explique Asma Lamrabet, médecin et féministe marocaine, quand elle cite le verset coranique consacré à l’héritage : « Allah vous commande, dans le partage de vos biens entre vos enfants, de donner au fils la portion de deux filles » (4:11). Elle rappelle que dans les sociétés préislamiques, la femme n’avait tout simplement pas le droit d’hériter : ce passage du Coran est par conséquent pour elle « une révolution ».
https://www.la-croix.com/Religion/Islam/Que-Coran-femme-2017-03-08-1200830336#
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Mar 19 Juin 2018, 22:34

Dans la Torah (Nombres 27 et 36) il faut un double cas d'espèce (imprévu) pour que "Dieu" pense 1) à faire hériter exceptionnellement les femmes (quand elles n'ont pas de frère) et, dans un deuxième temps, 2) à assortir cette exception d'une condition (qu'elles se marient dans leur parenté / clan / tribu). La règle générale (coutumière, même pas énoncée comme telle) étant que seuls les fils (mâles) héritent, l'aîné à double part ou aux deux tiers de la totalité (ce qui n'est pas du tout la même chose: cf. Deutéronome 21,17, où ladite règle est évoquée incidemment, à l'occasion d'un cas particulier; lointain écho de cette proportion dans le Coran, transférée au rapport fils/fille).

D'un point de vue féministe ou égalitariste, il y a indéniablement un "progrès" de la Torah au Coran; on ne peut pas en dire autant du christianisme qui, même s'il n'a plus en vue la loi juive, refuse en principe de se mêler d'affaires juridiques de ce genre (cf. Luc 12,13ss).

Le Coran n'est pas la charia, même si l'on peut toujours dire qu'il en pose les bases; mais la Torah non plus n'est pas vraiment une "loi": non seulement parce qu'une grande partie de ses textes (récits, poèmes, etc.) n'a rien de juridique, mais aussi parce que ceux qui ont l'air "législatif" sont hétéroclites: vestiges de règlements rituels de la caste sacerdotale, de droit civil coutumier de divers lieux et époques, mais aussi création théologique déguisée en lois-fictions rigoureusement inapplicables (p. ex. le système "idéal" des années sabbatiques ou du Jubilé), tout cela ne compose pas une législation cohérente. Quant au NT il est encore moins législatif parce qu'il se développe dans le cadre du droit romain et des législations locales subsidiaires, il ne produit que des embryons de "règlements intérieurs" de différentes communautés chrétiennes qui sont eux-mêmes très disparates. C'est dire qu'aucune des religions "monothéistes", en dépit de ce qui les différencie, ne dispose d'une "loi" gravée dans le marbre de ses origines et dans le "canon" de ses écrits (les plus) sacrés; la pratique relève essentiellement d'une "tradition" secondaire qu'on choisit d'arrêter à une certaine époque ou de faire continuellement évoluer; un tel choix est par définition responsable dans tous les cas.
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
free



Nombre de messages : 4659
Age : 57
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Mer 26 Sep 2018, 13:42

Enseignement de l'arabe à l'école : ce qui est réellement proposé et ce qui existe déjà

emballement politique n'a pas tardé. Dimanche 9 septembre, Hakim El Karoui est venu sur RTL présenter son rapport sur l'islam et les pistes pour lutter contre le fondamentalisme islamiste en France. Parmi les propositions : renforcer l'apprentissage de l'arabe à l'école pour éviter aux jeunes d'aller l'apprendre à la mosquée ou dans des écoles coraniques.

Le lendemain matin, Jean-Michel Blanquer annonce qu'il retient cette idée sur BFMTV.  "Il faut donner du prestige à ces langues. L’arabe est une grande langue littéraire qui doit être apprise pas seulement par les personnes d’origine maghrébine ou de pays de langue arabe. C’est cette stratégie qualitative que nous allons mener", explique alors le ministre de l'Éducation nationale.

Il n'en faut pas plus pour faire bondir la droite et l'extrême droite. Nicolas Dupont-Aignan, Xavier Bertrand, Marine Le Pen... Beaucoup fustigent cette idée en rugissant contre "le début d'un engrenage fatal", et "l'arabisation de la France". Et les raccourcis fleurissent aussi très vite.

L'arabe oui, mais aussi le chinois et le russe

Il faut d'abord rappeler que la position complète de Jean-Michel Blanquer ne concerne pas seulement l'apprentissage de l'arabe, mais aussi du russe et du chinois.
Voilà la suite de la phrase du ministre : "Ce qui est évident, c’est que d’abord, il y a le développement de l’apprentissage des langues, et l’arabe est une langue très importante, comme d’autres grandes langues de civilisation, je pense au chinois ou au russe, oui, bien sûr, il faut développer ces langues."
Pourtant, beaucoup moins de voix s'élèvent pour empêcher une "russification" ou une  sinisation" (répandre la civilisation chinoise) de la société française;

Il n'est pas question que l'arabe devienne obligatoire

Il y a aussi eu cette rumeur, vite démentie par Jean-Michel Blanquer, qui affirmait que le ministre aurait proposé de rendre obligatoire l'enseignement de l'arabe à l'école.
À l'image de Xavier Bertrand qui, sur France Inter le 12 septembre, s'insurge contre ces cours qui ne "peuvent pas être obligatoires" car "il faut faire attention au communautarisme".
Pourtant, la veille, le ministre de l'Éducation nationale a dénoncé un "emballement médiatique" et a remis les points sur les i : "Je n'ai jamais dit que l'arabe devait être obligatoire à l'école primaire". "Nous allons aussi questionner la façon dont l'arabe s'apprend aujourd'hui, dans des structures dédiées avec [des] dérives communautaristes", a-t-il encore précisé.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/enseignement-de-l-arabe-a-l-ecole-ce-qui-est-reellement-propose-et-ce-qui-existe-deja-7794755314
Revenir en haut Aller en bas
Narkissos

avatar

Nombre de messages : 6190
Age : 59
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   Mer 26 Sep 2018, 14:33

L'apprentissage des langues est un excellent remède contre le "fondamentalisme" et la connerie en général, j'en suis convaincu (en un ou deux mots) d'expérience -- même s'il y a des cas extraordinairement rebelles. Smile

L'ennui, c'est que ça renforce le complexe d'infériorité des autochtones-monolingues, qui forment le gros des troupes xénophobes. La solution ne serait peut-être pas de leur apprendre l'arabe, mais le français (et le latin, et le grec, jusqu'à sentir l'étrangeté irréductible de leurs "propres racines"). C'est cependant un tout autre genre de pédagogie qui semble avoir le plus d'effet, malheureusement: la pénalisation des propos et des comportements "racistes" a certainement fait beaucoup plus pour le recul du racisme de masse que tous les efforts d'éducation "intelligente".
Revenir en haut Aller en bas
http://oudenologia.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'islam n'est pas une religion   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'islam n'est pas une religion
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» La religion révélée VS La vraie religion
» L'Islam n'est pas une religion de paix
» Islam: religion de Dieu ou religion du Diable
» Un prof de religion britannique sérieusement tabassé au nom de l`islam dans son propre pays.....
» L'Islam est ma religion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etre chrétien ou pas? :: DU COTE DES :: MUSULMANS-
Sauter vers: